Bayrou rentre au bercail


Comment qualifier autrement l’attitude d’un solitaire du centre qui tenta, une décennie durant, de créer un centre autonome en France ?

François Bayrou et Jean-Louis Borloo tiendront une conférence commune ce mardi, devant quelques journalistes curieux.

1. C’est une excellente mauvaise nouvelle pour la Parti socialiste et l’UMP. Car il s’agit de damer le pion à ces deux formations; Sarkozy aurait expliqué à ses proches qu’il fallait laisser cette alliance Bayrou/Borloo se faire mais rapidement ensuite récupérer ce centre dans la grande famille de l’UMP.

2. Bayrou et Borloo n’ont visiblement pas compris une chose essentielle de cette France de 2013: elle a tout sauf envie d’être gouverner « publiquement » au centre. Par « publiquement », j’entends par un centre qui s’affirme comme tel. La plus grave critique portée contre Hollande – à tort ou à raison la n’est pas le propos de ce billet – est justement d’être trop au centre.

3. A celles et ceux qui n’étaient pas là ou l’auraient oublié, nous étions quelques-uns à soutenir une alliance large, de la gauche de la gauche au centre modemiste. Ségolène Royal, en 2007 et après, portait cette ambition sans que, à l’époque, la gauche morale ne se pince le nez comme s’il s’agissait d’un mariage avec le diable. Les temps ont changé. Aujourd’hui, force est de constater que la gauche s’est clivée en plusieurs morceaux dont on ne mesure pas encore la réelle portée électorale.  Mais évoquer une alliance avec Bayrou est simplement hors de propos.

 

Aujurd’hui, donc, Bayrou rentre au bercail, c’est-à-dire à droite toute. Car qui peut penser que les anciens de l’alliance sarkozyenne pensent à autre chose qu’une alliance avec l’UMP le moment venu ?

 

 

Advertisements

21 réflexions sur “ Bayrou rentre au bercail ”

  1. Vous avez dit Borloo ? C’est qui déjà ? Ah oui ce personnage tellement soluble qui promet de faire tant de choses (vous allez voir ce que vous allez voir) et ne les tient jamais , se contentant de passer son temps à l’Assemblée à mâcher ses branches de lunettes…

  2. Je ne change pas mon pronostic : le centre reconstitué va se coalisé avec la partie centriste et droitière du PS, ainsi que d’une partie écolo genre Brice Lalonde (ni droite ni gauche mais de droite quand même), l’autre partie du PS plus à gauche se retrouveront dans la coalition du FRONT DE GAUCHE, tandis que l’UMP franchira définitivement le pas pour s’acoquiner avec un FN dédiabolisé en prétendant ne pas être d’extrême droite. Soit à droite un UMPFN, au centre un MODUDIPS et à gauche UN FRONT DE GAUCHE UNIFIE. ARAMIS

    1. Oui ARAMIS , c’est aussi mon pronostic , et cela se produira dès l’implosion du PS , comme cela s’est déjà fait dans de nombreux pays . On aura déjà une idée assez précise du poids électoral du parti solférinien après les européennes de 2014 , mais c’est surement en 2017 que les alliances finales s’effectueront . Car qui peut encore dire aujourd’hui que Moscovici est plus à gauche qu’un Bayrou ? Que les libéraux de tout poil se regroupent , on y verra enfin plus clair !

  3. Bof , F. Bayrou ministre sous J. Chirac rejoint JL Borloo ministre sou NS .
    Rien d’ étonnant .
    Il a simplement compris que son échappée belle ne menait nulle part .
    Bayrou / Lecanuet pour les anciens .
    ce sont les grandes formations qui mènent la danse politique avec l’éternel gêneur LP qui remplit les coiasses de l’entreprise familiale

  4. Assez d’accord avec le post d’Aramis et celui de Hawk eye, mais j’y mettrais une réserve sur « la réunion » de la Gauche Forte avec le FDG :
    1/il faut que le FDG règle ses problèmes d’égo… et vite car se villipender comme ça se fait en ce moment, ça ne donne pas envie de voter pour
    2/ que La Gauche Forte coupe son cordon avec Solférino car faire du vent et au miment de voter: s’abstenir….pas très courageux

    1. « il faut que le FDG règle ses problèmes d’égo »
      La balle est plutôt dans le camp du PC , il faut qu’il choisisse entre garder ses élus en s’alliant directement au PS dès les premiers tours , soit privilégier clairement une ligne politique non libérale et se démarquer des solfériniens en présentant des listes autonomes avec le FDG .

