Pourquoi Mélenchon reste-t-il caricatural ?


Hier matin, j’ai lu cela:

«Non, être de gauche c’est peut-être tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Là il est en train d’épouser tous les poncifs autoritaires que l’on a connus, qui ne veulent rien dire. (…) M.Valls vient de valider une thèse absurde, anti économique, ridicule du Front National sur le sujet, d’après lequel il y aurait un rapport entre l’immigration et les difficultés sociales».

Jean-Luc Mélenchon, auteur de cette déclaration sur BFM TV, répondait, par média interposé, à l’une des citations de Manuel Valls dans son interview au Monde de la veille: xx. Il défendait, comme pendant les campagnes présidentielle et législatives qu’il fallait «régulariser tous les sans-papiers, tous».

Les propos de Jean-Luc Mélenchon me semblent caricaturaux. Vis-à-vis de Manuel Valls, contre qui nombre de procès de non-gauchitude ont été faits (y compris, parfois, ici) , l’accusation de Mélenchon est injuste, fausse et contre-productive:

– Injuste, parce que l’amalgame avec le FN est grotesque et on n’ose imaginer que Mélenchon ne veuille aucune règle d’admission des étrangers sur notre sol (or, qui dit règle, dit expulsion en cas de sa violation);

– Fausse, parce que Valls se contentait d’expliquer, dans cette interview, qu’il fallait simplement appliquer la loi et que si la loi n’était pas claire, il faudrait la clarifier par circulaire.

– Contre-productive, parce que l’une des grandes vertus du gouvernement Hollande/Ayrault est de « dé-polémiser » pas à pas les grands thèmes sarkozyens. La situation est suffisamment grave pour qu’on évite d’instrumentalisern’importe quoi comme le faisaient Sarko et d’autres.

On peut exprimer ses désaccords sans agir de la sorte. Par exemple, Mélenchon aurait mieux fait de critiquer que la règlementation migratoire soit encore une fois « clarifiée » par circulaire et non par décret. Cela paraît technique, mais les circulaires ne sont pas opposables devant un tribunal.

 

Publicités

43 réflexions sur « Pourquoi Mélenchon reste-t-il caricatural ? »

  1. Il est vrai qu’il n’y a pas grand bon dieu dans cette église à socialistes de marchands du temple. Le socialisme canada dry revient en force et les pantalons commencent déjà à se baisser, alors que nous ne sommes qu’au tout début du quinquennat quinquina. MELENCHON ne fait ni plus ni moins que ce que JAURES avant lui avait fait en terme de mise au point socialiste.

    JAURES s’était croché avec les « faux socialistes » de l’époque. MELENCHON ? Un nouveau JAURES…

    http://www.jaures.info/dossiers/dossiers.php?val=23_jaures+lantisemitisme
    Extrait :
    …/…
     » Or, du côté de Jaurès, il est possible au contraire de relever un prompt dédain à l’égard des menées antisémites : dès 1890, comme le relève Jórdi Blanc, il les dénonce comme de « faux socialistes », socialistes « de château et de sacristie », et les qualifiait en termes particulièrement sévères : « charlatans de la réaction et du boulangisme », « singes malfaisants »[5]. De même, Drumont, l’auteur à succès en 1886 de La France juive, est constamment moqué par Jaurès, qui l’appelle par antiphrase « psychologue de génie » ou « profond sociologue »[6] et le prend manifestement et régulièrement pour un vrai imbécile.
    Et pourtant… Cela n’empêche pas Jaurès d’user à l’occasion du terme « juif » en sens péjoratif. Il a beau dire que les juifs ne sont pas seuls à spéculer, à accumuler, à monopoliser, il emploie le terme comme équivalent de commerçant, évidemment dans son sens négatif de mercanti, voire d’usurier, non de négociant, sans jamais évoquer la possible existence de juifs pauvres. L’exemple le plus dérangeant, à ma connaissance, et pour notre regard contemporain, figure sans doute dans un article favorable au protectionnisme, qui, s’appuyant sur Allain-Targé[7], critique ainsi le libre échange : « il sacrifie les producteurs aux échangeurs, aux transporteurs, aux manieurs d’argent, à la banque cosmopolite. Il livre aux frelons juifs le miel des abeilles françaises »[8]. Citation remarquable, mais que faut-il en faire ? Élargissons le regard. Lorsque Maurice Barrès fin 1894 lance le journal La Cocarde pour réaliser l’unité des oppositions de gauche au régime[9], des anciens boulangistes aux socialistes, Jaurès, qui entretient avec l’écrivain « prince de la jeunesse » des relations cordiales, ne répond pas à sa demande de collaboration. Il écrit d’ailleurs déjà à Toulouse dans La Dépêche et à Paris dans La Petite République. Cependant, il n’hésite pas à lui recommander pour sa rédaction son secrétaire, Eugène Cross, qui souhaite entrer en journalisme. D’ailleurs, Clovis Hugues, le Félibre poète et député socialiste, Fournière, le disciple de Malon, participent à la rédaction comme Pelletan, Pelloutier, Maurras et Daudet… Faut-il parler de « complaisance » ou encore de « collusion » entre socialistes et antisémites ?  »

