Le jour où nous avons perdu Israel


Je n’ai jamais été avare de soutiens envers Israël, la nécessaire existence d’un Etat qu’il fallait loger quelque part. Je ne suis ni juif ni sioniste, il est toujours nécessaire de préciser la chose quand on aborde ce « sujet ».La cause palestinienne m’a toujours semblé éminemment légitime. Je vous suggère l’urgent visionnage (légal) de ceci:

Bref, revenons à Israël. Je ne sais plus quel fut le jour où nous avons perdu Israël. Ce n’était pas l’Intifada, mais sans doute Plomb Durci. Ce fut surtout ce jour où celles et ceux démocrates de ce pays-là furent défaits politiquement. Vous le trouverez vous-même si vous suivez l’actualité du pays.

A décharge, on ne saurait considérer qu’Israel soit correctement entouré. Pire, l’entourage proche du pays – à portée de Scud de l’Iran ou de l’Irak – est même devenu terrifiant.

Mais le plus tristement incroyable pour l’auteur de ces lignes est qu’Israel a préféré choisir l’extrême-droitisme pour faire face à l’extrême ambiant.

Imaginez que vos voisins soient la Syrie, la Jordanie, le Hamas … Imaginez la France Bleu-Marine avec un environnement pareil.

Parenthèse refermée. La chose n’excuse pas tout et surtout pas l’erreur.

Israel ce mardi 22 janvier a donc voté encore majoritairement pour la fraction/faction de droite, celle qui croit que sa survie est dans la surenchère. Il y a un faible espoir car un nouveau parti de centre droit a créé la surprise.

Benjamin Netanyahu a perdu quelques suffrages. Il n’a que 31 députés, malgré ses outrances. C’est tant mieux. Ce sont encore des centristes, et non les travaillistes, qui parviennent à la seconde place.

Triste score…

D’où viendra la paix ?

 

Publicités

44 réflexions sur “ Le jour où nous avons perdu Israel ”

  1. Est-ce une question de sémantique? Est-ce la question qui est mal posée dans la mesure, où un trou béant entre le titre et le contenu?
    Israel a voté à droite, comme le Japon et les pays occidentaux le font regulièrement., sans que le soleil fasse la grève de ne pas se lever à l’Est pour se coucher à l’Ouest.
    Que dire des peuples européens, qui votent à droite, parce qu’ils rendent les immigrés responsables des embouteillages sur leurs autoroutes, parce que les immigrès ont introduits la crminalité et le gtrand banditisme, maux qui n’existaient en Europe et sais-je encore?
    On ne choisit pas ses voisins. Pour exister chaque pays a besoin d’un ennemi, même imaginaire. Il y a à peine 24 heures, les pays arabes avaient déclaré lors d’une réunion que les Etats pétroliers arabes investissaient seulement 25Mias USD/an dans les pays arabes/musulmans pauvres, dix fois moins qu’aux USA. S’ils investissaient dans les infrastructures en Palestine, les Palestiens construiraient des tunnels pour relier leurs petits bouts de territoire, ils maîtriseraient l’irrigation, ils maîtriseraient les taux de natalité et de mortalités; et; les imans prêcheraient l’amitié entre les peuples et les Israeliens n’auraient pas d’ennemis, parce que les Palestiniens n’auraient pas d’ennemis. CQFD?

  2. Le jour où on a perdu Israël? Lorsque des hordes de juifs d’Europe de l’Est, qui n’avaient jamais été massacrés par les nazis, ont massacrés des populations locales et se sont installés dans leur maison. Cela s’appelle la Nakba, et un gros mensonge. Malheureusement, ce pays a été perdu pour la démocratie dès le début, ou alors il a été volé, au choix. C’est mon opinion.
    Et quand le vin est tiré, faut le boire, faut assumer les erreurs, maintenant qu’Israël se peuple à coups d’immigrés et de colonies afin de survivre, il y a des innocents en Israël.
    Tiens, pourquoi on ne débarque pas en Palestine, afin de sauver les populations de ces extrémistes religieux-là? et de protéger ceux qui sont nés par hasard en Israël, et qui n’ont rien fait de ceux que certains appellent aussi des barbus, afin de forcer à la négociation tout ce petit monde? Bonne question, tant qu’on est dans l’intervention armée, pourquoi pas là-bas?

