Blogueur de gouvernement ? Yallah!


L’expression est mon confrère, frère de combat blogosphérique énervé, Marc Vasseur. Les lectrices/lecteurs de ces Coulisses savent combien Marc a compté aux origines des LeftBlogs.

Marc s’agace de la hausse de la CSG, comme d’autres mesures, parfois non annoncées, du gouvernement Hollande/Ayrault: « Le réveil est difficile ? non l’espoir était déjà fort mince… Je souhaite bon courage aux blogueurs de gouvernement pour défendre cette mesure…« 

Il conclut son billet par une formule, et Nicolas J, autre pilier de notre blogosphère de combat, prend la balle au vol: « Je ne suis pas un blogueur de gouvernement, je n’ai aucun contrat avec personne, j’ai par contre la conviction que tout ce bordel n’est pas facile à gérer et qu’il faut parfois rester droit dans ces bottes, comme dirait l’autre, tout en étant fidèle à des choix politiques que j’ai faits, en l’occurrence voter pour une majorité qui me semble être la seule capable de sortir le pays de la situation dans laquelle il est. »

Capitaine Haka s’inquiète pour nous: et si un être nous manquait ?

Cette « polémique » est récurrente, et elle n’est pas prête de faire long feu.

1. A gauche, nous manions facilement la critique interne. Rien de grave donc, rien d’anormal non plus. Quelques trolls et supporteurs sarkozystes croient y voir les prémisses d’une division, les signes avant-coureurs d’une déception collective majeure à l’encontre de François Hollande. Ils se trompent. Il y a eu un immense élan pour virer l’ancien Monarque de l’Elysée, mais personne n’a oublié les tout aussi immenses disputes internes à l’opposition.

2. Comme Nicolas, j’ai soutenu Hollande pendant sa campagne (mais plus tardivement que lui). En tant que blogueur politique, je critique Hollande ou ses ministres quand je veux critiquer. Je les soutiens quand j’estime naturel de les soutenir. Je ne suis pas rémunéré pour cela. Je n’ai rien à gagner, même professionnellement.

3. Je me censure parfois dans la critique pour la même raison qui hier me conduisait à écrire Sarkofrance: par souci d’efficacité. Parfois, la critique est inutile. Je ne suis pas un « esprit pur »,  je cherche le compromis car la vie – politique, sociale, privée, professionnelle – est faite de compromis. Il faut simplement que ces compromis soient supportables.

4. Comme Nicolas et bien d’autres blogueuses/rs, je suis fichtrement content de ne plus être uniquement un blogueur d’opposition. C’est psychologiquement reposant d’écrire positivement.

5. Contrairement à la période Sarkofrance, je n’ai plus l’obligation de chroniquer le pouvoir. Je peux même m’arrêter quand je veux. Dès les premiers couacs de la présidence Hollande (je reprends l’expression usée à droite), j’ai reçu des messages de ravissement de quelques mauvais perdants sarkozystes sur le thème: « tu vas voir maintenant combien ces 5 prochaines années vont être très très longues« . Le seul hic de l’argument, c’est que je ne me projette absolument pas aussi longtemps. Je blogue « sur la lancée », grâce à l’aimable soutien de lectrices et lecteurs. Mais tout peut s’arrêter. « Ah non, il faut que tu restes constater l’échec de Hollande!! » couinent déjà certains. Roooo… Ben non, il ne faut rien… Nous avons gagné. Sarkofrance était là pour aider à défaire Sarko. C’est fini, c’est fait. Il a perdu. Maintenant, on pourrait bel et bien laisser ces rageurs sarkozystes déçus crapahuter tout seuls vers les monts de la gloire blogosphérique.

 

15 réflexions sur « Blogueur de gouvernement ? Yallah! »

  1. Et si la droite, en coordination avec Sarkozy, avait finalement tout fait pour perdre ? Sauf qu’elle n’espérait pas la déculottée des législatives afin de se refaire une santé et devenir une opposition crédible. Et puis zut ! Pourquoi se poser des questions. Sarko devait être déménagé, lui et sa clique. C’est fait ! Que la gauche fasse maintenant son travail en donnant toutes les explications pour chaque décisions prises et surtout qu’elle agisse dans les priorités attendues. Il est des promesses qui, si elles voient ou ne voient pas le jour, ne changeront pas la face de la France.

