Les blogs sont des bistrots


Elie Arié a publié une judicieuse chronique sur Marianne2 dédié à ce phénomène si particulièrement français qu’est le blog amateur. Votre serviteur est bien placé pour l’apprécier. Pourquoi blogue-t-on ? J’apprécie Elie Arié depuis longtemps, malgré sa propension à nous pousser dans nos retranchements et contradictions.

Elie Arié défend une thèse longtemps partagée ici et ailleurs: les blogs politiques reproduisent l’expérience de la conversation de bistrot. En plus virtuel, parfois en plus travaillé. Mais la comparaison est adéquate. Et je suis sûr de la partager avec notre maître à tous, le taulier Nicolas.

On sait que la France est le pays au monde qui compte (et de très loin) le plus grand nombre de blogueurs par rapport à sa population : ne faut-il pas alors voir, dans le phénomène des blogs, une prolongation numérique de cette institution si spécifiquement française et si ancienne que sont les bistrots ? Et de ce type de débats sans doute trop méprisés que sont les «discussions du café de commerce» qui obéissent aux mêmes règles subtiles que les blogs : échanges gratuits (on n’espère pas qu’ils changeront le monde) avec des inconnus (fréquence de l’anonymat dans les commentaires des blogs, et souvent même de leur auteur) en taisant les désaccords qui risqueraient de gâcher l’ambiance?

Sur les blogs comme au bistrot, les échanges sont ceux qui alternent sincérité et longévité.

Publicités

146 réflexions sur « Les blogs sont des bistrots »

  1. Coïncidence ce billet ! Il y a discussion entre Nicolas et moi, sur le pourquoi du comment on peut finir pas s’engueuler sur les blogs. Et j’en arrive à la conclusion que pour certains d’entre nous bloguer c’est un peu comme tenir un bistro mais en sachant que le taulier peut mettre dehors celui qui importune. Hélas je viens de découvrir (blogueuse depuis 2 mois seulement) que pour d’autres c’est totalement le contraire. Leur blog n’est un échange mais une salle de classe à l’ancienne où on ne devait pas réfléchir mais ingurgiter du « savoir », où le maître a raison et les élèves des ignorants. Ils ne taisent pas leurs désaccords car ils pensent que leur avis est le bon, et comptent bien l’imposer via le net au plus grand nombre. Leur pseudo anonymat leur confère une assurance qu’ils n’auraient pas dans la vraie vie. Qui oserait insulter copieusement une inconnue dans un bistro, juste parce qu’il ou elle n’est pas d’accord avec (à part Nicolas bien sûr !!) ?
    Il y a de moins de moins de bistro en France, j’espère que les « blogs bistros » sont et resteront les plus nombreux sur le net.

  2. Et si on étudiait un peu les origines des tous premiers bistrots ou leur équivalences, on découvrirait sans doute un besoin de rassemblement conviviale pour y parler de tout et de rien, tout comptant néanmoins confronter son avis par rapport à tel ou tell autre sujet plus ou moins important à vos yeux. Le Net pallie bien à ce manque de réunion décousue et informelle que les réunion de « spécialistes « de la politique, du social et la télé nous ont confisquer. Rien d’étonnant à mes yeux que le peuple réel se réapproprie un moyen favorisant la réelle démocratie. ARAMIS

    http://www.youscribe.com/catalogue/livres/litterature/romans-et-nouvelles/les-docks-en-folie-1858422

  3. Pour Elie Arié, on sent que bloguer ne devrait pas être permis à tou.te.s et que le/la blogoniste devrait s’astreindre à répondre pendant des plombes à d’éventuel.le.s contradicteurs (souvent masculins d’ailleurs) car le contradicteur à l’instar du client dans les magasins serait roi.
    Or on blogue pour proposer une nouvelle vision du monde et lire celleux que cela intéressent et non pas pour que des hordes de réacs viennent tartiner des kilomètres de sempiternels clichés destinés à noyer vos propositions dans la soupe de leurs convictions stériles.
    C’est particulièrement le cas pour les blogs à vocation féministe, anti-spéciste, vegan, décroissanciste, écologiste et anarchiste, mouvements qui n’ont pas voix au chapitre dans le monde des médias. Si en plus le blog possède toutes ces vocations à la fois, le/la blogoniste n’a plus qu’à virer les coupeurs de cheveux en quatre réacs qui ne veulent surtout pas voir le monde autrement que sous sa version « officielle » sinon il/elle n’aura même plus un moment pour aller pisser.
    Quant au leitmotiv de l’anonymat cher à l’auteur de l’article sus-cité, Elie Arié n’a pas encore compris que la plupart des internautes ne vivent pas de l’argent de publications (lucratives) anti-homéopathes (je ne comprends pas le besoin de démolir un mouvement médical qui ne fait de mal à personne vu que ceux qui n’y croient pas (dont moi) ne s’y intéresse pas et qu’il n’est pas prosélyte ! Haine de la diversité là encore ?).

    A part cela, il a raison de dire que les blogs sont des bistros. Des bistros où des échanges se font. Ce qui n’est plus le cas dans le monde réel.

  4. Bon, puisqu’il est question de moi, faisons une exception à mon vœu de sevrage…

    Pourquoi « malgré sa propension à nous pousser dans nos retranchements et contradictions. »? Ce n’est qu’en analysant ses contradictions (individuelles ou collectives) qu’on fait progresser sa pensée, et en s’enfermant dans ses certitudes qu’on la sclérose (très significatif commentaire d’Euterpe, ci-dessus, pour laquelle ceux qui ne sont pas de son avis n’ont pas le droit de bloguer:-))).

    Je trouve très intéressante la contradiction entre l’estime réciproque que nous nous portons, Juan et moi, et la haine que me vouent la majorité des commentateurs (anti-sarkozystes et sarkozystes) de son blog sur Marianne2, et quelques uns sur ces coulisses.

    Encore plus intéressante (et, là, je n’ai vraiment pas d’explication), la contradiction entre le niveau des commentaires de ses articles repris sur Marianne2, qui fait désespérer de l’humanité, et les commentaires des MÊMES articles sur son blog d’origine ( http://sarkofrance.blogspot.fr/) , qui sont le fait de gens normaux n’éprouvant pas le besoin de s’injurier en permanence (ce qui ne serait pas possible dans une discussion de café de commerce).

    1. Allons mister Arié, vous vous faites du mal là. Le chien de mon voisin m’a mordu récemment et je ne le haï pas pour autant, mais disons que je m’en méfie, sans plus.

      Vous avez une fâcheuse tendance à défendre une politique indéfendable en vous la jouant spécialiste de la chose politique, tout en vous prétendant de gauche. Comprenez qu’on s’en étonne, quand ce n’est pas qu’on s’en inquiète. ARAMIS

      http://www.youscribe.com/catalogue/livres/litterature/romans-et-nouvelles/les-docks-en-folie-1858422

  5. « ceux qui ne sont pas de son avis n’ont pas le droit de bloguer:-))) »

    dommage que vous reveniez sans avoir laissé votre mauvaise foi au vestiaire. J’ai des contradicteurs/trices, bien sûr, mais qui connaissent certaines limites et ne noient pas mon blog sous leurs contradictions + témoignent d’un certain respect pour mon point de vue.

    Il y a des limites à poser aux gens qui, de toute manière, vous le savez à leurs (mauvaises) manières, ne vous approuveront jamais quoi que vous écriviez.

    De plus ce monde est soumis à certaines idéologies dominantes et des gens comme vous Elie Arié ne veulent surtout pas qu’il en soit autrement. Pas étonnant que vous avez tribune libre dans les médias officiels du web. C’est le contraire qui surprendrait.

  6. @ Euterpe

    Il faut être naïve comme vous l’êtes pour croire qu’on peut vivre d’un livre vendu à moins de 3 000 exemplaires (malgré les « bénéfices secondaires » non financiers, comme disent les psys, de passages à la télé et d’une heure sur France-Culture).

    Si la justification de ce livre vous intéresse vraiment (ce dont je doute beaucoup) :

    http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article672

    Bon: fin de ma participation à ces commentaires (sauf en cas d’intervention de Juan), puisqu’on assiste, avec Euterpe, à la dérive habituelle: changement de sujet (l’homéopathie!!!) pour pouvoir se livrer à des attaques personnelles…Inutile d’échanger avec des gens qui ne maîtrisent pas leur psychisme.

    1. Quand je disais que l’on à faire à des gens qui ne vous respectent pas ? Dénoncer les réacs = être folle…oh pardon « ne pas maîtriser son psychisme » : l’emploi d’une périphrase ne change rien à l’insulte mais peut-être que certain.e.s s’y laisseront prendre ? Qui sait ? Vous prenez, comme toujours, les gens pour des naïfs, en effet, et même pire d’ailleurs.
      Sauf que cela ne nous atteint pas car vous êtes trop transparent dans votre genre et en tout point un bon représentant de la classe dominante.
      Permettez-moi de pouffer.