      1. Juan, renseigne-toi mais efface mon commentaires, aucun souci, je ne suis pas antisémite, les témoignages concordent sur les massacres de palestiniens. Va donc voir mon dernier billet.
        C’est comme cela que ça s’est passé. Ceux qui sortaient des camps n’étaient pas en état de massacrer les palestiniens afin de les faire fuir.
        Eux, cherchaient vraiment un refuge

    1. Le choix de vos mots, Mme Rosaelle! De retenu, svp. Je ne pense pas, que Juan voulait soulever une polémique, comme votre réaction laisse penser.
      Respectons une certaine civilité dans nos interventions!
      Ne faisons pas de l’anti-histoire. Avez-vous déjà entendu des Hereros et des Namas? Ce sont les Namibiens et plus de 90% avaient été liquidés par les Allemands, en 1904.
      L’humanité a toujours connu de massacres: certains peuples ont presque disparu, certaines nations disparues.
      Pourquoi ne parle-t-on pas de hordes allemandes en URSS, des hordes espagnoles (Amérique latine), des hordes belges (Etat indépendant du Congo), des hordes anglaises (Australie), des hordes turques (Arménie) des hordes anglais, irlandais et français (USA et Canada)?
      La Nakba?
      http://www.bivouac-id.com/billets/la-nakba-en-1948-vraiment/
      http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2009/04/15/1496991_israel-et-les-palestiniens-idees-recues-sur-la-nakba-par-benny-morris.html
      Il faut pas rêver
      Les guerres contemporaines ne resolvent pas les problèmes, au contraire, elles emmenent l’insécurité, la misère et les extremismes, surtout si ce sont les Occidentaux, qui débarquent au nom de la démocratie: Somalie, Afghanistan, Iraq, Libye, Haïti (pas d’extremisme) pour ne citer que ces pays. Lorsqu’ils quittent ces pays, ils laissent le bordel derrière eux.
      Resaisissez-vous: la démocratie est une pourriture, une arnaque. Il y a manipulation des opinions, fraudes (Bush jr. 2000, 2004): jettez un coup d’oeil dans les couloirs du Congrès américain, du palais Bourbon, du Reichtag, du Westminster, vous serez choqués par le nombre des lobbystes (complexes militaro-industrilles, de la pharmacie, la chimie, chasseurs etc…) Israel a au moins le mérité de cultiver la culture des urnes contrairement à ces voisins.
      Est-ce que le syndrome (complexe) de Massada a disparu en Israel? Cest la véritable question, à mon avis, car aussi loongtemps que ce syndrome existe, le statu quo restera, démocratie ou pas démocratie:
      http://agoge.hautetfort.com/archive/2009/01/18/explication-en-geopolitique-ou-le-syndrome-de-massada.html
      http://www.terredisrael.com/Massada1.php

      1. Exact: vis-à-vis des populations, on peut tout à fait parler de hordes dont le but était d’épouvanter. Définissons comme hordes tout peuple étranger qui vient agresser un autre chez lui, avec l’intention de l’épouvanter et de le piller. Les allemands sur l’Europe, les espagnols sur l’Afrique du Sud, etc…
        Vous citez des sources qui sont pour le moins orientées. Un peu de retenue…La réécriture de l’histoire, il y en a qui ont l’habitude.Bivouac point com : attention aux dangers de l’Islam…mais soyez un peu sérieux!
        Ce que je dis n’est nullement contesté par les israéliens eux-même, l’article sur le Yishouv le dit clairement, voyez les sources.
        Afin d’illustrer mes dires, veuillez donc aller sur mon dernier billet, vous pourrez constater qu’un israélien parle lui-même d’épuration ethnique:
        http://spartakiste.blogspot.fr/2013/01/les-elections-israeliennes-montrent-un.html
        C’est faire du racisme de montrer un certain angélisme, vis-à-vis de faits prouvés, de traiter différemment une population donnée au vu d’une culpabilité mal digérée, dont seuls sont responsables une partie de l’Europe. Vous accroissez ainsi l’antisémitisme, dois-je dire la judéophobie?
        Il faut être sacrément antisémite pour traiter différemment les actes de quelqu’un en prenant le prétexte de sa religion.
        Un acte barbare est un acte barbare, quelque soit sa religion : il n’y a pas de bons fanatismes religieux selon la religion qu’on prétend défendre.
        J’adore tous ceux qui se rendent compte d’un coup, qu’on a massacré des gens en Afrique, au bon temps des colonies…mais qui n’admettent aucune critique sur la manière dont Israël a été fondée et les répercussions qui en découlent.
        Dernière remarque : si je comprends bien, le fait de voter fait d’un pays une démocratie? Donc l’Iran serait une démocratie? Dernière nouvelle…

        1. Pauvre Juan! On dirait qu’il a ouvert la boîte de Pandore, alors qu’il a abordé un sujet d’actualité. Si J avait parlé des élections en Jordanie, aurait-il eu de fleurs et de bises ou de coups de bottes au Q?

