Mali: guerre contre le terrorisme ? Ahem…


Il faut toujours se méfier des appels à la guerre contre le terrorisme. C’est grandiloquent, facile et dangereux. On en a eu la grave expérience et de le douloureux avec les Bush père et fils. Nicolas Sarkozy adorait cela. François Hollande a commis l’erreur d’évoquer la chose. Mais Laurent Fabius a eu le mérite de préciser rapidement le propos: on s’attaque à des criminels, c’est-à-dire des délinquants.

Au Mali, la France est « en guerre contre le terrorisme ». L’Elysée, la Défense et le ministère des affaires étrangères martèlent ces mots depuis vendredi : la France n’a « d’autre but que la lutte contre le terrorisme », déclarait samedi 12 janvier François Hollande. Elle est « en guerre contre le terrorisme « , répétait dimanche le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian. Le chef de la diplomatie Laurent Fabius allait plus loin, en qualifiant les groupes armés maliens de « terroristes criminels », estimant que « quand on voit des terroristes débouler » vers Bamako, « on ne se pose pas de questions métaphysiques » : on intervient.

Source: Le Monde

La France au Mali ne fait pas la guerre au terrorisme. Elle est allé débusquer et refouler des criminels bien identifiés, adeptes de la charia même si la morale de certains est bien éloignée des principes les plus élémentaires de l’Islam, du kidnapping et de la terreur. Il faut rester concret, très concret, pour désigner l’ennemi, éviter de l’iconifier.

On fait la police, ça déplait à certains, ça en a soulagé d’autres, surtout au Mali.

Inutile de grandir un adversaire qui ne le mérite pas. Inutile de donner des idées à quelques abrutis d’aller rejoindre ce combat d’Aqmi qui n’a aucune grandeur.

Un universitaire s’inquiétait de ces postures grandiloquentes lundi matin sur France Inter. La France est partie en guerre pour aider un gouvernement légitime qui appelait à l’aide, avec le soutien de tout le monde.

Je laisserai mes amis écologistes – le pacifisme est encore dans l’ADN fractionné de notre écologie politique.

Je trouve aussi assez facile d’accuser Hollande de n’avoir fait débattre l’Assemblée nationale sur le sujet. Il suffisait de consulter le site de l’Assemblée nationale pour vérifier que le sujet a été adressé quasiment toutes les semaines dans différentes commissions ou en pleine Assemblée. Faire mine de « découvrir » la chose, et accuser le gouvernement de n’avoir consulté à froid les parlementaires est au mieux très cocasse.

 

 

Publicités

24 réflexions sur « Mali: guerre contre le terrorisme ? Ahem… »

  1. Mais tu t’y mets aussi? mais il vous arrive quoi, c’est pas possible…
    La France fait la police et tu trouves ça bien?
    Le nouveau gendarme du monde est arrivé?
    On décide qui est bien ou pas’
    Je vais commencer à dire ce que j’ai sur le coeur:
    Ce gouvernement, ce pays ami, s’est comporté aussi dégueulassement que les djihadistes:
    http://www.hrw.org/fr/news/2012/07/25/mali-les-forces-de-s-curit-ont-fait-dispara-tre-20-personnes-et-en-ont-tortur-d-autr

    Il est où, là, Fabius?
    Ah, oui, avec le pays ami…

    Encore une fois, faut arrêter l’hypocrisie.
    Je suis contre les criminels, d’où qu’ils soient. Les intégristes comme les criminels d’état!
    C’est ça que je ne supporte pas.

    1. Rosaelle, je n’ai jamais été bisounours. Très peu pour moi. Quand on aura une base d’Aqmi à deux heures d’avion du pays, on sera bien avancé. La vie est grise, c’est ainsi. Le reste n’est qu’incantations.

        1. Mais Juan, tu ne te dis pas que c’est avec cette politique, que non seulement, on va l’avoir la base d’AQMI, si on ne l’a pas déjà?
          Je ne fais que poser des faits et vous ne voulez pas les voir. C’est l’impression que j’ai.
          Si on les chasse là, ils reviendront ailleurs.
          Ils gagnent du terrain partout.
          Question: si ils gagnent en puissance en Indonésie ou en Malaisie et qu’ils arrivent au pouvoir là-bas, de manière légale, ce sera moins grave pour nous puisqu’ils ne seraient pas à 2 heures d’avion?
          C’est la question de la lutte contre le terrorisme qui est en jeu, ne doit-on pas plutôt s’attaquer aux racines du mal?
          Je sais que tu es humain et que tu réfléchis.
          Et tu sais qu’ils sont légions en Libye, on fait quoi là-bas?
          Et en Egypte, si ils arrivent au pouvoir?
          Et si, au Maroc, ils gagnent des élections?

