Quand Mosco avait raison


Finalement Moscovici avait raison.

Toi aussi, tu as les dents qui saignent en prononçant cette courte expression, n’est-ce pas ?

Car, finalement, Moscovici avait raison quand il évoquait un possible ras-le-bol fiscal. Nous retracerons ce feuilleton plus tard, sur le blog principal.

Allez, avoue. Avoue comme moi.

Pour l’heure, nous avons tous les dents qui saignent.

Comme si l’on avait dû mâcher quelques morceaux de verre.

En août, je vous le rappelle, je me joignais bien volontiers à cette cohorte de critiques de gauche, ou de « gauche de la gauche » qui raillaient ces « couineries » et autres babillages jugés inspirés par le Medef ou je-ne-sais-quelles nouvelles 200 familles.

Mais aujourd’hui, force est de constater que le ras-le-bol fiscal est général.

Une micro-ecotaxe, promise depuis longtemps, ou quelque 200 autres millions à prélever en cotisations sociales sur l’épargne (pour la Secu nom de Dieu !) sur l’épargne populaire, et c’est la révolte des bas-de-laine.

Soit.

Moi aussi, j’ai les dents qui saignent.

J’imagine qu’au prochain tour de vis, de gauche ou de droite, nous aurons les barricades, on franchira chacun tous les points godwin nécessaires, ce sera la révolte et la contre-révolution.

Bref.

On s’amuse.

Publicités

17 réflexions sur « Quand Mosco avait raison »

  1. Je ne suis au courant de rien sinon que le seul moyen de faire bouger nos compatriotes amorphes c’est de les toucher au porte-monnaie!

  2. Bien trouvée cette expression « La révolte des bas-de-laine » !…

    ***

  3. ceux que vous nommez « les bas-de-laine » et qui ont un carnet de caisse d’épargne ou un PEL sont, pour un grand nombre, des salariés ou des retraités à petits revenus qui ont trimé toute leur vie pour avoir un peu d’argent de côté, pas pour faire des voyages, ou des placements, mais simplement pour « voir venir », pour se sécuriser, et pour beaucoup, pour pouvoir se payer les frais d’une maison de retraite pas trop chère quand ils en auront besoin. Ils ne sont pas amorphes, ils sont inquiets. Et je trouve qu’ils méritent le respect.

  4. Le problème est tout autant dans le fait qu’on ne sait pas où passe le produit de ces taxes et autres impôts, on a la vague impression d’être le robinet qui essaie de remplir une passoire.

    Bref à quoi ça sert,
    est ce qu’à vouloir ponctionner ainsi les Français, on va pas les entraîner aussi dans la chute ?

  5. Oui, Danielle vous avez raison! Je ne manque pas de respect vis à vis de toutes « petites gens » c’est seulement l’égoïsme que je vise et souhaite un sursaut collectif face à notre ennemi n° 1 : le pouvoir de l’Argent! Dont nos « gouvernants » sont les serviteurs pour toujours combler un déficit abyssale des joueurs qui a force de provoquer la roulette russe finiront par tout faire exploser! Quel arme avons-nous contre ces prédateurs? L’union des peuples, le refus de la consommation sans limite, le choix d’une autre société plus humaine plus proche de notre essence naturelle : la Nature ! En voyez-vous d’autres ?
    Je précise que je suis aussi un « pauvre » avec une maigre pension vieillesse sans me plaindre car c’est aussi de ma responsabilité même si la situation est précaire avec une vie quotidienne âpre jalonné de renoncements….

  6. Tien c’est drôle c’est ce que je disais dans un autre commentaire : notre génération n’aurait pas supporté tout cela, nous serions descendus dans la rue au 1er éternuement. Mais maintenant c’est aux jeunes de se bouger…. pas pour travailler le dimanche mais pour conserver le peu d’acquis que nous avons su défendre

    1. Fais gaffe Aurore, tu risques de te faire taxer de vieille FRANCE ! Non je déconne, bien sûr, je pense exactement la même chose : aux plus jeunes qui se mettent à quatre pattes et à ceux qui dorment en croyant que le peu de social qui reste est venu tout seul par hasard et que çà va durer avec leur propension chronique à débiner tous ceux leurs aînés ce sont décarcassé à obtenir au prix de luttes sanglantes. E,suite on pourrait peut-être les renforcer, mais seulement après leur mea-culpa confirmé par des manifs allant dans le bon sens, sinon qu’ils aillent se faire voir. ARAMIS

      1. Si vous attendez un mea culpa des jeunes générations, c’est que vous avez oublié ce que c’est d’être jeune.

        Vous-même, quand vous étiez jeune, vous l’auriez fait?

