Reste politisé, petit jedi.


Oulalalala. J’ai énervé trois, peut-être cinq supporteurs de Fabrice E. hier. Pas grave. L’un d’entre eux a écrit un joli billet (sans sarcasme): « Politisé mais surtout apolitique ».

Mais je reste en désaccord sur le fond: l’engagement politique est aussi une affaire d’efficacité. Et celle-ci suppose de se rassembler, de négocier, de faire des compromis. Les lectrices/lecteurs réguliers de ce blog savent combien l’efficacité est (malheureusement) une préoccupation majeure de votre serviteur.

Mais l’article dudit blogueur vaut le détour, car il pose une question quasi-quotidienne: doit-on rester a-politique pour rester politisé ?

Les bonnes idées ne sont pas réservées à la gauche et les mauvaises à la droite, ou vice-versa. Les bonnes idées sont le fruit d’une réflexion, parfois d’un travail collectif, tout comme les mauvaises. On pourrait d’ailleurs débattre de l’idée même de bon ou mauvais, ça dépend du point de vue qu’on a, du contexte de la personne qui observe, des intérêts et de tout un tas d’autres choses.

Sur le fond, il a raison. Mais c’est un peu la version Bisounours de la vie tout ça, non ? Dans la vie, la vraie, on (1) négocie et (2) créé des rapports de force.

Sinon, on espère être un artiste, ou rester un pur esprit.

31 réflexions sur « Reste politisé, petit jedi. »

  1. lu le billet en question. Je sais que cela se fait beaucoup de dire « tous les mêmes » mais je suis toujours surpris de voir que l’on s’intéresse toujours si peu au projets de société au profit des questions de personnes. Je suis aussi surpris de voir que la posture « tous les mêmes » donne un côté distant et au dessus de la mélée alors qu’il s’agit souvent d’une posture superficielle.

  2. Personnellement j’ai voté Hollande alors que je m’étais promise de ne pas le faire étant donné que je ne fais aucune confiance à ce bonhomme mais puisqu’il était question (ici) de virer Sarkozy et de surveiller les agissements du PS, j’ai suivis le mouvement. Mais là je me sens un peu flouée de ton côté aussi. Ne serais-tu pas en voie de devenir l’organe du PS au lieu de faire le travail de vigilance que tu nous avais promis après les élections ?
    Personnellement je ne comprends pas tes critiques à Fabrice E. et il n’y a rien de bisounours dans la citation de son billet. C’est l’ultralibéralisme qui est dans la négociation et le rapport de force (surtout le rapport de force). Alors que l’humain a toutes sortes de facettes mises de côté par les néolibéraux, en particulier celles qui s’avèrent indispensables à tout changement.

  3. hello Euterpe: j’ai très certainement voté avec plus d’enthousiasme que toi pour Hollande. Mon blog était (et demeure) antisarko avant tout. Rien de plus, rien de moins. Maintenant que Sarko n’est plus là, la vigilance change de forme: je me sens plus dispo pour tacler où je veux quand je suis en désaccord. A droite, à gauche, chez des confrères/consoeurs, etc.

    1. Bon je retire ce que j’ai dit. C’est vrai que tu as aussi taclé Belkacem néanmoins sur ce coup (et sur celui de Belkacem) à mon avis tu fais fausse route (mais je peux me tromper).

    2. Cher Juan
      Je comprends très bien votre position et ce que vous répondez à Euterpe. Néanmoins je partage un peu son inquiétude et un début de frustration.
      Autant être sincère…

  4. Je suis d’accord avec toi Juan, la discution et la négosiation sont les seules façons d’évoluer positivement !, bonne journée.

