Mon premier meeting de Sarkozy


Mardi 1er mai, je m’étais décidé à aller au meeting de Nicolas Sarkozy. La conviction n’était pas forte, évidemment, mais un tweet m’annonçant 300.000 personnes vers 13H30 avait alerté mon attention.

Je suis assez rapidement arrivé sur les lieux. Il fallut faire le tour pour comprendre que le seul accès autorisé, à partir de 14h, était via l’avenue George Mandel, à l’opposé du Palais du Trocadéro. Ailleurs, les accès étaient fermés par les CRS, loin de la place. Pour l’aspect compact de la foule, c’était mieux. Certains manifestants n’étaient pas préparés à ces blocages.

« C’est un scandale » hurla une sexagénaire devant moi à l’une de ses copines. « C’est le Maire de Paris qui cherche à nous empêcher de venir!! » La sécurité de Paris est du ressort du Préfet de Paris, pas du Maire. Une dame demanda à un jeune qui stationnait là de lui chercher sa voiture. « Ah , mais je ne suis pas voiturier! » répondit le garçon. Un peu plus loin, une voiture avec chauffeur se gara en double file pour attendre la famille de ses patrons qui monta vers le Troca.

Au jugé, il y avait donc environ 20 ou 30.000 personnes. Guère plus. C’est déjà bien.

Il y avait beaucoup de cheveux blancs et de très jeunes, beaucoup de foulards hermès et de manteaux Burberry.

Pour les non-parisiens, le Trocadéro est face à la Tour Eiffel, au croisement des deux arrondissements les plus riches de la capitale, les 16ème et 8ème arrondissements. Ces derniers ont respectivement voté à 65 et 58% en faveur de Sarkozy au premier tour de la présidentielle. Aucun risque, donc, d’un quelconque trouble.

Ce meeting, donc, était pour moi sociologiquement curieux. Un concentré de Blancs-Bourgeois assez incroyable. J’ai plutôt l’habitude des défilés syndicaux, des manifs de gauche, voire même de la Gay Pride.

Je suis arrivé sur place vers le Musée de l’Homme. La scène était bloquée. Impossible d’avancer. Des CRS bloquaient les lieux. Le meeting ne commençait qu’à la lisière du Musée. Jean-Christophe Lagarde ouvrit les hostilités. Nul besoin d’y voir un ralliement centriste. Ancien fidèle de Bayrou en 2007, Lagarde est un sarkozyste convaincu au point d’avoir sabré la candidature dissidente d’Hervé Morin, le président de son parti, le Nouveau Centre.

J’ai du faire le tour avec quelques dizaines de supporteurs de la France Forte, drapeau tricolore en main. Arrivé avenue George Mandel, une dizaine de minutes plus tard, Nadine Morano avait pris le relais. cette fois, on pouvait avancer plus avant. La place était pleine, tout juste. Au début de l’avenue, nous étions peu nombreux.

J’ai fait demi-tour, pour contourner l’estrade par sa droite. Les trois avenues suivantes, impossibles d’entrer. On attendait une petite clameur. D’autres supporteurs de la France Forte s’énervaient.

Sociologiquement, nous étions un jour d’affluence de soldes chez Vuitton ou aux Galeries Lafayette.

31 réflexions sur « Mon premier meeting de Sarkozy »

  1. Quelle abnégation ! Quel courage ! Quel don de soi ! Mais mon Dieu, Juan, comment avez-vous pu supporter « ça » ? Morano en plus ! Je crains dans les jours prochains un symptôme post-traumatique…

  2. Ah oui le « vrai travail » était réuni au trocadéro c’est sa france forte. Moi je n’aurais jamais eu la force d’aller à un meeting du candidat sortant. Bravo Juan pour votre reportage. Plus de 12 000 paticipants au 1 er mai à Bordeaux.

  3. ah oui… et à part les galères logistiques, quid du discours du président? Un élément a retenu votre attention ? Le singulier n’est pas anodin 😉

  4. 48 000 personnes derrière le cortège syndical quatre fois plus qu’en 2011

  5. Houahou !… Mais avez-vous eu l’audace de rester jusqu’au bout pour écouter sur place le royal discours ?

  6. Bravo pour votre courage ! C’est donc ça la France du « vrai travail » : foulard Hermès et manteaux Burberry … Je ne suis effectivement un « vrai travailleur » …

  7. Bon sang mais c’est carrément « Le peuple de l’abîme » de J.London que tu as côtoyé Juan! Difficile d’en revenir intact .
    Que ne faut-il pas faire lorsqu’on est journaliste ou quand on veut le devenir .
    C’était la « France qui sent fort » la revanche et la xénophobie , la France du « vrai travail » , celui qui enrichit vraiment les vrais patrons du CAC40 , la France de la détestation des « corps intermédiaires » , la « vraie » France des vieilles rombières et des jeunes petits cons ,celle qui veut faire « la fête » à tous les pauvres .