          Une bonne manie que d’extraire que ce qui passe dans son collimateur. J’ai écrit « la démocratie est une pourriture, une arnaque ».
          Vous ignorez probablement, qu’il y avait de soldats d’origine juive dans la Wehrmacht sur tous les fronts, tout comme dans le SS. Il n’y a rien de plus partisane que l’Histoire: il y a des historiens qui soutiennent encore aujourd’hui la thèse selon laquelle la Shoa n’avait pas eu lieu. Ne nous hasardons pas sur un terrain qui semble vous échapper completemnt. Je vous recommnade de lire « Axis of Rules » de Raphael Lemkin, l’auteur du néologisme « génocide » pour vous faire une idée des paradigmes que vous utilisez. faites une lecture comparative des massacres en masse, et vous constaterez qu’il y a controverse parmi les politiciens et quand les politiques s’en mêlent, la vérité est dilluée. Pas de polémique, je vous en prie Madame. C’est vilain, c’est moche d’tiliser les malheurs des uns comme fond de commerce contre les autres. La tolérance signifie aussi eviter de vouloir imposer sa vision.

  3. message à effacer après vérification 🙂 « incroyable pour l’auteur de ses lignes est qu’Israel (….)  » de Cest lignes, non? 🙂

  4. S’il faut effectivement, prendre en compte l’environ proche d’Israël, constitué d’horizons hostiles, il faudra aussi intégrer, comme facteur, ce qui se passe dans le pays. Une bombe à retardement : la démographie des Palestiniens.

    Si il n’y a pas d’Etat Palestinien, il n’est pas certains qu’il puisse y avoir de solution pérenne pour l’Etat d’Israël.

    Alors un destin commun : une perspective ?

    Avec des (si…)

  5. « des hordes de juifs d’Europe de l’Est, qui n’avaient jamais été massacrés par les nazis, »

    Le ghetto de Varsovie, les Einsatzgruppen (unités mobiles d’extermination en Union soviétique ), et puis, et puis… tout ça… c’était rien, rien, rien du tout.

    Oh, bon sang…
    Saloperies d’antisémites.

            1. Vla que je suis antisémite enragée maintenant, j’ai du être mordue par Le Pen , maintenant…. Arrêtez de me lire, vous devenez sénile, à force d’essayer de comprendre, vous n’êtes pas équipé pour. Vous vous faites du mal.

              1. Occupe-toi de ta ménopause et fais gaffe à ce qui te tient lieu de cervelle en conduisant, à force de te presser les méninges tu couves un ictus, la tanche.

    1. Ne me dites pas, Suzanne, que venant de Rosaelle ce commentaire vous surprend !!!
      Misère… et si encore c’était écrit en bon français…
      Et il paraît qu’elle est correcteur de textes !

      1. On va les laisser entre eux, Juan, après on se demande pourquoi les commentateurs de bonne foi s’en vont…Rien que du beau linge, ici, juste pour moi…lol

  6. Toutes les expulsions furent associées à des attaques des armées juives. Contrairement au discours sioniste, les interventions des armées arabes ne jouèrent aucun rôle dans ce processus planifié. Aucune des divisions arabes n’entra dans les zones passées sous contrôle sioniste en mai 1948, ne serait-ce que pour secourir les populations palestiniennes. Elles furent toujours en minorité numéraire, n’excédant pas 36 000 combattants face à une armée sioniste dont les effectifs doublèrent entre début 48 et juin 49, passant de 65 000 à 120 000 soldats.

