Grâce à Charles Beigbeder, ma fille reste à gauche


Il postule à la candidature UMP dans l’Est parisien pour les prochaines législatives. Il a visiblement une grande expérience de l’éducation dans le privé. Charles Beigbeder, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a partagé cette grande idée sur Europe1: abroger la mixité dans les écoles car, dixit, »il y a des expériences dans le privé qui marchent« .

Il n’y avait pas que ça: « il faut donner l’autonomie dans le primaire aux chefs d’établissement« . Car, pense-t-il, il faut qu’il puisse « définir une politique » dans son école. Une politique ? Une politique de quoi ?

Guy Birenbaum a failli en trébucher de rage ce matin.

Et on le comprend.

« Je suis abasourdi par le caractère totalement archaïque et rétrograde de cette proposition. Alors qu’on se demande tous les jours comment établir enfin l’égalité entre les femmes et les hommes de notre pays, séparer de nouveau les filles et les garçons, voilà vraiment une idée de génie ! »

Interpelée, ma ptite racaille Lianne, déjà très grande, a eu cette remarque de bon sens:

« quel con! »

 

Advertisements

8 réflexions sur “ Grâce à Charles Beigbeder, ma fille reste à gauche ”

  1. les frères se suivent mais ne se ressemblent pas (ou, la diversité familiale)

  2. On ne sépare pas pour appliquer l’égalité républicaine, ça n’aurait aucun sens. La séparation est le préalable bienvenu à la discrimination. Par ailleurs, donner plus d’autonomie aux chefs d’établissement permet de re-hiérarchiser les écoles, collèges et lycées. M. Beigbeder doit faire partie de ces gens qui croient que les hommes bossent mal lorsqu’ils n’ont pas un chef au-dessus d’eux pour manier la carotte et le bâton. Qu’ils sont incapables de s’autodiscipliner juste parce qu’ils…aiment ce qu’ils font. Ou croient à l’utilité de leur fonction. Veut-on de sociétés organisées par la compétition, la discrimination et la hiérarchie ?

  3. Je suppose que vous voulez parler de Beigbeder ? Vous y en a être complètement dislexo, à c’t’heure ?

    Celadit, l’idée de la non mixité me semble plutôt une bonne piste. Et n’a évidemment rien à voir avec l’égalité ni avec son contraire.

  4. Lianne, tu as tout à fait raison…..d’ailleurs c’est si con que çà ne peut pas être une idée mais un délire….
    Jusqu’en terminale je n’étais qu’avec des filles….qu’est ce qu’on s’est fait chier (le gros mot aujourd’hui j’ai le droit) ….imagine un peu les gloussements de perruches quand un jeune prof mâle rentrait dans la classe !!!!
    Ce « grand homme » (beigbeder) a dit « L’égalité, ce n’est pas l’égalitarisme. La solidarité, ce n’est pas l’assistanat » …….méfie toi….. »cette grande pensée » risque un jour d’être proposée comme sujet de philo au bac…. !!!!
    bisou petite racaille

  5. cohérent avec le récent discours du (sale) petit mec lors de ses voeux aux enseignants : en route vers une école à la botte du patronat pour satisfaire à ses besoins en main d’oeuvre. Luc « Brushing » Châtel, maire de ma bonne ville, a amorcé la pompe il y a peu avec le projet de notation des profs par les directeurs d’établissement. Ceux-ci seront bientôt les patrons d’unités éducatives autonomes, avec le pouvoir d’embaucher eux-mêmes les enseignants, de les noter et donc de les jeter si ils ne leur plaisent pas. Le pouvoir peut-être aussi de définir le projet éducatif en fonction de critères liés par exemple aux besoins du bassin d’emploi où se situe l’établissement. On est loin d’une éducation qui vise à donner au plus grand nombre des bases qui leur permettent de réfléchir au monde qui l’entoure. Mais c’est un discours qui peut convaincre, quand on répète par ailleurs à des gens qui ont peur de perdre ou de ne pas trouver de boulot, que c’est la seule solution.

    Dans mes fantasmes paranoïaques, je me dis parfois qu’il y a une entreprise délibérée de sabotage de l’éducation pour fabriquer des crétins qui se satisferont de regarder TF1 (relire si on a envie d’un sketch vraiment drôle les promesses de Bouygues en matière culturelle lors des auditions pour l’attribution de la chaîne; et admirer l’honnêteté de Patrick Le Lay quelques années plus tard qui disait « notre rôle, c’est de vendre du temps de cerveau disponible aux annonceurs) : soit une info à la botte du pouvoir actuel, des séries américaines et des jeux dont les candidats font le bonheur des zapping des émissions comiques de France Inter (normal, il n’y a qu’à laisser parler les condidats (non il n’y a pas de faute) pour ramasser des phrases cultes).
    et année après année, TF1 peut se targuer de faire les plus gros scores d’audience face aux autres chaînes, que ce soit pour « l’info » (oui je mets des guillemets), les séries ou le divertissement.
    ok je suis parano, mais quand même…

    Si je relie ce qui se profile pour l’éducation si le (sale) petit mec est réélu avec ce que propose le medium dominant, c’est Panem et circenses (du pain et des jeux) : si vous voulez du boulot, acceptez une école qui fait de la formation professionnelle, et non pas qui éduque au sens large, et rêvez de devenir riche et/ou célèbre en regardant des débilités.

    bon j’arrête sinon je vais m’énerver

  6. beigbeder ?
    , c’est pas le mec qui vend ce qu’il n’a pas et qui a poussé sarko à imposer à EDF de céder le quart de sa production à bas prix aux mecs de son espèce

    en droit on n’appelle pas ça un escroc ?

  7. A ajouter à ses mérites, la présidence de la candidature d’Annecy aux JO d’hiver de 2018. Le petit Charles appelé à la rescousse pour sauver le projet.
    On pourrait s’attendre à ce que ce soit parce qu’il est un ancien sportif expert en sports de glisse, ou un élu local connaissant parfaitement le terrain. Mais non, bien mieux que cela en terme de compétences : il a un chalet à Megève où il skie de temps en temps. Et c’est un pote du (sale) petit mec.
    Pourquoi pas proposer un étudiant en première année de droit à la présidence de l’EPAD tant qu’on y est?
    Comment? ça a été fait?

Les commentaires sont fermés.