    ALORS … ARAMIS

  2. Salut Juan,

    avec tout l’amitié que j’ai pour toi (même si on ne se connait pas, mais je lis tes blogs tous les jours depuis 2008-2009), il faut que tu arrêtes avec Mélenchon. J’ai suivi tes blogs pendant les campagnes (présidentiel/législatives), et j’ai remarqué quelques errements sur ton traitement de Mélenchon et du Front de Gauche (l’appel à ce que Mélenchon participe aux primaires PS, le « vote utile », l’appel à donner une majorité à Hollande, etc…). Je suis surement partial (tu l’auras compris), mais il faut arréter de tirer sur les mauvaises cibles.

    Interesse-toi plutôt aux renoncements en cascade de F.Hollande et son gouvernement à ce qui fait la gauche justement, à ce que peuvent ressentir tous ceux qui ont voté à gauche pour ne plus revoir Sarkozy (certes), mais surtout pour une plus revoir une ^politique de droite, et qui veulent une vraie alternative.

    Or, depuis 2 mois, c’est un peu la douche froide :
    – la RGPP continue (à peu de choses près),
    – le SMIC n’est augmenté que d’une ridicule pichenette,
    – (ne t’en déplaise, comme dans ton billet ci-dessus) la politique d’immigration ne change pas d’un pouce (fixation d’un absurde quota de régularisation, pas de fermeture des centre de rétention, des expulsions de san-papiers avec enfant scolairisé, cf. commniqué de RESF),
    – etc…

    Et surtout 2 points aveugles qui devraient mobiliser toute ton énergie :
    – la politique d’austérité que prépare le gouvernement (le « tournant de la rigueur » sera venu encore plus vite qu’en 1983 après l’arrivée de la gauche en 1981),
    – le Traité européen, dit pacte budgétaire, dit « Merkozy », qui risque d’étre adopté en catimini cet été par un Congrès (et non un referendum) qui mèlerait les voix des députés PS avec ceux de l’UMP.

    Donc, OK, Mélenchon dit des gros mots qui font peur aux socio-démocrates, OK il fait du vent avec sa bouche et des médias lui tendent le micro pour dire du mal de F.Hollande, mais sincèrement, ce n’est vraiement pas le plus important en ce moment.

    Merci (quand même) pour tes blogs, que je continue à lire avec régularité et intéret.

  3. Mélenchon est dans une logique d’avancée sociale. « il y aurait un rapport entre l’immigration et les difficultés sociales » c’est surfer sur la vague de l’UMPFN et ne rien faire avancer du tout.

    Or « le changement c’est pour maintenant » ou pas ?

  4. Peut-être que quelqu’un pourra m’expliquer … mais Mélanchon veut régulariser TOUS les immigrés … il est vrai qu’il soutient les migrations maghrébines … MAIS : cela veut dire à l’arivée EN MASSE de travailleurs à bas coût qui ne pourront que tirer les salaires des autres travailleurs vers le bas , ce qui, à mes yeux, est ce que veut le MEDEF ?Donc, tout en se prétendant de Gauche, il sert le Grand Capital, non ???

    1. En faisant régulariser les sans papiers il coupe justement l’herbe sous le pied des patrons peu regardant qui font venir illégalement de la main d’oeuvre sous payée et corvéable à merci parce que non déclarée. Quant à l’immigration en masse, que ceux qui n’arrêtent de raconter ce genre de connerie aillent un peu consulter son programme dans lequel il précise qu’il préfère voir les populations disposer de moyens leur permettant de vivre décemment chez elles. C’est une vraie coopération non concurrentielle qu’il faut et çà il le propose. Le patronat veut de la main d’oeuvre sous payée pour casser le marche du travail, ce n’est pas nouveau.

  5. Mélenchon me déçoit, il fait partie de cette vieille garde ou de cette vieille gauche empêtrée dans des idéologies d’un autre temps. Réguler l’immigration en période de crise ce n’est pas forcément une dérive vers l’extrême droite. Trop facile et pas honnête pour les citoyens, surtout pour les plus modestes qui subissent la difficile intégration d’une jeunesse au chômage et à la dérive.

