Rembourser l’IVG ne va pas de soi…


… pour certains.

Plus les billets sont courts, plus les dérapages sont faciles. J’aurais du m’en souvenir. Il m’a suffit d’évoquer le prochain remboursement intégral de l’IVG pour m’en rappeler. J’ai lu ici nombre de commentaires et d’échanges très respectables mêmes s’ils étaient parfois animés.

Que certain(e)s se rassurent: non, je n’ai jamais trouvé l’IVG chose facile, souhaitable ou à promouvoir. Dans ce billet très court, j’ai d’ailleurs écrit cette simple phrase: « L’IVG n’est pas une chose facile ni souhaitable, mais une chose parfois nécessaire. »

Bon.

Et pourtant, ailleurs dans la blogosphère, un apprenti opposant dénommé Corto a gentiment rebondi sur la chose pour attirer le commentaire suivant. Je ne sais pas si c’est venu du commentaire, ou de la réaction passive, hypocrite et courte-vue de Corto qui applaudit, mais la nausée m’est venue vite et rapide.

L’IVG est une douleur. Dommage que ce jeune blogueur qui éructe trop vite n’ait pas la finesse de lire entre les lignes d’un billet écrit par un père et un mari.

Publicités

39 réflexions sur « Rembourser l’IVG ne va pas de soi… »

  1. Juan, c’est l’intitulé de votre billet qui était ambigu. Une forme de légèreté.
    Les mauvais esprits se sont engouffrés. point.
    Ceux qui vous connaissent un peu ont pu se mettre en mode « filtre automatique » et surmonter l’obstacle….
    Pas si facile toutefois…. songez que certaines ont eu déjà elles mêmes à subir ainsi que leur propre fille.
    Celles là, en lisant ont eu en premier réflexe (à votre place ! ) et ont formé le voeu que, gratuité ou pas, la vôtre en soit épargnée.

  2. Rappelez, parlez-en autour de vous:
    Dans toutes les villes qui ont un lycée au moins, il y a un CDAS (Centre Départemental d’Action Sociale).
    Dans ces CDAS, on délivre GRATUITEMENT des préservatifs aux adolescents qui en font la demande.
    Dans ces CDAS, les adolescent(e)s peuvent avoir un rendez-vous avec quelqu’un qui peut leur prescrire la pilule ou tout autre contraceptif gratuitement, sans que les parents le sachent.
    Dans ces CDAS (et à l’infirmerie du lycée) n’importe quelle adolescente peut demander et obtenir gratuitement la pilule du lendemain.
    et enfin, dans ces CDAS, une adolescente enceinte peut consulter rapidement un médecin qui peut prescrire une IGV sans accord parental préalable.

  3. Rappelons que la loi sur l’autorisation de l’ IVG en France comportait une obligation d’enseignement de la contraception lors de toute IVG, pour éviter les récidives; mais, malheureusement, ce volet de la loi n’est pas toujours appliqué.

    On peut aussi s’interroger sur l’ambiguïté du message remboursant l’ IVG à 100%, les pilules contraceptives à 70%, et les préservatifs masculins et féminins…à 0 %.

    1. J’oubliais le stérilet, bien trop sous-utilisé, également remboursé à 70%, je crois.

    1. J’ai lu votre article et je suis aussi restée sur ma faim étant donné que vous ne voyez rien que d' »incontournable », d' »inéluctable » et d' »inévitable ».
      Puisque la politique des gouvernements successifs est si logique et la critique de Juan si logique, on se demande à quoi cela sert même de le dire !
      Cela dit, vous savez parfois écrire des choses tout à fait intéressantes. Dommage que vous ne sautiez pas un peu plus souvent au dessus de votre ombre (comme on dit en allemand) car pour cet article-là ce n’est pas franchement le cas ( je n’étais pas été un peu douce là ? 🙂 J’ai fait des efforts !).

      1. Ne vous fixez pas sur l’exemple choisi, j’aurais pu en prendre d’autres, mais sur l’essentiel:

        -dans le discours militant, il faut toujours avoir une réponse à tout (même si on n’y croit guère), on ne dit jamais « là, on ne sait pas quoi faire »;

        -dans la réflexion, on peut constater qu’il y a des problèmes sans solution , ou pour lesquels on ne voit pas de solution;

        -d’où l’incompatibilité partielle mais majeure entre réflexion et discours militant.

