Journaliste-bashing, ou pas.


J’avoue, j’ai été gêné ces derniers jours par certain(e)s journalistes qui couvraient cette fichue campagne électorale.

Vendredi dernier, Marine Le Pen était au Grand Journal. Elle a croqué, un à un, les journalistes qui lui furent opposées. Barthes, Aphatie, Massenet, Glad, tous se sont fait avoir. Et gravement. Il faut reconnaître la chose, Marine Le Pen semblait se régaler.

Mercredi dernier, Nicolas Sarkozy était l’invité de la Matinale d’Europe1, de 6h55 à 9h30. Globalement, Sarkozy semblait chez lui; ça m’agace, parce qu’Europe1 est ma seconde station, grâce à quelques personnalités radiophoniques que j’aime beaucoup. Mais ce matin, tout le monde se souriait (c’était filmé), rigolait, se chambrait à peine. Cette émission me mit mal à l’aise, vraiment mal à l’aise. Une impression de connivence, terrifiante.

Jeudi, c’était l’inverse. Nicolas Sarkozy fut surpris en traitant un journaliste visiblement très jeune de couillon. Les quelques journalistes qui étaient là, filmés au moment de l’altercation, souriaient de surprise. Ils avaient raison. J’ai reconnu Nathalie Schuck. Elle a été surprise, c’était visible. Je demande à mes lectrices et lecteurs de comprendre qu’un(e) journaliste qui suit le président doit être proche sans être connivent.

L’opération drague version Sarko était évidente, grossière. Sarkozy a bien évidemment dérapé, mais pas comme on croit. Il a été grossier, vulgaire. Il s’est comporté comme ce jour où il traita un journaliste de pédophile, « pour voir » et choquer, au moment d’un des rebondissements de l’affaire Karachi.

Arnaud Leparmentier a très correctement traduit la situation. Sarkozy tentait encore et à nouveau de séduire, cette fois-ci différemment de 2007. Cette séquence-là était donc mauvaise pour Nicolas Sarkozy.

Jeudi, c’était aussi la soirée de David Pujadas. L’animateur – était-il encore journaliste ? – avait bien le droit d’être pugnace. Mais ce fut terrifiant. Le garçon voulait des réponses à trois mots, pas plus. Dès que le candidat Hollande expliquait davantage, le journaliste était perdu. Il rata ses attaques. Un summum fut atteint avec cette question de l’animateur au candidat socialiste: « Y aura t il des ministres communistes ? » Et il précise: « Je ne parle pas de Mélenchon« .

Je suis resté assis. David Pujadas débloquait-il ?

Non. Il sombrait.

13 réflexions sur « Journaliste-bashing, ou pas. »

  1. et dans le débat il a fait taire le candidat et laisser causer en surimpression le copé de service

  2. Très mauvais en effet, le petit Pujadas, hier soir ; mais François Hollande, pas assez agressif ; il doit absolument passer à la vitesse supérieure, sinon…

  3. Pujadas hier soir?égal à lui même,pro Sarkosiste ,morveux,qui n’a vraiment pas briller en tant que journaliste.Quand à Hollande je l’ai trouvé sûr de lui ,prudent en ce qui concerne le premier tour(et il a raison)ça n’est pas gagné)contrairement à Togram, je pense qu’il doit continuer calmement mais fermement.Ne serait -il pas,peut -être temps de s’ intéresser à conclure encore et toujours un pacte Républicain avec Mélanchon et Eva Joly et Hollande comme seul candidat de gauche pour le premier tour.,avec comme base d’apport de voix d’intention de vote de plus de dix pour cent pour Mélanchon et entre trois et cinq pour Eva Joly. Au moins on serait sûr du résultat et ça honorerai les responsables de gauche.,tout en sachant que les citoyens de gauche appelés au vote utile (parfois contre leur gré)resteraient fidèles à leur leader respectif.Est-ce rêver?

  4. Pujadas serait journaliste….? Animateur peut-être…..
    C’est marrant comme tous les UMP qui passent dans cette émission ont l’air tristounet…Copé comme les autres….ses ricanements appuyés par son célèbre haussement de sourcil n’y ont rien changé !

  5. Je n’ai pas vu le débat , juste la fin quand un certain FOG , hystérique hurlait sur FH pour lui poser ses questions .

