PMA: profond malaise… de qui ?


C’est l’un de ses couacs que la Fabrique de l’Opinion affectionne tant. Une ministre rappelle le calendrier; à quelques milliers kilomètres de là, son premier ministre explique qu’il le voit plus tardif. Et c’est l’escalade des tweets et petites phrases et gros commentaires. Recul ? Malaise ? On écoute des parlementaires socialistes s’énerver, regretter, s’agacer. Des élus communistes et écolos menacer. Des journalistes évoquent au petit matin du lundi que la majorité s’est « fracturée », « fissurée », comme ça d’un coup.

Boum.

Ah bon.

Restons zen.

1. La PMA sera proposée plus tard. Personne n’a dit le contraire.

2. Si elle ne l’est pas, il sera temps de rappeler Hollande à ses promesses et de crier à la trahison.

3. Si elle est proposée trop tard, il sera également temps de s’agacer contre ces hésitations.

4. Le sujet divise plus la gauche que le mariage gay.

5. A titre personnel, j’y suis grandement favorable.

 

16 réflexions sur « PMA: profond malaise… de qui ? »

  1. Je suis favorable :
    1. A une double réforme du droit de l’assistance médicale à la procréation (A.M.P.)
    1.1. Il faut lever le secret sur l’identité du donneur : tout enfant qu’il soit né dans une famille hétéro ou homo, a le droit de savoir à qui il ressemble et pourquoi ce don, qui est la personne du donner, son histoire : le don de sperme ou d’ovule n’est pas un don de pièce détachée : c’est un don de vie.
    L’UMP qui a pleurniché tout le WE sur l’intérêt de l’enfant ne demande pas la levée du secret et se bat pour le maintien de la naissance sous X. Tout enfant a le droit de connaitre son « origine » : celle-ci est biologique avant d’être généalogique.
    2.2. Il élargir le domaine de l’AMP : pour cela je pense qu’il faut cesser d’invoquer la « maladie » physique comme justification du recours à l’AMP qui serait en soi un « péché » !
    La notion étroite de « pathologie » de la fertilité me parait devoir être dépassée afin d’accéder à la notion d’ « OBSTACLE A LA PROCREATION » : certains couples tout à fait fertiles, choisissent l’AMP pour ne pas transmettre une affection génétique dont ils se savent atteints : ex. la mucoviscidose ! On peut me dire, c’est du registre de la maladie : je réponds non, c’est du registre de la gestion du risque. Les lesbiennes qui sont fertiles, mais ce serait pour elle une souffrance psychique et physique insurmontable de consentir à un rapport sexuel sans attirance ni amour, voire plus grave en luttant contre la répulsion, avec une personne du sexe opposé : concevoir un enfant dans ces conditions de répulsion serait une torture. Les lesbiennes sont fertiles et ne sont pas malades mais procréer avec une personne de sexe opposé leur causerait une souffrance physique et psychique inacceptable. Leur orientation sexuelle est un « OBSTACLE à la procréation » : à elle seule, pour moi, elle justifie une assistance médicale à la procréation.
    2. Je suis pour l’ouverture de l’adoption aux couples homosexuels.
    2.1. Je suis pour l’abolition du régime de la naissance sous X.
    2.2. Je suis pour revenir à la lettre de l’article 8 de la loi sur l’adoption de 1966, qui permettait aux parents souhaitant confier leur enfant en adoption de le remettre au service de protection de l’enfance mais de choisir l’adoptant.
    Je suis pour abroger la réforme Mattéi de 1996 : l’article 348-4 doit retrouver sa rédaction d’avant 1996.
    L’enfant est une personne « in utero » : ce n’est pas parce qu’il ne parle pas qu’il ne sait pas, ne ressent rien ! Il n’y a aucun oubli dans le cerveau humain : l’enfant doit être « transmis » par sa mère à la famille qui va l’élever. Cette transmission doit avoir lieu avec un accompagnement des services hospitaliers (ils le font déjà Ex. Hôpital St Antoine) et que le relai soit pris par les fonctionnaires de l’ASE du Département : je précise qu’hier et encore ce matin, LE FUR et MARITON n’ont pas cessé d’émettre des doutes sur leur compétence et leur intégrité : c’était insupportable.
    La jeune femme qui, aujourd’hui est poussée à accoucher sous X. afin de ne pas payer les frais d’hôpitaux et parce que le contexte induit qu’il faut alimenter les pépinières d’enfants adoptables, pour moi, elle est confrontée à un régime légal moyennageux, mis en place d’ailleurs en 1942, par le Gvt de VICHY !!!
    3. Je suis pour une politique volontariste d’éducation à la co-parentalité qui implique de pacifier les divorces, de lutter contre l’aliénation parentale qui consiste à apprendre à un enfant à détester son autre parent, de confier au beau-parent lorsqu’il existe, certains attributs de l’autorité parentale afin de faire échapper les enfants aux conflits de loyauté qu’ils vivent très souvent et qui persiste dans la vie adulte.
    4. Je suis pour l’abrogation du régime de l’adoption plénière tel qu’il existe et qui efface la filiation d’origine d’un enfant. La place symbolique des parents d’origine doit être tout à fait respectée, elle l’est dans le cadre de l’adoption simple qui est le droit commun pour les enfants adoptés en Polynésie française et pour nombre d’enfants adoptés dans le cadre transfrontalier : c’est l’éducation à la co-parentalité qui permet de sortir de la toute puissance parentale et d’accepter qu’aimer un enfant n’est pas le posséder.