  5.  » Les bonnes idées sont le fruit d’une réflexion, parfois d’un travail collectif…………………. »

    c’est tellement vrai, c’est d’ailleurs pour ça qu’il faut se poser des questions sur les bonnes idées de GG qui a travaillé tout seul, entouré de collaborateurs allongés pendant 5 ans

    c’était le passage antiGG de la journée. Ayant été basique à outrance, je ne souhaite pas ennuyer plus longtemps les intervenants plus doués

    merci de votre attention. J’attends la prochaine photo pour faire mon lot de bisous aux copines pendant que ma femme s’est absentée

  6. j’adore la chute du billet: les problèmes de violence au Bahrein, je connais très très bien.
    Le souci qu’il y a vraiment, c’est que ce sont des chiites qui veulent l’introduction de la charia chiite dans les lois de Bahrein, ce sont des personnes issues de l’immigration iranienne ou pakistanaise et représentent environ 40% de la population: ils réclament le voile pour toutes les femmes, les ayatollah etc….En fait, je ne pense pas que les méthodes utilisées par le gouvernement de Bahrein soient les bonnes mais je pleure de rire quand on en fait des victimes…excusez-moi…Les mêmes personnes veulent aussi détruire les saoudiens comme gardiens de la Mecque et hurlent contre leurs collaboration avec l’Occident en les traitant de traîtres….
    Je suis désolée c’est pas drôle mais…j’arrête de commenter parce que je ris trop…
    désolée Juan…

      1. Chère Euterpe, je tiens mes informations de chiites eux-mêmes, ils ne sont pas cachés, tu as des groupes de soutiens sur Facebook pour relayer leurs dires. Les mêmes sont persécutés aussi au Pakistan.
        Et tués par des milices d’Al Khaida dans l’indifférence générale.
        Ce sont des gens très « gentils », mis à part leur intolérance religieuse manifeste et aussi leurs propensions intégristes et ennemis des droits de l’homme
        Je tiens aussi mes info de certaines sources bien plus fiables que RSF qui ont montré leurs failles de nombreuses fois.
        A Genève et alentours, on est au courant de certaines choses…
        Tiens un lien pour expliquer
        http://www.tebyan.net/islam/miscellaneous/islamicgeography/2012/3/5/202450.html

        et un autre par rapport au Pakistan, certains pensant même que le gouvernement orchestre ces massacres qui sont commis dans l’indifférence, y compris celle de RSF?
        http://fr.globalvoicesonline.org/2012/03/06/100550/

    1. Rosaelle

      Vous devriez vous informer davantage. (Ou éviter d’aborder les questions si compliquées).
      En tous les cas rire un peu moins.
      Un foulard sur une tête ça vous rend hystérique dirait on…. Mais ces femmes ont bien d’autres problèmes…. par exemple elles meurent nombreuses en couche parce que les régimes prédateurs, occidentalo soumis que vous chérissez les laissent sans les soins minimum…. ca, ca vous laisse de marbre.
      Pas assez blogogéniques ces autres problèmes ? pourtant infiniment plus graves !

      1. On rit parfois pour ne pas pleurer…
        Mais on soutient les opprimés, et c’est bien, puis quand ils se révèlent anti-occidentaux et islamistes, on les accable.
        On ne supporte pas l’intolérance qu’on a chez soi bien souvent.
        J’ai donné deux liens pour expliquer, Juan doit les valider.

  7. Bonjour, je tiens à préciser que je ne suis fan de personne, Fabrice étant une personne, je n’en suis pas fan. Rassures-toi, tu ne m’a pas énervé, c’est bien de pouvoir parler et échanger, encore plus lorsque l’on est en désaccord

    Je ne m’engage pas « pour » la politique mais j’observe ce qu’il se passe de façon quotidienne, entre déclarations, lois, projets, j’effectue ma veille et commente, que ça soit bien, ou non (je n’ai d’ailleurs pas manqué de saluer les dernières déclarations de Fleur Pellerin, après le flop sur la Neutralité du Net et Google)

    Dans la vie, la vraie ? Ma vie me semble bien réelle et pourtant je ne négocie rien ni ne crée de rapport de force (encore que, je vais revenir sur ce point)

    Lorsqu’une proposition arrive et qu’elle me / nous semble mauvaise, nous le faisons savoir : mail, coup de téléphone … ACTA est un bon exemple : des citoyens se sont opposés à cette loi pour le contenu et non parce que c’était tel ou tel parti qui l’avait crée.

