Exil fiscal, une souffrance ?


J’ai cru que l’hebdomadaire Challenges faisait de l’humour: Airy Routier y signait un article intitulé: « Pourquoi l’exil fiscal est une souffrance ».

ce dernier était l’auteur controversé d’un article sur un prétendu SMS de Nicolas à Cécilia Sarkozy (Si tu reviens, j’annule tout).

Nous avions déjà eu le bidonnage par un journaliste Du Figaro, sans doute en mauvais apprentissage, qui nous expliquait combien les exilés fiscaux se multipliaient à Londres depuis l’élection de François Hollande.

Pour Challenges, Airy Routier relate ce drame des Français contraints de vivre en Suisse « où le moindre excès de vitesse peut être dénoncé par les autres automobilistes » et « où un exilé fiscal français a vu débarquer chez lui la police, parce que sa femme de ménage avait sorti les poubelles en dehors des heures autorisées« ; leur « mal du pays, » qui force certains à rentrer au pays quitte à payer leurs arriérés fiscaux; la vigilance qu’il convient d’avoir pour ne pas tomber sous les fourches caudines du fisc français.

Le journaliste est formel: « la vie d’exilé fiscal n’est pas forcément une sinécure« .

J’ai failli m’étrangler, moi qui espère qu’un jour la République privera de leurs droits civiques ces traîtres fiscaux.

Publicités

22 réflexions sur « Exil fiscal, une souffrance ? »

  1. « moi qui espère qu’un jour la République privera de leurs droits civiques ces traîtres fiscaux » ?

    DONC vous etes toujours sur la ligne du retour au suffrage censitaire ? Pas d’impots, pas de droit de vote ?

    1. Sauf que le vote censitaire empêchait systématiquement la plèbe n’ayant pas les moyens de payer « l’impôt » proprement dit qui était réservé à une classe aisée, ce qui ne les empêchait d’ailleurs de se voir imposer la Taille et la Gabelle contre risque d’embastillement, Nuance.

      Ces pauvres choux s’ennuient dans la prison dorée qu’ils se sont pourtant choisie, d’après les critères de flicage qu’ils voyaient bien Sarko nous imposer s’il avait repassé… Moi je voudrais les voir se faire parquer dans des quartiers où ils devraient vivre entre eux et payés au SMIC contre 35 heures de travail hebdo avec changement de poste toutes les semaines, par roulement en payant leur loyer, leur électricité, leurs taxes et leur bouffe en faisant leurs courses au supermarché du quartier, histoire de nous démontrer comment ils feraient à notre place, avec le peu que nous avons et qu’ils trouvent déjà de trop. Alors qu’ils restent là bas et qu’ils y crèvent… ARAMIS

      http://www.youscribe.com/catalogue/livres/litterature/romans-et-nouvelles/sale-temps-pour-les-faisans-687851

      1. Bonjour Aramis, le smic ? N’est-ce pas beaucoup trop ? Quant au Figaro, hormis les pages éco., je pense qu’il serait bien de couper toute aide publique. Y.Tréard & CI€… n’ont de journalistes que la carte. Quant au suffrage censtaire, n’est-ce pas le »P.$. qui l’a remis au goût du jour » ? Enfin, passés les effets d’annonce, la Vème »ripoux-blicskaïa Monar-chic Bananière française »jacobine est toujours en place. Lorsque nous bâtirons, ensemble, 1 nouvelle constitution, participative directe, avec moins d’élu(e)s & responsables cf.Bilans intermédiaires durant leur mandat unique, là, je pense que nous aurons bien avancé. Ensuite, les réformes d’intérêt général, Justice, administration, etc + lois, adaptées au XXIème siècle. En Estonie, les citoyen(ne)s le font VIA le Net. Ceci serait faisable dans structure fédérale, il me semble. Bonne journée ou soirée aux antipodes, @+

        1. Mes ancêtres norvégiens sont arrivés en ce beau pays aux alentours de 830 et s’y sont moulés en 911 (pas en porsche hein, non en Drakkars et Snekards) et depuis tout ce qui le touche nous touche et tout ce qui lui nuit nous nuit. Nous l’aimons et le défendons depuis plus de mille ans contre ceux qui veulent l’envahir pour lui vampiriser l’âme, qu’ils veulent de l’extérieur autant que de l’intérieur en rejetant ou en tentant de vendre ses us et coutumes, son âme populaire. Alors il est hors de question de quitter cette terre où ce sont accrochés mes aïeux en tenant l’embouchure de la Seine face aux invasions, les derniers en date étant lmes deux grand-père ayant souffert dans les tranchées et mon père contraint de faire sauter des convois allemands au péril de sa vie. Et tout cette souffrance n’aurait servi qu’à laisser la porte ouverte aux noiuveaux vampires ?http://www.youscribe.com/catalogue/livres/litterature/romans-et-nouvelles/sale-temps-pour-les-faisans-687851
          Nous ne partirons pas. ARAMIS