  6. Il faut arrêter d’agiter l’immigration comme un problème.
    Le fait est que pour l’instant, nous avons l’immigration la plus faible au monde derrière le Japon.
    Les cadres africains sont de plus en plus formés par les chinois.
    Les pôles d’immigration les plus attractifs sont Dubaï et Pékin: ce sont des pôles de croissance et de développement, y compris pour l’Occidental de base.
    La vraie question est : avec une population vieillissante, un monde qui se développe différemment, de nouveaux partenaires potentiels non-occidentaux, avons-nous vraiment le luxe de se poser la question de l’immigration, avec ses bienfaits et ses méfaits. Le Monde s’est toujours développé grâce aux migrations, aux échanges.
    Toute société fermée sur elle-même finit par mourir d’une manière ou d’une autre.
    Bien que je comprenne Mélenchon sur ce sujet, je pense qu’il y a d’autres manières de poser le problème.
    Bien que je pense qu’au niveau de sa compréhension du monde extérieur et des autres cultures, il est en avance sur beaucoup, on peut l’expliquer différemment mais ce n’est que mon avis, encore une fois

  7. RosaL a bien résumé une grande partie de ce que je pense et Mélenchon n’est pas caricatural à mon avis . Sans doute veut-il taper fort comme il en a l’habitude mais on a besoin de gens comme lui .
    Je préfère son discours à celui de ceux qui ont décidé de fermer toutes les portes et les fenêtres au point que l’air y devienne vite irrespirable. Il est donc dans son rôle d’agitateur de consciences de la gauche comme il l’avait annoncé et je vois pas ce qu’il y a à redire.
    Cela dit François Hollande a été élu sur un programme. Valls était déjà ministre quand les législatives ont eu lieu . Tout le monde savait qu’avec lui les choses seraient ainsi ! Pourquoi s’en offusquer alors que les Français ont voté socialiste?
    Personnellement j’aurais aimé plus d’ouverture de ce côté là mais le plus important étant qu’il n’y ait pas stigmatisation des étrangers comme on a pu le connaître ces 5 dernières années . Et ça , pour l’instant c’est un des bons points de Hollande et Ayrault. Ce changement là il a lieu maintenant !

    Pour ce qui est du smic et autres « renoncements » notés plus haut , je sais c’est peu mais ce qui est certain c’est qu’avec Sarkozy il n’y aurait déjà même plus de SMIC du tout!
    Et puis pour un « vieux » comme moi 22 euros ça représente 144 Francs de notre époque. Je n’ai jamais eu un tel « coup de pouce » quand j’étais au SMIC ! Sauf quand l’inflation frisait les 13 ou 14% . Il faut donc arrêter de pleurer sur notre propre sort et attendre que soient prises toutes les dispositions prévues pour la solidarité avant de commencer à faire les éternels procès d’intention.
    Car les équations ne sont pas faciles à résoudre surtout quand les précédents ont laissé comme le disait Najat Vallaud Belkhasem « des cadavres dans les tiroirs » !
    http://kamizole.blog.lemonde.fr/2012/06/28/najat-vallaud-belkacem-la-droite-au-pouvoir-a-laisse-des-cadavres-dans-les-tiroirs/

  8. @Brigitteh

    « Mélanchon veut régulariser TOUS les immigrés »

    Non, tous les TRAVAILLEURS sans-papier.

    « il est vrai qu’il soutient les migrations maghrébines »

    Non, il ne prône pas le développement de l’immigration, il dit seulement que la politique de la France ne peut pas se passer d’un dialogue particulier avec les pays du Maghreb (et plus généralement de la Méditerranée).

    « cela veut dire à l’arivée EN MASSE de travailleurs à bas coût qui ne pourront que tirer les salaires des autres travailleurs vers le bas , ce qui, à mes yeux, est ce que veut le MEDEF »

    C’est mot pour mot l’argumentaire du FN. C’est plutôt la clandestinité actuelle qui empêche les travailleurs de se syndiquer et de lutter pour tirer les salaires vers le haut. Du point de vue économique, les travailleurs immigrés rapportent 12 millions de plus qu’ils ne coûtent (chiffres officiels 2010 http://droit.univ-lille2.fr/uploads/media/Rapport_Drees_EQUIPPE_V3_02.pdf)

    « Donc, tout en se prétendant de Gauche, il sert le Grand Capital, non ??? »

    Ou comment troller en faisant semblant de poser des « questions » auxquelles on amène des réponses à peine orientées.

  9. Bonjour Juan, j’abonde dans la réaction de Stef et coup de grisou, il faut arreter de carricaturer Jean-Luc Mélenchon, je pense que ça suffit, je suis votre blog depuis longtemps, j’ai très souvent été d’accord avec vous, mais je pense que Jean-Luc Mélenchon, qui d’ailleurs de s’en est jamais caché, a tjrs critiqué le programme de Hollande et du PS et dans la campagne quand Hollande disait c’est à prendre ou à laisser Monsieur Mélenchon avait répondu : »et ben nous on laisse » et aujourd’hui quand les décision du gouvernement ne lui conviennent pas, il est légitime qu’il le dise, il est dans son role!!!!et il le dit avec son ardeur et son vocabulaire très imagé et qui fait toujours mouche!!!!!! à vous lire bien à vous NANOUGK33