    Les centaines d’autres défilés dans toute « l’autre France » n’étaient que la « vraie » France des chômeurs , des travailleurs à temps partiels et des vrais CDD ,des vrais retraités pauvres et des vrais sans-logements décents , des vrais citoyens qui ne peuvent pas prendre de vacances ou se soigner ,l’autre France , celle qui s’appauvrit !

    Quand je pense que 9 pauvres travailleurs de moins de 21 ans se sont fait tué par l’armée à Fourmies le 1er Mai 1891 rien que pour défendre leurs revendications , jamais les syndicats ne pourront abandonné ce drapeau rouge de leur sang comme Sarkozy a osé leur demander dans son discours puant !
    Peut-on encore appeler « fête » ce qui a toujours représenté un immense cri de douleur sur toute la planète?

    Juan , comment as-tu pu supporter ça sans vomir ?

  8. Je voudrais demander si quelqu’un a entendu la même phrase que moi: je ne suis pas allé au meeting ou à un autre mais je suis ses frasques:  » Le peuple ne laissera pas mettre fin à sa carrière » ou un truc comme cela, j’aimerais bien savoir si la phrase que j’ai retenue est la bonne parce que cela en dit long si il a voulu dire autre chose et que c’est le mot carrière qui a trouvé le chemin de sa bouche…
    Amusant pour les défilés Burburry’s et Vuitton car en plus, c’est du luxe « cheap » ( je connais bien ce domaine, pour avoir habité dans des lieux très argentés mais moi-même ne le suis pas ) car c’est plutôt Longchamps et Saint Laurent, Chopard et Breitling…et les plus riches sont arabes, russes et chinois…des vilains pas beaux immigrés quoi…
    La fête des rentiers, donc qui vivent sur le travail des autres…

  9. Merci pour le premier mai sacrifié et pour les chiffres qui remettent les pendules et la rolex à l’heure!

  10. ce que j’ai trouvé très amusant aussi, au troisième degré c’est son acharnement sur le drapeau rouge, qui n’aurait rien fait de bon, en attendant, c’est bien les chinois et leurs drapeaux rouges qui sont pour l’instant la première économie du Monde…les chinois que Coppé a encensé lors de son dernier voyage en Chine jusqu’à demander à pérenniser l’installation d’échanges entre jeunes militants UMP et des communistes
    http://fr.cntv.cn/program/journal/20120213/109615.shtml

    1. « Il {Coppé}a proposé de tenir au moins une fois par an une rencontre au plus haut niveau entre les représentants de l’UMP et du Parti communiste chinois (PCC). « Je souhaite que la première rencontre puisse se tenir à Paris fin 2012 ou début 2013″, a-t-il indiqué. »
      http://fr.cntv.cn/20120213/109767.shtml

      Bon, quand il s’agit de la Chine, le drapeau rouge doit devenir bleu. Sarkozy et Coppé sont-ils daltoniens ou aveugle en ce qui concerne les chinois?

  11. Sinon, pour votre tension ?
    Moi, c’est la sexa que j’aurais voulu me faire… “C’est un scandale” “C’est le Maire de Paris qui cherche à nous empêcher de venir!!” Décidément, la connerie est contagieuse dans le monde de la haute.
    Dites-moi, avez-vous la poupée vaudou ? Merci de la transpercer pour dimanche.

  12. Quel courage, Juan.
    De Marseille, j’ai vu des extraits sur LCI. Ils parlaient de 200 000 participants mais comme les images étaient fournies par l’UMP et sous un angle ne permettant pas de distinguer la réalité du nombre…
    Vicvement dimanche, son départ nous fera des vacances.

  13. « Notre Peuple n’est aucunement décidé à terminer sa carrière »
    C’est au début du discours, donc je lance un appel: est-ce que quelqu’un peut m’expliquer ce que ça veut dire?

    1. Le p’tit chéri, il doit s’imaginer qu’après lui, la France va disparaître. Personne n’a du lui dire que les cimetières étaient pleins de gens indispensables. Les prisons aussi, d’ailleurs.

