Grâce à #Hollande, l’IVG gratuite pour ma fille ?


C’est une promesse bientôt tenue, croyaient savoir les Echos.

L’interruption volontaire de grossesse (IVG) sera prochainement intégralement prise en charge.

Je dis merci. L’IVG n’est pas une chose facile ni souhaitable, mais une chose parfois nécessaire.

L’interruption volontaire de grossesse (IVG) sera bientôt prise en charge à 100 % par l’assurance-maladie. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, devrait annoncer dans quelques jours la concrétisation de cette promesse de campagne de François Hollande. La mesure devrait figurer dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2013, présenté lundi.

L’IVG chirurgicale est actuellement remboursée à 80 %, l’IVG médicamenteuse à 70 %, sauf pour les bénéficiaires de la CMU, prises en charge à 100 %. Les tarifs sont variables mais sont généralement compris entre 190 euros (pour une IVG médicamenteuse en cabinet médical) et 450 euros (pour une IVG chirurgicale dans une clinique privée).

Cette disposition emblématique aura un coût limité. Les IVG représentent une dépense de 70 millions d’euros, dont 55 millions à la charge de l’assurance-maladie, selon une estimation de l’Igas d’il y a trois ans.

Publicités

59 réflexions sur « Grâce à #Hollande, l’IVG gratuite pour ma fille ? »

  1. C’est bien le moment de rajouter des dépenses à la Sécurité sociale ? D’autant qu’il y a des sous-remboursements criants en matière d’optique et de dentisterie ?
    Je ne suis pas d’accord.

    1. Bien que l’IVG fasse partie des choses ni faciles ni souhaitables, mais nécessaires, je trouve néanmoins que des efforts plus intelligeants devraient être fait en matière d’optique et de dentisterie, comme le souligne très bien estelle92 !
      Les soins dentaires et ophtalmologiques sont autrement plus nécessaires pour réussir un bien être de vie ( durant toute notre existance ) qu’une IVG qui sera pratiquée une fois, exceptionnellent deux !! ( la question peut être revue en cas de viol ) .

  2. Quelle Honte ! Que chacun assume ses choix ! Il me semble que les cas les plus critiques (viols…etc) les femmes bénéficient déjà pour la majorité d’une couverture a 100% et si ce n’est pas le cas ok pour un élargissement mais la vraiment c’est scandaleux !

  3. @Mazarine ; Sans doute, mais parfois il vaut mieux cela et ne pas rajouter de la souffrance et le sentiment de plusieurs vies gâchés. J’ai 52 ans, et je me suis fait avorter il y a 25 ans et j’y pense toujours et je n’étais enceinte que de 15 jours ! Et si l’on doute souvent mieux vaut interrompre une grossesse que vivre cela comme une blessure, une déchirure qui ne guérira pas… Soyez sûre que ce ne fut pas un avortement de confort comme disait l’autre… Un avortement de confort… Je lui souhaite rien à cette folle, même pas le pire, pourtant elle mériterait… Quoique, avec M. Beurk Jean-François… Elle doit pas être trop confortable… Remarquez, nous non plus…

    1. Qui vous dit que vous n’auriez pas aime votre embryon devenu homme ou femme qui vous accueillera dans l’autre monde. Dans tous les cas, c’est une souffrance et un pari sur un avenir que l’on ne connait pas au moment de l’IVG.

  4. D’accord avec toi et je suis ravie de cette mesure. Mais parallèlement il ne serait pas inutile de dépornifier la société et arrêter d’hypersexualiser les filles dès la naissance. il existe aujourd’hui des talons hauts et des pièces panthère pour bébé ! http://www.feminimix.com/Heelarious-chaussures-talons-bebe,741.html
    et des barres de pole dance pour enfants ! http://www.entrevue.fr/des-barres-de-pole-dance-pour-enfant-10281
    Après il ne faut pas s’étonner que c’est le chaos sexuel pour les filles et qu’elles se font déflorées à 8 ans et engrossées à 12 !