  10. La hiérarchisation ABRACADABRANTESQUE , qui a été pratiquée , depuis des decennies , par les centrales syndicales = Majorations des salaires , des pensions et ou retraites = Toujours distribuées en % = Des accords sociétés , et ou d’entreprises somptueusements hiérarchisés , Gestion des retraites complémentaires avec des « transfers » fréquents de fonds des non cadres aux profits des retraites complémentaires cadres ………..etc…= Le fait que la classe ouvrière soit court-circuitée à ce point par toutes les instances représentatives = Je ne vois qu’une solution , et après l’avoir bien réfléchie = Si au nom du fric , nous ne pouvons + empêcher la cupidité , que cette cupidité tue = IL NOUS FAUT RETABLIR LA PEINNE DE MORT . Tant que pour empiffrer les uns , on éliminera les celles et ceux qui ne peuvent « suivre » ce régime pourrit !
    ET SÜRTOUT = AVEC UNE SOCIETE PAREILLE + NE PAS ACCEPTER L’EUTHANASIE ……….
    Il est profondément regrettable que nous ayons , au nom du libéralisme , renoncé à Liberté , Egalité , Fraternité
    leprolo

  11. Sauf que Juan ne dit pas que les idées de Mélenchon sont caricaturales mais que les critiques qu’il fait à Valls le sont !!
    Pour le reste, je veux juste me désintoxiquer des propos tenus pendant cinq ans sur
    les malades, les immigrés, les handicapés, les chômeurs, les retraités, les rsastes etc….
    et redonner un sens à la politique….

    1. très juste votre analyse Sylvie ! Il faut lire Juan, pas survoler sa prose avant de s’enflammer.

      1. oui mais c’est une maladie qui se propage, on survole, c’est dommage, alors qu’on se prend la tête à écrire ce qu’on pense, c’est ce que j’écris dans mon dernier billet du matin…et dire ce qu’on pense je peux affirmer que Juan m’y a toujours encouragé

    1. Un titre détermine la lecture du billet, il doit accrocher si on veut partager nos idées, c’est vrai qu’on s’emballe un peu parfois

  12. POURQUOI HOLLANDE RESTE-T-IL CARICATURAL ?

    Pourquoi nous n’entrerons pas dans ce genre de gouvernement DE FROC BAISSE : le Canard Enchaîné du 27 juin titre en page 3 : La ministre de l’Ecologie était trop pétroleuse : Nicole Bricq a voulu tenir tête à Shell. Un peu trop au goût du Premier ministre. Shell avait signé un accord avec Sarko pour pomper du pétrole au large de la Guyane e la ministre avait souhaité envoyer paître les pétroliers. Le changement c’est çà : Nicole Bricq mutée au commerce extérieur et l’accord finalisé dès le 18 juin 2012.

    HOLLANDE :  » Après un mois de mandat, j’ai imposé mon choix en matière de croissance » La bonne blague. Il croit avoir arraché un volet de croissance de 120 à 130 milliards qui doit être adopté fin juin. « Tout ce qui se trouve dans le plan était déjà contenu dans un document formellement adopté le 12 octobre 2011 par la Commission européenne » dixit un proche du haut commissaire au Marché intérieur. Houa ! ce n’est plus le capitaine de pédalo, mais carrément le mousse de la planche à voile.

    D’après un copain du chef de l’Etat : »HOLLANDE a été complètement traumatisé par l’échec du référendum de 2005, où le PS s’est divisé alors qu’il en était le premier secrétaire et qu’il avait fait campagne pour le OUI (Ah les vilains nonistes et Mélenchon en tête). Depuis il est convaincu qu’il faut tenir une position médiane entre européens formalistes et anti-abandon de souveraineté. D’ailleurs, pendant la campagne électorale, il a navigué à vue entre les positions d’un Mélenchon et celles des socialistes pro européens. Conclusion du Canard : Encore un peu et les camarade rappelait cette formule chère à feu Mitterrand : « On ne sort de l’ambiguïté qu’à son propre détriment ».

    Comme dirait l’autre : HOLLANDE EST VICTORIEUX ET DECIDE… Bien sûr, bien sûr. C’est le changement de changement ? Froooc à terre !

  13. « Sans stratégie claire, Mélenchon tape sur Hollande »

    Extrait:

    « En l’absence de luttes sociales, la critique quotidienne du gouvernement risque vite de s’apparenter à une gesticulation sans conséquence (…)En réalité, nul ne comprend plus très bien la stratégie de Mélenchon. En l’absence d’explication de sa part, chacun en est réduit à interpréter son comportement. « Il n’a pas une stratégie particulièrement élaborée, confie un membre de son entourage. Il doit trouver ses marques et ses repères mais il n’a pas envie de se taire, encore moins de se faire absent pendant les 100 premiers jours, voire, les six premiers mois de la présidence Hollande » .