        1. Bof…c’était plutôt modéré de la part de quelqu’un qui vient de se faire traiter de folle, non ? 🙂

          Bon OK, je retire le reste et je dis :

          @ Elie Arié : ….en tout point un bon représentant de la classe dominante.
          Permettez-moi de pouffer.

  7. Tiens ! Je suis interpelé (sans lien…). Je suis éventuellement d’accord globalement mais le diable ce cache dans les détails.

    Tout d’abord, dans les bistros, il n’y a pas de furies qui s’installent et cassent les burnes aux braves gens : elles sont foutues dehors.

    Ensuite, je ne sais pas si les bistros sont typiquement français. Dans toutes les civilisations, il y a des lieux où on papote, on échange, …

    Dans les bistros, les conversations se font de face à face : ceux qui racontent des conneries risquent de ce prendre des baffes dans la gueule ou des engueulades publiques qui leur fileraient la honte. Ce ne sont pas du tout les mêmes personnes qui fréquentent les blogs et les bistros. Les gens viennent raconter des conneries anonymes dans les commentaires des blogs parce qu’ils sont incapables d’avoir des contacts avec des humains. Dans les bistros, c’est le contraire.

    Enfin, faire cette comparaison (ce que je fais souvent) rabaisse les blogs et les bistros à une activité futile. Or ce n’est pas plus futile que d’aller à la messe, à des réunions de féministes, à des matchs de foot ou des déjeuner chez la belle-mère.

    1. Le « interpellé sans lien » c’est pour moi ? Je pense que oui ! Désolé ! Je ne suis pas encore habituée à ce genre de pratique ! Sincèrement confuse !

      1. @Hiéléna : non, c’est pour Juan, il parlait de moi dans l’introduction de son billet mais sans mettre de lien vers mon blog.

        Bon, je suis désabonné aux commentaires, j’ai reçu ta réponse par hasard quelques secondes avant de me désabonner… Tu noteras néanmoins que cette conversation reflète ce qu’on disait par ailleurs.

  8. @ Nicolas

    « faire cette comparaison (ce que je fais souvent) rabaisse les blogs et les bistros à une activité futile. »

    Rappel de ce que j’ai écrit et qui est cité par Juan:

    « ce type de débats sans doute trop méprisés que sont les «discussions du café de commerce» »

    1. @Elie : Oui, oui, j’ai bien lu ! Et je « m’accusais moi-même » de faire pareil… Ce n’était pas une « critique ciblée ».

  9. @ Juan

    La violence d’Euterpe n’est pas gênante; c’est sa façon de dévier le débat pour le transformer en attaques strictement personnelles et hors sujet (homéopathie, ma « soumission à l’ordre dominant », etc.) qui témoigne de son incapacité à contrôler son psychisme et enlève tout intérêt à ses commentaires.

    1. Ce qui est intéressant c’est que jamais la violence masculine n’est percu comme violence, aussi brutale soit-elle (l’autre furieux avec ses « furies » par ex.).
      Par contre, dès qu’une femme ne se montre pas tout miel et entend s’exprimer de la même manière que la mâlitude c’est déjà de la « violence ».
      C’est ce que nous dénoncons sans relâche, nous les féministes.

      Nous avons le droit de répondre à vos insultes sans baisser la tête comme vous voudriez nous y obliger.

      Vos attaques, Elie Arié, qui consistent à prétendre que je voudrais empêcher les autres de « bloguer » (de mettre des commentaires ou d’ouvrir des blogs ? Ce n’est pas clair) ne seraient pas « personnels », peut-être ?

      Si je donne l’exemple de votre travail sur l’homéopathie, ce n’est pas « personnel » comme vous le prétendez. J’y vois là une forme d’inquisitation, moi, lorsque l’on crie à l’hérésie dès que quelqu’un s’éloigne d’une pensée, d’une méthode, d’une idéologie officielles.
      C’est juste symptomatique de votre mode de fonctionnement.

      Mais je n’en dirais pas plus parce que Juan vous aime et même si les amis de Juan ne sont pas forcément mes amis, je préfère vous laisser vous entr’aimer tous en paix, comme dirait La Fontaine.

      1. @Euterpe : il se trouve qu’à chaque fois que je tombe sur toi dans les commentaires d’un blog, tu es en train de t’engueuler avec quelqu’un ou ça dégénère. Ne vient pas nous faire un cours sur la différence entre la violence féminine et la violente masculine, c’est toi-même qui est systématiquement violente. Tu devrais essayer la médecine…

        1. Ah ouais ? Le nombre de gens qui te considèrent comme la quintessence de l’agressivité, avec lesquels tu t’engueules, que tu insultes etc…ils n’existent pas peut-être ?
          D’ailleurs tu as le nez dans tout les blogs (on se demande si tu es payé pour) et à la moindre critique repérée tu débarques tel Sylvester Stallone avec le fusil-mitrailleur pour dégommer à bout portant le/la maroufle qui a osé mal parler du grand seigneur, celui que Rosaelle et Juan appelle « notre maître à tous ».
          Déesse merci, il/elle n’ont pas dit « à touTEs » car tu n’es pas mon maître, loin s’en faut !

          Mais comme je le disais plus haut : « grand maître » ou « furieux number one » : je n’en dirais pas plus parce que Juan vous aime et même si les amis de Juan ne sont pas forcément mes amis, je préfère vous laisser vous entr’aimer tous en paix, comme dirait La Fontaine.

          1. @Euterpe : oui, laisse nous nous aimer tranquillement. Tu n’aimes personne. Mais tu ne devrais pas être jalouse parce que j’ai des amis, ça ne regarde que moi. C’est un vilain défaut.

            @Elie : je pense qu’elle est venue me répondre, à l’instant, uniquement pour confirmer votre commentaire de 15h32.

            1. Bof, Ca manque d’imagination comme réponse. D’autant que tu sais très bien que j’ai plein d’ami.e.s, des vrai.e.s, pas des amis genre face de book. Alors ce n’est pas très intelligent.

              1. @Euterpe :  » tu sais très bien que j’ai plein d’ami.e.s » non, je ne sais pas. Comment veux-tu que je le sache ? Tu illustres à merveille ce que disais Elie : tu affirmes des trucs faux pour commencer tes contradictions… Mais pire, tu les centre sur toi-même : tu es persuadée que je te connais comme tu es persuadée me connaître. Je te recommande à nouveau la médecine.

                C’est un vrai bistro, ce blog…

                1. Je te recommande la médecine à toi aussi mais pas la médecine homéopathique sans quoi tu vas très vite perdre le pote que tu essaies de te faire en la personne d’Elie Arié.
                  C’est vrai que l’on n’est pas trop de deux mâles dominants pour venir à bout de ces épouvantables femelles »qui ne maîtrisent pas leur psychisme » !
                  Allez tapez à deux ! C’est plus courageux, il faut bien le dire.

                  1. @Euterpe : je n’essaie pas de me faire un pote de ce type que je ne connais pas (à part en le croisant à l’occasion dans la blogosphère). Tu commences encore une affirmation par un truc totalement faux pour en bâtir une théorie.

                    En outre, quel est le rapport avec les mâles dominants ? Tu ramènes tout au féminisme mais ça n’a strictement rien à voir ce qui prouve qu’en plus de mentir tu es folle.

                    Bon, je vais laisser le taulier se reposer, j’ai mieux à faire.

                    1. En effet, ce que je dis est aussi faux que tu es un paragon de probité intellectuelle, et je suis aussi folle que tu es fou.

                      Cela dit il y en a qui disent que tu es un imbécile.

                      Alors être folle dans la bouche dans un imbécile quoi de plus normal vu qu’il ne comprends rien à rien par définition.

                      Bon là je sors parce que répondre à des Nicolâneries, c’est lassant.

                2. Bon je suis allée faire un peu de danse latino pour me défouler, puis, tout en reprenant le boulot sur ordi, je suis venue ici relire les insultes aussi gratuites que minables de ces messieurs les « grands maîtres » et je me prends maintenant à hausser intérieurement les épaules.
                  Voilà par exemple un type qui prétend savoir que je n’ai pas d’amis et quand je lui réponds qu’il sait très bien que j’ai des amis, il me répond « comment veux-tu que je le saches ? »
                  Ah bon ?
                  D’où sort-il alors que je n’ai pas d’amis ?
                  (Bien malin.e qui saurait répondre).

  10. Le sermentateur d’Hippocrate a enfin trouvé un nid où il va pouvoir s’installer à l’instar du coucou ?
    Comparons ce qui est comparable ! Au bistrot du commerce on n’écrit pas, on cause ! ce qui décomplexe
    les personnes qui ont besoin d’avoir le contact direct dans un lieu multiculturel et où l’on n’ira pas appeler
    la police pour vous en sortir (cas extrêmes exclus) !
    C’est plus naturel et plus humainement logique !
    Mais ici, nous sommes entourés de la crème qui sait penser politique, philosophie, société et j’en passe !
    Vivement les robots qu’on puisse enfin causer de nouveau au Café du Commerce 😦 !
    @ Euterpe vient de réaliser dans quel monde elle pensait donner le meilleur de sa réflexion et elle
    n’est pas violente mais bigrement lucide.