  5. Je suis entièrement d’accord aussi avec cette décision ..à condition qu’elle s’accompagne d’une plus grande campagne de prévention dans les lycées ou collèges entre autres .
    Puisqu’on parlait hier de Ségolène Royal on pourrait peut-être rappeler son « Pass’contraception » qui devrait être généralisé avec peut-être quelques améliorations .
    L’avortement n’étant que l’ultime recours , chirurgical ou non .

    La classe d’âge de 15-19 ans représentait 14,3% des avortements en 2009 et celle des 20-24 ans 24,8% , 22% pour les 24-29 ans . Soit donc une proportion de plus de 61% des avortements pour les femmes de moins de 30 ans !

    http://www.avortementivg.com/pages/Statistiques_de_lavortement_IVG_en_France-733440.html

    Il y a donc une énorme carence dans le domaine de la prévention pour les jeunes filles ou les jeunes femmes. C’est là qu’il faut mettre l’accent . Car comme le dit si bien JBL1960 l’avortement est loin d’être un « confort ».

    Ca ne cache pas évidemment tous les autres problèmes de prothèses en général , mais ça ne se résout pas en un tour de passe-passe , ça représente des centaines de millions d’euros .

  6. Très mauvais signal, que la simultanéité de la décision de la gratuité de l’ IVG et du déremboursement des pilules contraceptives de 3 ème génération, et qui risque de transformer, comme dans les pays sous-développés, l’ IVG en moyen de contraception.

  7. Bonne nouvelle. Il vaut mieux laisser la possibilité à une jeune fille de pouvoir avorter facilement plutôt que tout faire pour mettre au monde des futurs enfants à problèmes, qui entraîneront des dépenses publiques importantes en éducation et/ou justice. Pour une fois, applaudissons le gouvernement.

  8. la prévention ne concerne PAS UNIQUEMENT les jeunes filles! les garcons doivent aussi etre concernes! Ayant eu 4 enfants( 1 garcon et 3 filles J’avais 1 plaquette de pilulles du lendemain au cas ou! et surtout j’ai explique souvent ( un peu trop selon mes enfants) la necessité de se proteger et d’avoir une bonne contraception pour éviter d’attendre un enfant trop vite dans la vie. ET aucun n’a eu besoin des pillules du lendemai!

  9. Oui c’est vrai d’ailleurs la fameuse pilule pour garçon se fait toujours attendre puisqu’il faut toujours coller toutes les responsabilités aux filles et les accabler de toutes les charges possibles et imaginables ; puis, ce la fait, il faut, bien sûr, également les blâmer à fond.

    1. @ Euterpe

      Pas partout: en Inde, il y avait (je ne sais pas s’il y a toujours) d’ importantes campagnes pour inciter les hommes déjà pères de famille à se faire stériliser gratuitement (par ligature des canaux déférents, petite intervention superficielle n’entraînant aucun trouble de la sexualité), avec, même, des cadeaux pour ceux qui acceptaient: il y a 30 ans, c’était une radio à transistors (je suppose qu’aujourd’hui, ce doit être un I-Phone…)

    2. @ Euterpe, suite

      « la fameuse pilule pour garçon se fait toujours attendre »

      C’est quand même assez logique, parce que ce sont les femmes, et pas les hommes, qui se retrouvent enceintes: avec les pilules pour hommes ou garçons, la femme n’est plus maîtresse de sa contraception, elle doit faire confiance à l’homme ou garçon qui lui affirme avoir pris sa pilule.

      (il faudrait inventer une « pilule pour hommes » qui entraîne un signe extérieur visible prouvant qu’il est à jour de ses prises: colorer le nez en bleu, ou quelque chose comme ça…)

      1. Peut-être.
        Néanmoins il y a énormément de garçons ou hommes qui partent du principe que la femme peut avorter et donc qu’ils n’ont pas à se préoccuper le moins du monde de contraception ni même à demander à leur partenaire si elle prend un contraceptif.
        Et si la fille ou femme est enceinte, ils lui font la guerre pour qu’elle avorte.
        Si elle ne le fait pas, ils font payer aux enfants leur rage d’avoir à payer une pension alimentaire.
        Dans tous les cas, ils ne sentent pas responsables de la conception. Du tout.
        Ils ont appris tout petit que la femme est responsable et que si elle est enceinte, elle peut avorter. Et pour eux, avorter, c’est à peu près comme de se faire couper les ongles ou les cheveux, sans plus.