    Cette stratégie comporte des risques. A trop taper sur les socialistes, Mélenchon risque de se faire plus d’ennemis qu’il en a déjà, y compris au Front de gauche. Une partie des cadres du PCF, André Chassaigne en tête, est en effet favorable à une entrée des communistes au gouvernement. »

    Tout l’article:

    http://www.marianne2.fr/Sans-strategie-claire-Melenchon-tape-sur-Hollande_a220162.html

  14. Et il a récidivé en déclarant que c’est le PS qui a fait perdre les électeurs du Front de Gauche !
    Et bien je peux vous dire que parmi les électeurs communistes la révolte gronde car ils affirment que c’est Mélenchon qui leur a fait perdre des électeurs et donc des Députés qui faisaient correctement leur travail.
    Quant à André Chassaigne que cite Elie Arié, c’est un type formidable, réélu le 17 Juin avec…67,53 % des voix : le score parle de lui-même. Bien sûr ceux qui s’intéressent à la politique que tous les 5 ans ne le connaissent pas, ce n’est pas un tribun, il ne vocifère pas,et pourtant son action est de tous les instants et dans sa circonscription, et à l’Assemblée. Bénéficiant de mandats électifs depuis 1977 il entame sa troisième mandature de député dans une Assemblée où tout le monde l’aime bien et le respecte. Il a même réussi à lui seul à mettre en déroute le Gouvernement et à provoquer une crise en son sein en déposant un amendement surprise anti-OGM qui a été voté ! Il fut même un temps où il présenta sa candidature à la Présidentielle 2012 …mais il était trop gentil…
    Et je ne suis ni un électeur du PCF, ni du Puy-de-Dôme !

    1. Oh ! Croyez-moi, la révolte des électeurs communistes (dont je suis, sans être du Puy-de-Dôme) est nettement plus féroce à l’égard du PS que de Mélenchon. A ce dernier, ils ne reprochent que les remarques sur la stratégie de campagne législatives, et certainement pas la stratégie de campagne, élaborée avec le PCF.
      Quant à Chassaigne, que j’estime également, il est favorable à l’entrée au Gouvernement de la même manière que le PG ou le reste du PCF : à un certain nombre de conditions programmatiques (smic, BCE, traités européens…) qui ne sont pas vérifiées (coup de pouce misérable, négociations européennes mal barrées).

  15. Injustice :
    « Aujourd’hui, la situation économique et sociale ne permet pas d’accueillir et de régulariser autant que certains le voudraient » (Valls) peut se traduire formellement (par contraposée) par l’affirmation A : « davantage de régularisation => dégradation de la situation socio-éco », soit l’introduction d’un lien de causalité entre « immigration et les difficultés sociales ». L’affirmation que c’est un avis partagé par le FN n’est qu’un constat. La déclaration de Mélenchon est donc juste. (Reste à déterminer la pertinence de l’affirmation A : Valls (et le FN sur ce point) ont-ils raison ou tort ?)

    Fausse :
    « Valls se contentait d’expliquer, dans cette interview, qu’il fallait simplement appliquer la loi et que si la loi n’était pas claire, il faudrait la clarifier par circulaire », et aussi de justifier les quotas de la future politique migratoire. C’est sur ce deuxième point qu’attaque Mélenchon, pas sur le premier. La déclaration de Mélenchon n’est donc pas fausse.

    Contre-productive :
    Ton argument porte. On peut, au choix, se rabattre sur ce point sur la position d’Arié ou celle de Grisou. Mais tu pêche de la même manière lorsque tu attaques (à raison et justement) Valls sur la circulaire^^.

  16. Huttner, vous manquez vraiment d’informations… après pourtant une si longue pratique au PS?

    Si, vraiment, vous ne le savez pas: Mélenchon veut régulariser les travailleurs immigrés
    – ceux que le patronat fait venir pour les payer moins cher et au noir
    – ceux qui font des travaux que vous ne feriez pas (éboueur, femme de ménage , médecin payé la moitié des médecins formés en France … vous êtes vous une fois questionnée sur le « numerus clausus »? .. etc)

    Huttner, un peu de décence…

  17. Je suis bien d’accord que les critiques de Mélenchon sont
    caricarurales, faussement argumentées, et donc sans valeur,

    En fait que répondre à ce qu’il dit dans ces conditions sinon qu’en fait
    son vrai but c’est d’attiser pour se faire remarquer et
    pas du tout pour avancer dans la résolution de tel
    ou tel prolbème.

    C’est vrai que la relèvement de 2 % dont dont parle Clémentine
    Autain pour le SMIC si peu relevé parait plus convainquant,
    Elle aurait préféré « 2 Carembars par semaine plutôt que 1 ».
    (4 % au lieu de 2 %)

    Mais quand même alors ce n’aurait plus tout d’un coup été
    du « foutage de gueule ». ?

    C’est trop facile quand on tne ient pas les comptes
    d’accuser n’importe comment !!

  18. L’analyse de Clémentine Autain retarde de trente ans.En économie mondialisée, l’augmentation du pouvoir d’achat relance l’activité…des pays dont nous importons les produits; une hausse importante du SMIC créera des emplois…en Chine, et en détruira en France (délocalisations supplémentaires).Si la hausse du SMIC créait des emplois en France et augmentait l’activité économique, non seulement ce gouvernement l’aurait fait, mais le précédent aussi.