    Les massacres faisaient clairement partie de la stratégie de nettoyage ethnique et ouvraient chaque phase d’expulsion. Le plan d’attaque était toujours le même : les forces sionistes encerclaient le village, ménageant une seule issue pour la fuite des habitants, massacraient ceux qui voulaient rester et laissaient fuir quelques survivants pour répandre la nouvelle aux alentours. Avant mai 1948, 17 massacres furent commis dont le plus connu est celui de Deir Yassin. La seconde phase d’épuration débuta en juillet par le massacre de Lydda, précédant l’expulsion, sur l’ordre de Yizhak Rabin, des 60 000 habitants des villes de Lydda et Ramla. Puis il y eut, entre autres, les massacres al-Tira, Tantoura et Ijzi. Le plus important et méconnu des massacres fut commis fin octobre 1948 à al-Dawayima dans le district de Al Khalil (Hébron). Cinq cent quatre vingt habitants furent exécutés, dont au moins 50 alors qu’ils s’étaient réfugiés dans la mosquée du village. En tout, 34 massacres furent commis par les forces sionistes entre décembre 1947 et juin 1949.

    Vérifie donc, tu crois vraiment que les déportés des camps de concentration avaient la force de faire ça?
    http://www.comiteactionpalestine.org/modules/news/article.php?storyid=233

  7. « La ville était bombardée et encerclée de tous côtés. Il n’y avait aucune issue. Les hommes armés (les combattants de Beit Daras) ont dit qu’ils allaient contrôler la route vers Isdoud [Ashdod] pour voir si elle était ouverte. Ils se sont avancés et ont tiré quelques coups de feu pour voir si on tirait en retour. Personne ne tira. Mais ils (les forces sionistes) se cachaient et attendaient en embuscade. Les hommes armés sont revenus et ont dit aux gens d’évacuer femmes et enfants. Les gens sont sortis (y compris) ceux qui étaient réunis dans ma grande maison, la maison familiale. Il y avait surtout des femmes des enfants dans cette maison. Les (soldats) juifs ont laissé sortir les gens puis ils les ont fauchés avec des bombes et des mitrailleuses. Il est tombé davantage de gens que ceux qui étaient capables de courir. Ma sœur et moi … nous avons couru à travers champs, nous sommes tombées et nous nous sommes relevées. Ma sœur et moi nous avons fui ensemble en nous tenant par la main. Les gens qui ont pris la grand-route ont été tués ou blessés. Le feu tombait sur les gens comme du sable. Les bombes d’un côté et les mitrailleuses de l’autre ».
    http://www.silviacattori.net/article3232.html

  8. David Ben Gourion : polonais, émigre en Palestine, 1906.
    Yizahk Rabin : nait en Palestine, sous mandat britannique, en 1926.
    Ce sont des dirigeants du Yichouv, qui sont arrivés en Palestine, sans avoir connu les camps de concentration, mais effectivement poussés par la misère.
    http://www.akadem.org/medias/documents/4_Yichouv.pdf

    Au sujet de la volontaire provocation au sujet de « hordes de juifs », c’est curieux que cela rende malade certains, alors que c’est ce qui s’est passé, vu du côté palestinien. Ils ne cherchaient qu’à épouvanter, chasser, même avec des exactions.
    Quand on dit, avec tort, « des hordes d’immigrés, certains sont moins sensibles, alors que c’est faux et je ne parle pas de toi, Juan.

    1. rectificatif : certains poussés par la misère.
      Tu devrais savoir pourtant que je ne parle jamais sans faits et preuves pour appuyer mes dire.

  9. @ Juan

     » la nécessaire existence d’un Etat qu’il fallait loger quelque part »

    Cette nécessité n’a rien d’évident, mais ce serait un débat trop long.
    Par contre, l’antisémitisme de Rosaelle est flagrant dans tous ses billets sur le sujet (sous la forme classique du « je ne suis pas antisémite, mais… »).

    1. D’accord avec vous, Elie. Rosaelle est antisémite et ici et maintenant elle jette le masque.
      Pour en revenir au sujet de l’article, j’ai perdu Israël au début des années 80, Sabra et Chatila…

      1. Pour en revenir, moi itou, au sujet de l’article, je dois dire que je n’ai jamais “perdu” Israël et que j’espère bien ne le perdre jamais. Ce pays reste tout de même, rappelons-le une fois de plus, la seule véritable démocratie, au cœur d’une région qui ne compte à peu près que de sanglantes et rétrogrades dictatures ; lesquelles dictatures disent plus ou moins ouvertement selon les cas, qu’elles rayeront l’État juif de la carte dès que l’occasion de le faire sans trop de risques se présentera.