    HADOPI est également un bon exemple de mobilisation, même si le résultat n’a pas été le même : nous avons eu de longs débats avec des députés (tous bords confondus), les coups de téléphone, mails, rendez-vous, réunions etc ont été nombreuses.

    Pour autant, beaucoup de personnes n’étaient et ne sont pas dans le monde de la politique, elles ont simplement vu des faits qui semblaient mauvais et se sont exprimées.

    Au final, c’est peut-être ceci qui crée le rapport de force et je suis donc en partie d’accord que pour gagner, il faut un rapport de force en faveur d’un « camp » ou de l’autre, sinon c’est foutu.

    Je vois ceci comme une sorte de démocratie directe, une « politique a-politique ou a-partisane », Internet est d’ailleurs un très bon moyen de démocratie directe (toujours selon moi).

    Bref, je comprend tout à fait ton point de vue, mais je suis en désaccord avec ce dernier. Accordons nous sur un désaccord 🙂

    1. je suis peut-être d’accord avec toi sur le poids d’Internet et la pression directe. Même si elle était organisée, la petite mouvance LeftBlogs née des décombres de 2007 n’était pas autre chose, à gauche mais hors parti quand même. Mon vrai désaccord avec les quelques lignes de ton billet est un peu différent: je ne veux ni ne peux me résoudre à faire de la politique au-dessus des politiques. gauche, centre, droite, écolo, etc, peu importe. Mais même pour une cause (par ex la défense des sans-papiers via RESF), je ne fais pas, ne veux pas de « non-choix ».

  8. « J’ai énervé trois, peut-être cinq supporteurs de Fabrice E. hier. Pas grave. »

    Trois gus dans un garage ?

    Anéfé©. le changement c’est maintenant™.

  9. Pour ma part je trouve que les gens qui « disent ce qu’ils font et font ce qu’ils disent »
    ne sont pas nombreux du tout, pour les autres les négociations sont toujours
    aléatoires.

    C’est pour cela que ma Référence à Gauche c’est Ségolène Royal et Personne d’Autre.

    De toute façon de ce qu’a « négocié » Hollande comme Candidat beaucoup ne pourra jamais
    être fait, c’est impossible.

    « Habiletés » de Candidat sont des attrappent-voix (bien trop) efficaces mais un handicap
    aprés pour ceux qui l’ont élu.

    Mais bon le Commandant de Bord est quand même plus attentionné aux passagers
    que le précédent que l’on ne va certainement pas regretter et dans son slalom
    parmi les récifs ce n’est pas le moment de lui crier dans les oreilles sauf
    pour ce qui paraitrait ultra urgent ou particulièrement « minable ».

  10. Le gars énervé qui a pondu son laïus rose bonbon genre : « Les bonnes idées ne sont pas réservées à la gauche et les mauvaises à la droite, ou vice-versa. Les bonnes idées sont le fruit d’une réflexion, parfois d’un travail collectif, tout comme les mauvaises. On pourrait d’ailleurs débattre de l’idée même de bon ou mauvais, ça dépend du point de vue qu’on a, du contexte de la personne qui observe, des intérêts et de tout un tas d’autres choses. » n’est ni pour ni contre, bien au contraire.