    Mais, avec la mondialisation de l’économie, l’ère du fordisme (« je paye bien mes ouvriers pour qu’ils achètent mes voitures ») est terminée; effarant, que le FdG ne l’ait pas compris.

    La Chine, elle, par contre, augmente le pouvoir d’achat des Chinois, qui ne peuvent qu’acheter chinois; et son marché intérieur (de 1,5 milliard d’habitants) prendra de plus en plus le relais de ses exportations, quand ses prix auront cessé d’être compétitifs.

    1. Allons bon ! J’espère bien que le FdG l’a compris, qui propose parallèlement des mesures de relocalisation, de protectionnisme et d’extension des droits des salariés.

      Et sinon que reste-t-il ? La baisse des coûts du travail (et donc du pouvoir d’achat), par les réformes « structurelles » à la mode : désindexation et/ou régionalisation du smic, précarisation etc ?
      Mesures qui plombent la consommation (et donc les chinois et nos boîtes qui vendent en France -si si, on en a !-), dès l’instant qu’on ne peut plus compenser la perte de pouvoir d’achat par le crédit, et qui boostent les exportations… du moment qu’on se saigne assez, et surtout que nos partenaires économiques n’aient pas la même idée (caramba, encore raté !).

      Allez, Arié. Faites nous part de vos propositions concrètes.

  19. A la questionn de savoir si JL Mélenchon « RESTE CARICATRAL », il me semble que le plus simple serait de ne pas l’être !
    Serait il possible de commenter ce qu’il dit exactement et non ce qu’ ON (??) lui fais dire.
    D’abord,c’est Bourdin qui lui demande de commenter ce qu’a dit Valls et pas lui qui décide « d’attaquer » ou de « vociférer » (selon Y.Thréard du Figaro) à propos des Socialistes
    il répond que
    1°) 30ooo est une ânerie (pourquoi 30ooo et pas 10ooo ou 50ooo). Ce qui est gênant c’est que c’est le chiffre de Sarko/ Guéant … comment donner un chiffre pour un phénomène mal connu Combien de SP ? qui peut le dire précisément
    2°) que cette généralisation et le lien établi avec chomage …. insécurité etc est un argumentaire mis en oeuvre par l’Extr Droite et l’UMP qui l’a suivie sur ce terrain. Maintenant faudrait il taire que d’autres s’y aventurent ???
    3°) Il ne s’agit pas de TOUS les Sans Papier mais de TOUS LES TRAVAILLEURS Sans Papier, exploités, taxés, imposés ….etc Cela fait une différence avec ce que certains écrivent !!!???
    4°) qu’être de « Gauche » c’est raisonner et avoir une vision qui parte de l’HUMAIN et pas d’a priori contre un tel ou un
    tel . Il ne suffit pas de s’autoproclamer de gauche pour l’être
    et enfin
    5°)que sur 20 minutes d’interview, il doit à nouveau passer du temps à commenter ce qu’a dit tel ou tel socialiste au lieu de pouvoir parler de SES idées ou proposition !!!

  20. @ Euterpe

    Je ne suis pas un homme politique qui a un plan secret et génial pour régler les problèmes, sinon je serais Président de la République depuis longtemps.

    Dans une économie mondialisée, qui est une guerre sans merci entre quatre ou cinq grands blocs (exactement l’inverse de la naïve « mondialisation heureuse » de Minc) on ne peut qu’essayer de détricoter tous les boulets que l’ Europe s’est elle-même attachée aux pieds par aveuglement idéologique libéral: la monnaie unique à remplacer par une monnaie commune, un protectionnisme sélectif (voir Jacques Sapir) soigneusement étudié en fonction des inévitables rétorsions qu’il entraînera, une relance par un peu d’inflation, la fin des délégations de souveraineté nationales remplacées par des coopérations renforcées entre Etats souverains.

    Inutile de préciser qu’on prend le chemin exactement inverse.

    http://www.marianne2.fr/Houellebecq-romancier-ou-visionnaire_a198250.html

  21. A Elie Arié : très joli mais le « on voit mal aujourd’hui quelle « rupture » économique, politique ou sociale pourrait interrompre le cours »…euh…ben si, on voit très bien quelle(s) « rupture(s) » pourrai(en)t « interrompre le cours » etc !
    1. Fukushima Daiichi unité 4 pourrait en avoir déjà interrompu complètement le cours. Si on ne répare pas les dégâts actuels du réacteur on peut quitter l’hémisphère nord, donc la politique-fiction qui table sur l’absence d’accident nucléaire et nie l’empoisonnement insidieux de la population par ses propres déchets reste bien décalée.
    2. Les crève-misère ne vont pas forcément rester les bras croisés et une guerre civile qui est sans arrêt sur le point d’éclater pourrait éclater pour de bon. Même si les médias le taisent de peur d’un effet boule de neige, les incendies journaliers de voiture ne diminuent pas (+ « Occupy », etc..).
    3. Les mouvements d’extrême-droite montant en Europe pourrait prendre le pouvoir.
    4.La fin des ressources énergétiques malgré les projets suicidaires (extraction de gaz de schiste et autres délires d’extractions sur la planète : océan pacifique, alaska) pourraient entraver pas mal de projets ultralibéraux.
    5. Le changement climatique pourrait (dans cinq ans disent les climatologues) provoquer tant d’ouragans, de typhons et de raz-de-marée en chaîne que toute l’économie mondiale sera définitivement paralysée.