        Quant au pseudo-peuple palestinien, il y aurait évidemment bien des choses à dire à son sujet, notamment quant à la manière dont il a été, en tant que “peuple” créé à peu près de toutes pièces au tournant des années soixante et soixante-dix. Mais bon : on n’a pas que ça à faire non plus…

    2. Quelqu’un a cliqué sur les liens proposés par Rosaëlle ?
      Voilà, en vrac, quelques titres de paragraphes, ou d’articles:
      Solidarité avec Houria Bouteldja
      Bordeaux, ville alliée du sionisme
      Manuel Valls : Le larbin du CRIF
      La Baronne Ashton et la « sensibilité juive »
      Manuel Valls et la fable sioniste du « nouvel antisémitisme »
      Solidarité avec Houria Bouteldja
      Christophe Oberlin, nouvelle victime du lobby sioniste de France
      BHL ne serait pas allé en Libye « s’il n’avait pas été juif »
      « Lobby or not Lobby » telle est la question
      La « gauche juive » sert à étouffer les voix non juives
      Israël est la menace la plus immédiate pour l’avenir de notre planète

      bien bien bien…

  10. Juan, je pense que tu t’es trompé, tu as supprimé le comm. d’un certain « Ded » auquel je répondais, et tu as laissé mon doublon (je m’en excuse, mon comm n’apparaissant pas, j’ai cliqué deux fois)

  11. Juan: je crois que tu t’es trompé en supprimant le comm. d’un certain « Ded » auquel je répondais et en laissant mon doublon (je m’en excuse, mon comm. n’apparaissant pas, j’ai cliqué 2 fois).

  12. Ce qui est réjouissant, avec les antisémites “rabiques” (Jean-Marie Le Pen, Rosaelle, etc.), c’est que tout le temps qu’ils ne passent pas à jurer qu’ils ne le sont pas, ils l’utilisent à démontrer qu’ils le sont effectivement. sans même s’en rendre compte.

  13. Eh bien moi je ne suis pas sioniste. Je fais partie de ceux qui pensent qu’après la guerre, chaque pays aurait du faire le mieux possible avec ses juifs, les soigner, les indemniser, les réhabiliter, se repentir (là oui, pour le coup, il en fallait, de la repentance).
    Mais ce qui est fait est fait, et je trouve monstrueux ceux qui veulent maintenant détruire Israël. Je n’ai jamais compris l’antisémitisme. Jamais. J’ai lu ce qu’il fallait, je ne comprends toujours pas.
    Il y a un bon vieil antisémitisme de gauche : le juif est riche, malin, il œuvre pour conquérir un monde qu’il gouverne déjà en partie grâce aux manœuvres obscures des puissants. Le juif agit par derrière et dans l’ombre. Il est assimilé au rat qui mange les récoltes. Le juif est banquier, usurier, il a l’argent, il est l’allié des patrons exploiteurs qui saignent l’ouvrier. Il y a eu toute une presse de gauche qui tenait ce discours. L’antisémitisme des banlieues ressemble, par certains côtés, à l’antisémitisme populaire des années 30.
    J’ai la tragique impression, en lisant certains blogs de gauche, que rien n’a changé, ou si peu… On traque le racisme et l’islamophobie mais, sous couvert de solidarité pro palestinienne, on garde dans ses amis, dans ses bloguerolles, des personnes au discours antisémite, sans ambiguité possible.
    Il n’est pas vraiment antisémite, raciste, dit-on. Il dit qu’il est de gauche. Il combat l’extrême-droite. Il soutient Mélenchon, Hollande, il milite dans des assoces en faveur des personnes victimes d’islamophobie et de racisme. Il écrit de beaux billets sur le sort des SDF arabes, des sans-logis qui le sont par discrimination ethnique, des Roms.
    Et surtout, ben… Il n’y a rien de construit dans son discours. Il reprend des trucs venus d’on ne sait où. Il ne comprend pas tout ce qu’il lit, ni la gravité de ce qu’il écrit.
    Et alors ? Blogueurs de gauche, qui gardez dans vos « amis » des antisémites notoires mais excusés d’avance, auriez-vous la même indulgence pour des nazillons, tout aussi limités du bulbe ? Non. C’est en cela que je dis depuis longtemps qu’il y a un bon vieil antisémitisme de gauche, ou tout au moins une bonne vieille tolérance pour ce bon vieil antisémitisme… plus florissant que jamais.