  2. En fait, on est par bien des points encore complètement en Sarkofrance. Les défilés militaires comme en Corée du Nord, en Iran et dans je ne sais quelle autre dictature, y en a quand même sacrément ras-le-bol mais ca n’a pas l’air d’effleurer le démocrate de gauche que prétend être Hollande pour lequel on a voté en espérant qu’il se démarque de l’UMP. Après il ne faut pas s’étonner que sa popularité soit en chute libre.

  3. s’il supprimait le centenaire défilé du 14 juillet , sa cote chuterait encore plus vite et plus fort

  4. @ bobcestmoi : pas sûr que ce serait pareil s’il avait rompu au préalable avec V.T. On le sent timoré à bien des niveaux.

  5. A tous les « critiqueurs » ; avez-vous, dans votre propre existence essayé de contenter tout le monde ? J’attends une réponse honnête !
    A part ça, je crois que même Dieu n’y est pas parvenu.

    Personnellement j’avoue respirer beaucoup mieux depuis que le petit s’est fait virer. De là à attendre des miracles ….impossible, je suis athée.

    Merci Juan pour votre ténacité et bonnes vacances.

  6. …pas d’accord avec Euterpe !
    La très haute symbolique que représente la commémoration du 14 juillet 1789, ( Bastille, Fédération ) ne doit pas être zapée !
    Dans l’esprit populaire cette Fête française reste la plus importante manifestation nationale, celle du rassemblement, de la réconciliation, de la liberté acquise au prix du sang !
    Celui ou celle qui remettrait en cause cet événement, grave et festif en même temps, s’exposerait à de sévères représailles, alimentées par la colère et la réprobation du peuple toutes tendances confondues !!
    Rien à voir avec les dictatures, qui malheureusement, sévicent encore de part le monde et qui font défiler leurs armées, uniquement pour exposer leur puissance au petit peuple et le garder sous controle !

    1. @Waroutcho, je suis d’accord que la symbolique est importante et le 14 Juillet, jour de fête nationale aurait dû reter une fête populaire. D’ailleurs napoléon les avait supprimées de 1800 à 1840 .Mais les défilés militaires ont commencé en 1870 après la guerre franco-allemande et cette fête est devenue une fête nationaliste ce qui est très différent .
      Je ne suis pas fan non plus de ces démonstrations militaires et je ne les regarde jamais à a télé n’étant pas parisien.

      Je suis d’accord aussi pour laisser du temps au temps à Hollande qui jusqu’ici a tenu son agenda . cependant ça urge pour une bonne partie de la « France d’en bas » et les mesures devront être concrètes pour pouvoir sentir que « le changement c’est maintenant ».

      Cependant il y aura des Bastilles plus difficiles à prendre que d’autres et celle de la finance internationale en fait partie. Car il ne peut y avoir de réconciliation entre les travailleurs qui se tuent au boulot et ceux qui aimeraient en avoir avec les spéculateurs de tous poils qui leur tondent la laine sur le dos . Il viendra bien un jour où il faudra aussi faire tomber ce bastion sinon nous ne verrons jamais le bout du tunnel dans lequel ils nous ont précipités.
      La séparation des banques de spéculation et d’investissement en est sans doute une première étape mais je me demande comment on va faire pour tout contrôler sachant que les spécialistes en capitalisme ont toujours su détourner les lois ou les faire voter à leur profit . Vaste débat !

      1. j’ajouterais (aux propos de coup de grisou sur le défilé) qu’en plus la Bundeswehr défile aussi. Aura t-on bientôt un concentré de militaires européens qui ne défilent pas chez eux pour ne pas faire dictature mais paradent plutôt à Paris ? Où est le rapport avec la révolution francaise ?
        Pour les anciens combattants, il y a déjà le 8 juin et le 11 novembre. Et en principe (on l’espère du moins), ils ne sont pas militaristes.
        Le changement c’est aussi là qu’il devrait se manifester.
        On n’est pas très fier que notre économie tourne grâce au commerce des armes.
        Ce défilé est surtout une vitrine publicitaire et commerciale très moche.

