Ukraine, la guerre civile à 6 heures de Paris


Ils ont été surpris. Les témoignages des premiers civils blessés ou survivants de la riposte des forces de l’ordre à Kiev sont éloquents. 90 morts au moins depuis mardi, d’après l’opposition, des tirs à balles réelles, des ministres européens impuissants.

« Des scènes de guérilla urbaine se poursuivaient au même moment dans le centre de Kiev, autour du Maïdan – la place de l’Indépendance occupée depuis maintenant trois mois contre l’opposition – d’une violence inédite depuis 20 ans aux portes de l’Union européenne. »

En France où Angela Merkel était de passage avec tout son gouvernement, on a appelé au calme. Ce qui se passe en Ukraine est terrifiant, comme souvent. A quelques centaines de kilomètres de là, les JO de Sotchi continuent leur ballet d’hiver. La répression à Kiev vient de là, en Russie, du bureau de Vladimir Poutine.

Combien de sportifs s’en souviennent ?

Les Ukrainiens, eux, oui.

Publicités

11 réflexions sur « Ukraine, la guerre civile à 6 heures de Paris »

  1. Au moins ils ont du courage de s’opposer au gouvernement. J’ai entendu des personnes d’un certain âge regretter de ne pas être + jeunes pour aller s’affronter.
    Qu’est-il allé faire Fabius là-bas ? apporter son soutien à qui ?
    J’ai beaucoup de respect pour ce peuple qui ne veut pas courber l’échine.
    A quand nous ? Jusqu’où nous laisserons-nous faire ?

  2. … j’entendais Bernard Guetta, expliquer, ce matin sur  » francinter  » , que personne en Europe ne désirait vraiment que l’Ukraine rejoigne l’Union, Alors ???!!!
    Coup de sabre dans l’eau, gesticulation diplomatique en trompe l’oeil, ???

  3. L’empaffé qui gouverne ce pays devrait se tirer au lieu de placer des snipers pour mâter le peuple qui ne se laissera de tout façon pas faire. Comme dit Aurore, à quand pour nous (çà vient doucement mais sûrement et on devrait pouvoir le faire par voie démocratique) et je me sens encore bien capable d’y aller (j’ai pris contact avec le Parti de Gauche pour militer), en espérant que pépère n’osera pas nous mettre les snipers, lui aussi. Ceci dit c’est pire chez eux, quand même. Ils veulent entrer dans cette Europe du fric qu’on commence à maudire, soit pour en sortir, soit pour la changer. ARAMIS

  4. Les Ukrainiens sont dans la merde par la grâce de l’UE, des US, de la Russie de Poutine et de la corruption généralisée ( y compris dans les pays qui se parent de l’étendard de la vertu ) . Ras le bol des pompiers-pyromanes, le pompon étant détenus par l’autre andouille de BHL, que personne n’avait sifflé et qui ramène sa fraise et son bidon d’huile

  5. En plus, l’Ukraine est partagée entre les ethnies ukrainiennes et celles d’origine russe . Comme on ne voit pas les Russes renoncer aux ports de Crimée, on va droit vers une partition de ce malheureux pays .

  6. La répression ne vient pas du bureau de Poutine mais de celui de Yanoukovitch. Par contre, niveau répression, le Poutine s’y connait dans les différents conflits territoriaux où il fait taire les opposants , … par balles et missiles.
    Le conflit Ukrainien est bien plus complexe et montre une unité de facade, très loin de celle de la révolution orange . Et parmi l’entourage de Poutine, il y a des faucons effectivement qui iraient même plus loin que le président.

    Oui c’est à 6h….mais un peu plus loin, on a des morts aussi, dans des attentats quasi journalies…ou même à quelques heures de traversée, en Lybie. Mais ça, on s’en fout ? Pourtant, on en est parfois encore plus responsable qu’en Ukraine.

  7. Revenons un peu à la proposition de l’UE: rejoignez-nous à minima comme membres associés à notre grand marché libéral seul gage d’un gouvernement démocratique, on vous y aidera, un peu, mais pas question de faire partie de l’UE.
    ça rappele pas mal la belle hypocrisie avec la Turquie (également en crise). En gros une proposition de fauchés mais riches en idéologie façon mirroir aux alouettes.

    Le fond de ce jeu sanglant est la continuation de la Guerre Froide. Déstabiliser Poutine semble difficile, lui rogner un peu plus sa zone est donc l’option stratégique de l’Otanesque Europe en complicité avec les grands dépeceurs et accaparateurs de Wall Street.

    Cependant, sans minimiser les outrances répréssives de Putin, son homphobie déclarée, son alliance avec le goupillon, ni surtout la corruption des régimes de ses ex-terrritoires, l’intéret bien compris de l’Europe (si la chose existe) est bien dans des liens ressérés avec la Russie, ses ressources énergétiques, l’immensité de son espace et de ses besoins.
    Mais outre ces intérets économiques et géostratégiques communs, il faudrait quand même rappelrque la Russie (impériale ou soviétique) n’a jamais cherché à envahir l’Europe, et l’a même sauvé de Napoléon, du Kaizer, et d’HItler.
    Quand à ses satellites de l’Est: Allemagne, Hongrie, Roumanie, Croatie, plus les légions SS diverses (dont 75.000 Danois), ce sont bien eux qui avaient participé à l’invasion de la Russie.
    La Pologne avait elle attaqué la Russie soviétique en 1918.

    L’Allemagne d’ailleurs ne s’y trompe pas, ni la France, tous deux achetant du gaz en Russie.

  8. Ce qui m’effraie aussi…..c’est qu’ils mettent tous leurs espoirs dans l’Europe….

Les commentaires sont fermés.