  11. @ Juan

    Pour en revenir au sujet : n’êtes-vous pas gêné par ce que sont devenus les commentaires de vos articles sur votre blog sur M2F ? S’il s’agissait d’un bistrot, il y a longtemps que les CRS, et peut-être même le GIGN, seraient intervenus.

  12. Je ne compare absolument pas, pour ma part, les blogs à des bistrots et je ne les ai jamais pris pour tels. Pas plus que pour des salons de thé ni des salons tout court, d’ailleurs.
    Ce sont à mes yeux un moyen d’expression, des tribunes libres en quelque sorte, où le/la tenancier-ère est libre d’accepter ou non les commentaires.

    1. @Floréale : c’est amusant, je suis justement en train de faire un billet pour répondre à celui-ci (à l’introduction de Juan) et je dis la même chose que toi (si je puis me permettre le tutoiement), ou, plus précisément qu’il faut prendre des précautions en comparant les deux.

  13. @ Nicolas

    Euterpe fonctionne en vase clos: elle commence par prêter à des gens des idées qui ne sont pas les leurs, pour pouvoir ensuite les contredire.En fait, elle n’a pas besoin d’interlocuteurs, elle se suffit à elle-même.

      1. Euterpe…. préfère 1000 fois m’accrocher avec vous qui êtes directe, sincère sans masque et réellement motivée que patauger et perdre mon temps dans un gloubi goulba insipide (mais toujours méprisant) dont on ne retient qu’une seule idée forte, la toile de fond, martelée à toutes les sauces et au kilomètre ….. T.I.N.A…. T I N A et encore T I N A…….. D’ou la colère et le mépris qu’il a récolté en retour de tous ceux qui « combattent »… ont un idéal … croit encore en quelque chose….

          1. Merci MarieAnne ! 🙂

            Merci Juan 🙂

            Je suis touchée. Je rentrais déjà les épaules à l’idée que j’allais peut-être me faire engueuler et puis…non. Voilà une bien agréable surprise ! 🙂

  14. On en revient à la première phrase du premier commentaire : où tout l’art de s’engueuler sur un blog !!
    Comme Elie, je pense que si nous avions été dans un bistro, soit le taulier auraient mis à la porte les fauteurs de troubles (manifestement Juan est très patient), soit les flics se seraient pointés car les 2 lascars en seraient venus aux mains !!
    Image d’Épinal que de voir le bistro comme un lieu de convivialité, et seulement ça. Les inconvénients sont aussi dans nos blogs …

  15. Au bistrot, l’échange est oral, les vis-à-vis se connaissent, voir sont souvent amis.
    On peut échanger parfois avec un ou une inconnue qui ont toujours un physique humain suscitant le respect.

    Les blogs d’internet sont différents, l’anonymat total peut être est source d’excès irrespectueux dans les commentaires qui, au bistrot provoqueraient des bagarres de chiffonnier.

    L’expression écrite, oblige l’intervenant à une plus grande précision et cohérence dans ses propos, s’il veut convaincre les lecteurs d’un billet partisan. Les discussions politiques créent souvent des échanges passionnels qui ne sont pas maîtrisés.

    La qualité d’un blog engendre la qualité des participants ; Il faut une discipline sans nuire à la liberté d’expression. Celle-ci peut se faire de plusieurs façons, avec notamment l’intervention du blogueur pour rappeler à l’ordre un intervenant qui « sort des clous »

    Personnellement, cet exercice que j’ai découvert durant la campagne électorale, m’a permis de revoir mon français avec son vocabulaire, son orthographe et sa syntaxe.
    Merci à Google et autres aides du net.

    PS… Je viens souvent sur votre blog Juan, (Marianne) pour modérer votre antisarkozysme, là est mon plaisir malgré les réparties débiles de certains commentateurs qui parfois me contraignent à emprunter leur vocabulaire grossier.

  16. « notre maître à tous, le taulier Nicolas »
    connais pas mais vais aller voir….

    entre deux taulier le renvoi d’ascenseur…..

    maintenant quand il y a bagarre j’me planque….
    si j’vais à la défense d’un protagoniste, c’est la défonce….pour bibilolo

    deux beaux pugilats ce jour ! ( vous avez noté que j’nai cité personne ) : pas de bourre pif

    ça va Arié ?
    se bourrer à nos âges passe encore mais se faire bourrer…le pif …beurk

    au fond, je ne connais plus les bistrots. Ma trentaine est lointaine.
    Je les regarde de loin, souvent près de ronds-points, des désœuvrés souvent âgés, fument et regardent les bagnoles, comme les vaches les trains… tous les jours les mêmes.
    Hier, pour changer, comme je devais attendre, je suis rentré dans un bistrot, pas regardé comme celui qui allait payer un coup, mais avec dans les yeux des mecs « qui c’est cui là ? » au bout de deux minutes j’étais de la confrérie – sans rien dire – parce que je les regardais avec bonhomie – et lm’ec de 68 ans qui causait pour oublier qu’il en paraissait 4 de plus que moi qui en avait 4 de moins.. l’chômeur méditerranéen trentenaire, costaud balèze à ne pas faire chier était sympa. j’trouvais tout le monde sympa car mes coronaires étaient moins bouchées que prévu….

    au fait de mes derniers voyages à paris : une observation sur 7 personnes qui descendent aux arrêts 2 sont des hommes et 5 sont des femmes. jeunes souvent.
    Les dames seront bientôt aussi connes que les hommes sont cons.
    C’est rassurant.
    L’égalité est en marche.

    1. Vous aussi les coronaires ? Gaffe v’la le cardiologue du site, alias Arié. Ouf, il ne nous a pas vu.

      Ouais je disais, vous aussi le cardio a fait la grimace devant sa machine ? Moi aussi je vais me farcir une coronographie le 25 (ou quelque chose de ce genre) avec caméra et produit de contraste et je risque la pose d’un stent en cas de tubulure bouché. Quoi Juan,? Ah ! Bah ! Eh ! On est au café du Commerce ou pas ? Bon au fait, vous prenez quoi ? ARAMIS

      http://www.youscribe.com/catalogue/livres/litterature/romans-et-nouvelles/les-docks-en-folie-1858422

    2. En fait le nivellement par le bas ce n’est pas du tout le but du féminisme, hein ! Donc si cela arrive ce sera plutôt la faute du patriarcat, ne nous méprenons pas.

  17. Au bistrot, l’échange est oral, les vis-à-vis se connaissent, voir sont souvent amis.
    On peut échanger parfois avec un ou une inconnue qui ont toujours un physique humain suscitant le respect.

    Les blogs d’internet sont différents, l’anonymat total peut être est source d’excès irrespectueux dans les commentaires qui, au bistrot provoqueraient des bagarres de chiffonnier.

    L’expression écrite, oblige l’intervenant à une plus grande précision et cohérence dans ses propos, s’il veut convaincre les lecteurs d’un billet partisan. Les discussions politiques créent souvent des échanges passionnels qui ne sont pas maîtrisés.

    La qualité d’un blog engendre la qualité des participants ; Il faut une discipline sans nuire à la liberté d’expression. Celle-ci peut se faire de plusieurs façons, avec notamment l’intervention du blogueur pour rappeler à l’ordre un intervenant qui « sort des clous »

    Personnellement, cet exercice que j’ai découvert durant la campagne électorale, m’a permis de revoir mon français avec son vocabulaire, son orthographe et sa syntaxe.
    Merci à Google et autres aides du net.

    PS… Je viens souvent sur votre blog Juan, (Marianne) pour modérer votre antisarkozysme primaire; là est mon plaisir malgré les réparties débiles de certains commentateurs qui parfois me contraignent à emprunter leur vocabulaire grossier.

  18. Avec Euterpe ou MarieAnne, pas besoin de créer des conflits, elles sont des conflits à elles toutes seules…(je n’ai évidemment jamais utilisé l’expression TINA? qui ne correspond pas du tout à ce que je pense).

  19. @ Hiéléna,
    oui, tout dépend de la chance qu’on a eue ou cherchée et de trouver des endroits au top ou jeunes filles,
    jeunes femmes, femmes et hommes, hommes jeunes et jeunes hommes pouvaient échanger de par le
    fait que le taulier justement avait ce souci que chacun et tous y soient bien !
    Apparemment peu ont élimé leurs semelles dans ces endroits ne payant pas de mine souvent mais
    portant en eux toutes les misères et les rêves du monde…
    Cela ne changeant rien à mon précédent post pour @ Euterpe.

  20. ARIE n’a pas trainé pour répondre, attention le sevrage de blog c’est comme la cigarette, on commence par une en se disant pas grave et on finit à la cartouche….

    Pour le reste il n’a pas tort sauf sur un point : si un blog est un bistrot, il ne faut pas y rester longtemps sous peine de crever de soif…je vois bien sur le blog de JUAN, j’ai beau rester des heures, je n’ai jamais vu de serveur…..