  2. ah je savais bien que les exilés aimaient leur confort….pas facile de quitter la france si douce pour les riches…..si exonératrice pour les écarts….et encore ce journaliste n’évoque pas les soins…..ni Londres étrangement. Londres selon les umpistes serait la destination des cerveaux. C’est vrai qu’ici il ne parle que des portefeuilles

  3. Ce journaliste s’est cru contraint de romancer ce qu’il croit être le sort d’un exilé fiscal ! Il doit faire partie de ceux qui trouvent l’actualité bien vide ! Pour lui sans doute :
    – Pas de luttes sociales en cours
    – Pas de danger sur l’€
    – Pas de présidence française du Conseil de Sécurité de l’ONU dès demain
    – Pas d’étranges critiques américaines sur notre approche du fondamentalisme musulman
    – Pas de démission du C.I.O. devant l’exigence d’une tenue religieuse pour les femmes en compétition
    – Pas de tentative d’exiger des beach-volleyeuses qu’elles ne jouent plus en bikini ce jeu de plage
    – Pas de pays africains occupé par les islamistes qui y lapident les gens libres !
    – Pas de Syrie limitrophe de l’une des zones les plus explosives du monde, à la fois sous les bombes de sa dictature et sous la menace des mêmes islamistes qui attentent la chute du régime pour s’emparer du pouvoir !
    – Pas d’obscurantisme à la porte de nos institutions : ce n’est pas au nom de la laïcité de l’Etat et de ses collectivités publiques que trois moniteurs de colonies de vacances y faisant le ramadan aurait été mis à pied par une collectivité territoriale, mais parait-il juste au nom de la sécurité des enfants car ils auraient pu, n’ayant ni bu ni manger, n’être plus en état d’assurer leurs tâches : comme si le premier principe de laïcité n’avait pas pour but premier d’assurer l’intégrité physique et morale des enfants confiés, telle qu’elle est énoncée dans l’article 375 du Code Civil ! …

    Je pourrais multiplier les exemples pour suggérer des sujets à ce journaliste et lui éviter ainsi la honte de ce que tu nommes avec justesse : »bidonnage ».
    Et dire qu’il aurait tout son temps et tous les outils pour approfondir chaque sujet, s’il le voulait !

  4. je lisais une étude de KPMG sur l’impot sur le revenu en europe de 2009…..il est surprenant de constater qu’il est identique à peu près partout……

    de quoi parle t’on lorsqu’on évoque l’exil fiscal……l’impôt sur le capital ou sur les placements financiers…mais pas celui sur les revenus
    pour indication au futurs partants (les cerveaux sans fric placé) les pays intéressants (Lettonie, Lituanie, Bulgarie, Roumanie, Slovaquie)

    au revoir………

  5. Exil fiscal, une souffrance ?

    quelqu’un a un kleenex à me passer (le fisc m’a tout pris , même ça) pour que je verse une larme sur le sort de ces malheureux

  6. Cela viendra Juan. Ce sont les derniers soubresauts. On finira par les obliger à payer ou ils seront déchus de leur nationalité. Pourquoi pas, voilà une méthode radicale.

  7. Mais mon bon Juan,

    Pourquoi s’étonner que certaines personnes qui pensent que François Hollande n’a absolument rien à leur offrir et qui doutent de sa capacité à redresser le pays, décident de partir ? C’est leur droit après tout. Si t’es pas content, tu te casses… et c’est exactement ce qu’ils ou elles font. Pourquoi vous en étonner ?

  8. Heureusement qu’ils peuvent quand même revenir en France pour se faire soigner à nos frais !

  9. “la vie d’exilé fiscal n’est pas forcément une sinécure“.
    Et une sciatique aux premiers jour de ses vacances, n’est-ce pas plus déplorable ? Parce que c’est ce que je me tape depuis dimanche soir, moi qui voulait juste faire un peu de marche pendant cette période. Alors, les rupins pleureurs exilés à Béribi-les-Eaux, ne me font aucunement pitié ! D’ailleurs, ils ne feront jamais pitié, quelle qu’en soit la raison.

  10. Et en plus l’article de cet Airy est long…..penser qu’il ait pu avoir l’idée ainsi qu’assez d’imagination et de mots pour écrire sur un tel sujet me laisse sans voix….

Les commentaires sont fermés.