DSK et on s’en fiche


J’y suis allé, dans ce Sofitel maudit, à New-York. c’est devenu un objet de curiosité (cf. photo). Mais franchement, on s’en fiche un peu de savoir si DSK négocie sa sortie définitive de l’affaire. Vendredi dernier jour de novembre, l’affaire a fait grand bruit, sans que l’on comprenne qui avait balancé qu’il y avait négociation.

Le jour d’une belle journée ministérielle consacrée aux violences faites aux femmes, on ne pouvait choisir meilleure coïncidence. Le problème, c’est que certains ont cru bon d’occuper leurs colonnes radiophoniques avec la nouvelle.

Je pensais au patron d’Europe1 qui laissa sa tranche d’info du soir, avant 20 heures, s’obséder sur DSK.

Nous avons suffisamment commenté cette affaire pour y revenir.

 

20121130-212200.jpg

19 réflexions sur « DSK et on s’en fiche »

  1. hello Juan, oui j’ai bien lu (…) bref, tu penses à (re) prendre des vacances cet hiver ?
    (tu m’entends bien) bien sûr nous avons tous nos affections (émotions, etc.) aussi pour toi

  2. cool (tu, j’adore vouloir comprendre/nobody’s perfect/rien à-voir/tout à voir) (…)
    Et Moi ! Moi my name is/je m’appelle.

    tant mieux.
    ou avec une virgule, (virgule,)
    amitiés of course

  3. Non , moi je ne m’en fiche pas .
    D’abord parce que cet « accord » vient de prouver une fois de plus qu’avec l’argent tout peut se résoudre …en apparence. Resteront les traces ou plutôt les taches dans le cerveau de Nafissatou Diallo. Mais elle a dû choisir cet accord plutôt que l’éternelle exposition médiatique dont apparemment elle n’est pas très friande. Alors que DSK ,lui , il doit rêver du temps jadis où il était adulé par les médias et par les français.

    On en profitera bien entendu pour la salir encore un peu plus en démontrant le traquenard dans lequel ce « pauvre » patron du FMI était tombé et le coté vénal et sombre de cette employée d’hôtel, immigrée de surcroît , qui a donc toutes les tares par définition.
    Ca retombera donc forcément sur toutes celles qui sont aujourd’hui encore , et dans le monde entier les larbins de service de ces messieurs, les serpillières sur lesquelles ils peuvent déverser leurs saletés sans grand risque sauf celui de devoir donner quelques dollars de plus pour le « service » .
    C’est sans doute ce qu’on appelle le « rêve » américain?

    Donc avec cet accord rien n’a été réglé , tout l’inverse de la « Justice » dont on attend qu’elle fasse la lumière plutôt que l’ombre..
    Et si le 19 Décembre la cour d’appel décide de ne pas le poursuivre dans l’affaire du Carlton , le reverra-t-on de nouveau piaffer en tête du PS ou auprès du gouvernement , remontera-t-il dans les sondages comme le seul futur « présidentiable »?

    1. Et combien de femmes n’ont pas ou ne porteront pas plainte contre « un tout puissant » par peur du tsunami médiatique et des conséquences sur leur vie…..finalement cette « histoire », du début à la fin, ne peut que terrifier toutes les victimes

  4. C’était pourtant un si beau candidat présidentielble… pour les électeurs socialistes. C’était le retour au droit de cuissage assuré. Qui l’eût cru ? L’eusses-tu cru, toi juan ?ARAMIS

    1. Oui , certains journaleux ont bien essayé de redonner une « virginité » au FN,en en faisant un parti très « respectable ».
      Dans 5 ans on aura tout oublié comme d’habitude et DSK sera redevenu tout à coup ce « charmant » personnage tant malmené par les médias.
      Je connais même un ex-président qui a été viré pour incompétence et qui a laissé la France dans un état de délabrement avancé et à qui la presse relate tous les jours ses conférences dans d’autres pays étrangers où il va donner des conseils en économie ! Un ex-président dont on nous chante tous les jours les louanges , un ex-président que la presse regrette et qui pour un peu nous ferait rêver. On n’est pas à ça près!
      Alors pourquoi pas DSK dans 5 ans quand la même presse lui aura refait à lui aussi sa « virginité »? Il y en a qui se taisent aujourd’hui mais qui reviendront en force demain. Il parait que ça s’appelle « faire de la politique »……

  5. Perso, ça ne m’aurait pas gênée : DSK et on s’en branle !…. Je ne suis plus toute jeune mais c’était notre expression ça ! Ouais je sais c’est pas beau mais pourtant c’est la stricte vérité ! A+ JBL1960

  6. Diallo a fait une bonne affaire. Et ces messieurs croiront toujours qu’avec quelques dollars tout leur sera permis. Il parait que l’on parle de la violence faite aux femmes. Maintenant elles vont comprendre que de toutes façons elles ne sont rien contre le Dieu pognon. Le droit de cuissage des seigneurs ce n’était pas autre chose.Et à l’époque elles étaient honorées que le « seigneur » jette un oeil sur elle, elle aurait du la fermer, non??? Et puis ces dames sont faites pour ça , non? Cela me rappelle un aristo qui disait en trinquant :  » à nos femmes, nos chevaux et à ceux qui les montent !! » . Rien n’a changé malgré leurs moulinets ….Si elle n’avait pas parlé il aurait été président….

  7. On s »en fiche peut-être mais il est logique de penser que les dirigeants actuels PS et probablement le Président se nourrissent de conseils de DSK, notamment économiques, ce qui est leur droit le plus strict et naturel. Je les vois mal honnir et se passer de celui qui était avant son affaire pratiquement leur seule tête pensante économique et financière et aussi un ami.

  8. Il n’a jamais été prouvé nulle part ni par personne que DSK était un grand économiste.

    Quant aux PS il ferait mieux de bien choisir ses amis parce que prendre un prédateur de femmes dans ses rangs c’est mettre sciemment fin à la parité en politique.

  9. Mais non, on ne s’en fiche pas; on a failli avoir un Président qui, incapable de réfréner ses pulsions sexuelles sans limites, aurait pu faire l’objet de tous les chantages possibles de tous les services secrets du monde.

  10. Comme disait Saint Coluche : « il y aurait deux choses qui méne le monde : le cul et le fric. comme tout le monde a un cul, je me suis dit je vais m’occuper d’abord du fric. Erreur grave. Le cul c’est mal, houa !… » Avec Libidineux premier on avait droit la réouverture des maisons closes et la boufarde gratos. c’est ballot d’avoir raté çà. Donc Sarko c’était le fric et DSK le cul.

    Ceci dit, trêve de plaisanterie, je suis tout à fait d’accord avec Elie Arié (une fois n’est pas coutume) en ce qui concerne le chantage des agents secrets, où nous aurait entraînées ses frasques. C’est quoi son addiction à FRANCOIS, le cric ou le fut ? ARAMIS

Les commentaires sont fermés.