  21. ARIE me manque, il n’y a plus personne pour dire que nous sommes des cons et des ramollis du cerveau sur ce blog….

  22. @ ESPOIR

     » il n’y a plus personne pour dire que nous sommes des cons et des ramollis du cerveau sur ce blog… »

    C’est comme une psychanalyse: il ne sert à rien de dire au patient de quoi il souffre, il faut qu’il en prenne conscience lui-même.
    Mais je sens que ça vient…

    1. Cher Mr ARIE, il y a longtemps que je le sais personnellement, mais dans mon état, je n’avais jamais réussi à converser (parfois à grands coups de lattes, je le reconnais) avec une personnalité en miroir…..

      vous fûtes ma première expérience, depuis j’ai pris beaucoup d’assurance et je ne vous remercierai jamais assez…..

      faites attention à vous n’ayant pas votre culture je ne sais plus qui a dit « qui accroit son savoir, accroit sa souffrance »…c’est tout le problème de la prise de conscience…elle fait mal. Vous ne semblez pas souffrir…..

      je vous embrasse bien fort sur votre front dégarni

  23. Elie Arié a jadis porté des attaques trop stupides,répétitives, préremptoires, maladives, méchantes
    pour être un ami. Il faudrait qu’il change !!

    Et puis là vraiment Juan nous n’avons pas les mêmes goûts
    car il me semble que Euterpe ou MarieAnne en deux mots en disent plus
    que Elie en 2 pages.

    Euterpe, elle n’est jamais vulgaire car c’est livré avec sincérité,
    c’est du fabriqué maison.

    1. Mais vous devriez venir voir ce qu’Elie m’a pondu sur sa recherche de la « vérité »
      Avec une morgue et un dédain…le problème, c’est que pour lui, le blog est inférieur à une tribune ou un article de journal puisqu’il y en a plein, en fait nous sommes aussi influents que des brèves de comptoir et franchement, il en était convaincu depuis le début…c’est bien le souci…et ce qui a fait tiquer les commentateurs
      http://spartakiste.blogspot.fr/2012/09/un-blog-est-derisoire-sans-lautre.html

  24. @ Rosaelle

    Je trouve très amusante votre démarche consistant à me répondre ici, mais aussi sur mon article de Marianne (où vous invoquer un « droit de réponse » qui n’existe pas puisqu’il n’est nulle part question de vous) pour faire de la pub pour votre blog, dont vous n’oubliez jamais de donner le lien.
    Espérons que ça marche..

  25. @ lucno
    « Euterpe, elle n’est jamais vulgaire car c’est livré avec sincérité, »
    Tout à fait d’accord ainsi qu’avec Calamity, MarieAnne…..

  26. @ Sylvie75

    Il va de soi que seuls les gens avec lesquels vous êtes d’accord sont sincères.

    1. Le leitmotiv d’Elie Arié c’est « on n’apprécie que les gens avec qui on est d’accord et on ne veut pas « discuter ». Sauf que qui veut discuter avec quelqu’un qui monologue parce que son seul but dans ce qu’il appelle la « discussion » est d’instruire la pauvre masse d’ignorants et surtout d’ignorantes que nous sommes d’après lui-même l’illustrissime savantissime docteur es chasse-aux-charlatans à côté duquel Einstein passe pour le demeuré moyen ?
      Réponse : personne.

  27. Les discussions de bistrot ça me marche jamais ou alors ça finit en pugilat sauf bien sûr quand on rencontre ce qu’on appelle les « copains de bistrots » ou les piliers de bars , tout dépend du taux d’alcoolémie.

    Moi j’aime bien Euterpe ,Marie Anne , Aramis , Rosaelle et beaucoup d’autres parce qu’ils ou elles parlent avec leurs tripes et ont quelque chose à défendre .Pas de faux semblants , comme dit Lucno c’est du brut de décoffrage ( j’ai traduit) .

    En quelque sorte des gens « normaux » qui parlent comme ils respirent , sans assistance respiratoire.

    Mais il y a toujours ceux ou celles qui pensent et qui nous disent que nous n’avons rien compris . Rien que le ton employé suggère le mépris , l’arrogance de ceux qui savent , qui ont une grande expérience ou une immense culture .Comme aurait dit ma grand mère , « ce n’est pas la modestie qui les étouffe » ou encore plus populaire « il n’y a qu’eux et les mouches pour chier au plafond »!

    Sans les blogs on n’aurait pas connu des tas de gens , même virtuels et ils font partie désormais de nos « relations » , ceux ou celles qu’on aimerait rencontrer « en vrai  » , devant un café ou un verre ..dans un bistrot !

    .

    1. Il faut lire son article où il dit qu’on ne lui a pas répondu, alors qu’il nous a occupé au moins deux jours à essayer de lui répondre: oui, coup de grisou, vous avez raison.
      Monsieur, en plus, a menti sur Marianne en omettant la discussion, que je mettais aussi pour Juan.
      Parce quand on écrit sur quelque chose, et qu’on squatte le blog des autres, on a au moins la décence de citer ses sources au lieu du « personne ne m’a répondu et d’ailleurs ils sont tellement cons qu’ils ne le savent même pas eux-même`! »
      Ce serait bien qu’il s’excuse, sa magnificience !
      Je suis pas là pour prendre des coups et la fermer! Euterpe non plus, et tous ceux qui se sentent visés aussi!

      1. @ rosaelle : ouais à moi il a voulu à tout prix expliquer que les adolescentes d’autrefois n’étaient pas comme les pimbêches féministes d’aujourd’hui, elles savaient ce qui étaient bon pour elles et tombaient sans aucun doute aucun amoureuses à 15 ans de quinquagénaire ultra-obèses couverts d’escares puantes. Et que j’étais un peu sosotte de mesurer les sentiments d’une adolescente du XVIe siècle à l’aune du XXIe siècle (à propos de Catherine Howard, la 5e femme de Barbe-Bleue alias Henri VIII).
        Bien entendu, je caricature le discours qui était beaucoup plus pseudo-intello, en fait.
        J’ai eu beau lui dire que j’étudie depuis des années les écrits féminins du siècle incriminé et que donc je sais parfaitement ce qu’il en retourne des sentiments des femmes de l’époque et oh surprise, il ne diffère pas tellement des nôtres, mais Elie Arié en avait rien à foutre. Il déblatérait exactement comme si j’étais une ignorante parfaite. Son insistance déplacée (il ne voulait pas en démordre) m’a fait tout naturellement penser à de l’éphébophilie mais cela aurait été de la grave calomnie d’après lui.
        Bon.
        Alors c’est juste de la ringardise doublée de machisme et ce n’est pas mieux, finalement.

        Voilà pourquoi je me suis comme toi sentie visée par ses allusions déguisées.

        1. Cela ne m’étonne pas: le nombre de personnes qui voient un corps avant de voir une personne, avec son innocence ou sa personnalité….cela revient à ce qu’on disait.
          Il y a des trucs tabous dans la société. Des trucs dont on ne doit pas parler, puis de toute façon, on est insignifiant(es), non?

    2. « il n’y a qu’eux et les mouches pour chier au plafond” : j’adore 🙂

      J’espère aussi qu’un jour on se retrouve tou.te.s à la terrasse d’un café sur une grande place quelque part en France.
      Ce serait super !

      1. C’est mon rêve aussi ! Je l’avais déjà suggéré par ailleurs . Comme ça on pourra s’engueuler « en vrai » , ce sera beaucoup plus drôle !

  28. Je vous cite l’artiste:
    « J’ai posé la question à plusieurs blogueurs, sans réussir à obtenir de réponse convaincante: en réalité, la plupart d’entre eux ne le savent pas vraiment »…
    Voilà l’article dans lequel Elie Arié a posé des commentaires, alors que ce n’était même pas le sujet…Il y a 80 commentaires dont la plupart consacrés aux demandes de sa Majesté:
    http://spartakiste.blogspot.fr/2012/09/mes-4-premiers-mois-ce-qui-change.html#comment-form

    On s’est tué à lui fournir des réponses et sa « Magnifiscience » était obsédé par les blogs bistrots!
    Alors oui, j’ai le droit d’être en colère contre lui! parce qu’il a encore une fois méprisé tout le monde!

  29. @ Rosaelle

    Vous avez lu l’article de Juan ci-dessus?

    « Elie Arié a publié une judicieuse chronique sur Marianne2 (…) la comparaison (avec les bistrots) est adéquate. »

    1. Mais il a le droit d’être d’accord avec vous, j’ai le droit, comme Euterpe, d’être scandalisée par vos écrits.
      N’oubliez pas que Juan est votre ami et qu’il est plus indulgent à ce titre

        1. Mais tu trouves, toi, Juan, que Elie a 100% raison.
          Ce faisant, il pense qu’il a raison.
          Mais si arrêtait de décréter qui a raison ou pas.
          Pour Lui, il croit donc avoir la vérité absolue donc.
          Parce qu’on pense avoir une discussion, lui c’est un discours qu’il fait.