          1. donc si tu parles de la peur d’avoir une base d’AQMI, c’est donc que c’est la France, et sa sécurité, qui est importante.
            Pas les africains et la population.
            Et c’est le meilleur moyen de ne pas avoir des terroristes chez soi que d’aller leur déclarer frontalement la guerre! Donc si on a des attentats ici, c’est normal?
            Je ne crois pas que tu veules dire cela. Enfin, j’espère.

            1. En quoi on est différent de ceux qui aidaient les tyrans pour leurs intérêts: Ben Ali, Moubarak, et avant Khadafi…On ne dit rien, on tourne la tête, on ferme les yeux, au détriment du peuple.
              Je suis triste pour mon pays.
              Je suis désolée mais il y a des valeurs que je ne retrouve pas.
              C’est un peu comme ce film sur la traque de Ben Laden. d’après certains, il fallait la torture pour coincer le leader d’Al Qaeda. On se demande pourquoi ce film fait polémique…
              La fin justifie-t-elle les moyens, quand on se dit démocrate?

              1. Tu mélanges trop de choses. Au Mali, qq troupes de preneurs d’otages qui se revendiquent islamistes radicaux menacent de prendre le contrôle d’un pays. On peut regretter plein de choses mais c’est la situation. Donc deux solutions: on ne fait rien ou on les arrête. Et cela ne signifie pas que le régime issu d’un putsch au Sud est une démocratie.

          1. Et bien, on va attendre, et on verra si je me trompe, si la France va établir la démocratie et faire punir tous les tortionnaires, pour ma part, se faire torturer par le gouvernement malien et mourir, je ne vois pas trop la différence entre se faire couper les mains et mourir…Dans les deux cas, cela ne change rien pour les maliens.
            Alors, bien sûr qu’ils ont peur.
            Pour ma part, je ne souhaite pas jouer les Cassandre.
            Je dis juste que ça risque de durer très longtemps.
            Ensuite, dans 4 mois, on verra si l’opposition ne va pas tirer à boulet rouge sur le gouvernement socialiste.
            D’un autre côté, des régimes pourris, il y en a plein en Afrique. Pourquoi alors le Mali?
            Quel va être le prochain?
            L’Afrique, c’est grand.
            Si vous avez raison, pas de souci.
            Mais j’attends.

              1. Ben, tu comprends, je respecte ta position mais je reste persuadée que la démocratie est un des seuls remèdes contre le terrorisme.

  2. Personnellement, je hais les guerres. Même un simple film de guerre m’insupporte.
    Je trouve regrettable que seule la France intervienne militairement au Mali, alors qu’elle n’est encore pas sortie d’Afghanistan. Mais Juan a raison, il faut dire les bons mots, les bons qualificatifs, pour décrire ceux que la France combat. Maintenant, il conviendrait aussi de nommer les fournisseurs, en armes et en argent, de ceux qui sèment la terreur et la mort chez le peuple malien. Or, nous, petites gens, risquerions d’avoir de grosses surprises. Par contre, je ne serais guère étonnée que tous les intervenants soient, eux, bien au courant de ce que chacun fait.

    1. Oui, il fallait intervenir! Bien plus tôt! quand il y a eu le coups d’état mais on n’a pas de force d’interposition et j’en rêve, d’un ONU qui marche, qui existe et qui ne sert pas les intérêts des pays qui ont le droit de véto.
      Depuis des années, le Mali, c’est coup d’état sur coup d’état comme plein de pays en Afrique.
      Alors, comme tu dis, qui sont les responsables?

  3. le jour ou un blogueur socialiste fera fonctionner son sens critique à l’endroit de Hollande, ça se saura… et je le soulignerai bien volontiers. mais là… Ahem.

    1. Quelle remarque ! C’est presque triste que tu ne saches pas remarquer quand je critique Hollande. On dirait que ça gêne ton argument général. Pas grave. Amitiés.

  4. @ rosaelle (qui, ici, ne peut pas censurer…)

    Quel angélisme, réel ou feint!

    Intervenir à chaque coup d’ Etat dans chaque pays africain? Ça n’a aucun sens.