      1. @hawk eye Oui bien sûr il faut des listes autonomes partout où c’est possible et où on est sûrs d’être au 2ème tour. Mais il faut être conscients que ce ne sera pas partout et là on fait comment ? sous prétexte de ne pas vouloir passer « pour des traitres » on ne participe plus à la vie municipale ?
        Je crois que le PG n’a pas pris la mesure que si le PC se retire ou « se fait exclure » (car c’est de ça qu’il est question) que deviendra le FDG ? car malgré ses 1,97% c’est le PC qui apporte la logistique, les militants, les sympathisants. Et je pense que JLM l’a très bien compris car on ne l’entend plus bcp sur cette « traîtrise », il laisse les autres s’exprimer.
        Mais que l’on soit bien d’accord je suis davantage pour une liste FDG

    1. Oui d’accord aussi avec les mises au point soulevées par hawk eye et Aurore. Sylvie : c’est le mariage pour tous et les enfants auront le dernier mot. Qui sera la carpe ? Et qui sera le lapin dans cette partouze centriste? ARAMIS

      1. @ aramis
        Ayant un « léger doute » sur la force de conviction de Borloo, l’homme qui se voyait premier ministre…..je présume que le  » contrat de mariage » risque de coincer Bayrou dans un rapport de force que ce dernier risque de perdre……..et l’ex qui se met, soit disant, à comprendre la colère des français, doit se frotter les mains.
        Il faut croire que  » l’amour rend aveugle »…..

  5. Géométriquement, le « centre » n’existe pas, ce qui fait qu’un parti est de « centre gauche » ou « centre droit » . Actuellement, le gouvernement fait une politique de centre( très centre ) gauche . On peut, sans grand risque de se tromper, que le tandem Borloo/Bayrou ferait une politique de centre (très centre ) droit . Bref, one ne changerait rien à une politique qui perd .
    Le PG s’attaque à un gros boulot : faire évoluer les dirigeants du PCF qui restent productivistes non écologiques . Si il y parvient, le PG de Martine Billard et Jean Luc Mélenchon pourra dire, haut et fort, qu’un vrai Front de Gauche existe !

  6. Je ne reconnais pas vraiment les différences profondes d’orientation entre la gauche de gouvernement, le centre (anciens UDF + anciens UMP) et la droite de gouvernement à ce jour. J’ai comme l’impression de ne plus être le seul.

  7. De plus, il ne faudrait pas oublier que Bayrou fait, depuis longtemps, une fixette sur la dette, cette dette qui est la conséquence d’abord de la loi de janvier 1973, transposée dans Maastricht et que Bayrou n’a jamais remis en cause, en digne héritier de Giscard qu’li est !

  8. Triste histoire tout de même….Car ce pays déteste le centre, aussi séduisant soit il? Notre pays n’aime qu’être flatté ou bien les extrèmes et Bayrou, en dehors d’un incident, n’a pas voulu user des flatteries des autres. Borloo a usé de cela mais a aussi montré qu’il n’irait pas lutter contre les forts….y perdant sa crédibilité. Je pense que Bayrou a fait son deuil de toute ambition nationale maintenant et revient juste « au bercail » pour avoir un bon point de chutte comme tous les autres politiques.
    Dommage car si on ne pouvait être d’accord sur tout, il y avait une vision intéressante du pays et de la politique. Et comme dit quelqu’un, la vision européenne de Bayrou est incompatible avec une remise en cause, même légère des accords passés. C’est sans doute un des points qui l’a perdu.

  9. Bayrou/Borloo : du sûr pas sûr… Voici un extrait de Paris-match qui démontre bien la tendance. Comme entre le FG et le PCF qui se perd à PARIS avec le PS (qui court-circuite les communistes dans leurs fiefs comme par exemple à DIEPPE), certains comme BENNHAMIAS refuse des accords avec des UMP comme GODIN. Rien n’est simple et rien n’est habituel dans ces différents cas de figure. ARAMIS

    ../..

    Reste que le petit retard des épousailles n’est pas qu’affaire d’agenda. «La charte qui scelle notre rassemblement est prête à 99%, mais ça peut toujours varier d’une virgule ou d’un adverbe», confiait récemment Robert Rochefort. Pas question de laisser le diable se cacher dans les détails. Surtout sur la question des stratégies électorales, à quelques mois des municipales et des européennes. Le texte commun devrait donc insister sur la «cohérence du national et du local », dixit Jean-Louis Borloo, en actant le principe d’une «opposition constructive» à la gauche. Ce qui implique des alliances «privilégiées» (et non plus automatiques ?) à droite. Précision utile, alors que des élus MoDem siègent avec la gauche dans plusieurs villes.