        Et puis, surtout, de quoi sont-ils coupables, ces jeunes? De vivre dans un autre monde que celui de votre jeunesse? Et on pourrait complètement retourner l’accusation et affirmer que c’est au contraire à vous de faire votre mea culpa, pour cette France que vous leur avez léguée. Avec ses déficits chroniques, sa dette, son archaïsme, ses rigidités structurelles, son centralisme étatique, son manque d’esprit d’innovation, sa fiscalité injuste, ses prélèvements obligatoires aberrants, etc.

        Vous êtes peut-être de gauche, mais vous êtes un conservateur, alors si j’étais vous j’éviterais de poser la chose en termes de conflit de générations, car s’il fallait faire un procès de ce genre, rien ne dirait que vous le gagneriez: après tout, comme tous les autres conservateurs, vous avez accepté de la sacrifier, cette jeunesse. Pour préserver votre fiche de paye et vos sacro-saints acquis sociaux.

        1. @tschok « Pour préserver votre fiche de paye & vos sacro-saints acquis sociaux » Alors mon petit tschok 1/que veut dire « préserver la fiche de paye »? trop nulle pour comprendre ? 2/quant aux acquis sociaux, heureusement que nous étions-là pour au moins en préserver un max parce que vous allez, vous les jeunes, vous faire bouffer ce qu’il reste. La preuve vous manifestez pour travailler jusqu’à + d’heures et pour le dimanche. Grand bien vous fasse car lorsque tout ce fatras sera généralisé vous verrez si vous serez payés + ! Quelle belle fumisterie que le « travziller + pour gagner + ».
          Ce n’est pas nous qui avons laissé cette France en déshérence mais bien les entreprises qui ont préféré filer du fric aux actionnaires pltôt que de le réinvestir et faire un juste partage des dividendes parce qu’après tout qui fait tourner les machines?
          Nous sommes conservateurs mais pas au sens où vous l’entendez.
          Le conflit des générations ce n’est pas nous qui le faisons mais bien vous, les jeunes, car au fond de vous-mêmes vous sentez bien que vous vous faites avoir avec vos stages non payés, vos sous-salaires et vous la fermez « parce qu’au moins je travaille » et surtout aucune solidarité entre collègues la preuve la castagne entre salariés de sites différents de GAD.
          Alors mon « petit donneur de leçons » lorsque tu auras des heures de vols dans le boulot tu pourras la ramener.

          …….ET TSCHOK !!!!

          1. Mais, Aurore, qu’est-ce qui vous fait croire que je suis jeune?

            Reprenons.

            Aramis dit ceci:

            « aux plus jeunes qui se mettent à quatre pattes et à ceux qui dorment en croyant que le peu de social qui reste est venu tout seul par hasard et que çà va durer avec leur propension chronique à débiner tous ceux leurs aînés ce sont décarcassé à obtenir au prix de luttes sanglantes. »

            En clair, il décrit les jeunes comme des soumis qui bradent son héritage de militant combatif, ancré dans l’histoire de la lutte des classes (bien « sanglante » la lutte). représentations mentales convoquées: les barricades, la Commune, les manifs, le Front Populaire, etc, tout ça mis en face de jeunes « à quatre pattes », dans la position de celui qui se fait mettre.

            Donc, premier point: qui fait le procès de quoi? Est-ce moi qui fais le procès des jeunes, ou est-ce lui?

            Aramis rajoute:

            « E,suite on pourrait peut-être les renforcer, mais seulement après leur mea-culpa confirmé par des manifs allant dans le bon sens, sinon qu’ils aillent se faire voir. »

            Un mea culpa est l’aveu de sa culpabilité (battre sa coulpe). Il s’agit donc bien d’un procès, et Aramis attend des aveux. Le « ils » dans la phrase, c’est « les jeunes » (ceux qui sont à quatre pattes).