        1. « énormément de garçons ou hommes qui partent du principe que la femme peut avorter »

          Pas dans les pays où l’avortement est interdit et sévèrement réprimé.

          C’est beaucoup plus compliqué et grave que ça: voir les pays où, lorsqu’une femme se fait violer, c’est elle -et pas le violeur- qui est considérée comme « déshonorée » et en subit les sanctions sociales (rupture de fiançailles, divorce, perte d’emploi, etc.), au point que beaucoup n’osent pas l’avouer et porter plainte.

            1. @ Euterpe

              C’était pareil à l’époque (que j’ai connue) où l’avortement était interdit en France, et où le préservatif masculin existait!

              1. Ben oui ! C’est bien cela que je dénonce ! Il n’y a strictement aucune évolution. Le sexisme est toujours aussi présent. Et les moyens modernes qui sont censés soulager la vie des femmes leur rendent la vie exactement aussi compliquée et difficile aujourd’hui qu’avant puisque le problème c’est le sexisme.
                Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas rembourser l’IVG à 100%, ça veut juste dire qu’il ne faut pas prendre cela comme une mesure réellement antisexiste car tant que le sexisme ne sera pas combattu en tant que tel n’importe quelle mesure de ce type sera finalement capable de se retourner contre les femmes.

                1. Oui, tout ça est un peu déprimant (même si vous avez trop tendance à tout ramener au sexisme, et à en faire la seule grille de lecture de tous les problèmes).
                  Mais, bon « il n’est nécessaire d’espérer pour entreprendre », et toussa.

                  1. Écoutez Elie Arié : l’Europe s’est effroyablement enrichie au moyen de l’esclavage. On a aboli l’esclavage sous la forme de la traite des noirs sans remettre en question le principe d’exploitation des autres pour l’accumulation de richesses dans les mêmes mains. On a remplacé cette traite par l’exploitation des femmes et des enfants dans les usines, et parallèlement l’exploitation du Tiers-monde sous une forme autre que l’esclavage direct. Ce système exploiteur fonctionne PLUS QUE JAMAIS sur le sexisme. Les femmes sont exploitées en tant que « ménagères » et mères. La masse énorme de travaux qu’induisent ces deux charges est totalement impayée. Les femmes travaillent donc GRATUITEMENT pour la communauté tandis que les tâches « masculines », elles, sont rémunérées. Les femmes sacrifient au moins dix ans de leur vie à des tâches impayées et ne reçoivent pas de retraite si elles n’ont pas fait parallèlement un travail « masculin ».
                    Les hommes ne partagent pas le pouvoir et ne veulent pas le partager. Ils font tout ce qu’ils peuvent pour empêcher les femmes d’obtenir le moindre pouvoir réel. Jamais une femme n’a pu être présidente de la République et pourtant la Révolution n’aurait pas pu se faire sans les femmes.
                    Les femmes sont cesse en bute à des tactiques visant à les maintenir dans un statut d’exploitées. Actuellement on tente de s’emparer de leur enfance. Que dis-je « on tente » ? Il y a juste renforcement de ce que l’on avait commencé à déconstruire dans les années 70 en matière d’aliénation des petites filles. À quoi croyez-vous que sert la publicité si ce n’est à renforcer le sexisme ? C’est juste une véhicule idéologique.
                    Alors vous voudriez que je cesse de dénoncer le fait que ce système se maintient toujours et uniquement parce que des gens (les femmes) travaillent gratuitement pour lui ?
                    Naturellement on veut maintenant faire travailler encore plus de gens gratuitement. Mais cela veut dire que pour les femmes la situation va empirer. En effet, quand les hommes subissent la pauvreté, les femmes subissent la violence.

                    Ce qui se passe c’est que personne ne veut aborder le problème sous cet angle, parce qu’il est particulièrement incommode et révélateur de la perversité d’un système qui perpétuellement change de forme mais absolument pas de fond.