  14. Je vais quand même rajouter un truc: il y en a qui sont énormes, quand même!
    « chaque pays aurait du faire le mieux possible avec ses juifs, les soigner, les indemniser, les réhabiliter, se repentir (là oui, pour le coup, il en fallait, de la repentance). »
    « SES JUIFS »? Mais quelle horreur de parler d’être humains comme ça! Cela me fait penser aux esclavagistes qui disaient « chacun ses nègres »…Faut faire quelque chose quand même, là….
    « les soigner, les réhabiliter » comme si c’était des débiles, des malades mentaux…C^étaient des victimes, là,pas du bétail!
    Oh, vous parlez d’êtres humains, là! Vous vous rendez compte?

    1. Non. Ses juifs, ses enfants, ses vieillards, ses catholiques, ses citadins, ses provinciaux, ses communistes, ses handicapés, ses étudiants, ses travailleurs, ses immigrés, etc, etc… C’est au sens « ceux qui sont chez nous, qui sont des nôtres, nous. Tout ce qui compose un pays.

      1. Vous savez, il y a de ces antisémites et autres judéophobes variés et pourris qui veulent être plus juifs que les juifs, c’est le cas de ceux qui soutiennent les Indigènes de la république, comme la tanche, et c’est à ça qu’on les reconnait.

        D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si elle squatte les blogs de braves types comme Juan, ou même Jegoun: parce que ça lui permet de se planquer derrière et de balancer sa propagande. C’est ce qui fait dire à Euterpe chez GdC qu’elle la trouve « fine »: parce qu’elle a bien compris qu’elle se sert d’eux mais que pour le reste elle n’en a rien à foutre et que sa soi-disant amitié pour eux, c’est du flan.

        1. Floréale : je ne sais pas… Franchement, ce genre de débat me déprime. Les récits de la guerre israëlo-palestinienne par Rosaëlle sont des patchworks de propagande. Je me dis que ces salades n’ont pas d’importance, que c’est perdre beaucoup de temps que le passer à répondre à des Rosaëlle. Que les archives existent, les historiens aussi. Que celui qui veut savoir se documente, lit, écoute ou regarde des émissions où sont invités des personnes qui n’en viennent pas aux mains et à l’invective.

          1. Le temps pousse à déprime, Suzanne. Lavez la tête au singe, c’est gaspiller du savon. gardez votre serénité! Le monde est tel qu’il est.
            Les échanges sont devenues obsolètes: Israel n’a pas basculé à droite comme le souhaitaient certains amateurs de messes basses. Pourquoi tant de dérapages? Pourquoi tant de réactions, qui n’ont rien avoir avec le sujet de Juan? Tous les Présidents américains sont de descendants d’immigrés, tout comme les détenteurs du pouvoir au Canada, Brésil, Cuba etc. En Australie et en Nouvelle-Zélande, ce sont les descendants d’immigrés, qui detiennent tous les rouages du pouvoir et il ne fait pas bon être autochtone dans ces pays (USA, Canada, Australie et Nlle-Zélande), mais la communauté international s’en fout!
            Que David Ben Gourion ait été un polonais ou d’ailleurs, émigre en Palestine, 1906; que Yizahk Rabin soit né en Palestine, sous mandat britannique ou alleiurs, en 1926: cela ne vaut pas le pis de merle! Sarkozy est ungaro-grec. Napoleon était corse. Albright Madeleine (Tchechoslovaquie), Kissinger (Allemagne), Fuji Mori (Japon), la terre continue ses rondes autour du soleil.
            Blog de guache. Blog de droite. Chaque personne s’y retrouve: la vérité se trouve quelque part. A chaque camp sa vérité et c’est celui qui gère mieux la propagande et l’intoxication psychologique, qui gagnent les faibles d’esprit.
            « Que celui qui veut savoir se documente, lit, écoute ou regarde des émissions où sont invités des personnes qui n’en viennent pas aux mains et à l’invective », bien dit. Trop bien dit. Mais lorsque la pensée est sousmise à un dogme? Lorsque la Raion a fait place à la dé-Raison?

Les commentaires sont fermés.