    Le gouvernement malien (ou ce qu’il en reste: des civils sous contrôle de militaires putschistes) n’est pas fait de »gentils », non.

    Mais il était impossible -et, cela, on le savait dès le premier jour- de laisser se constituer, en plein centre de l’ Afrique, un Etat Al-Quaïdesque surarmé (grâce à la guerre de Libye…) et disposant, en plus, d’énormes réserves de pétrole et d’uranium; le Mali n’est pas l’ Afghanistan qui ne vit que de culture de pavot et ne menace aucun voisin; l’intervention militaire ne faisait aucun doute dès la conquête du Nord par les groupes islamistes; il fallait simplement laisser le temps à une force africaine d’intervention de se constituer, mais l’attaque sur Bamako a précipité les choses.

  5. Aider un gouvernement légitime ?! Me semble me souvenir qu’il y a eu un putsch il y a moins d’un an au Mali et toujours pas d’élections… Donc venir en aide au pouvoir en place pour éviter un chaos criminel et dangereux, peut-être, mais pas plus.

    Quant au non-débat au Parlement, personne ne prétend qu’il y ait eu absence d’information : c’est bien le fait de s’asseoir, sous prétexte d’urgence à assumer un rôle de « gendarme » dans la région, sur le vote des parlementaires parce que cette monarchie républicaine le permet, qui est contesté…

    Ou encore celui de ne pas respecter le mandat de l’ONU alors que la France s’est attachée plutôt à défendre scrupuleusement ses résolutions jusqu’à présent.

    Bref, une pratique du pouvoir de la part de la présidence de moins en moins « normale » à la fois au niveau national et international.

  6. Ce sont des fanatiques dictatoriaux qui employent le terrorisme et qui méritent d’être traités comme tels sans ménagement. Ceci dit, pourquoi la France est-elle toute seule dans cette intervention ? Est-ce lié aux anciens droits coloniaux ayant continué en catimini par le biais des affaires? En ce cas, la démarche ne serait pas si justifiable… Que fait ou ne fait pas, l’ONU dans cette affaire ? ARAMIS

    http://www.youscribe.com/catalogue/livres/litterature/romans-et-nouvelles/les-docks-en-folie-1858422

  7. @ Aramis

    La France est seule car elle dérange … Le Mali n’a pas grand intérêt économique, c’est un des états les plus pauvres au monde, vivant essentiellement du coton. Par contre, la France ne peut laisser tomber le régime « ami » de Bamako aux mains des salafistes d’AQMI. Si au départ la France n’est pas intervenue, c’est que la rébellion du Nord Mali n’est neuve, elle dure depuis l’indépendance et est liée aux désirs d’autonomie des Touaregs berbères de l’Azawad, qui se sont bien gardés de bouger eux.
    C’est donc l’occasion rêvée de frapper un grand coup contre AQMI dont le fanatisme donnerait de l’urticaire au Hamas. Seulement l’Algérie n’y était pas favorable, pas plus que son parrain américain, pour des intérêts purement pratiques : le risque de voir se replier en Algérie AQMI, qui est sa base d’origine. Donc, les Américains on fait échouer les résolutions à l’ONU contraignantes, se bornant à soutenir une résolution qui prône l’aide humanitaire volontaire au Mali…

  8. Ayant l’habitude de suivre les séances de l’Assemblée, j’ai bien apprécié l’idée d’hier, et d’un commun accord de tous les groupes, de consacrer les premières questions de la séance à ce sujet, en plus du débat qui va avoir lieu. Et j’ai été très choqué, et je ne suis pas le seul, de constater tristement que seuls les Verts (un machin au nom barbare de eelv) ont critiqué l’intervention tenant un long discours sur les visées capitalistes des gouvernements pous la maitrise des mines de matières premières…une nouvelle fois par leus excès ils auraient dû se taire.

  9. Tout est dans l’expression « avec le soutien de tout le monde » subtile et un peu sotte au regard d’une réalité un peu plus « grise » elle aussi. C’est du pure communication, et de la cosmétique pour l’instant en tout cas. Les français s’y collent seuls, un soutien aérien british (un avion gros porteur qui fait quelques navettes logistiques) et quelques mots d’encouragement de la chancelière Merkel. Les pays africains traînent les pieds au propre comme au figuré.
    « On n’a pas vocation à rester au Mali » disait François Hollande. Flamby en chef de guerre c’est quelque chose.

Les commentaires sont fermés.