    Vas-t’en savoir ce qu’il pense ce gars-là comme disait Coluche… J’aurai voulu être un dentiste (voir blues du dentiste de Salvador) pour mentir comme un arracheur de dents… Pour mieux noyer le poisson, il aurait pu rajouter : « Y a de tout dans tout et des petits riens dans rien du tout » ou encore : « le bout d’un bout n’est pas le bout de boudin » Voir même se la jouer plus hardie en tapant au sérieux avec ce scoop de première bourre : « On a même vu des dictateurs bons pères de famille, des banquiers touchés par la grâce, des milliardaires faire don de leur fortune aux pauvres et même des poissons volants  » mais ils ne constituent tout de même pas la majorité de l’espèce… J’vous l’avais dit, ils sont sarkolâtres mais « apolitiques » et aériens, mais pragmatiques, donc de droite. ARAMIS

    http://www.youscribe.com/catalogue/livres/litterature/romans-et-nouvelles/sale-temps-pour-les-faisans-687851

    1. Je vais m’essayer à répondre à votre post, j’avance en eaux troubles car il est ardu d’interpréter vos écrits sacrifiant volontairement la clarté au style que chacun jugera selon son gout.

      Bref selon moi vous pensez que la neutralité de l’internet sous ses dehors humanistes est la meilleure arme du neo libéralisme.
      Que le fait que ses défenseurs soient capables d’exposer un argumentaire clair, solide et abouti comme des foutu mainates n’est que la preuve que les choses ne sont pas nettes.
      Que mieux l’emballage est conçu moins le gout a d’intérêt.
      J’ai l’impression que vous pensez que la liberté que les défenseurs de la neutralité du net prônent est une prison pour l’âme, un véritable pacte Faustien.

      Si j’ai vu relativement juste alors je crois que vous tenez votre réflexion de la trouille non d’une maturation, et si vous nous jugez pragmatiques permettez moi dans le même registre de vous juger bêtement réactionnaire.
      Selon moi au contraire nous sommes (ceux qui défendent le réseau bec et ongles) les derniers représentants d’un idéalisme qui fait cruellement défaut à la gauche que vous incarnez à mes yeux.

      En tout cas cette aura de type revenu de tout à qui on ne la fait pas ne vous dispense pas de participer de façon constructive à un débat.
      Ce n’est que mon point de vue mais vous n’impressionnez pas suffisamment pour vous contenter de distribuer des épithètes et des citations.

      Si je me trompe alors tant pis, j’aurais l’air idiot.

  11. Effectivement… Vous avez l’air idiot et je pourrai tout à fait vous renvoyer votre avant dernière phrase bateau, tant elle semble vous aller comme un gant. Comme disait souvent de Gaulle : « je ne réponds pas aux … çà les instruit ». En plus de 60 ans, j’en ai entendu des bobards de « gentils » garçons de droite voulant le bonheur du péquin, et vous pourriez aisément en faire partie. Merci du cadeau. C’est à ses actions et à celles qu’il prétend encenser qu’on définit la conscience d’un humain, pas à l’habileté de son baratin. Je vous sent sarkoziste ou quelque chose d’approchant, non ?ARAMIS

    http://www.youscribe.com/catalogue/livres/litterature/romans-et-nouvelles/sale-temps-pour-les-faisans-687851

  12. Je n’ai jamais voté qu’à gauche mais peu importe car moi je sens que vous disposez d’un détecteur universel qui révèle le Sarkozysme de tout ceux qui n’ont pas l’heur de vous plaire.
    Un détecteur qui plus est bien pratique en cas de panne de rhétorique.

    Vous jugez quoi et qui au juste ?

    Les partisans de la neutralité du réseau eux constatent avec dépit que malgré l’alternance politique la question qui leur tient à coeur est toujours aussi maltraitée.
    Pire, que cette question est totalement incomprise y compris des ministres qui en ont la responsabilité et si elle n’est pas incomprise alors elle est pensée avec un cynisme honteux.

    Nous constatons une tentative grossière de détournement de l’intérêt public au profit d’intérêts privés, nous le démontrons ici pour qui veut bien prendre la peine de nous lire et nous devrions souffrir de se faire ravaler au rang de pragmatiques de droite adulateurs de Sarkozy par quelqu’un qui ne comprend manifestement pas l’enjeu dont il est question ?