          1. L’article comporte d’ailleurs une erreur, il faut évidemment lire « la diminution du rapport cotisants/retraités » (et non « cotisants/actifs »!).

  4. j’adore ce  » un apprenti opposant dénommé Corto  » tout autant que  » ce jeune blogueur  » qui prouve que l’on se connait très mal. Même pas grave.

    nettement moins drôle mais typique du degauche, l’extraction de 2 commentaires parmi 25 , procédé qui permet tous les sous-entendus et les raccourcis.

    T’aurai pu mettre un lien tout de même pour que tes affidés ou visiteurs d’un jour puissent se rendre compte par eux-mêmes…

    Enfin, mais c’est un peu et encore toujours le même procédé, si tu me lis avec attention, je sais que tu le fais régulièrement, sans doute en survolant,, depuis bientot 5 ans que je tiens un blog, tu saurais quelle est ma position sur l avortement,

  5. « J’oubliais le stérilet, bien trop sous-utilisé, également remboursé à 70%, je crois. » A chacun son truc. Personne n’a inventé la capote blindée et pourtant, ce serait l’occasion pour les mecs de tâter un peu à une contraception pas forcément bien supportée. Encore que ce ne sera jamais eux qui tomberont « enceintes ».
    Plus sérieusement, c’est très bien que l’IVG soit entièrement remboursée. Les femmes n’y ont pas recours abusivement, contrairement à ce que certains bigots et bigotes aiment à répéter. Pas beau de mentir !

    1. Il y a beaucoup plus de femmes que vous ne l’imaginez pour qui l’IVG tient lieu de seul moyen contraceptif.

      1. Tout est possible ! Mais, quel en est le motif ? Manque d’argent, de culture, vie misérable, contraception mal tolérée, l’homme qui prend sa femme à tire larigot… ?
        Lorsque l’on a recours au planning familial, celui-ci est normalement à l’écoute et conseille dans le même temps.
        A-t-on des chiffres sur le nombre d’IVG « en mode contraception », sur combien de femmes et combien de fois ?
        Quand bien même l’une d’entre-elles utiliserait 100 fois le système, qu’il ne faut pénaliser les autres. 😦

      2. Oui mais là vous voyez vous ne considérez pas du tout l’ensemble. Dire cela c’est juste dénigrer les femmes, point.
        Moi j’en connais des filles qui avortent beaucoup et je peux vous dire qu’elles sont surmenées par la vie, ne se rappellent jamais d’un rendez-vous, d’une date, (de leur pilule encore moins) paument leurs papiers, se font régulièrement couper le téléphone, prennent de la drogue, mangent trop ou pas assez, vivent dans un chaos pas croyable. Il vaut mieux qu’elles n’aient pas d’enfant dans un premier temps. Elles auraient besoin d’un lieu où l’on s’occupe d’elles, où elles soient au calme. Au lieu de cela elles sont souvent en train de s’occuper des autres alors qu’elles n’y arrivent même pas avec elles-mêmes. Mais qui s’occupent des filles ? Des femmes en difficulté ? Qui lavent leurs chaussettes et leur font à manger ? Pas les hommes en tout cas.

          1. Mais il n’y a pas que ce profil-là! Il y a des femmes aisées, des femmes éduquées, des filles de médecins, et même (mais oui!) des étudiantes en médecine; par contre, je ne crois pas qu’il existe des études chiffrées sur les caractéristiques sociales ou le niveau d’instruction de ces femmes.

            Les raisons du refus de la contraception sont très complexes, et certainement pas « rationnelles »; tout comme les raisons de ceux et celles qui refusent les rapports sexuels protégés, en toute connaissance de cause: là aussi, les ressorts mystérieux du « à moi, ça ne m’arrivera pas ».

            1. Je n’ai pas dit que c’était des filles sans éducation avec des parents pauvres ! On peut être totalement perturbées tout en venant d’un milieu aisé avec des parents diplomates, mathématicien-ne-s, interprètes ou autre. Le milieu social n’est pas le critère que vous croyez.
              Vous n’avez pas pas compris que je ne parlais pas d’éducation. Comme si l’éducation était tout ! Non, ce n’est pas le cas ! Il y a des facteurs affectifs négatifs qui conduisent à la déshérence mentale. On voit assez d’enfants de célébrités qui font n’imporete quoi. Ce n’est pas l’apanage des milieux défavorisés, loin s’en faut.
              Dans un monde de concurrence forcenée, d’abandon affectif très violent et de culpabilisation/hypersexualisation permanente des filles, il n’y a vraiment pas de quoi s’étonner de tous les problèmes autour de la conception et de la grossesse.
              Ce n’est pas en montrant du doigt les filles aux avortements multiples comme si c’était des sans coeur et des ignorantes qui n’ont rien compris à la contraception que l’on fera avancer une société sur le plan humain.
              Là je vous trouve vraiment très peu sensible et nuancé.

