PSA: il faut lire Marianne


C’est très simple, et très bien résumé. L’édition de la semaine de Marianne revient sur l’affaire PSA, sous forme de Questions/réponses.

1. Le gouvernement pris au piège ? Vrai

Les dirigeants socialistes s’attendaient à un plan social, dont l’annonce a été retardée pour des raisons politiques; mais pas d’une si grande ampleur.

2. PSA, victime de la crise ? Vrai.

Le marché européen s’est effondré depuis 2008 et, en France, depuis l’artificielle prime à la casse de Nicolas Sarkozy.

3. PSA pas assez mondialisé ? Faux !

PSA produit davantage de voitures hors de France que Renault. Et boum !

4. Le coût du travail trop élevé en France ? Faux !

Primo, dans l’industrie et notamment automobile, la main d’oeuvre coûte moins cher qu’en Allemagne qui exporte mieux que la France. Deuxio, la main d’oeuvre ne compte que pour 5% du prix d’une automobile…

5. La faute à la famille Peugeot ? Pas faux.

Les actionnaires se sont largement servis avant 2007 (environ 50% des bénéfices contre 20% chez VW).

16 réflexions sur « PSA: il faut lire Marianne »

  1. conversation entre qui et qui..car ces explications paraissent un peu succinctes

  2. oui enfin, victime de la crise sans doute mais pourquoi donc une bonne partie des européens se portent mieux que Peugeot ? Pourquoi donc Fiat a racheter Chrysler en pleine crise aux USA ?

    Sans doute que l’une des clés des difficultés de Peugeot se trouve dans une mauvaise stratégie consistant à peu ou pas lier d’alliance et surtout aucun rachat majeur comme a pu le faire Renault en rachetant Nissan.

    Bref de mon point de vue la stratégie de Peugeot est en cause et est la raison principale de ses difficultés.

  3. Il faut raison garder; beaucoup de constructeurs automobiles ont eut des difficultés…aujourd’hui c’est Peugeot. Depuis son existence Peugeot à fait gagner des milliards à l’état et permis à des milliers de familles de vivre par leur travail.

    Depuis 1900 cette Sté familiale fait honneur à la construction automobile française et possède des ressources pour sa pérennité: la restructuration sera douloureuse sur le plan humain, là est le problème majeur.

    Les politiques devraient avoir le profil bas quand on voit les mauvaises gouvernances depuis l’arrivée de Mitterrand qui a accordé des avantages sociaux qui étaient financés par l’emprunt et non par des recettes économiques : bref on vivait au-dessus de nos moyens.

    L’économie d’entreprise ne peut tricher, s’il n’y a plus de clients il faut « fermer boutique ».
    Dans le cas présent l’excès de production automobile oblige Peugeot à fermer une usine.

    Un politicien rejettera sa responsabilité, un entrepreneur assume, là est la différence.

    Si une majorité de députés étaient des chefs d’entreprise…..

  4. quizz/devoir de juillet: c’est Peugeot qui s’y colle

    c’est vrai, on n’a pas l’habitude
    inventons le-calendrier
    (on mettra Noël en décembre)

  5. Un entrepreneur assume… Peut-être. Quant au patron de grand groupe, il a surtout à assumer sa prime de départ, le pauvre !

  6. elia
    22 juillet 2012 à 06:42
    Un entrepreneur assume… Peut-être. Quant au patron de grand groupe, il a surtout à assumer sa prime de départ, le pauvre !

    …..Sur sa prime il paiera des impôts, elle lui est accordée par les actionnaires dans un contrat à l’embauche….Libre à eux de fixer la rémunération.
    gérer 100 000 personnes est une responsabilité d’importance supérieur à un joueur de foot qui gagne beaucoup plus.

    Nous sommes dans une Société de liberté avec des excès possible.
    Les politiques paient des impôts sur la moitié de leur indemnités….pourquoi l’acceptons nous?

    1. Impressionnante, la réfutation. Que d’arguments imparables ! On reste saisi par la puissance de l’argumentation.

  7. A lire l’argumentation de vos détracteurs (aucune réponse à vos 5 affirmations), la vérité (révoltante) est sous votre plume. Les lecteurs de Marianne me déçoivent !!!

  8. Juste une erreur sur les chiffres des véhicules construits hors d’Europe. En effet, raisonne-t-on en pourcentage ou en millions de véhicules ? Avec ou sans Dacia, qui a canibalisé le bas de gamme renault ?

Les commentaires sont fermés.