Copé, Fillon, sur France 2: regardez !


Rappelez-vous il y a un an. L’ensemble de la droite jusqu’à l’ancien monarque élyséen étaient tétanisée par les primaires socialistes. Même le CSA, après près de 5 années d’omniprésidence sarkozyenne médiatique fut convoqué à la rescousse pour redresser le trop-plein de débat d’opposition à la télévision.

Ce jeudi soir, sur France 2, les deux leaders d’une UMP désincarnée se montrent enfin à un horaire de grande écoute. La primaire à l’UMP intéresse comme un vieil épisode de Derrick. Point de surprise sauf les coups bas.

Ce jeudi soir, il y en aura peut-être. Ou pas. Copé, qui n’a pas aimé être comparé au Mormon fascisant Mitt Romney par Jean-Pierre Elkabach mardi matin sur Europe1, a entre-temps viré son responsable juridique, mis à pied pour faute grave. Rien que ça.

Le gars a les nerfs. On espère du spectacle, à défaut d’idées autres que Buissonniennes.

« Ce sera un moment intéressant, c’est un rendez-vous de vérité entre nous ». Ainsi parlait Jean-François Copé au micro d’Europe 1, mardi matin. Pourtant, quoiqu’en dise l’élu de Meaux, lui comme François Fillon se seraient bien passés de ce débat télévisé. Problème : aucun des deux ne pouvait refuser, sous peine d’être taxé de lâcheté par l’autre camp. Et comment justifier l’absence de débat alors que la primaire socialiste – louée par beaucoup, y compris à l’UMP -, a offert cet exercice aux Français ?

A l’UMP, on se souvient également que les débats entre socialistes avaient fourni plusieurs éléments de langage pour la campagne présidentielle. Qui à droite ne s’est pas servi des attaques de Martine Aubry contre François Hollande ? Les électeurs n’ont pas non plus envie de voir leurs leaders s’étriper devant des millions des Français. « Non, ce n’est pas un risque, il n’y aura pas de déchirement car l’adversaire c’est la gauche. Les deux candidats sont d’accord là-dessus », promet Michèle Tabarot.

Source: Europe 1

10 réflexions sur « Copé, Fillon, sur France 2: regardez ! »

  1. … J’aurais franchement l’impression de ne pas être à ma place !
    En plus c’est bonnet blanc et blanc bonnet !!
    Non merci !

  2. Je ne suis pas maso non plus…Copé ? Celui qui apprend à nager dans la piscine de Takiedine ? Et Fillon, celui qui déclarait être à la tête d’un Etat en faillite ? Et ben, avec ça, on a pas le cul sorti des ronces… JBL1960

  3. @Le Parisien Liberal : non, on ne s’en fout pas. Bien connaître son ennemi, c’est important.
    @les autres : voir Fillon passer pour plus démocrate et humaniste que Copé qui s’extrême droitise, voilà un plaisir qui ne se refuse pas. En bon gauchiste quis e respecte, on saura se rappeler qu’il a servi un bien mauvais maître, dont il a cautionné toutes les (graves) dérives. Et on pourra rire. Jaune.

  4. Pas de problème pour le débat sur le pognon des Français ! mais sans moi ! Bonnet blanc ou blanc bonnet ?
    Marianne le portait rouge !

Les commentaires sont fermés.