                    1. @ Euterpe
                      « Les hommes ne partagent pas le pouvoir et ne veulent pas le partager »
                      Je crois que c’est le fond du problème….les femmes ont un pouvoir que les hommes n’ont pas…il est essentiel, celui de faire ou de ne pas faire des enfants (dans le meilleur des cas bien sûr, celui du choix, je ne parle pas de grossesses non voulues, sujet du jour) et je crois qu’ inconsciemment ou pas certains hommes ne veulent pas ou n’arrivent pas à l’accepter.

                    2. Mais oui, je vous l’ai déjà dit: c’est une grille de lecture exacte…mais non exclusive: l’exploitation du travail des femmes et des enfants existait déjà à l’époque de l’exploitation du Tiers-monde, elle ne l’a pas remplacée.
                      Il y avait d’ailleurs un très bon titre d’un article de Françoise Giroud, dans les années 1970 : « La femme, notre dernière colonie ».

                    3. Les femmes sont exploitées en tant que « ménagères » et mères.
                      ==> AH ? « On » les FORCE à être ménagères ou mères ?

                      La masse énorme de travaux qu’induisent ces deux charges est totalement impayée.
                      ==> Et pour cause, s’il n’y a pas de clients.

                      Les femmes travaillent donc GRATUITEMENT pour la communauté tandis que les tâches « masculines », elles, sont rémunérées.
                      ==> non puisque les femmes travaillent dans le secteur marchand, comme les hommes

                    4. C’est faux de dire que les travaux ménager des femmes ne sont pas rémunérés. Certes elles ne touchent pas de salaires formels, nul ne le contestent, mais ces travaux entraînent des compensations légales, j’en vois au moins 4:
                      -Depuis 1804 et le si machiste code civil, les époux (cela ne concerne donc que les gens mariés, mais il me semble que le mariage est une protection des enfants et des femmes contre l’égoïsme des hommes, donc les femmes qui le dénigrent sont simplement ignorante de leurs droits), les époux se doivent donc mutuellement aide assistance et secours ainsi qu’une solidarité pour les frais afférents à l’entretien du ménage (c-a-d avec la famille rien voir avec les balais). Dans le cas d’une femme au foyer cela implique que l’homme a le devoir légal de subvenir à 100% au besoin de la famille et à 100% aux besoins alimentaires de sa femme. Donc en échange du sacrifice de l’absence de salaire elle a le droit, elle et ses enfants d’être entretenu, sans qu’il y ait corrélativement d’obligation légale de faire les tâches ménagère.
                      -En cas de mariage sous le régime légale, les époux ont une communauté partielle de patrimoine, qui porte sur tous les acquêts du début à la fin du mariage: c-a-d tous ce que gagne les 2 époux appartient… à égalité aux 2 époux: si la femme ne gagne rien elle gagnera toujours la moitié de ce que gagne son époux. Si vous croyez que ce n’est rien, divorcez vous verrez tout de suite la différence.
                      -Enfin en cas de divorce celui des époux qui gagne le mieux sa vie (dans 90% des cas le mari) doit à l’autre une « prestation compensatoire » qui n’est qu’un moyen de combler la perte de niveau de vie que celui ci va subir, la mesure é été créer très officiellement pour pousser les femmes à ne pas se retenir de divorcer de peur d’être à la rue.
                      -Enfin pour les concubins principalement et éventuellement pour les époux séparés de biens, la jurisprudence a inventé le mécanisme de l’enrichissement sans cause.
                      Lorsqu’un mari a profité du travail non rémunéré de sa femme, soit dans son entreprise, soit qui lui a libéré du temps en s’occupant des enfants, ce profit doit être partagé entre les époux/concubins.

                      Voici 4 exemples de mécanismes de rémunération du travail ménager des femmes, ce sont des mécanismes légaux qui atténuent les effets d’une différence sociologique et comportementale réelle (légitime et pérenne ou non) entre les hommes et les femmes. Sauf à abolir cette différence on ne pourra guère faire mieux, sauf un salaire de femme au foyer, mais l’actuel gouvernement que vous encensez va plutôt dans le sens contraire!