    A mon avis vous devriez remballer cette sensation de supériorité qui semble découler de votre expérience car ici, sur cette question là, elle s’avère être un handicap intellectuel.

  13. Et oui, vous en êtes arrivés à prendre une qualité fondamentale à ne pas s’en laisser compter malgré les apparences de bonhommie, en rasion évidente d’un manque de perspicacité et à prendre pour sectarisme tout commentaire encore trop objectif et combatif.

    Vos idéologies du « not bon maître » revues et corrigées à la sauce néolibérale visant à neutraliser toute vigilance de classe, vous ont bien formatées. Le pire, c’est que vous restez persuadés d’avoir raison te d’être libre de penser par vous-même. Venez donc sur le terrain des barricades sociales où je vis au quotidien la douleur de ce dont je parle en tant que responsable assos et vous serrez édifiés. L’heure n’est peut-être pas encore à la révolution (certains dormeurs inconstants et hors classe par manque d’info, doivent d’abord morfler avant d’évaluer correctement), mais plus du tout au blabla énigmatique et auto satisfait que vous nous servez, comme du temps du du sarkozisme triomphant. ARAMIS

    http://www.youscribe.com/catalogue/livres/litterature/romans-et-nouvelles/sale-temps-pour-les-faisans-687851

  14. En gros nous les partisans de la neutralité du net sommes des aliénés dépourvus de conscience sociale car embourgeoisés et soumis c’est ça ?
    Peu importe ce qui sort de nos esprits malades et coupables ce sera toujours avilissant, nous sommes des causes perdues.

    Et vous comme vous êtes l’intégrité politique même vous êtes dispensé de faire un quelconque effort de compréhension.
    Comme ça même s’il s’avère que vous êtes en fait incapable de le faire cet effort vous vous en tirerez à bon compte tout de même.
    C’est ça qu’on appelle « la vigilance de classe » ?

    C’est très bien, continuez à donner des leçons en toute incohérence.
    Vous me pardonnerez de ne pas trop en tenir compte j’espère.

  15. « La neutralité à toujours un prix et revient finalement plus cher que l’engagement » comme disait Ponce Pilate le lançeur de dés. Je vous pardonne, tout en vous conseillant de réciter deux pater noster et trois avé en guise de méa culpa (et quand le méat coule pas c’est que c’est bouché et qu’il se faire souffler dans le créateur plutôt que dans les bronches) pour votre repentance. allez en paix mon fils, un jour peut-être comprendrez-vous ce gros mystère des hommes qui croient savoir. Les voies du seigneurs sont au moins aussi impénétrables que ma conscience politique est alambiquée en suivant ses aléas. C’est, cependant, bien d’avoir essayé d’en titiller l’essence. Ce sera peut-être pour une prochaine fois. De profundis. A trop avoir le regard rivé sur le guidon on ne voit plus la route et ses tournants. Lisez donc mon affreux grimoire en épluchant les poireaux, peut-être l’étincelle nécessaire en surgira-t-elle… ARAMIS

    http://www.youscribe.com/catalogue/livres/litterature/romans-et-nouvelles/sale-temps-pour-les-faisans-687851

    1. Remplacez le mot engagement par le mot censure dans votre citation introductive car le contraire de la neutralité lorsqu’on parle de réseau informatique ce n’est pas l’engagement mais la censure.
      Mais ça depuis le début qu’on a abordé ce sujet sur ce blog vous ne le comprenez pas et d’ailleurs vous ne cherchez pas à le comprendre tout enivré de vous même que vous semblez être.
      Au lieu de ça vous parlez du concept de neutralité dans le cadre politique ce qui est totalement hors sujet.
      Et je ne lirai pas votre livre merci bien, j’ai eu ma dose avec vos commentaires.

Les commentaires sont fermés.