  30. @ rosaelle

    Je ne connais pas Juan, j’ignore même son identité, nos seuls rapports sont ceux que vous lisez ici.
    (si vous entendez « ami » au sens de Facebook: je n’y suis pas et n’y serai jamais).

    Au fait (on aurait dû commencer par là):

    Pourquoi tenez-vous un blog?

    1. Maintenant, on va inverser la chose: pourquoi vous commentez? Pourquoi vous faites des tribunes libres?
      Tant que vous n’aurez pas répondu, n’attendez rien de moi.
      Vous ne vous engagez sur rien, donnant un avis qui ne vous engage en rien, qui n’a même pas d’analyse, qui est appuyé sur rien, c’est pas construit, vous passez votre temps à accuser l’autre, vous critiquez, sans savoir pourquoi, vous n’expliquez jamais votre cheminement de pensée, vous faites des pirouettes. Maintenant, les blogs, ça sert à rien….
      On dirait que vous n’aimez pas les blogs, la démocratie dans les médias, mais on va où? Tout le monde peut s’exprimer, même les femmes et les étrangers, mais on va où?

  31. Les cosaques occupant Paris, et, particulièrement, les débits de boissons en 1814, ont-ils lancés le fameux  » bystro  » vite en russe, pour se faire servir plus rapidement ? Cette hypothèse n’a plus beaucoup de crédit de nos jours, même s’il est dommage que cette théorie guerrière ait pris du plomb dans l’aile, tant l’injonction semble encore vivace dans l’esprit des bistrotiers quand l’agitation frénétique du service les saisit à l’heure du coup de feu !!
    Extrait de Cuisine de Bistrot . Bruno Ballureau . Flammarion .

  32. @ Rosaelle

    Vous avez répondu ailleurs à ma question « Pourquoi tenez-vous un blog? »
    Voici ce que je pense de votre réponse, qui a fait effectivement avancer ma réflexion:

    Javais bien compris tout ça, et c’est bien ce que je trouve « pas convaincant » dans votre réponse…et j’ai expliqué pourquoi dans mon article:

    -parce que, quelles que soient vos opinions et vos réflexions, vous ne touchez et ne toucherez jamais qu’un nombre trop infime de gens; si vous êtes la seule à « révéler une information », elle restera toujours inconnue.

    -parce que sur toutes les questions que vous évoquez et sur toutes celles que vous évoquerez, il existe des articles, des livres, des émissions (écoutez-vous France-Culture, parfois?) beaucoup plus approfondis et touchant infiniment plus de gens (sans doute pas assez).

    -parce que vous évoquez des questions importantes, souvent complexes, en quelques lignes, « au fil de l’eau » (vous-mêmes avez reconnu vous en tenir à votre premier jet…), de façon trop superficielle pour pouvoir convaincre qui que ce soit; et que présenter ce qui est complexe de façon simple, c’est (se) tromper.

    Ce qui me confirme que, comme la plupart des blogueurs (dont certains le reconnaissent), vous n’écrivez que pour vous (c’est d’ailleurs très bien), répétant des choses dont toutes ont déjà été dites par d’autres et souvent beaucoup mieux, et qu’il ne s’agit effectivement que de propos de café du commerce, avec, tout de même, en plus, comme me l’a écrit un blogueur, le plaisir d’écrire, ce qui n’est pas rien: mais vos propos, en pratique, ne s’adressent qu’à vous.

    Et vous rajoutez une énormité, que je ne me donnerai même pas la peine de commenter :  » réfléchir tout seul dans son coin, c’est stérile. »; il est vrai que, dans une de vos réponses, vous aviez qualifié toute réflexion un peu fouillée de « masturbation intellectuelle »…

    Ce qui m’amène, finalement, à pousser un peu plus loin ma réflexion: et si l’effet réel des blogs, c’était d’empêcher de réfléchir?

    1. Donc vous généralisez à partir d’un seul blog. Belle démonstration, vraiment !

       » répétant des choses dont toutes ont déjà été dites par d’autres et souvent beaucoup mieux, et qu’il ne s’agit effectivement que de propos de café du commerce » : c’est peut-être vrai pour un blog ou l’autre, et alors ? Quid de ceux qui propagent des informations inédites surtout que vous savez pertinemment que TOUT n’est pas édité ? Certaines choses ne le sont que pour un petit cercle universitaire restreint et surtout pas mis à la disposition de tous.
      Certaines choses ne sont même pas traduites d’une langue à l’autre.
      Ce qui est mis à la disposition de tous ce sont essentiellement des publications qui veillent à ne pas troubler la perpétuation de la même idéologie dominante, marteler par exemple qu’il n’y a qu’une médecine dans le monde alors qu’Ambroise Paré par exemple avait déjà découvert la méthode Kneipp dont par exemple moi je me suis servie pour guérir avec succès ma fille d’infections comme l’otite alors qu’avec cette méthode on n’a besoin que….d’eau. Quelle perte pour le marché lucratif des empoisonneurs publics, c’est vrai !
      Des contributeurs au maintien des idéologies dominantes basées principalement sur l’androcentrisme, le scientisme, la glorification du capitalisme et des technologies de tout poil, dont vous, sont légions. Les autres sont rares. Et ce sont les voix d’autres gens que nous avons envie d’entendre, d’autres mots que nous avons envie de lire.
      Pourquoi un blog ne devrait-il pas exister parce qu’il n’a pas 60000 visiteurs/trices par jour ? Quelle limite fixez vous d’ailleurs ?

      Un type comme vous, qui, après avoir pondu un brûlot sur l’homéopathie qui, je le répète, ne fait de mal à personne, mais, en effet, empiète un peu sur le business des assassins de la pharmaco-industrie, n’a d’autre but dans la vie que de pondre un autre brûlot sur les blogs les rabaissant plus bas que terre et veut désormais déclarer l’unitilité absolue, n’est pas utile aux internautes.
      Vous n’êtes qu’un mauvais esprit acharner à détruire.
      Bien évidemment que la presse numérique officielle qui n’aime pas les blogs vous ouvre les bras !

      C’est affligeant de voir qu’une personne n’ait d’autre but dans la vie que le maintien en place du système qu’il a toujours connu et cela par tous les moyens à commencer par l’insulte, Votre « et si l’effet réel des blogs, c’était d’empêcher de réfléchir? » est bien la quintessence de la perversion (inversion). Car c’est tout le contraire : les blogs permettent le plus souvent de réfléchir, quelque chose que vous ne connaissez pas vous-même qui ne faites que prêcher.

      Prêcher comme le missionnnaire du système établi que vous êtes.

      Jeter l’anathème sur les blogs ou autre comme le bon curé moyen, c’est bien tout ce que vous savez faire.

  33. @ Euteroe

    1- Si vous aviez lu mon « brûlot », vous sauriez que je ne m’oppose nullement à la vente/utilisation de l’homéopathie, mais à sa vente exclusive en pharmacie et surtout à son remboursement, fût-il symbolique (car il l’est; mais les symboles, ça compte), qui vaut, dans l’esprit du public, « reconnaissance », comme à celui de tout ce dont l’efficacité n’a jamais été prouvée; à cet égard, un livre qui s’annonce intéressant:

    http://www.lemonde.fr/sante/article/2012/09/13/publication-d-un-guide-des-4-000-medicaments-utiles-inutiles-ou-dangereux_1759378_1651302.html

    2- Si vous aviez lu mon article sur les blogs, et non le seul extrait qu’en donne ci-dessus Juan (qui se dit 100% d’accord avec moi, mais sans doute ne sait-il pas de quoi il parle…), vous sauriez que j’écarte de cette réflexion les blogs thématiques (voir, en matière juridiqe, le remarquable blog de Me Eolas), et ne parle que des blogs généralistes, ceux qui donnent leur avis sur tout et sur n’importe quoi.

    À cet égard, extraits du témoignage d’un ancien « blogueur généraliste » (trop long pour être copié/collé en entier):

    « Rosaelle,
    Joli blog, mais sans vouloir vous vexer, votre vision des évènements n’apporte rien de plus éclairant que l’article d’un bon journaliste d’investigation.(…), j’ai ensuite fait l’erreur de continuer sur ma lancée, à commenter des sujets d’actualité divers. Et puis à force de renseignements, d’enquêtes, d’analyses, je me suis aperçu que beaucoup de mes articles, même approuvés par de nombreux lecteurs, ne valaient en fait pas un centime car ils diffusaient eux-mêmes des erreurs par ignorance. Des erreurs qui hurlent comme un âne en rut aux oreilles du spécialiste. Je ne commentais donc plus que des sujets en rapport avec mes compétences, ou en m’obligeant à de sérieuses recherches. Pour finalement tout arrêter, parce que vérifier, interroger, se renseigner exige du temps dépensé finalement pour rien, sauf à en faire sa profession. »
    :

    1. En Allemagne l’homéopathie fait quasiment partie intégrante de la médecine courante. J’ai chez moi, je ne sais combien de produits homéopathiques dont je ne sais que faire vu que je ne les utilise pas mais les médecins géneralistes les DONNE aux patients. Donc vous voyez que nous sommes loin de la France et de ses pinailleries ridicules. Beaucoup de gens ne jurent que par cette forme de médecine et s’en trouvent extrêmement bien, c’est la raison pour laquelle ces remèdes circulent tout seul.
      Donc dire « l’efficacité n’a jamais été prouvé », peut-être, mais sa nocivité non plus et si cette méthode SOULAGE DES GENS, quel est le problème ? Doi-on absolument tout expliquer et tout prouver ? Est-ce que le bien-être des gens n’est pas le premier souci de la médecine ?
      Je persiste à trouver votre démarche de censeur tout à fait déplacée.

