Hollande, Mélenchon: le tri


Finalement, nous sortons d’une période éclairante, brève et rafraichissante.

Une période de tri, inévitable.

Je m’explique.

A lire les commentaires ici, sur ce blog, ailleurs sur les réseaux sociaux, je comprends et mesure combien un certain tri s’est naturellement fait en moins d’un an. Mon soutien à Hollande m’a éloigné de quelques hargneux ou trop impatients. Ma déception hollandaise m’a fâché avec d’autres supporteurs de l’actuel président.

Reste lors un très agréable tissu de relations composites, gauchistes ou pas, hollandais ou opposants, avec lesquelles l’échange demeure nécessaire et furieusement agréable. Comme si nous avions passé une étape chahutée, une de plus.

Merci donc.

 

Publicités

12 réflexions sur « Hollande, Mélenchon: le tri »

  1. C’est à dire que ceux qui restent, sont un peu comme vous, libres de se poser des questions.

    Être en permanence pour ou contre quelqu’un semble effacer toute réflexion.

    Bon, en même temps, c’est reposant 🙂

  2. Au fond de lui même , chacun espère peut-être convaincre l’autre , surtout quand le taulier est de bonne foi et qu’il commence à se poser des questions . Un peu comme Filoche qui espère toujours voir son parti changer enfin de cap .

  3. Merci à toi Juan de nous laisser nous exprimer librement mais tjrs poliment, etc, etc.
    @hawk eye : je désespère de Filoche car entre ses interventions orales (magistrales, je l’ai pratiqué en tant que I.T.) sur le gvrt, sur le MEDEF et……..il reste au PS. Je reçois son journal D&M qui est en complète contradiction avec son discours.

  4. Mais je l’entendais bien aussi ainsi cher Juan, entre certitudes et doutes de part et d’autre. N’est-ce pas ainsi que la République fabrique ses meilleurs citoyens (et citoyennes) vigilants (es) ? Hawk et Aurore, je fais le même constat navré au sujet de ceux qui ont de bonnes idées, mais qui restent dans un système qui refusent de les exploitée au moins au bénéfice du peuple de gauche.
    Pour en revenir à Juan : je pense que des blogs aussi démocrates que le tiens, sont très utiles au triage et à l’analyse régulière des évolutions sociales et sociétales du pays. Merci et bravo. ARAMIS

  5. Pour une fois j’ai pris le temps de me relire pour éviter les fautes de frappe et d’inattention, et bien il a fallu que j’en laisse au moins une ou deux : exploitée ée au lieu de er et virgule après ce verbe. C’est viscéral… ARAMIS

  6. Je l’avais écrit dès l’élection de Hollande, à la lecture attentive de son programme, au-delà des slogans (« mon ennemi, c’est la fnace » n’a pas grand sens): le jour viendra où, s’apercevant que, dans ses grandes lignes, la politique de Hollande ou de n’importe quel Président français ayant des chances d’être élu ne peut pas être fondamentalement différente de celle d’un Sarkozy ou d’un Zapatero, les « blogueurs de gauche » n’auront plus rien à dire sinon leur désarroi: nous y voilà?

    1. Pas MELENCHON, je n’y crois pas. Rien n’est définitif et cette tendance libérale que vous continuez de nous confirmer comme étant incontournable, est justement en train de voir ses limites. On en reparle d’ici un an. Quand la vraie gauche sera enfin dissociée du PS dans l’esprit des électeurs en général, et de gauche en particulier. Quand notre façon de voir le monde autrement pourra être envisageable dans les consciences auquel elle s’adresse, dans la perspective d’une réelle justice sociale. ARAMIS

  7. 2007, début de « l’hystérisation » du monde politique…..et les effets ne sont pas près de retomber…..
    Depuis, il fait bon venir ici ….! (en attendant l’enfer qui nous guette !)

  8. Beeen pour moi qui ne suis de nulle part, c’est sans doute plus facile. Sauf quand vous êtes à côté de la plaque sur votre blog parlant de la Suisse, parce que ça va m’obliger à remettre les pendules à l’heure parce que visiblement vous ne connaissez pas la vraie situation sur le terrain :-))) Mais plus tard.

    J’aime bien venir chez vous et chez d’autres, pour les commentateurs aussi, même si je ne suis pas toujours d’accord, c’est cool ici.

  9. Comme les leaders de droite (N. Sarkosy) et de gauche (Hollande)
    sont des politicards conservateurs ils ne peuvent être que des suiveurs
    malgré tout leurs boniments.

    l n’ y a rien à espérer de mieux
    que le chomage ne soit pas « record » et que le cac40 augmente.
    et puis c’est tout.

    Qui n’a pas Faim prend des (Trés) Moyens.

Les commentaires sont fermés.