    « NOUS SOMMES PRÊTS »

    «Il n’y a plus que Dijon qui nous pose problème», promettait il y a quelques jours un Hervé Morin pressé de conclure l’affaire. Dans la cité des ducs de Bourgogne, le soutien du Modem local au socialiste François Rebsamen passe mal auprès de l’UDI. Mais le patron du Nouveau Centre oublie un peu vite le cas marseillais. François Bayrou a confirmé que ses troupes dans la cité phocéenne ne se rangeraient pas derrière le PS emmené par Patrick Mennucci. Mais dans le même temps, ses ambassadeurs sur place, Jean-Luc Bennhamias et Christophe Madrolle, ne se voient pas soutenir l’UMP Jean-Claude Gaudin allié à l’UDI. Pour que ces quelques points noirs ne se transforment pas en chemin de croix électoral, la charte sur le point d’être dévoilée devra donc être sans ambiguïté aucune. …/..

  10. En 2007 2008 le Modem de Bayrou est monté rapidement à 70 000
    adhérent dont les 3/4 plutôt à gauche qui ne voulaient pas entendre parler
    de « centrisme » ce vieux mot qui veut dire droite prétentieuse et politicarde encore
    moins d’UDF pensant que tout cela serait mis au rancard.

    C »est exactement le contraire qui est arrivé,
    politiquement Bayrou s’est laissé servilement gouverné par
    ses Barons ex UDF poussiéreux, diversement déjà anciens élus
    sous prétexte de « maillage électoral » et ses adhére,ts sont presque tous partis.

    De fait je trouve que le discours de Société et Economique est fort intéressant
    mais que son discours politique pur est carrément « malhonnête ».
    D »ailleurs sa politique lui est toujours imposée par ceux qu’il est censé « commander ».

    Encore un (comme Hollande)qui préfèrera ne pas fâcher son
    entourage politisé trés proche plutôt que de s’attacher et
    faire pour le plus grand nombre de ceux qui lui aurait
    fait confiance.

  11. Moi, je serais Bayrou, je me méfierais de Morin, Borloo car je sens arriver « le p’tit dans le dos » et ce pauvre Bayrou va encore être « grosjean comme devant »

  12. « Mais évoquer une alliance avec Bayrou est simplement hors de propos »

    Alliance ou pas il faut gagner des voix au centre, comme Mitterrand l’avait fait en 1981. Ou en tout cas ne pas trop en perdre. Et ça, c’est valable aussi bien pour le PS que pour vous, les écolos. Mais il faut apporter une précision: tout dépend de l’élection dont on parle.

    Si vous vous situez dans un schéma local, ce sont les conditions locales qui comptent. Vu que le PS risque de trinquer aux prochaines élections municipales, on peut comprendre que les écolos cherchent d’autres alliances à gauche, d’où votre élégant appel du pied à la gauche de la gauche, en marquant bien le fait que Bayrou est naturellement de droite et que l’ancienne approche, où il pouvait trouver une place dans une alliance assez vaste, n’est plus d’actualité, du moins de votre point de vue.

    Je suppose par ailleurs que si vous vous risquez à rendre publique une affirmation de ce genre sous le logo EELV, c’est que les sondages ou les études d’opinions ont dû vous révéler que la recherche d’une alliance vers la gauche de la gauche vous serait plus profitable qu’une alliance vers le centre (c’est ce que vous suggérez au point 2).

    Le gambit est là. J’espère pour vous que vous ne vous trompez pas. Au delà, même si vous avez raison sur ce point, n’oubliez pas que la gauche de la gauche est souvent ingérable, donc qu’une alliance avec elle est structurellement pénible.

    Si en revanche vous vous situez dans un schéma national, les choses sont différentes. Là, vous avez bien raison de rappeler qu’il est des sujets dont on ne discute pas « publiquement » et surtout, pas tout de suite vu que rien ne presse. Il y a des choses qui doivent être discutées avec le centre, loin des regards hostiles, car des yeux vous observent, sur votre gauche, et rien ne permet d’affirmer que les heureux propriétaires de toutes ces paires d’yeux vous considèrent, vous les écolos, avec l’aménité que vous méritez.

Les commentaires sont fermés.