      Et à propos des blogs, Juan peut être d’accord avec vous vu qu’il ne fréquente pas les mêmes blogs que moi mais, à ce que j’imagine, des blogs essentiellement politiques (comme celui du « maître à tous » qui tient effectivement du café du Commerce le plus normalo qui soit).

      Mais moi qui vais sur des blogs qui se donnent la peine de traduire Pablo Neruda ou de faire d’intéressants comptes-rendus littéraires, des blogs qui explorent des domaines dont on obtient très peu d’infos de la part des milieux « autorisés », je dis que ce n’est pas parce que certains blogs font dans le n’importe quoi qu’il faut qu’une personne comme vous se mette au-dessus de tous les blogs et prétendent faire le tri pour les autres.
      Merci de nous laisser juge nous-mêmes et de ne pas vous faire passer pour un savant universel.

  34. Je n’ai pas lu tous les commentaires, alors pardon si je répète ce qui a peut-être été dit auparavant.

    Avant Internet, la proportion de personnes tenant un journal intime était importante. (15% environ) Les éditeurs croulaient sous les manuscrits de mémoires.
    Le temps des blogs a-t-il complètement remplacé le temps des journaux intimes ?
    Il y a, dans le plaisir de tenir un blog, celui de raconter des histoires. Le plaisir d’avoir des commentaires qui vous disent qu’elle est bien votre histoire, qu’elle est drôle, bien écrite. Même si vous savez bien que vous n’êtes pas écrivain, c’est une satisfaction de conteur. C’est un peu du plaisir qu’on avait, enfant, à peaufiner ses rédactions « raconte une promenade en automne, raconte le jour de ta vie ou tu as été le plus heureux, où tu as eu le plus peur, fais le portrait de ton meilleur ami ». C’est bien narcissique, bien naïf, tout cela ? Oui, et alors ? Celui qui raconte une histoire drôle, une bonne blague, devant la machine à café ou au comptoir du bistro l’est tout autant quand il s’affaire à capter l’attention de l’auditoire et attend les rires. On peut rester modeste, et ne pas pisser plus haut que son blog.
    « Oh, moi, mon blog c’est juste un loisir, un passe-temps », serinent tant de blogueurs qui écrivent un billet, ou davantage, chaque jour… Je n’en crois rien, comme je ne crois pas ceux qui, au zinc, après leur cinquième bière ou petit blanc quotidiens, te disent « oh, c’est pour le plaisir de boire avec les copains, j’arrête demain si je veux ».

      1. Coup de grisou, merci, mais je suis d’accord, à quelques nuances près, avec ce que dit Elie, quand il parle de l’intérêt du blog personnel et quand il compare ce qu’on peut tirer comme enseignement par rapport à la presse écrite ou d’une radio comme france-culture, par exemple. (en ce moment, par exemple, la pensée de Plotin, le bien, le mal, l’identité véritable, etc). Je ne comprends même pas qu’on puisse le contester sur ce point.

  35. Elie Arié , je me mêle peut-être de ce qui ne me regarde pas , mais si vous foutiez la paix à Rosaelle !
    Vous allez chez elle pour la traiter finalement « d’inutile » , que les blogs ne servent à rien . pourquoi dans ce cas y aller ? Et après vous vous étonnez qu’elle vous réponde vertement ! Si vous considérez les blogs comme des bistrots , chose que je ne conteste pas ( trop) , allez y prendre un verre et puis basta! Que vous posiez cette question c’est votre droit mais que ce soit vous seul qui y répondiez là c’est autre chose.

    SVP, arrêtez d’essayer de démontrer que vous avez raison . Un témoignage aussi intéressant soit-il n’est qu’un témoignage parmi des milliers et ça ne démontre rien de plus que l’expérience de celui qui l’a vécu .
    De là à en faire une généralité ….
    Et puis pour quelqu’un qui traitait Euterpe de presque dégénérée mentale je trouve que vous lui portez beaucoup d’attention ( qu’elle mérite par ailleurs à mes simples yeux de béotien )

  36. @ Euterpe, petite parenthèse hors-sujet des blogs:

    On ne va pas dériver ici vers un débat sur l’homéopathie; mais si vous voulez savoir ce que nous en disons dans notre livre (car il a été écrit à deux), au lieu de décréter de vous-même ce que pensent les autres selon votre bonne habitude, lisez ce bref compte-rendu, le seul sérieux et non passionnel que j’ai trouvé:

    http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article672

    Vous pouvez aussi lire ce petit livre que j’ai écrit avec un homéopathe (comme c’était lui que le Syndicat des Homéopathes m’envoyait toujours comme « contradicteur » à la télé et à la radio, nous avons fini par bien nous connaître, et avons eu alors l’idée de ce livre), sous forme d’interviews croisées, qui cerne bien nos points d’accord et de désaccord:

    http://www.amazon.fr/Pour-ou-contre-lhomeopathie-ebook/dp/B005QYYBRS

  37. @ coup de grisou

    Rosaelle est la seule blogueuse (en dehors de Juan) qui a pris la peine de consacrer un article, sur son blog, à mon article sur les blogs, et à en reproduire le lien sur Marianne: il est donc logique que je lui réponde, d’autant qu’elle ne semble pas avoir lu mon article; elle dit que je me demande pourquoi les gens écrivent sur des blogs (c’est-à-dire: y font des commentaires), alors que la question que je me posais était de savoir pourquoi les gens tiennent des blogs.

  38. @ Suzanne

    Tout à fait d’accord avec ce que vous avez écrit, d’autant qu’il n’y avait, chez moi, si vous vous rapportez à l’extrait de mon article cité par Juan ( « débats sans doute trop méprisés que sont les «discussions du café de commerce» qui obéissent aux mêmes règles subtiles que les blogs ») aucune dévalorisation de ces débats du café du commerce, au contraire.

    Mais il est intéressant que ceci ait été perçu comme ça par certain(e)s blogueurs/blogueuses, car je conçois qu’il soit déstabilisant d’être remis en cause; ainsi, Rosaelle commence-t-elle son article/réponse par « Elie Arié a posé une question, tellement énorme dans son absurdité, que cela ne donnait pas envie de répondre », la question étant « Pourquoi tant de gens tiennent-ils un blog? »: on peut trouver ma réponse stupide, mais la question est tout sauf « absurde », car la réponse ne va pas de soi.

    1. Par ce que vous ne lisez pas les blogs, vous. En général, on sait pourquoi les blogs existent.
      A ce propos, pourquoi vous écrivez des livres dont personne ne soupçonne l’existence?
      Parce que Euterpe vient de m’apprendre que vous avez écrit des livres?
      A quoi ça sert, d’écrire un livre dont la majorité des gens se fichent royalement?

      1. Ne vous méprenez pas: vous n’êtes pas supérieur au point que votre Magnifiscience soit destabilisée: et j’ai une autre question…
        Pourquoi on subventionne une radio, France Culture, que personne n’écoute? Donc dont les brillantes analyses, tout le monde s’en fiche?
        Je suggère donc à tout le monde de poser des questions à Elie, et d’attendre ses réponses: on va s’amuser

        1. En effet, à propos de France Culture : ce n’est pas une radio qui a une très grande audience et pourtant on la conserve.
          Alors Elie Arié il faut arrêter de mesurer les blogs à leur visite et les émissions à leur taux d’audience.
          Si on va par là il n’y a plus qu’à tout éliminer en dehors de Tf1, MacDo et Marianne2 (pour votre petite tribune égoiste).

        2. « Pourquoi on subventionne une radio, France Culture, que personne n’écoute? Donc dont les brillantes analyses, tout le monde s’en fiche? »

          Ah ben oui, ça, c’est bien vrai !
          (merci, je vous dois mon plus bel éclat de rire de la matinée)

        3. Vous y allez un peu fort, Rosaëlle, avec France Culture ; essayez un peu de l’écouter, ça vous profitera…
          Je suggérerai plutôt de supprimer RTL et TF1 !

          1. Togram, à n’en pas douter Rosaëlle veut dire que
            ce n’est pas parce que France Culture fait peu d’audience
            qu’il faudrait supprimer. cette Radio.