  2. Apolline : peu importe que l’accouchement sous X ait été institué sous Pétain. S’il perdure, s’il a été maintenu, c’est parce qu’il évite l’infanticide, que c’est la seule alternative à l’infanticide pour des femmes qui ne vont pas jusqu’au bout de leur déni de grossesse. C’est explicable à un enfant. Enfin, pas à un petit enfant, mais à un adolescent qui cherche ses origines; il peut comprendre et accepter. D’ailleurs, l’accouchement sous X a été un peu aménagé. On suggère à la mère d’écrire une lettre, de parler d’elle d’une façon non identifiante, ou de laisser sa véritable identité dans une enveloppe scellée, qui peut être ouverte seulement en cas de décès.

    Je vois que vous n’êtes pas contre la notion de père inconnu. C’est extraordinaire que personne ne remette cela en cause. J’y suis pour ma part tout à fait favorable, IL NE DEVRAIT PLUS Y AVOIR DE PERE INCONNU, sauf cas exceptionnels, style viol par personne non-identifiée. Avec les moyens dont on dispose maintenant, la filiation biologique paternelle est garantie. Il suffit que la mère désigne le père. C’est « père défaillant », qu’on devrait dire, pas « père inconnu ».

  3. Et, Juan, pour rester dans le sujet de votre billet, vous m’avez fait peur avec votre titre, et vous commettez dans le billet une erreur de genre. On ne dit pas « la » PMA, mais « le » PMA

    1. Non: LA Procréation Médicale Assistée, ou PMA (à ne pas confondre avec LE PMU, Pari Mutuel Urbain…)

      1. Elie, Elie…. Gros bêta !
        Cliquez sur le lien que je mets à PMA, dans mon message, et vous tombez sur quoi, hmmm ? Sur un blog qui s’appelle comment, hmmm ? et si on regard les initiales, elles font quoi, les initiales, hmmm ?

  4. Le meurtre du nouveau-né n’a rien à voir avec l’accouchement sous X : pour preuve, l’actualité se fait l’écho de découverte de BB dans des congélateurs,dans les poubelles, les hall d’immeubles, voire encore les marches des églises.
    La problématique de la naissance sous X est celle de l’abandon, pas du meurtre. Vous pouvez aller sur le portail de Laetitia, fondatrice de l’association « Mères de l’Ombre ».
    Vous pouvez lire les n° de la Revue de l’Association Française de Maternologie, aussi bien sur le droit d’origine que sur les pathologies de la « maternalité » parmi lesquelles l’infanticide.
    Amicalement.

  5. Je voudrais préciser, s’agissant du « père inconnu » que l’Allemagne et le Portugal ne tolèrent pas ce « vide ». Vous pouvez lire le travail de Mme SOARES qui est maintenant une vieille dame, mais dont l’oeuvre est trop méconnue chez nous. La mère portugaise ou allemande, doit indiquer qui est le père si elle le sait, sinon donner tous les éléments qui permettent d’identifier les pères « probables » comme dans l’hypothèse judiciaire, chez nous, d’une action afin de subsides. L’action en recherche de paternité, n’appartient pas à l’enfant, en Allemagne, mais à l’Etat : c’est lui, au travers de son service social pour l’enfance, qui poursuit les pères possibles et les identifient par l’examen comparé des sangs. C’est moins carré au Portugal, mais le résultat est le même : efficace. L’enfant a le DROIT fondamental de savoir et de comprendre, par lui-même. Non, les parents adoptifs, leurs bonnes intentions – dont l’enfer peut être pavé – et leurs explications souvent tordues sont comme une palissade contre l’Océan : l’Océan des abandonniques, ceux qui se construisent en double bind :  » Je te souris, youpi, kermesse pour tout le monde. Derrière le sourire, invisible, mais bien là, il y a un trou béant, une douleur infinie, une colère inapaisable et destructrice ! » Lire Françoise GASPARI CARRIERE : Les enfants de l’abandon.