  10. Le 26 novembre 1974, Simone Veil, ministre de la Santé d’alors, prenait la parole à l’assemblée nationale

    « L’histoire nous montre que les grands débats qui ont divisé un moment les Français apparaissent avec le recul du temps comme une étape nécessaire à la formation d’un nouveau consensus social, qui s’inscrit dans la tradition de tolérance et de mesure de notre pays. »

    La tradition de tolérance de ce pays serait-elle en voie de disparition ?

    1. @ Sylvie75

      Il me semble, au contraire, que c’est la tolérance de ce pays qui va trop loin, et affaiblit les contraires qu’impose le respect de l’autre, notamment en matière de laïcité (« j’ai le droit de le faire, puisque ma religion me l’ordonne »).

    1. En quoi le fait de faire avorter les jeunes filles vous choque dès lors que vous n’êtes pas opposée à l’avortement sur le principe et que l’acte est remboursé?

  11. Parfaitement d’accord avec les commentatrices qui relèvent le scandale des frais de dentisterie.
    Primo, ces frais sont considérés comme un service cad comme votre coiffeur qui coupe les cheveux.
    Deusio, le dentiste vous arrache des dents qui vous sont indispensables plus de trois fois par jour et
    qui ne repoussent pas. Ca c’est le vrai scandale du « service des dentistes et de la destisterie » et
    la Sécu continue à laisser s’enrichir ces arracheurs de dents. Parce que cela date de l’époque des
    arracheurs qui vous rendaient un service.
    Des vrais retardés de la santé publique les gouvernements ainsi que la sécu.

    1. @ calamity jane

      Pas de bol: les soins dentaires qui permettent de conserver les dents sont justement les seuls qui sont bien remboursés par la Sécu (contrairement à ceux qui remplacent les dents: couronnes, implants, etc.); mais cela suppose d’aller systématiquement chez le dentiste tous les 6 mois, avant qu’il ne soit trop tard.

  12. Sur que quand une ou des dents doivent être « plus ou moins » (suivant qu’il reste des canaux ou non)
    remplacée, les solutions non dévastatrice reviennent beaucoup plus chères et sont
    peu remboursées

    1. Pour dire aussi, puisque l’occasion est données que des chirurgiens dentistes
      renseignent très mal sur ce qui peut être fait ou non.

  13. A Sylvie75 : je ne crois pas que ce soit cela qui les motive. Je ne crois pas qu’ils aient envie de se coltiner les désagréments et les souffrances que nous endurons.
    Je crois plutôt qu’ils interprètent toute la psychologie qui est générée chez nous par le fait de porter la vie : douceur, tendresse, pacifisme, patience, réserve, compassion etc…et toutes ces facultés indispensables pour s’occuper d’un bébé comme de la faiblesse.
    Et donc exploitable à leur profit.
    Exactement comme avec les enfants.
    Pourquoi exploitent-ils les enfants ? Pas parce qu’ils peuvent accoucher. Parce qu’ils les voient sans défense.
    Mais pour le coup, eux sont vraiment sans défense.
    Donc pour nous exploiter,nous, ils ont besoin de rajouter le paquet avec la pub et toutes ces tactiques minables.

    1. @ Euterpe

      « toute la psychologie qui est générée chez nous par le fait de porter la vie : douceur, tendresse, pacifisme, patience, réserve, compassion etc… »

      Ce n’est pas exactement comme ça que je vous imagine en vous lisant, mais je peux me tromper…
      (précision peut être nécessaire: c’est du second degré).

        1. « je n’ai pas de douceur à offrir aux gens sexistes, »

          C’est-à-dire à à peu près tout le monde (hommes ou femmes), sauf vous, la seule vraie antisexiste?

          1. Ah bon ? Je peux citer tout plein de personnes ici qui ne sont pas sexistes. Et puis les enfants ne le sont pas du moins pas tout de suite s’ils sont tombés dans de mauvaises mains.
            Mais il faut que tout soit de nouveau à votre sauce, ici.
            Votre grille de lecture à vous c’est : qu’est-ce que les gens ont à vouloir changer des choses alors que tout est parfait ?

            1. « qu’est-ce que les gens ont à vouloir changer des choses alors que tout est parfait ? »

              Lamentable.
              Vous finissez toujours comme ça.