  14. 30 000 participants et 270 000 pickpockets
    c’était l’occasdion révée

  15. Très courageux Juan de vouloir voir de près ce monde UMP . Ci-joint un texte de Joëlle Merkens dans le Soir de Bruxelles.
    Samedi 14 avril 2007
    Joëlle Meskens
    Jusque-là, nous ne l’avions pas écrit. Parce qu’il demeure exceptionnel que Le Soir prenne position dans une élection, comme il l’avait fait pour soutenir John Kerry face à George Bush aux Etats-Unis.
    Cette fois pourtant, on ne peut plus rester sans le dire. Oui, Nicolas Sarkozy est dangereux. Parce que le candidat de l’UMP à l’Elysée a franchi la ligne rouge. Ses propos sur le caractère inné de la pédophilie ou de la tendance suicidaire bouleversent tous les principes de l’humanisme. La société ne servirait donc à rien ? A quoi bon alors l’éducation, la famille, l’amour, l’apprentissage de la tolérance, si le seul destin décide de faire d’un homme un héros ou un monstre ? Ses propos sur l’Allemagne, prédisposée à s’abandonner au nazisme, sont tout aussi écoeurants. Et que dire de cette phrase, entendue en meeting : « La France n’a pas à rougir de son Histoire. Elle n’a pas inventé la solution finale. »Aurait-il oublié que la France a collaboré ? Que Vichy a livré des Juifs aux nazis ? Jacques Chirac a beaucoup de torts. Mais il a eu ce courage, lui, de reconnaître la responsabilité de l’Etat français pour la collaboration.
    Ce virage complète chez Nicolas Sarkozy une posture résolument populiste. Combien de fois, lorsqu’il était à l’Intérieur, n’a-t-il pas accusé les juges de ne pas en faire assez, violant ouvertement la séparation des pouvoirs ? Sa mainmise sur les médias ne laisse pas d’inquiéter, elle aussi, obtenant ici le limogeage d’un directeur dérangeant, discutant là de l’embauche d’un journaliste chargé de couvrir l’UMP. Et que dire de ses déplacements de campagne ? Non seulement il ne peut plus se rendre en banlieue, là où Jean-Marie Le Pen se promène désormais, mais même dans des quartiers moins chauds comme la semaine dernière à la Croix-Rousse à Lyon, il doit reculer par crainte des manifestants.
    « Prendre des voix au Front national, est-ce mal ? », interroge Nicolas Sarkozy. Non, bien sûr, au contraire. Mais à condition de ne pas séduire ses électeurs avec les mêmes mots. Au soir du premier tour, le candidat de l’UMP se félicitera peut-être d’avoir asséché le terreau électoral de Jean-Marie Le Pen. Mais à quel prix ? Celui, affolant, d’une lepénisation des esprits.

  16. Sarko se présente le défenseur des travailleurs : on n’a pas le droit de culpabiliser la france du travail dit-il cet après- midi ( IL est le seul a l’avoir culpabiliser, à la montrer du doigt, à la rendre coupable de son échec dans tous les domaines.
    Sarko demande aux syndicats de déposer les drapeaux rouges et de servir la France.
    Ce « mec » n’a toujours rien compris aux syndicats, ils ont servis la France autant que lui n’a pu le faire jusqu’à ce jour; Moi ce personnage me fait honte pour la France. Il doit dégager

  17. oh la la la…..Juan, vous m’inquiétez…..Voir Sarkozy à contre jour çà doit être éblouissant !!!!! J’imagine votre émerveillement….

  18. Ce mec pietine le drapeau du sang versé par nos compatriotes Beurk…

  19. Merci d’avoir répondu à ma question à un de vos tweets, moi qui ne suis pas parisienne et qui ne pouvait me rendre compte du nombre de personnes. Ce 1er mai a été une sale journée pour moi, angoissée que j’étais à l’idée que SARKOZY puisse réunir plus de monde que les syndicats, que SARKOZY sabote la journée du 1er mai, que SARKOZY ne fomente des troubles. Vous allez dire que je suis parano, mais je reconnais que je m’attends à tout de sa part, car je ne crois pas une seconde qu’il soit républicain, Il est avant tout sarkozyste. Vivement dimanche soir….

  20. 1er meeting et je souhaite bien le dernier. Il faut vous ménager pour quelques jours encore, mon cher Juan.
    J’attends avec impatience ce que j’espère être votre dernier billet de Sarkofrance dimanche soir, qui commencera par : Ouf, enfin, dehors, bon débarras et champagne ou champomy pour ceux qui peuvent se permettre un extra. Lundi, il sera temps de se retrousser les manches. Dans le cas contraire, je suis trop âgée pour m’expatrier et 5 années de plus de Sarko, c’est au dela de mes forces, d’autant plus que s’il est réélu, il ne se sentira plus p… A croire qu’il veut la guerre civile et tous les pouvoirs?

Les commentaires sont fermés.