            On est ok sur ce premier point?

            Oui

            Non

            Cochez la case appropriée et ensuite on continuera à discuter, pour votre plaisir, toujours, et bien sûr pour mon édification.

  7. Sur l’eco-taxe, la manipulation par le MEDEF et la FNSEA de salariés menacés dans leur emploi, alors que les membres de ces deux organismes portent une sacrée responsabilité dans la situation, donne envie de gerber . Les portiques ont été bousillés, donc, qui va payer ? dans les 5000 pages du contrat liant l »Etat à la société installatrice, je suis persuadé qu’en petits carctères, il est précisé que les détériorations eventuelles son à la charge de l’Etat . Enfin, on a poursuivi en justice les salariés de Continental lorsqu’ils ont cassé la préfecture de Compiègne et on ( le gouvernement actuel ) leur a refusé l’amnistie, alors qu’il apparait que les responsables de la FNSEA et du MEDEF 29 seront tranquilles de ce cotè-là, malgré les détèriorations de matériel public .
    Bravo les gars !

  8. Moi qui pensais avoir répondu à ce jeune t….d…. de TCHOCK apparemment il n’en est rien. Mon post a dû se perdre.

    Vous n’êtes pas triste à lire « jeune homme ». Des jeunes j’en côtoie tous les jours au combat avec mon assos bénévole depuis 15 ans et je regrette qu’il ne soient pas majoritaires dans le pays. Cà nous aurait évité de voir ce désert social qui ne cesse de s’allonger, vu leur capacité de militantisme, de combat et leur faculté d’analyse de la situation qu’ils vivent et qui risque d’attendre l’ensemble de la jeunesse si par malheur la grosse majorité qui reste sont de votre niveau de citoyenneté.

    Vous êtes bien de ceux qui je conspue pour leur sens imbécile d’égoïsme et de stupidité qui causeront votre perte si vous ne modifiez pas rapidement voter façon de voir ce monde qui n’a pas changer et que vous croyez connement être devenu votre.

    Je ne reprendrais pas ce que vous a dit si justement Aurore. Mais sachez (mon grand) que vous parlez à un gars qui a commencé à bosser à 14 ans, qui s’est défoncé durant près de 20 ans à courir avec des sacs sur le dos en tant que docker (77 centimes de francs la tonne portée), puis qui a connu les affres du chômage durant 2 ans, grâce à nos patrons reconnaissants, suivis de 8 années de RMI et de 6 ans de préretraite amiante (merci patron encore pour mes deux frères morts pérlaturément de cette saloperie) et finalement en retraite en touchant une misère, du fait que nos rendements ne sont pas comptés dans le calcul de la retraite

    A cela s’ajoute 15 ans de responsabilité en assos bénévole que j’ai créé pour tenir les barricades sociales de quartier que personne ne veut tenir. Donc j’aurais sacrifié la jeunesse à mes intérêts ? Vous ne trouvez pas que vous poussez un peu loin le bouchon au risque de paraître un peu gland ?

    Je vois une cinquantaine d’adhérents militants (une vingtaine de jeunes ayant entre 20 et 30 ans) dans trois petites heures et je vais leur montrer votre prose de neuneu. Çà devrait bien les faire marrer. Une bonne mise en bouche avant de s’attaquer au dur et de définir des actions, pendant que vosu et vos semblables continueront à faire des bulles en carchant sur les acquis dont vous contonuez nénmoins à vous servir… Mon pauvre garçon, vous n’êtes pas tiré d’affaire on dirait. ARAMIS

    1. Ah! Les barricades!

      Rigolo. Je n’avais pas lu votre com avant ma réponse à Aurore. je constate sans surprise que votre vocabulaire est assez transparent et standardisé.

      Bon, cela dit, puisque vous voyez une vingtaine de jeunes, essayez au moins d’en faire des vainqueurs et pas de loosers, comme d’habitude.

Les commentaires sont fermés.