    2. Elie
      j’aurais dû lire votre billet dans Marianne, il y a un de vos commentaires qui me correspond un peu: « se faire plaisir par l’indiscutable plaisir d’écrire »

      « Bien sûr ! comme disait mon professeur de Français en classe de seconde :
       » On est toujours content de ce que l’on a pondu « .
      Ce que je prenais pour moi et signifiait bien que l’on ferait bien de se relire avec un regard critique au lieu de se dire  » qu’est-ce-que je suis bon !  » 😉  »

      C’est vrai ! Je fais aussi un excellent biscuit de Savoie. Il est tellement léger qu’on doit le tenir fermement pour ne pas qu’il s’envole, aussitôt sorti du four. Tout ceux qui l’ont goûté vous le diront. Je considérerais comme un esprit chagrin celui qui me ferait remarquer que tel ou tel pâtissier (à commencer par celui qui en vend au coin de sa rue), maîtrisant, lui, en tant que professionnel, l’art du biscuit de Savoie, en produit un qui, que, etc, etc. En plus, s’il y a un petit bout racorni ou brûlé, c’est lui qui en héritera.
      Au fond, je sais bien ce qu’il en est, mais mon gâteau est bon quand même, c’est moi qui l’ai fait, j’aime les compliments qui accompagnent sa dégustation jusqu’à la dernière miette, et pour ma voisine et sa tarte aux poires, c’est pareil. C’est là qu’interviennent la reconnaissance de ses limites, de celles de ses connaissances ou de ses capacités. La modestie nécessaire, celle qui suppose un minimum de jugeotte, fait comiquement défaut à certains qui s’autocongratulent d’abondance; avec eux la discussion est très pénible (voire impossible).

      1. Qu’est-ce que je disais ? La voilà qui fait son numéro de ménagère modèle pour séduire les machos (la honte)

        La preuve par le gâteau de Savoie de Suzanne….:->

          1. Mis à part que la démonstration n’est même pas concluante vu que des pâtisseries faites maison qui sont meilleures que chez LE pâtissiER (un spécialiste est TOUJOURS masculin, hein) on en trouve plus que suffisamment.
            Alors voilà pour tes métaphores pâtissières.

            1. Eh oui, c’était une métaphore, et non une arme de séduction ménagère. Ouf.
              Heureusement qu’Homère ne vient pas sur ce blog, notre dynamique Euterpe lui prouverait par a+b que l’aurore n’a pas de doigts, c’est ridicule, il n’y aurait pas de doigts assez longs, et puis qu’il n’y a pas dans ses couleurs que le rose, mais aussi le rouge, le mauve, qu’est-ce que c’est que cette façon de stigmatiser le rose qu’on attribue au féminin par excellence, etc…

              1. « Euterpe lui prouverait par a+b que l’aurore n’a pas de doigts, c’est ridicule »

                Allons, c’est toi la grande démonstratrice qui fait des théories à base de gâteaux de Savoie !
                Je ne fais pas de démonstration moi !
                Je n’ai rien à prouver !
                Encore moins que l’aurore n’a pas de doigts, pauvre stupidité. (Tu remarqueras que je n’ai pas encore dit « couille » mais cela ne va pas tarder si tu continues tes couilleries).

                1. Et pour ce qui est de l’arme de séduction ménagère, bien sûr que ca en est une ! Ce n’est pas au hasard que tu as choisi cette métaphore bancale et qui prouve l’inverse de ce que tu veux dire :->

  39. La mère Suzanne comme je l’appelle est connue pour être une lècheuse de couilles de première catégorie qui (comme toute kapo qui se respecte) adore donner des coups de pied de l’âne dans des tibias féminins avec une prédilection pour les miens, voilà pourquoi elle vient faire son numéro.
    Ce n’est pas pour vos beaux yeux qu’elle fait sa toute mielleuse, croyez-moi.
    Elle s’en fiche de vous en fait.
    Si vous la connaissiez mieux vous sauriez que c’est exclusivement moi qu’elle vise.
    Elle va immédiatement crier à la parano et jurer de la pureté de sa sincérité mais vous pouvez être sûr que c’est bidon.
    Car ce n’est évidemment pas elle que ça dérange quand un bonhomme ébloui par ses propres diplômes se voit comme un savant universel.
    C’est quand une femme parle plus haut que cet homme que ça dérange madame.
    D’ailleurs s’il n’y avait pas autant de Suzanne sur Terre, on n’aurait pas tant de difficulté à éradiquer le sexisme et il y a longtemps que les fats feraient profil bas.

    On remarquera d’ailleurs, Elie Arié, que vous démolissez préférentiellement un blog féminin politique qui a osé s’exprimer sur vous sans faire votre éloge.

    Ne pas faire votre éloge signifie donc pour vous : être déstabilisé(e) d’être remis en cause ».

    Ben voyons.

  40. @ Rosaelle

    « Pourquoi on subventionne une radio, France Culture, que personne n’écoute? »

    Quel aveu !!!

    Mais si, des gens l’écoutent, figurez-vous; certains, comme moi, considèrent même que c’est la seule radio audible (hors musique), tout comme Arte est la seule chaîne de télévision regardable.

    On les conserve parce que c’est le rôle de l’ Etat de maintenir un niveau de qualité sans tenir compte de l’audience, et qu’elles auraient disparu depuis longtemps si leur existence ne dépendait que de la seule loi du marché, de l’audience et de la publicité, et qu’on pense que le rôle de la radio et de la télé n’est pas simplement de « vendre du temps de cerveau disponible pour la publicité » ( Patricl Le Lay, à propos de TF1).

    Ça s’appelle un service public, dont l’ambition n’est pas de faire du fric, mais d’apporter des choses indispensables que la loi du marché ne peut pas apporter.

    1. Pour VOUS, c’est une radio utile. Pour d’autres, c’est un gouffre pognon inutile.
      Le problème, c’est que VOS OPINIONS SONT LA SEULE VÉRITÉ POSSIBLE.
      Le monde parfait selon Arié.
      Comment peut-on discuter avec LA VERITE ABSOLUE DE SA MAGNIFISCIENCE?
      Donc pourquoi écrivez-vous des livres qui ne seront jamais best-seller?

      1. France-culture utile ou pas utile ? La Comédie Française utile ou pas utile ? Le corps de ballet de l’opéra ? Les orchestres régionaux, les conservatoires de musique, les musées ? Le latin et le grec, la philosophie, l’histoire mon dieu, mon dieu, que de « gouffre pognon » !

      2. Je finis par avoir peur, au cours d’une discussion comme celle-là. Pas à cause des débordements verbaux et des insultes, mais à cause de ce qui arrive après, qui ne manque jamais d’arriver, comme cette déclaration de Rosaëlle: « france culture est un gouffre pognon inutile. Personne ne l’écoute »
        Et la Comédie Française ? Et le Corps de Ballet de l’Opéra ? Et le Collège de France ? Et les musées ? Et la poésie pré-islamique ?Et les orchestres nationaux, régionaux ? Et les conservatoires de musique ? Et le latin et le grec ? Et la vieille Jacqueline de Romilly, aveugle, se faisant lire et relire des pages de Thucydide ? (je crois qu’on peut la ré-écouter sur France Culture, justement) et puis et puis…

        Quel populiste français, déjà, voulait réduire de façon drastique les études universitaires et annonçait: on a besoin de plombiers, pas de littérateurs ou de sociologues ?

        (Ne cherchez pas, c’est Le Pen père)

  41. @ Euterpe

    Et en dehors des « couilles », qui reviennent dans tous vos messages: vous n’avez pas d’autre centre d’intérêt, dans la vie?

    1. Je ne vous demande pas si vous pas n’avez pas d’autre centre d’intérêt dans la vie quand vous utilisez le mot « con » alors permettez que j’utilise pour ma part le mot « couille », merci.

  42. @ Euterpe

    Je n’utilise le mot « con » que dans son sens « abruti », et tout aussi souvent, dans le même sens, le mot « couillon ».
    Et tous les deux presque jamais – contrairement à vous.

  43. Moi je n’utilise pas le mot “con” dans le sens d’“abruti ». Je privilégie pour cela le mot « couille ».

    Conclulsion : nous ne nous ressemblons pas….Scoop ! 🙂

  44. @ Rosaelle

    Vous constatez que, contrairement à vous, je réponds aux questions qu’on me pose, et autrement que par « la réponse est évidente, point final »…Vous avez même censuré ma dernière réponse, sur votre blog, à l’article que vous m’avez fait l’honneur de me consacrer…ce qui ne vous empêche pas d’évoquer, sur Marianne, un illusoire « droit de réponse » à un article où vous n’êtes pas citée et qui parle des blogs en général:-)))

    1. Je vous ai prévenu: répondez à ma question
      Pourquoi écrivez-vous vos tribunes?
      Réponse argumentée et logique sinon, je ne publie plus.
      Point barre.
      Donc j’attend

          1. Mais, Rosaëlle, j’ai mis des guillemets. Je vous cite. C’est vous qui écrivez « sinon, je ne publie plus ». Alors, je vous réponds « chiche » ? Ce qui signifie « z’êtes pas cap, de ne plus publier ».