  7. « Rien à voir avec les dictatures, qui malheureusement, sévicent encore de part le monde et qui font défiler leurs armées, uniquement pour exposer leur puissance au petit peuple et le garder sous controle »

    Rien à voir…c’est ce que vous pensez. Mais vu de plus loin, d’au-delà des frontières de la France, ca fait très Corée du Nord, désolée.

  8. @ Juan

    Avec l’alternance, il sera tout de même intéressant de voir quels reproches faits à Sarkozy relevaient de sa propre politique, et lesquels étaient liés aux cadres contraints dont Hollande ne peut ou ne veut pas sortir (mondialisation, règles de l’ UE libérale, lutte contre le déficit budgétaire, etc.); ce qui, logiquement, devrait vous amener…à une certaine autocritique pour tout ce que vous avez mis sur le dos du seul Sarkozy.

    1. Elie Arié , Personne n’a jamais tout mis sur le dos de Sarkozy .
      C’est lui qui a voulu tout gérer tout seul de la cave au grenier , c’est lui qui a toujours désigné les boucs-émissaires et non pas le contraire .C’est lui aussi qui s’est précipité sur les thèmes du FN . Ce qu’on lui a reproché? D’être en perpétuelle agitation uniquement dans le but de redorer son blason. Son quinquennat n’a été qu’une perpétuelle campagne présidentielle ponctuée de crises de lus en plus hystériques.
      Un seul exemple : le Grenelle de l’environnement tout droit sorti de son chapeau à une période où le vert se vendait bien et l’abandon sitôt que le créneau n’était plus porteur . Ce n’était pas de la politique à long terme mais de l’opportunisme de bas étage .
      Par contre, bien évidemment qu’il n’était pas le seul responsable de la crise sauf qu’il a toujours défendu les mêmes thèses que ceux qui nous ont mis dans cette panade et que le déficit budgétaire non seulement il l’a creusé mais il l’a fait payé aux plus pauvres .
      C’est …je l’espère ce qui fera la différence entre son comportement et celui de Hollande.

    1. @ Euterpe, coup de grisou,
      Je n’ai pas parlé du côté mercantile et vitrine publicitaire même vu au-delà de nos frontières !
      Les français de l’intérieur ( et de la France d’en bas ) dont faisait partie ma famille, ont gravés dans la tufffe, les noms et prénons de nos frères, pères, oncles, cousins dans plusieurs villages bretons et normands,  » tombés aux champs d’honneur » ou  » mort pour la France  » ! La Patrie reconnaissante !
      C’est de celà que je voulais parler, c’est a cette symbolique là que je faisais référence, à cette émotion qui nous unie lors des commémorations du 14 juillet !
      C’était le seul jour de l’année que notre mère nous habillait comme les riches et que notre père nous permettait  » de rester derrière lui  » !!
      Pour le reste vous avez certainement raison !!

  9. Juan, ce mot juste pour te dire Merci si j’ai pu tenir Pdt 5ans c’est aussi grâce à to blog et en voyant ts les commentaires des sarkozystes je me dis qu’ils sont liés par la bêtise ; de gauche depuis toujours Segoleniste et écolo pr tjrs j’ai soutenu FH des le 2ème tour des primaires et je sais que l’état du pays est catastrophique mais nous avons un Gvt qui a le souci de l’intérêt général et qui agira ds ce sens…Juan encore une fois Mille Merci

  10. Je vais vous dire : je suis de gauche et j’aime les défilés militaires : cherchez l’erreur ; il n’y en a pas : je suis d’une famille où l’armée, défense de la patrie, est importante : ma mère, de gauche, a été militaire et blessée de guerre pendant la dernière guerre. Elle a aujourd’hui 91 ans, a toute sa tête et a voté Hollande par conviction. Nous avons regardé ensemble le défilé. Je ne parle pas de mon père, lui aussi engagé lors de la dernière guerre, qui est décédé à 85 ans, qui aimait les défilés militaires et qui était de gauche. Et pour autant je n’ai pas l’impression de vivre en Corée.
    Salutations.

Les commentaires sont fermés.