Droit de vote des étrangers: pourquoi le débat est vicié


Il suffit qu’une ministre, porte-parole du gouvernement, confie à un journaliste que le droit de vote des étrangers aux élections locales n’est pas une priorité du moment pour que cela réactive les rappels de promesses.

Dans l’une de ses éditions de 13h pour le Huffington Post, Guy Birenbaum revient sur l’affaire.

Voilà que par la voix forcément autorisée et officielle de sa « porte-parole » Najat Vallaud-Belkacem, des « doutes » apparaissent quant à la mise en application pour les municipales de 2014 du droit de vote des étrangers extra-communautaires, (c’est à dire non ressortissants d’un pays de l’UE, aux scrutins locaux): « J’avoue avoir quelques doutes car cela signifierait que nous adoptions le texte d’ici le printemps 2013 » (…) « Aujourd’hui il est prématuré de parler d’un calendrier, y compris pour répondre sur la question de 2014 ».

Et notre confrère d’enchaîner sur les promesses d’antan et d’exprimer son énervement: « Si votre gouvernement attend que les esprits soient « prêts », vous risquez de poireautez longtemps et de ne JAMAIS permettre le vote des populations concernées! »

Guy n’est pas seul. Nous sommes nombreux à penser qu’il serait temps que nos amis, voisins et concitoyens étrangers puissent enfin avoir leur mot à dire sur les routes, crèches, écoles, et autres dispositifs socio-publics du ressort de nos collectivités territoriales. Même Cambadélis, candidat déchu au Premier Secrétariat du PS, a envie de réactiver la mobilisation. Il paraît que le PS « met la pression ».

Il faut très certainement aller au combat, décrocher un à un les soutiens qui font défaut pour faire ratifier la dite mesure par les 3/5ème du Parlement (Assemblée + Sénat).

Mais osons deux remarques :

1. En quoi agiter cette promesse comme la grande cause nationale de la gauche du moment facilitera son application ? On peut au contraire craindre l’inverse. Le sujet a trop souffert d’une instrumentalisation à gauche comme à droite. François Mitterrand, leur maître à tous, s’est amusé à brandir la chose comme un poison injecté au coeur de la droite. Il s’agissait aussi de convaincre la « Beur-génération » que la gauche était sensible au sort de leurs aînés. Mais nous sommes en 2012, ces messages n’ont plus de sens. Ces clins d’oeil n’ont plus aucune efficacité. Seul compte le résultat. Pourquoi donc s’agiter ?

2. Placez-vous alors dans l’éventualité suivante: et si, malgré une mobilisation efficace, la mesure était finalement rejetée par le Parlement ? Une catastrophe. Nous attendrons alors vraisemblablement une bonne trentaine d’années supplémentaires. A moins que la messe ne soit alors définitivement dite.

Le débat est donc vicié, coincé entre les impérieux rappels aux promesses (à gauche) et le chantage à l’insurrection identitaire (à droite).

On se croirait aux pires heures du sarkozysme médiatique, quand l’ancien monarque nous clivait le pays à coups de mentons et de provocations.

Publicités

10 réflexions sur “ Droit de vote des étrangers: pourquoi le débat est vicié ”

  1. Perso je suis contre, comme je suis contre la disparition des frontières, bien que me revendiquant de la varie gauche. C egenre de débat comme celui du nucléaire et le droit à l’euthanasie, sont des débats qui doivent être tranché par le peuple par voie référendaire et ne constitue absolument pas une avancée sociale ni sociétale. Bréef, c’est une « promesse » (à qui ?) qui ne coute pas cher. ce que veulent les gens de gauche qui en bavent, en priorité c’est du sérieux social, le reste n’est que très secondaire et ne peux suffir à meubler dans le style cache misère. Moins de danse du ventre devant les gros patrons et les bourgeois et plus de social réel, voilà pourquoi il a été élu HOLLANDE et rien d’autre. ARAMIS

    http://www.lulu.com/shop/claude-carron/les-docks-en-folie/ebook/product-20470334.html

  2. Ah ! le vieux résidu de c’est moi le colonialiste et pas toi (surtout dans mon propre pays)!
    Travaille donc cher étranger, toi qui vis sur ma terre et qui as intérêt à en prendre soin, au passage !
    Mais M’sieur les touristes ils réclament tout à leur disposition et ne font qu’un tour et puis s’en vont !
    Tu n’existes que parce qu’on le veut bien … alors tes réclamations pour une meilleure intégration
    tu peux te les mettre où je pense ! ((Rapport oral des nombreux cafés du commerce pour un débat
    qui devrait être réglé (comme on voudra) depuis des décennies.)).

  3. Si François Mitterrand avait attendu que les esprits soient « prêts » pour décider l’abolition de la peine de mort, il aurait fallu qu’il attende la Saint Glin Glin………Alors……

  4. Vigipirate rouge et permanent….
    Plus on avance et moins les esprits seront prêts puisque ce temps est utilisé à ancrer et solidifier la peur de « l’autre…. »
    c.f. la popularité de celui qui confirme tous les jours la buissonesque idée que la France est grandement insécure et bien entendu que c’est à cause « d’eux »….
    Pendant ce temps, et inversément, la popularité du consensuel président s’effondre….
    Plus la peine donc Juan de dénoncer avec tant de retard les « unes » du Point si dans le même temps vous plébiscitez la « Vallsisation » des esprits !
    C’est pas avec avec lui que ces esprits s’apaiseront….. et ce n’est certes pas grâce à lui que Hollande pourrait remonter dans les sondages….
    La branche (des valeurs) sur laquelle la gauche était assise a été fragilisée…. elle est prête à craquer.
    Bientôt grâce à ce travail sur les pulsions réflexes du « peuple », le retour en force des « originaux » qui seront préférés à la « copie »…

  5. Un toit, la santé, un travail : voilà ce que je trouve urgent et prioritaire. Voilà ce que je veux que la gauche gagne comme combat.
    Est-ce que je me trompe si j’écris que le droit de vote des étrangers n’aurait pour but que de faire voter, massivement, les électeurs français ? A trop vouloir, ne se pourrait-il pas qu’une telle attention dévoile un effet pervers, celui de voir ces derniers se retourner vers le FN ? Ce qui peut devenir une réalité, si l’on insiste à faire passer ce droit avant d’autres beaucoup plus importants. Restons prudents et réfléchis ! N’acceptons pas le jeux des médias qui nous emmènent, à l’heure voulue, dans ces luttes idéologiques qui ne sont pas primordiales tant elles sont sujettes à division.

  6. Le vote des étrangers à des élection locales était populaire avant les présidentielles,
    il ne l’est plus. Hollande ne peut faire comme des gens du front de gauche qui ont
    trouvé la méthode pour Afficher une Unité Pratique et qui ne mange pas de pain
    sur tout problème : local, national, européen : systématiquement
    « on ferait un référendum ». Mais bon j’ai vu ce qu’il peut en coûter de contester
    leur « Vision de l’Histoire » , alors on va dire qu’elle est trés subtile et que c’est
    sûr l’avenir Radieux est dans une VI ème république avec tout plein de référendum.
    Les montagnards seront là !!

  7. Quand je vois Longuet faire un bras d’honneur…j’ai l’impression que l’urgence est « d’imposer » le respect…..le reste en découlera !!

  8. Bonsoir,

    Sur le Sujet d’un référendum pour le Sujet, il faudrait organiser un référendum.

Les commentaires sont fermés.