              1. Mais qui montre qui du doigt ??? Marre de votre manie de faire dire aux gens ce qu’ils ne disent pas !

                -je rappelle le constat sur une réalité (l’utilisation insuffisante de la contraception), sans porter de jugement, en insistant au contraire sur la complexité des raisons de ce phénomène,

                – et je dis que le remboursement de l’ IVG à 100 %, alors que les moyens contraceptifs le sont beaucoup moins ou pas du tout, envoie un message ambigu.

                1. Je ne vois pas à quel moment vous parlez de la « complexité de ce phénomène » : marre que vous fassiez semblant d’avoir évoqué des paramètres que vous avez au contraire complètement passé sous silence !
                  Arrêtez de dire que je vous « fais dire » ce que vous n’avez pas dit. Ce sont vos omissions qui donnent un sens à vos messages, que cela vous plaise ou non.
                  Quand vous dites il y a des femmes qui prennent l’avortement pour une méthode contraceptive sans préciser que des circonstances sociales défavorables aux femmes les y amènent, c’est de toute évidence une forme de prêche contre l’IVG, que vous le reconnaissiez ou non. Arrêtez de faire votre petit innocent.

                  « je rappelle le constat sur une réalité (l’utilisation insuffisante de la contraception), sans porter de jugement »

                  Ben non, justement. Il n’y a pas « insuffisance de la contraception » (de qui ? de quoi ? on ne sait même pas de quel point de vue vous vous placez !!!) quand quelqu’un.e n’est pas en mesure psychologiquement de se protéger ! Cela vous ne le dites pas !

                  « en insistant au contraire sur la complexité des raisons de ce phénomène, » où cela ? C’est Solanden et moi, au contraire qui insistons sur la complexité de ce phénomène ! Pas vous !

                  Faites en plus votre victime !

                  1. « Je ne vois pas à quel moment vous parlez de la « complexité de ce phénomène » »

                    C’est ce qu’on appelle la lecture sélective, parce que c’est exactement le mot que j’ai utilisé… J’ai écrit:

                    « Les raisons du refus de la contraception sont très complexes, et certainement pas « rationnelles » ; tout comme les raisons de ceux et celles qui refusent les rapports sexuels protégés, en toute connaissance de cause: là aussi, les ressorts mystérieux du « à moi, ça ne m’arrivera pas »  »

                    Bon, sans intérêt, on arrête là.

                    1. Oui votre système essentiellement allusif ouvert à toutes les interprétations est sans intérêt en effet.
                      Quant aux « REFUS de la contraception » à part les Mormons, je ne vois pas.

                      C’est sans intérêt, en effet. et toujours bourré de sous-entendus mais qualifié angéliquement de « neutre ».

    2. @ Solanden
      + 1000
      et si à une situation parfois compliquée on pouvait éviter les problèmes financiers….(c’est vrai d’ailleurs pour bcq d’autres choses…)

  6. Certains blogueurs dits « influents » aiment se lire entre eux et ne regardent peut-être pas assez sur les côtés… Ceci dit ne le prends pas spécialement pour toi Juan, il faudrait une vie de plus pour en lire le dixième vu tout se qui s’écrit ! ;o)

  7. Détestation absolue du parler violent à base flottante (affirmations rabâchée c’est tout)
    comme du 1 er commentaire.

    On devrait pouvoir le stopper ou bouder dès le départ car c’est le parler de pas
    mal de politiciens qui en autre cas avec en sus de la promo peuvent devenir
    trés efficaces avec ce mode d’expression  » toujours mêmes affirmations directes + virulenti »

  8. J’ai une fille sage-femme depuis plus de 12 ans .
    Des IVG elle en a vu , mais ça n’a JAMAIS été perçu comme une contraception comme une autre. Car malheureusement quand ces femmes ou ces jeunes filles consultent il est déjà trop tard !
    Bien sûr il y a celles qui avortent ( surtout chimiquement) comme on prend un laxatif mais n’exagérons pas , ce phénomène est très marginal !

