Du souvenir des génocides


20121228-161340.jpg

La visite n’est pas des plus douces pour une trêve de Noël. Mais elle est sacrément instructive quand on a des enfants à instruire. Le camp des Milles, en lisière du village éponyme, a ouvert ses portes comme musée de mémoire et de réflexion, en octobre dernier.

Il montre l’horreur de la démarche génocidaire, puisant dans des témoignages et des rappels historiques sur la Shoah, mais aussi les génocides tutsi (1994) et arménien (1915).

Les Milles était un camp d’internement, d’abord pour les nationaux étrangers pendant la drôle de guerre, puis les juifs du coin. Quelque 2000 d’entre eux furent déportés vers les camps de la mort à partir de ce lieu.

Le musée présente aussi de nombreux témoignages de résistance, fut elle artistique, anecdotique, ou militaire.

On est forcément ému. Les enfants en ressortent troublés.

20121228-162306.jpg

Publicités

8 réflexions sur « Du souvenir des génocides »

  1. Les musées à la mémoire de la guerre, c’est un peu comme les films de guerre, je les évite. Pas assez courageuse. Savoir, me suffit.

  2. Ne pas oublier le génocide tzigane, également pendant la 2 ème guerre mondiale.

    Et ce sont, en effet, les 4 seuls de l’ Histoire de l’humanité (tpous commis au XX è siècle, on n’arrête pas le progrès…); car on a trop tendance à banaliser le terme de génocide et à en faire un synonyme de massacres (et on parle même du « génocide des morts des accidents de la route »…).

  3. …savoir, voir, ….oui, il y a une petite différence, mais surtout ne pas oublier ! et pour ne pas oublier il faut enseigner au monde ce que fut l’atrocité des camps ! Ma famille paternelle,( tsigane ) fut pratiquement disséminée par les expériences faites sur eux par des  » chercheurs  » medecins et chirurgiens nazis, d’autres étaient employés comme esclaves au service de la haute société allemande !
    Pour plus de précisions, je vous conseille la lecture du livre de Guenter Lewy : La persécution des tsiganes par les nazis, aux editions Les Belles Lettres, Paris .
    Pardonne, mais n’oublie pas !

  4. Outch ! Juste pour nooielle ! En espérant que les kids ne sont pas trop petits … Chaque parent voit … Si c’était à refaire, aujourd’hui, je n’infligerais pas ça à mes enfants. j’ai crû bien faire, j’ai traumatisé encore plus ! Ma parole suffisait ! Aux kids d’aller voir d’eux-mêmes sur place, quand ils y sont vraiment prêts. [Petite fille de résistant, de résistant déporté, petite nièce de fusillé …]

  5. Ce qu’il faut surtout c’est ne pas laisser se reproduire les mêmes erreurs qui ont mené les peuples à cette horreur et là, je doute vu la configuration actuelle où le chômage explose et que tout se délite sans que les sirènes d’alarmes soient réellement perçues comme telles et non comme un empêchement à ronronner entre amis paisibles…comme dans la seconde moitié des lannées trente. ARAMIS

    http://www.youscribe.com/catalogue/livres/litterature/romans-et-nouvelles/les-docks-en-folie-1858422

  6. …un chouîa pessimiste Aramis, peut être, mais, ce qu’il y a de sûre, c’est que tout a commencé comme vous le dite !
    Attention, danger !!

Les commentaires sont fermés.