Prague, salut.


Quand vous lirez ces lignes, je serai parti.

C’est un voyage de quelques jours. Emmener les enfants, ma femme, dans une ville que j’ai connue étudiant, en 1990, quelques mois après la chute d’un Mur, et la libération d’un pays, une dictature qui se disait COMMUNISTE.

Plus de 20 ans plus tard, j’ai quelques difficultés à resituer à mes enfants, adolescents, pourquoi certains pays se dénommaient communistes alors que la moindre contestation vous envoyait dans des geôles.

A Prague, j’ai un ami, un peu plus âgé. Il a été jeune dans une dictature à quelques centaines de kilomètres de chez nous. J’ai appris sur le Printemps de Prague, la résistance et le reste.

En écrivant ces lignes, je mesure que nous sommes désormais ailleurs et sans limite ni mémoire.

Vaclav Havel fut longtemps une idole. J’ai pleuré quand il est mort.

J’ai lu, depuis, HHhH de Laurent Binet.

Les Tchèques sont si proches des Français que les Français ne le réalisent pas.

 

 

Publicités

13 réflexions sur « Prague, salut. »

  1. Je regrette vivement de n’avoir pas été caché dans un coin sombre lorsque vous avez expliqué le communisme à vos enfants : ç’a dû être quelque chose…

  2. bizz.. j’y suis passé (esprit?) non.. l’époque je suppose
    Vaclav etc.
    Milan, mon fils slave n’y changera rien: Bonnes Vacances !

  3. Je me trouvais à Prague en 68 pour faire sortir un copain ça n’a pas été sans mal mais nous avons réussi car il était activement recherché. Tout en étant communiste j’ai toujours refusé le stalinisme -et nous étions nombreux -. Au lieu d’être une anti-communiste primaire j’étais une anti-soviétique et ce depuis mes années à la JC où nous étions invités à Moscou pour le 1er mai et on était surveillés comme l’eau sur le feu. Mais le communisme à la française n’a jamais été ça malgré les sectaires

  4. Bel article dont je partage la teneur Juan. Ne pas confondre le communisme stalinien avec l’idéologie issue des Lumières via Gracchu Babeuf et la conjuration des égaux, puis la Commune de PARIS de 1871, avec cette vague imitation débouchant sur une dictature prétendue prolétarienne mais dont le peuple en a fait les plus grands frais. Il e suffit pas de se prétendre communiste pour que le régime le soit. Le communisme était à Staline ce que le capitalisme était à Pinochet… Et un petit clin d’œil pour nos amis Tchèques (que je côtoyais souvent sur les bateaux quand j’étais docker) : je crois à la réincarnation et je suis persuadé d’avoir même déjà avoir été incarné tchèque… ARAMIS

  5. une belle idée de voyage….n’oubliez pas de nous le raconter !!
    Et bon vent à toute la petite famille

  6. Deux forts souvenirs professionnels : la place Wenceslas en juillet 68, un mois avant les chars ; un air de Sorbonne « libérée » trois mois avant !
    Et une rencontre-itw (clandestine) en 1983 avec Olga Havel, son mari étant alors en prison …

    1. Panouille comme Lapanouille dans « on a tué la mère Michel ? Non ? Hou la vache ! Non je déconne. 68 ? une époque formidable de remise en cause de ce monde de barges… C’est en train de revenir et c’est tant mieux… ARAMIS

      1. @Ca tarde camarade ! ça tarde ! depuis 95 pendant la grève de 2 mois des cheminots que je l’entends ! il y a des frémissements mais que des frémissements. Pourtant il y aurait matière.

        1. Pour çà malheureusement une seule solution (et encore) que tous les dormeurs qui croient que la galère du chômage et du RSA çà n’arrive qu’ aux autres s’en bouffe à leur tour et par millions. la patronat et la haute finance y travaillent ,consciencieusement et en accélérant la cadence, mais sera-ce suffisant ? Mystère. Ah ! Novembre décembre 95 où j’allais au dépot SNCF avec mon neveu à Sotteville pour traquer les foireux de jaunes qui se planquaient pour se faire embaucher par leurs chefs en loucedé, la bonne époque qui me rappelait un peu mai 68… ARAMIS

  7. Allons, allons, Juan, la Moldau ne pleure jamais. Elle virevolte. Elle est sauvage. Smetana le sait.

    (quart d’heure culturel)

    (Chuis un peu trop germain en la nommant ainsi)

Les commentaires sont fermés.