    1. Apolline: citez-moi des études, je vous en citerai d’autres, contradictoires. Il y a des pays Européens qui ont supprimé la possibilité d’accouchement et d’abandon anonymes qui reviennent dessus ou étudient les moyens d’y revenir. L’Allemagne, la Tchéquie, la Suisse, la Belgique, etc. On ne peut pas savoir combien d’infanticides ou d’accouchements sauvages pour la mère, toute seule n’importe où, suivis d’étouffements dans des sacs poubelles ou d’abandons dans la rue, évite la possibilité d’abandonner sous X. De moins en moins, sans doute, par rapport à l’époque où l’on a créé les tours d’abandon, au moyen âge, mais cela existe encore. Je crois qu’il faut aménager ce qu’on a déjà dans ce domaine, du mieux qu’on peut. De toute façon, ça ne concerne qu’un petit nombre de naissances comparé aux demandes d’adoption 30 000 couples en attente d’adoption, entre 500 et 1000 accouchements sous X par an. On ne peut pas parler de méthodes favorisée pour fournir les couples adoptants, et encore moins de pressions exercées dans ce but.

      Ce serait simple, cette histoire de PMA et de GPA, si on pouvait œuvrer au bien commun des enfants et parents. Il s’agirait de choisir entre un bien et un mal, ou entre un bien et un moins bien. Là, il faut choisir entre des intérêts contradictoires, et c’est difficile.

  6. Ceci étant et concernant la levée de l’anonymat du don une proposition de loi a été faite par Roselyne Bachelot (projet de loi relatif à la bioéthique) en 2010 et les raisons du refus y sont exposées.
    d’accord ou pas, il y a matière à une grande réflexion
    http://www.senat.fr/rap/a10-381/a10-3819.html

  7. Je me permets de faire remarquer que la seule chose dont il est question, pour l’instant, en France, de la part du gouvernement, est d’accorder ou non le droit au recours à la PMA aux célibataires et aux couples homosexuels.
    Il n’y a aucun projet en cours sur l’anonymat du donneur, l’accouchement sous X, ou la GPA.

    1. Oui, vous avez raison. Mais tous ces sujets ressortent, et on critique la PMA telle qu’elle est pratiquée actuellement, l’anonymat qui y est lié. Un peu comme on critique le mariage civil en lui même pour ce qu’il est devenu, pas spécialement parce que les homosexuels veulent y accéder. C’est un peu normal. Et dire qu’on ne va pas passer du mariage à la pma… c’est un peu prendre les gens pour des couillons tout de même. On y va tout droit, même si c’est dans trois mois, six mois, un an. C’est forcément lié.

  8. INFORMATION CROISEE : La PMA détrônera-t-elle l’affaire de l’aéroport dans l’esprit des français ? Que pensent les gays de l’Ayraultport ? ARAMIS

    Cette cyber @ction est signable en ligne
    http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/dame-landes-ferme-debout-569.html

    François Hollande est-il réellement convaincu de la pertinence de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ? Nicolas Hulot, son émissaire spécial pour la préservation de la planète, en doute.
    Voir revue de presse de vendredi

    Le 29 janvier 2013, la Cour de cassation a rendu 05 arrêts qui rejettent la demande de la société AGO et prononcent la radiation de l’affaire dans l’attente d’une décision définitive de la Juridiction Administrative concernant l’arrêté de cessibilité.
    Voir journal des Bonnes nouvelles

    Opération de réinstallation dans une ferme ce week-end
    voir revue de presse du jour

    L’ACIPA soutient le COPAIN

    L’ACIPA apporte son soutien sans réserve, au COPAIN (Collectif des Organisations Professionnelles Agricoles INdignées par le projet d’Aéroport) pour le maintien des activités paysannes sur le site de la ferme de Bellevue.

    Ce beau corps de ferme, dans son environnement bocager exceptionnel, était voué à la destruction par AGO/Vinci, de même que le site de l’ancienne ferme de Saint Jean du Tertre rasé en toute hâte récemment, bafouant ainsi la période de trêve souhaitée par la « commission du dialogue ».

    Nous nous engageons avec nos adhérents et sympathisants à venir défendre ce site autour du COPAIN, en participant au maximum de nos possibilités, tant matérielles que morales, à la reprise d’activités paysannes.

    Notre détermination est renforcée par la récente décision de la Cour de Cassation de faire respecter par AGO/Vinci, le déroulé normal des jugements engagés contre l’arrêté de cessibilité devant le Tribunal Administratif de Nantes.

    http://www.youscribe.com/catalogue/livres/litterature/romans-et-nouvelles/les-docks-en-folie-1858422

Les commentaires sont fermés.