    Bref, on est toujours dans l’utopie de notre puissance techno-scientiste et de notre « démocratie » inamovible.

  22. @ Euterpe

    Non, pas « très joli » du tout, mais je ne vois pas de retour en arrière possible, du moins de retour qui dépende de notre volonté :(« une guerre civile » entre qui et qui? Pour faire une guerre civile, il faut avoir un adversaire clairement identifié et savoir ce qu’on veut mettre et faire à sa place; les seules guerres civiles que je vois aujourd’hui se profiler, ce sont celles entre salafistes et démocrates dans les pays musulmans, qui correspondent à de vrais choix alternatifs).

    On aurait tort de voir dans cette perception du monde un quelconque pessimisme : il ne s’agirait là que d’une illusion venue du fait qu’il est facile de comprendre (sauf à se refuser de l’admettre) ce qui se meurt, mais impossible de distinguer ce qui naît, car l’homme n’est capable de prévoir l’avenir que sous la forme de répétitions de ce qu’il a déjà connu : nous pouvons donc être certains qu’aucun des scénarios que nous envisageons (un long règne du capitalisme après quelques « réajustements », un retour du communisme, une grave crise économique débouchant sur des régimes fascisants ou sur une nouvelle guerre mondiale –entre qui et qui ?-, etc.) ne se produira, car le seul enseignement à tirer de l’Histoire est qu’elle nous sert toujours de l’inédit, du jamais vu ni même jamais imaginé : nous prévoyons l’avenir en nous livrant à une simple extrapolation des phénomènes en cours, qui ne sont que l’écume des choses, alors que l’Histoire est faite de ruptures brutales, de séismes, provoqués par les puissants phénomènes tectoniques profonds qui nous échappent.

    C’est vrai qu’il est rageant de devoir admettre son impuissance actuelle à influencer le cours des choses; mais l’objectivité impose aujourd’hui ce constat, et j’ai passé l’âge de me raconter des histoires à moi-même.

    1. Je ne crois pas non plus à une quelconque répétition de l’Histoire. S’il y a une répétition c’est celle des confilts de pouvoir.
      Et par guerre civile j’entends surtout guerilla civile.
      Une guerilla permanente avec des mouvements invisibles type E.T.A. D’ailleurs nous avons déjà cela depuis au moins la Fraction Armée Rouge. Al Quaida est un mouvement du même type, il s’agit d’une guerre qui ne touche que les civils, disons.
      Les puissants sont visés mais ce sont la plupart du temps des anonymes qui meurent.

      Ou des massacres entre « ethnies » (je pense aux idéologies répandues par les partis type FN) orchestrés par des puissances ayant intérêt à les inciter, comme au Rwanda.

      Je crois à une disparation lente ou moins lente de la paix relative que nous avons connue pendant la guerre froide du fait des injustices sociales grandissantes et des conditions environnementales de plus en plus catastrophiques.

      Si vous sortez de chez vous, prenez un sac à dos et allez vous balader seul en Europe en covoiturage, en bus ou en train par exemple, en vous arrêtant dans une capitale ou l’autre, vous allez voir des familles entières dormant dans les halls de gare, des gens poussés à la délinquance, des contrôles de police pires qu’en RDA et toutes sortes de choses ahurissantes. Si vous prenez l’avion vous serez contrôlé comme dans une prison.

      Mais les gens s’habituent à un état concentrationnaire. Ils ne se rendent plus compte de rien.

      Et l’environnement est dans un état effrayant. Ceux qui vont se baigner dans le Cotentin le font à leur risque et péril. Les containers de déchets radioactifs fuient depuis longtemps. Il faut arrêter de se baigner dans les eaux normandes. Elles sont très contaminées. Mais l’État se tait criminellement à ce sujet.

      Si nous ne sortons pas du système ultracapitaliste le plus vite possible, nous n’atteindrons jamais 2040 de toute manière.

  23. @ Euterpe

    Le système communiste n’était guère moins polluant que le système capitaliste, au contraire.

    Sinon, pas besoin d’aller très loin pour voir les guerres absurdes: les guerres de l’ex-Yougoslavie qu’on nous présente comme « ethniques » étaient, en réalité, des guerres purement religieuses (Croates catholiques romains, Serbes chrétiens orthodoxes, Bosniaques musulmans) entre gens de même ethnie. Mais dire « les catholiques romains ont procédé à un massacre de populations civiles d’une autre religion « , ça la fout mal, alors on dit « les Croates ont procédé à un nettoyage ethnique », c’est davantage dans les normes désormais admises.

