L’ultimatum des bonnets violets


Moi aussi, j’ai un ultimatum pour midi trente, l’ultimatum des bonnets violets !

J’ veux un mariage homo célébré à l’Elysée !

Sinon, je m’insurge, je dynamite, j’éparpille, je ventile !

Et toi ?

 

bonnets violets

Publicités

16 réflexions sur « L’ultimatum des bonnets violets »

  1. A condition d’être invitée…..pas question de transiger sur le champagne et les petits fours….!

  2. bonnet bleu, bonnet blanc.. y z’ont des chapeaux ronds vive les bretons ! non, je ne pense pas.. Le Lay hier à canal pariait (encore) pour son indépendance.. qui vivra ‘verrat’
    c’est le sujet ? la Bretagne.. ou les tatas flinguées..
    (j’my perds, comme ce matin dans l’étude de la lettre c et mes mises à jours toutes-neuves, désolé !)

  3. Et pourquoi les capotes vertes en protection des hévéa ? Voir celles des chênes à écorce pour la protection des glands ? ARAMIS

  4. Dites donc les jeunes, il y a une union gaie (pas de mauvais esprit svp) dont on ne parle pas beaucoup, mais qui risque de provoquer quelques dommages collatéraux… Enfin moi ce que j’en dis… j’ai juste vu deux mecs qui se regardaient langoureusement sans arrières pensées mais un peu… la balle au centre du contrat mais pas trop vue du coin de la rue… Vous en pensez quoi, vous, du mariage Udi-Modem ?

    ***

    1. Sérieusement ou dans la déconne?

      Dans la déconne: Bayrou est un fils de payou. Le mot payou veut dire « paysan ». Mais, un peu à l’ouest de son Béarn natal, vers Perpignan, payou veut dire « pédé »:

      http://dico-des-mots.com/definitions/payou.html

      Un petit jeu de mot qui n’inspire pas grand chose d’autre qu’une très brève envie de rire.

      Sinon, c’est un prof. Catho. Elu local. Donc, loin du monde de la gauche et encore plus de la gauche de la gauche.

      Borloo est un avocat qui a bâti sa fortune dans une activité assez particulière, liée aux entreprises en difficultés. Sous ces dehors primaires, c’est un types très intelligent. Homme de la ville, plutôt originaire du Nord. Mille kilomètres le sépare géographiquement de l’objet de son idylle.

      Union de la carpe et du lapin, pourrait-on penser en première analyse.

      Mais ces deux hommes se réunissent sur une discipline que la gauche a oubliée: la philo.

      Et cette discipline est le creuset de toutes leurs audaces (celles de leur vies respectives), alors qu’elle est le havre où les vieux vaisseaux de la gauche viennent continument s’échouer en attendant leur démantèlement. Hier Castoriadis, demain Edgar Morin.

      Ah zut! là je deviens sérieux.

      Ce que je pense du mariage: conceptuellement parlant, c’est une expression de la modernité. Heureusement pour la gauche, la modernité est minoritaire en France, actuellement. Donc, pas de danger. Vous pouvez continuez à dormir tranquille en maniant à la fois l’insulte et la censure pour recréer des entre-soi où vous pourrez retrouver cet esprit d’humour qui donnait à votre vie ce petit surplus de spiritualité qui lui fait défaut aujourd’hui.

      Heureusement qu’on nous ramène des photos de Prague! (ici, on remerciera spécialement Juan)

      Le mieux est donc de rester dans la déconne: à leur âge, franchement, ma bonne dame, opter pour le mariage, alors qu’ils avaient aussi le choix du PACS, quelle misère! Ils vont devoir divorcer quand ils se sépareront. Quel gâchis.

      En bref, je tiens donc à vous rassurer: aucun dommage collatéral à redouter de ce côté là. Le centre, quand on est de gauche, ne doit jamais vous inquiéter, même s’il se fédère. Tout ce qui doit vous inquiéter, c’est qu’on puisse se rendre compte que sur un plan intellectuel il dépasse la gauche, et de loin.

      Il ne faut à aucun prix que l’opinion publique soit avertie de ce fait, pourtant évident (je suis parvenu à cette navrante conclusion après seulement trois semaines de fréquentation des leftblogs). Et surtout pas qu’elle en prenne conscience. Et encore moins qu’il lui vienne l’idée d’ajuster son vote à ce constat.

      Bref, la seule attitude possible face au centre: discréditer d’abord, négocier ensuite. Discrètement.

      Ca fait partie des choses qui sont vitales. Mitterrand l’avait parfaitement compris.

  5. Ouais !

    et moi aussi j’veux que Noël 2013 ne tombe pas un mercredi mais un vendredi.

    Je donne un ultimatum jusqu’à hier 12 heures pour que ces jours soient intervertis.

    signé un « gros bonnet »

  6. vu dici (jeudi dans qqls minutes) je suis assez d’accord car rien contre
    pas tout compris.. sans importance, je suis rodé et question d’habitude !
    re dici (hte savoie) j’adore les gros bonnet !
    ps, Solanden (j’espère que vous n’êtes pas bretonne, je ne veux fâcher personne) les flingueurs restent en famille (ouf!) c’était ça ou le petit dernier en guignolo (sale temps pour les mouches n’est-ce pas)

Les commentaires sont fermés.