              1. Lamentable vous même.
                Avec vous toute discussion tourne en rond et dès que vous ne savez plus quoi répondre (sans utiliser des réponses toutes faites) vous vous moquez du monde.
                Vous détournez la discussion sur moi pour faire croire que le sexisme est juste dans ma tête comme vous avez essayé de faire croire que les dangers des OGM sont juste dans la tête de ceux qui les dénoncent, comme vous essayez de faire croire à tous que calamity jane est analphabète.

                C’est cela qui est lamentable.

                Cela doit sans doute venir de votre grille de lecture chevènementiste.

                1. Mais non, je ne détourne rien du tout: on s’est tout dit, je pense que votre grille de lecture de la société à travers le sexisme est vraie mais trop exclusive, vous pensez le contraire, on est arrivés à un point où on ne peut plus avancer.

                  Ce qui est lamentable, c’est votre éternelle technique de prêter aux autres des propos ou des idées qui ne sont pas les leurs; système le plus radical pour tuer tout échange, mais ceux qui, comme vous, sont persuadés d’avoir toujours raison sur tout ne cherchent pas l’échange.

                   » douceur, tendresse, pacifisme, patience, réserve, compassion etc… »

                  1. Je ne fais que vous rendre la pareille. Et pour ce qui est de la douceur, etc… vous n’êtes pas un bébé que je sache.

  14. Sermentateur d’Hippocrate,
    Oui ! et bien sûr le nombre de personnes qui se plaignent d’avoir eu des dents arrachées sans en comprendre
    le pourquoi, cela n’a jamais existé ? Arrêtez de me la raconter du haut de vos facilités dans ces milieux et
    mettez vous au niveau des personnes qui suite à des erreurs médicales par exemple vivent le martyr…
    et de toujours penser que parce que les gens réagissent ils ne font pas aussi bien que vous ! Vous savez
    que 95% de la population est instruite et donc sait lire les papiers de la Sécu ?
    Franchement, vous avez très bien compris que puisque c’était un service, les cas de réclamation doivent
    être hyperfondés et que la Loi prévoit une prescription au bout de deux ans et que les dents ne repoussent
    pas ! on est bien d’accord ? Votre réponse me surprend tout en étant inadmissible.

    1. « 95% de la population est instruite et donc sait lire les papiers de la Sécu »

      Vous faites partie des 5 % restants (et pas seulement pour les papiers de la Sécu…)

  15. Invalide à 80 %, atteinte d’un cancer depuis 1992, j’ai eu quelques années de rémission mais me retrouve en récidive depuis 5 ans d’un cancer appelle CHRONIQUE….joli mot pour dire INCURABLE, j’ai demandé une aide-ménagère pour 1 h par semaine seulement, cela m’a été refuse, je n’ai pas 60 ans et dépasse le plafond. Alors avant d’en arriver à l’IVG, il existe les capotes ou la pilule et autres moyens de contraception……! les jeunes ont le tort de banaliser cet acte et ne prennent aucune précaution. Une IVG n’est pas un acte banal……il engage la vie de 2 personnes, une qui s’en voudra toute sa vie et une autre à qui l’on retire la vie……….pour moi cela représente une partie du trou de la Sécu. Le Cancer on ne le réclame, un enfant on peut l’éviter en ne prenant pas ça a la légère………..

  16. Sermentateur d’Hippocrate,
    pour votre réponse en cinq pour cent restants : OUI, j’en fais partie.

  17. Au Parisien libéral : on voit bien que vous ne connaissez pas l’histoire. Les femmes ont été DÉCRÉTÉES devant être tenues à l’écart des affaires et que, je cite, « leurs fonctions domestiques doivent les absorber entièrement ».
    Cela a été rédigé noir sur blanc au Concile de Trente et jamais révisé depuis.
    Si la femme ne veut pas être la domestique d’un homme, elle doit resté seule et assumé tout toute seule. Ce qui est un énorme avantage,n’est-ce pas ?

    Les hommes résistent tant qu’ils peuvent au partage des tâches domestiques et éducatifs.

    Ne faites pas semblant de l’ignorer.

Les commentaires sont fermés.