    A part les viols ou les incestes , les maladies congénitales ( ou autres) qu’il faut traiter différemment les causes sont multiples et variées et ont toutes été évoquées ici . De la vie trépidante pour la comptable de grosse boîte à l’oubli de prendre la pilule;;;en passant par la le déni de grossesse …etc…les raisons sont effectivement complexes.

    Mais plus grave , surtout pour les jeunes filles , la pilule du lendemain prise comme contraceptif !
    Qui est responsable dans ce cas , le médecin qui l’a prescrite sans autre forme d’explication ou la jeune fille qui a cru dans le « miracle de la Science » ?
    D’où ce que l’on évoquait dans un billet précédent , l’importance de la prévention à la période la plus propice , la pré-adolescence ou l’adolescence .
    Idem pour les garçons qui surtout ceux qui contraignent leur partenaire à « ne pas se couvrir » et qui s’enfuient ensuite quand le diagnostic de grossesse tombe comme un couperet.

    Alors je suis d’accord avec Elie arié et beaucoup d’autres sur le fait que c’est la contraception qui devrait D’ABORD être
    gratuite , ce qui n’empêcherait pas l’IVG de l’être aussi .Les deux sont indissociables sinon on aura ce genre de réaction des adeptes de « laissez-les vivre »
    Quand au billet que cite Juan , « la culture de mort » est plutôt le fait de ceux qui ne savent écrire qu’au vitriol !

  9. « l’importance de la prévention à la période la plus propice , la pré-adolescence ou l’adolescence » Ca ne suffit pas coup de grisou. Il y a beaucoup plus à faire. J’ai parlé de l’hypersexualisation des filles , j’ai parlé de l’éducation des garcons qui dès le berceau apprennent que les filles sont là pour les servir sans jamais de réciprocité etc… Ces choses et bien d’autres encore du même accabit favorisent les avortements que je qualifie de « désordonnés ».
    Il ne faut pas réduire le problème à l’absence de prévention à la pré.adolescence et l’adolescence. C’est beaucoup demander aux ados d’être sages pendant que la société est folle.
    eEgardez ce qui se passe avec DSK qui revendique aujourd’hui dans le Point (sur cinq pages) SA liberté de queueter à tout va en niant que les plaintes contre lui soient fondées et se posant en victime de lynchages moralisateurs avec la bénédiction des merdias (comme dirait Romane).
    Vous croyez que jeunes filles comme jeunes garcons sont aveugles et que cela ne les perturbe pas ? Entre autres comportements asociaux de personnes censées donner l’exemple à celleux qui viennent après eux ?
    Il y a bien des choses à changer pour ne pas voir le taux d’IVG exploser. C’est un révélateur de l’état de déliquescence sociale que cet insensé patriarcat (viriarcat) génère.
    La « culture de mort » c’est la loi du mâle qui prend sa queue pour un objet sacré (« lieu du crime : vagin ; arme du crime : pénis » pour reprendre un titre allemand lu dans la presse quotidienne).

    1. Entièrement d’accord Euterpe , la prévention ne consiste pas seulement à faire la liste des moyens de contraception et à rendre les ados ( surtout les filles coupables d’avorter° , mais aussi et surtout à éduquer parents comme enfants et à réprimer s’il y a lieu .
      Vaste programme ! Et sincèrement je ne sais pas personnellement par quel bout commencer . Il faut une réelle volonté politique pour y arriver et effectivement ce ne sont pas quelques mesures -même importantes pour les intéressées- qui peuvent d’un coup changer l’état des choses;

      1. Euterpe  » pour ne pas voir le taux d’IVG exploser »

        Le taux d’IVG reste remarquablement stable en France : 220.000 , dont 5000 à l’étranger pour cause de délai dépassé; à noter que deux tiers des femmes ayant recours à l’IVG disaient utiliser un moyen de contraception, comme la pilule (23 %), le préservatif (19 %) ou le stérilet (7%), et que 30% des femmes qui pratiquent une IVG ont entre 15 et 24 ans.

        Mais le taux d’IVG en France est parmi les plus élevés d’Europe occidentale (alors que les difficultés concrètes pour pratiquer une IVG sont souvent plus importantes, et qu’en dix ans, plus de 150 centres d’IVG ont fermé), tandis que les Pays-Bas, qui pratiquent un politique d’information sur la sexualité à partir d’un âge bien plus précoce, ont le taux d’IVG le plus bas d’ Europe; et c’est dans ce sens qu’il faut évoluer.