    Putain de religions, putain d’humanité à la con.

    1. Personne n’a dit que le système communiste était l’entité du système capitaliste (autrefois peut-être qu’on disait cela mais plus aujourd’hui).
      Tout système productiviste est capitaliste. Le communiste tel qu’il fut appliquer à l’est était un système de type capitaliste d’où la pollution.
      Quant à la religion ce n’est pas la vraie cause des guerres, c’est juste un paravent qui masque d’autres intérêts.

  24. A Elie Arié : c’est certainement un livre intéressant avec des idées valables pour la plupart, je le pense tout à fait. Seulement il ne donne pas aux générations qui viennent après vous, envie d’avancer. Il revient à dire : le bateau coule concertons-nous pour savoir quel meuble sauver. Pas d’accord personnellemetn pour m’occuper de sauver des meubles. Je suis partisane avec Paul Ariès (dont la vidéo s’affiche après votre interview) de montrer l’exemple de la décroissance économique. Il y a assez de gens qui pense comme moi pour que nous finissions par nous faire entendre. Car tout grand mouvement commence petit.
    Et je ne vais sûrement pas surfer sur une position défaitiste.

    En tout cas, si vous êtes un humaniste, vous ne devriez pas cautionner la prositution. Je cite une copine :

    “La plupart des hommes n’ont jamais payé pour ça et n’ont pas envie de le faire. Je trouve donc bien étonnant le tonnerre médiatique pro-prostitution. C’est vraiment la minorité exploiteuse des femmes qui s’exprime. Il faut en avoir conscience. Que les hommes qui n’ont pas envie de ce genre de rapport le disent… vous êtes la majorité !”

    Si vous êtes un homme n’hésitez pas à signer ICI http://zeromacho.eu/index.html#SIGNEZ… ou ICI http://www.abolition2012.fr/

  25. @ Euterpe

    Mais c’est vous qui avez décrété que je cautionnais la prostitution, on ne va pas recommencer.

  26. A Elie Arié : oui, c’est vrai, je me souviens, vous êtes un abolitionniste pro-prostitution.
    Autrement dit intellectuellement malhonnête.

  27. @ Euterpe

    Je ne veux absolument pas recommencer ce débat avec vous, qui estimez être la seule vraie abolitionniste de la planète et même de la galaxie (c’est dire si la cause de l’abolitionnisme serait alors mal partie!), mais je tiens à rectifier vos propos pour ceux qui nous lisent, car, moi, je signe toujours ce que j’écris de mon vrai nom (et je ne répondrai pas à vos éventuelles réponses).

    Je ne pense pas qu’il faille s’abriter derrière le faux prétexte de la recherche de la méthode qui permettrait d’abolir définitivement et totalement toute a prostitution avant d’agir: tout ce qui permet de faire régresser la prostitution, même partiellement, doit être mis en œuvre; à cet égard, la pénalisation des clients, telle qu’elle est appliquée en Suède, semble être une mesure efficace, donc méritant d’être essayée.

    Mais je pense que toute méthode de lutte contre la prostitution doit être évaluée quant à ses résultats: sinon, elle ne sert qu’à se donner bonne conscience; et certaines études réalisées au Danemark, qui a également adopté la pénalisation des clients, semblent indiquer qu’elle n’a pas fait reculer la prostitution, mais l’a rendue clandestine, et, de ce fait, n’a fait qu’aggraver les conditions de sécurité des prostitué(e)s sans en diminuer le nombre; et qu’il est irresponsable de fermer les yeux sur les échecs et de ne rechercher qu’à donner de soi-même une image abolitionniste, sans se préoccuper du sort réel des prostitué(e)s; or, j’ai passé l’âge de me préoccuper de mon image.

    En fait, je pense qu’il faut associer les différentes méthodes, et non choisir entre elles: pénalisation des clients (et aussi des clientes, car le phénomène se développe: ce n’est plus exclusivement une question de féminisme), lutte contre le proxénétisme, lutte contre les filières étrangères d’importation de prostitué(e)s, lutte contre le tourisme sexuel, modification des stéréotypes de l’image de la femme véhiculés par la société y inclus dans l’ Éducation Nationale, etc., l’ensemble ne pouvant aboutir qu’à une diminution de la prostitution, et sans doute pas à son éradication complète(pas plus qu’on ne parviendra un jour à une société sans aucune forme de délinquance, ce qui ne doit pas empêcher sa prévention ni sa répression).

    Et je n’ai pas d’avis sur la prostitution occasionnelle et individuelle, à laquelle ont recours certaines femmes (ou hommes) de tous âges, sans aucun proxénétisme et de leur propre chef, pour boucler de temps en temps une fin de mois, voire pour améliorer leurs revenus; là, il me semble qu’on commence à toucher aux libertés individuelles: affreux, n’est-ce pas? J’assume.

    .

Les commentaires sont fermés.