            Je suis contente de d’avoir le droit de répondre à Rosaëlle sur ce blog. Sur le sien, même (et surtout) pour des explications de ce type, j’y fus censurée plusieurs fois, donc je ne m’y essaie plus.

            Je ne m’en plains pas. C’est amusant, de se faire étriller pendant un moment, puis ça va…

            1. Exact, c’est amusant de se faire étriller, puis passé un moment, ça va.
              Vous avez répondu à la raison pour laquelle je ne peux pas publier vos commentaires.
              Car Euterpe vous a bien cernée, je trouve

              1. Bon bon bon… (dernier commentaire)
                Je remercie Juan (dont je n’ai pas toujours dit que du bien) de m’avoir laissé discuter ici.

                Elie Arié, arrêtez de vous vanter d’écrire des petits livres minables que personne n’aurait l’idée de lire, même si on peut vous entendre en causer sur France-Culture, radio gouffre pognon que dont les débats qu’ils intéressent personne.

  45. @ Rosaelle

    On ne répond pas à une question par une autre question, et c’est un bien pauvre prétexte pour censurer sur votre blog une réponse à un article qui me met directement en cause; mais je n’en ai rien à cirer, que vous me censuriez ou pas: c’était juste pour illustrer votre pauvre « logique » :-)))

    J’écris des tribunes et des livres (qui touchent tout de même plus de gens que votre blog, l’avant-dernier a été aussi édité au Québec; et le dernier -sur la mondialisation- est en voie de traduction en portugais: donc, le Brésil, 200 millions d’habitants, on verra bien combien de lecteurs…) pour une raison que j’ai déjà dite, et qu’un blogueur m’a expliquée de façon convaincante(vous n’êtes pas la seule à qui j’ai posé la question « Pourquoi tenir un blog? ») : parce qu’on n’écrit jamais que pour soi; raison à laquelle j’en rajoute trois autres, personnelles, également déjà dites:

    -pour le plaisir d’écrire,

    -parce qu’écrire sérieusement un article (et non pas, comme vous, se satisfaire du premier jet), et, a fortiori, un livre, oblige à faire des tas de recherches et de rectifications, à apprendre un tas de choses, à remettre en question ce qu’on pensait jusque là,

    -et, en ce qui concerne mes livres, pour ce que les psys appellent « les bénéfices secondaires non financiers » : invitations à la radio,à la télé, à des tables rondes, etc.

    Et vous: pourquoi tenez-vous un blog? :-)))

  46. @ Rosaelle

    Finalement, comme dirait Euterpe, nous sommes très différents:

    -vous vous contentez du « premier jet », alors que, pour moi, ce n’est qu’un point de départ;

    -vous considérez France-Culture comme inutile (et, par conséquent,sans doute, la culture aussi);

    -vous écrivez que « réfléchir tout seul dans son coin ne sert à rien »…ce qui prouve que vous ignorez ce qu’est « réfléchir », et même « penser »…ce qui n’a rien à voir avec le buzz;

    -vos articles, sur votre blog, procèdent par des affirmations péremptoires et par l’énoncé de certitudes; alors que mes articles sont presque toujours des questionnements, et mes réponses présentées comme de simples hypothèses.

    C’est pourquoi votre blog n’a aucun intérêt.
    N’est-ce pas?

    1. Elie Arié
      Votre grosse tête est très fatigante.
      On ne peut pas échanger avec vous. La preuve.
      Que vous me traitiez sans arrêt d’inutile, passons.
      Que vous traduisiez sans arrêt ma pensée, c’est franchement un manque flagrant d’intelligence.
      France Culture: je n’ai jamais dit que c’était inutile. J’ai souligné la pensée de la plupart des gens ici, en France, et je ne pense pas qu’au Brésil, cela intéresse grand nombre de personnes.
      Arrêtez de croire que vous êtes plus important qu’un autre.
      Par contre, vous n’aurez jamais, que cela vous plaise ou non, l’audience dont vous rêvez.
      Parce qu’on ne décide pas qui vous lit ou pas.
      Et que le monde peut très bien tourner sans vous, comme pour moi d’ailleurs.
      Mais moi, je ne suis pas bouffie d’orgueil, je le sais.
      Vous ne parlez, de plus, ni le chinois couramment, ni l’arabe. Comme moi, mais moi je le sais. Donc vos écrits n’auront jamais l’impact que vous voulez leur donner, ce ne sera qu’une audience limitée, que vous méprisez de toute manière.
      En plus, vous ne semblez ne pas aimer les gens.
      Donc pourquoi écrivez-vous vos bouquins?
      J’en ai marre, mais ras-le-bol, de votre posture de grand sage qui pose des questions à l’imbécile que je suis.
      Et qui se place en supérieur.
      Vous voyez bien, mon petit blog vous casse les pieds, parce qu’il existe.
      Mais pourquoi j’écris ce blog?
      Parce que je vais vous le dire, en fait. Bien avant de commencer, j’avais décidé, grâce à ma voyante, d’écrire un blog car je savais que j’allais, moi, pauvre rien du tout, emmerder un type que je ne connaissais pas, qui s’appelait Elie Arié….rien qu’en écrivant un blog insignifiant face à la science de ce type dont mon existence aurait pu s’en passer sans problèmes.

  47. @ Rosaelle

    « Mais pourquoi j’écris ce blog? Parce que je vais vous le dire, en fait.  »

    Ah, enfin!

     » j’avais décidé, grâce à ma voyante, etc. »

    Déçu, je suis…

    Vous vous vautrez dans les injures, je me borne à vous rappeler vos propres phrases, que je n’ai pas inventées, et qui relèvent d’une grande cohérence.

    Vous aggravez votre cas en disant qu’il est inutile d’écrire des livres s’ils n’ont pas un grand tirage (vive Harry Potter!), ce qui est la suite logique de votre incompréhension de la persistance de France-Culture alors qu’elle ne fait pas de grandes audiences. Passons.

    Votre blog, que j’ai découvert tout récemment, ne m’emmerde pas: j’y ai posté quelques contributions; puis vous avez décidé de me consacrer un article, sur lequel vous censurez mes réponses; rien à cirer, je n’y retournerai plus, c’est tout.

    Je suis persuadé que mon intelligence est tout à fait moyenne: la vôtre, par contre… »Tout est relatif » (Einstein)

    Bon, je crois qu’on s’est tout dit.

  48. Putain d’Adèle ! on se croirait dans un asile d’aliénés, ici ! Sans déconner, ça foutrait presque la trouille… Suzanne, je vous en prie : éloignez-vous instamment des deux harpies, qui sont peut-être contagieuses, on ne sait jamais.

    Bref, mais quand même.

  49. @ Rosaelle

    Cette remarque, tout de même: de tou(te)s les blogueurs/blogueuses, vous êtes la seule à vous être sentie agressée par mon article « Pourquoi tant de gens tiennent-ils un blog? » , qui ne vous citait pas et ne vous visait pas spécialement, au point de me consacrer un billet hargneux dans votre blog, tout en étant incapable de répondre à la question; vous êtes la seule à ne pas avoir supporté que cette question (que vous qualifiez d’absurde, alors que tout fait de société est intéressant) soit posée.
    Ce qui prouve que cette question touchait, chez vous, un point sensible.

    1. Non, pas du tout, il se trouve que beaucoup se fichent de votre avis. Et certains préfèrent laisser tomber parce que vous êtes un parmi tant d’autres.
      Et en plus, vous n’avez aucun sens de l’humour

  50. @ Rosaelle

    Je n’avais pas compris que la censure de mon droit de réponse sur votre article me concernant, c’était de l’humour…J’avais pris ça pour un signe de faiblesse.

  51. @ Rosaelle

    Au fait: vous aviez bien écrit ici, il n’y a pas longtemps, à 12h14 (suivant une logique qui m’échappe…),que vous ne censureriez pas ma réponse, sur votre blog, si je répondais à toutes les questions que vous me posiez ici?
    Je crois n’en avoir oublié aucune?
    Alors?
    C’était encore de l’humour…ou de la faiblesse?

    1. Hé le vieux coq aigri !
      Vous êtes vraiment lourdingue, même très pervers à renchérir comme vous le faites. Fichez-lui donc la paix.
      Vous n’êtes qu’irrévérencieux sur absolument tous les fils de discussions… idem sur le vôtre. Il me semble que plus personne n’est dupe de vos glaciales sentences. Finasser est tout ce dont vous êtes capable, et vos nombreuses contradictions vous discréditent.

      J’aimerais bien que quelqu’un (pas vous) me cite une seule phrase que vous ayez pu écrire dans toute votre vie de posteur sur le net, qui exprime ne serait-ce qu’une minuscule approche de civilité à l’encontre d’un de vos semblables !… J’ai bien dit « de-vos-semblables », car vous n’émergez en rien sur la toile.
      Qu’est-ce que vous en avez à foutre d’avoir toujours le dernier mot ?! C’est ça votre combat contre l’unanimisme ?
      Ben voyons.
      Inutile de me répondre. Beurk !

      Pardon Juan… Chui restée polie quand même…

      ***

Les commentaires sont fermés.