Pourquoi les blogs sont référencés


Ekai-SexBloggerAudaciaRayGetsNaked602.flv… ou pas.

Mon confrère Nicolas « trifouille » ses statistiques de fréquentation pour comprendre qui regarde quoi et comment. L’analyse des « Big Data« , ça vaut aussi pour le blogueur amateur.

Evidémment, la chose est parfois déprimante. On réalise que nombre de visites sont passagères (10 secondes, mouarf !), rebondissent peu, déboulent par hasard.

Me concernant, je regarde ces stats, mais avec moi d’acuité qu’avant. En premier lieu grâce à Marianne, un média qui me permet d’être lu bien plus largement qu’avec mes seuls moyens. En second lieu parce que l’élan de la campagne est achevé, les disputes intra-gauche consommées, l’abstentionisme politique importante, etc, etc, tous ces facteurs que vous connaissez bien et qui expliquent un reflux naturel.

Le blog principal attire bon an mal an 30.000 visites par mois (et 12 à 15 000 visiteuses ou visiteurs uniques), et ces Coulisses environ 18 à 20.000 visites (stats WordPress).

Le vrai changement, je l’ai trouvé dans la provenance des visites: pendant mes 5 premières années de Sarkofrance, les deux tiers de mes visiteurs/visites étaient « occasionnels » (ou « new visitors », dans le jargon de Google). Depuis un an, la proportion s’est totalement inversé: deux tiers de mes lecteurs sont des « réguliers ».

J’y vois deux explications: (1) le blog est lu ailleurs (via les mails d’abonnement et autres plates-formes de duplication). Le seul flux Feedburner comptabilise entre 500 et 800 « lectures » quotidiennes; (2) le blog a été déréférencé quelque part. Il « sort » moins dans les requêtes. Et pourtant, les outils utilisés sont les mêmes qu’avant: j’ai davantage de followers sur Twitter qu’il y a deux ou trois ans; Google+ s’est ajouté; Facebook n’a pas faibli. Effectivement, Google change en permanence ses algorithmes. Sarkofrance-le-blog émerge rarement dans les flux d’actualité (hors Marianne.net).

 

Crédit illustration

Publicités

11 réflexions sur « Pourquoi les blogs sont référencés »

  1. Bonjour,
    Je reçois tes différentes publication via e-mail. J’ai la possibilité de les lires directement dans ma boîte e-mail mais je fais toujours l’effort de cliquer sur le lien afin d’atterrir sur le/les blog(s) concernés par la publication. C’est quand même plus agréable de lire sur le blog et ça permets d’avoir aussi accès aux articles connexes.

    Cordialement,

  2. Je dois faire partie des habitués… t’a qu’à vouère… je me lève, je me bouscule, j’ouvre ma boite mail, comme d’habitude et je commence par les Coulisse de Juan en tant qu’référant, comme d’habitudeeeeeeeeeeeeee. ARAMIS

  3. sachant que les abonnements ne sont pas tous comptabilisés, tout comme les lectures par outils de flux RSS, les chiffres ne sont que des chiffres qui montrent aussi un changement des habitudes de consommation d’info en même temps qu’un désintérêt pour certains sujets politiques aussi.

  4. Bien ton blog principal Sarkofrance je le lis sur mail sans avoir besoin de l’ouvrir !
    Et sur feedreader pareil pas besoin d’ouvrir pour lire les coulisses ! Par contre pour partager c’est mieux directe sur tes blogs ! Tes aussi sur mon portable mais la je l’utilise moins ! Je peux aussi te lire sur ma télé qui et connecter mais pareil que pour le portable je ne l’utilise pas beaucoup, je navigue peut sur internet avec !

  5. Vous allez voir, si Sarkozy ouvre la bouche (parce qu’actuellement ce sont plutôt les autres qui l’ouvrent à sa place), vous serez bien sûr le premier à vous y opposer fermement, nous avec vous, et là… vos compteurs exploseront !
    Moralité : Profitez bien de l’accalmie en attendant le retour du ventilateur frénétique 😉

    ***

  6. Je t’ai connu par Marianne ça m’a plu j’ai cherché…………..;je t’ai trouvé……………..je te lâche plus car en même temps j’apprécie les échanges avec « tes suiveurs »

  7. Juan, la genèse de ta rencontre est à l’identique d’Aurore. Je n’ai malheureusement pas toujours le temps de commenter. Puis, assez souvent, certains de tes fidèles (suiveurs ?) exposent aussi bien, voire mieux, ce que je pourrais réécrire.

Les commentaires sont fermés.