        1. Les Pays-Bas pratiquent une politique d’information sur la sexualité à partir d’un âge bien plus précoce, oui, mais surtout pratiquent une éducation bien plus antisexiste que la France. Et c’est cela qui est déterminant.

          Réduire la différence avec la France à l' »information » c’est de nouveau occulter les interactions personnelles. affectives, les rapports de pouvoir, les demandes implicites faites aux filles, l’absence d’exigence envers les garcons, etc…
          Tant que l’on éduque les garcons à considérer les femmes et les filles comme étant nées pour les servir, comme c’est majoritairement le cas en France, ils se servent et les filles s’offrent à leur service quitte à le payer en avortements.
          Je ne comprends pas cette frilosité masculine francaise, ce déni, cette manière systémique de contourner le problème du sexisme pour revenir aux mêmes solutions censées ne pas compromettre cette belle organisation si favorable aux hommes en n’évoquant QUE l’information.
          Ou je ne la comprends que trop.
          Bien sûr qu’éduquer les enfants à la pré-adolescence et à l’adolescence cest déjà trop tard, étant donné que ce n’est pas l’âge où les enfants écoutent leurs parents, bien au contraire.Mais l’information SEULE est plus nuisible qu’utile dans un contexte où les fillettes de 4 ans se font déjà traitées de sales putes par les garcons et sont censées faire comme si elles n’avaient rien entendu.
          Vous ne trouverez pas cela aux Pays-Bas.
          Voilà ce qui CHANGE.
          L’information précoce n’est que l’élément retenu ici d’un tout qu’il aurait été intéressant de ne pas omettre.

          1. Il me semble que vous vous accrochez à quelque chose qui a beaucoup évolué, en tous cas en France, au moins dans certains milieux, peut-être privilégiés.
            J’ignore si vous avez des enfants, et, en particulier, des filles: mais je vous assure que les miennes (3, et qui ne sont plus toutes jeunes) ne pensent absolument pas qu’elles doivent « servir » les hommes, que leurs mecs participent au moins autant qu’elles aux travaux ménagers, et qu’elles ne sont pas du tout du genre à se laisser marcher sur les pieds par des mecs.

            1. Vous avez peut-être eu la bonne idée d’éduquer vos filles autrement, ce qui est tout à votre honneur, mais si vous lisez l’intervenant ici qui se fait appeler « Le Parisien Libéral » il accuse carrément les femmes de faire tout le travail domestique « sans vouloir le partager » (sic).
              Je ne retarde pas comme vous vous voulez le faire croire et le cas si exemplaire de vos filles n’est pas une généralité, monsieur Elie Arié.
              De toute façon, pour les gens comme vous qui sont dans le déni du sexisme, c’est toujours du passé.
              L’égalité est là et il n’y a plus de problèmes. On connaît la rengaine.

              D’autre part servir les hommes cela ne veut pas dire seulement ce que vous en comprenez.

              Regardez les dernières Unes de l’Express : http://www.lesnouvellesnews.fr/index.php/cafouillage/66-sexisme-ordinaire/2223-ces-unes-qui-detestent-les-femmes
              Les femmes y sont représentées commes des emmerdeuses qui empêchent les grands hommes compétents de gouverner en paix et en rond, les pauvres.
              L’Express traite ces femmes comme des…. »bonnes femmes » (avec leur querelle de) en omettant qu’il s’agisse de personnes politiques ou des médias.
              Parce que « femme » est déjà une insulte.
              Et tout à l’avenant.

              Et puis me dire que je « m’accroche » au sexisme ! (Les féministes sont des folles c’est bien connu).

              Vous-même et la majorité des Français sont dans un déni aussi malsain que toxique pour les femmes.

              Regardez seulement ce qui s’est passé avec le jugement de Créteil à propos des jeunes filles violées.
              Le viol en France est tout bonnement impuni.
              Il a l’air acquis chez les latins que le cul des femmes appartient aux hommes qu’elles le veuillent ou non.

              Mais non, allez-vous encore me dire, la France n’est pas sexiste pour un poil ! C’est juste dans la tête de celleux qui sont assez ridicules pour prononcer ce mot insensé, ben voyons !

Les commentaires sont fermés.