    Mais à lire vos réflexions je vois que je n’ai rien raté et ça m’a même empêché d’avoir de l’urticaire géant . Car j’ai échappé pour mon plus grand bien à l’habituelle rhétorique malodorante de Môssieur Copé au rictus du mec sûr de lui et revenchard qui aurait surtout bien aimé d’être calife à la place du calife !

    Le si peu que j’en ai vu j’ai trouvé FH serein , avec une tactique très efficace qui consiste à ne pas se démonter et puis tout doucement amener ses arguments tout en montant le ton progressivement .Tout le contraire du cynisme et de la goujaterie de Sarkozy .
    D’ailleurs même FOG a reconnu « une certaine lueur dans ses yeux » contrairement à Sarkozy qu’il avait trouvé « triste » ! C’est dire si c’est un compliment venant de sa part!

    Quant à Pujadas , éternel journaliste insignifiant , le spécialiste de « l’à plat ventrisme » devant les grands , devant l’autorité , il a toujours été du côté du manche mais continue toujours à se prendre pour une star . Avec un salaire de 12000 euros par mois il ne craint pas pourtant grand chose de l’élection de Hollande . Mais peut-être vise-t-il plus haut lui aussi et en cas de réélection du Dracula des Carpates ( celui qui nous a sucé le sang ) il serait certainement promu à un poste de haute fonction pour service rendu à son maître ! Ouaff …

    D’ailleurs merci Euterpe pour le lien .

  6. Tu as oublié de parler des (nouveaux, vraiment ?) chiens de garde…. de quel système politico-économico médiatique, qui arrange tous ceux dont tu parles ? Leur complaisance n’est pas idéologique, mais simplement d’intérêts matériels… Ils ne vont pas mordre la main de ceux qui contribuent si bien à leur donner à manger… Et tu as oublié également Barbier. J’ai vu des journalistes prétendre que Mélenchon était semblable à Marine Le Pen parcequ’il avait refusé de figurer dans une émission d’Ardisson aux côtés de Quatremer(de) et Barbier. Qui d’autre n’aurait fait la même chose s’il en avait le courage, en sachant que ces pseudo-journalistes ont un esprit si partisan, et qu’ils vont lui appliquer un traitement qu’ils se gardent bien de faire subir aux autres, même à Le Pen, qu’ils invitent plus volontiers, et se gardent bien comme tu le dis ici d’étriller, ce qui me choque profondément… Je sais bien Que Mélenchon n’est pas tout blanc dans l’histoire, mais quand même, faut pas pousser. On attend des journalistes autre chose que la protection d’un système corrompu : de l’information, claire net, précise, et non orientée. Dut-elle déplaire aux politiques, ce que je conçois également, s’ils font bien leur boulot. Mais là, effectivement, ce n’est vraiment pas le cas.

  7. A coup de grisou : j’en ai trouvé un autre à propos de Pujadas assez intéressant également http://www.youtube.com/watch?v=aDX_jVs7mPQ
    Et celui-ci :

    En fait ce que Melenchon dit c’est que Pujadas pose toujours des questions comme « vous regrettez ? » etc…il demande aux gens de s’humilier, de se prosterner, etc…de faire serment d’allégeance au pouvoir. Il a bien analysé le fonctionnement du gars (et le fait mieux que moi ici).

    1. Merci Eutherpe pour ce dernier lien que je connaissais ,j’avais vu l’émission avec Jean Luc Mélanchon.Quelle réparti devant ces journaleux vendus à leur patron.

  8. Je n’ai pas pu, moi aussi, rester devant ma tv, tellement écoeuré par le comportement de Pujadas, les journaliste-questionneurs, et le bouquet par Coppé ! J’ai zappé !!
    Il n’en reste pas moins que FH, dans sa quête de candidat  » normal  » devrait, se montrer plus déterminant, plus tenace, plus incisif, il y gagnerait en crédibilité !
    Les roublards de l’UMP tapent, avec insistance sur les points faibles de FH, a savoir le refus de l’agressivité et les réponses à l’emporte-pièce déclamées à grand renfort d’effets de manches ! Pendant ce temps là, on ne parle pas du programme du président candidat !

Les commentaires sont fermés.