Demain, votez !


Voter à gauche, où vous voulez.

Mais votez.

1. L’éventail politique est très large, y compris à gauche. Les opposants, comme les supporteurs de l’équipe Hollande doivent pouvoir trouver chaussure à leur pied, ou bulletin pour l’enveloppe: PS, EELV, PCF, PG, NPA, etc

2. Le contexte local peut gêner: on le sous-estime trop. Mais il peut aider. Il doit aider. Comment s’abstenir pour l’élection de l’élu le plus proche ?

3. Cela fait deux ans qu’on n’a pas voté. Qu’on ne va pas nous dire que c’est usant.

4. L’abstention fait le jeu de celui qu’on déteste le plus. C’est factuel et mathématique, si et seulement si les supporteurs de celui/celle que vous détestez sont plus motivés à voter que vous. On peut raisonnablement penser que le Front national fera le plein de ses sympathisants.

Voter à gauche, où vous voulez.

Mais votez.

 

23 réflexions sur “ Demain, votez ! ”

  1. … bien entendu, il est hors de question de ne pas voter et d’aller grossir les rangs des abstentionnistes !
    D’ailleurs ce sont là qui râlent le plus !
    Moi je râle, mais je sais pourquoi !!😉

  2. Petite bourgade de 5000 âmes , seulement deux listes , PS et UMP . Je voterai blanc bien que le maire sortant PS soit sympa .
    Il ne faut quand même pas pousser , non ? Tout ce qu’ils ont fait depuis deux ans doit se payer .
    Pareil aux européennes .

    1. C’est un scrutin de liste, on peut toujours rayer ceux que l’on considère comme les plus pourris . Je sais, c’est pas grand’choses mais, au moins, ces gars là savent ce qu’on pense d’eux !

  3. 5. L’état de notre démocratie n’est déjà pas très brillant, mais imaginons ce qu’il serait si l’abstention devenait vraiment massive – 80% ou plus. Celui qui s’abstient compte en réalité sur les autres pour voter à sa place.

  4. Pour la première fois de ma vie, le bulletin que je mettrai dans l’urne ne servira à rien ( blanc, nul, ça sera selon l’humeur du moment ) . En même temps en 2012 j’ai voté « vraiment » pour Hollande mais ça n’a servi à rien non plus … Nos politiques n’ont qu’à s’en prendre qu’à eux – mêmes !

  5. et bien moi exceptionnellement, je vais en croquer de l’abstention. Il faut préciser que çà se passe dans mon bled de moins de 400 h où il n’y a qu’une seule liste (et donc un seul tour)… Et je vais (enfin, ma famille et moi-même, soit 9 personnes sur 380 et des bananes, donc 4,2% d’abstention en plus de celle de 15% habituelle), selon le maire bétonneur UMP se basant sur le dernier recensement de 2007, qui évite de donner le vrai chiffre dépassant sûrement les 400 h). Il s’agit, bien sûr d’une abstention revendicatrice, servant aussi à démontrer l’absurdité d’un vote, dans ces conditions où les bulletins blancs ou nuls ne sont pas considérés en tant que contestation. ARAMIS

  6. Oui, votons demain.Je n’aurais peut-être pas été aussi affirmative il y trois jours. Mais « grâce » à la diatribe de NS, la mémoire m’est revenue : je me suis rappelée pourquoi j’ai voté à gauche, même si aujourd’hui la politique menée ne me satisfait pas.
    Alors je vais donner ma voix au maire actuel, socialiste, qui n’a pas démérité depuis son élection, et je vais espérer que le prochain remaniement, prévisible, permettra au gouvernement de se ressaisir et à tout le moins de pagayer dans le même sens, celui de la justice sociale.

    1. Au moins d’accord sur le fait d’avoir voté, moi aussi pépère surtout pour virer Sarko et voir sa tronche en ce moment comble un peu ma rage d’avoir eu à voter PS, en sachant très bien que la politique serait proche de celle de l’autre barjot à talonnettes. Qu’est-ce qu’il se prend avec sa piétaille sur FACEBOOK et sur quelques sites à tendance gauche…. Un régal ! Tout ce qui désuni la gauche est finalement moins grave (pour le moment) que ce qui nous uni comme la tronche de tout fou la galette et ses mafieux… C’est déjà çà ! ARAMIS

      1. @Aramis puisque nous sommes plusieurs à voter pour toi, monte une liste à l’arrache!!

  7. … c’est bien ce que je disais ; à 10 h, Six billets, Quatre râleurs abstentionnistes !!

  8. Pas de problème… dans mon patelin ça vote ; et plutôt à gauche, même si l’équipe se dit sans étiquette…

  9. Je n’irai pas voter.
    3 listes de droite, plus une « indépendante » composée quasi-uniquement de dadais commerciaux, sans oublier celle PS/les verts qui utilise un vocabulaire interchangeable avec les autres et qui de toute façon n’a pas la moindre chance. Et n’aller pas me dire que je fais le difficile, le désespoir m’aurait sûrement conduit à me déplacer si les guignols du NPA avaient été présents…pour rire.

  10. bon d’accord chef, mais attention, c’est ce scrutin ou celui de l’Europe .
    de toute façon je suis totalement incapable de situer politiquement les deux listes, je vote donc pour le candidat le plus souriant et qui a les plus jolies femmes parmi les candidates…

    et pis c’est tout…..

  11.  » Surtout, souviens-toi que l’homme qui sollicite tes suffrages est, de ce fait, un malhonnête homme, parce qu’en échange de la situation et de la fortune où tu le pousses, il te promet un tas de choses merveilleuses qu’il ne te donnera pas […]. Les moutons vont à l’abattoir. Ils ne disent rien, et ils n’espèrent rien. Mais du moins ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que les bêtes, plus moutonnier que les moutons, l’électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois.  »

    Octave Mirbeau – La grève des électeurs

     » […] le trait le plus visible de l’homme juste est de ne point vouloir du tout gouverner les autres, et de se gouverner seulement lui-même. Cela décide tout. Autant dire que les pires gouverneront.  »

    Alain – Propos sur les pouvoirs

     » La Commune fut composée des conseillers municipaux, élus au suffrage universel dans les divers arrondissements de la ville. Ils étaient responsables et révocables à tout moment. La majorité de ses membres était naturellement des ouvriers ou des représentants reconnus de la classe ouvrière. La Commune devait être non pas un organisme parlementaire, mais un corps agissant, exécutif et législatif à la fois. Au lieu de continuer d’être l’instrument du gouvernement central, la police fut immédiatement dépouillée de ses attributs politiques et transformée en un instrument de la Commune, responsable et à tout instant révocable. Il en fut de même pour les fonctionnaires de toutes les autres branches de l’administration. Depuis les membres de la Commune jusqu’au bas de l’échelle, la fonction publique devait être assurée pour un salaire d’ouvrier. Les bénéfices d’usage et les indemnités de représentation des hauts dignitaires de l’État disparurent avec ces hauts dignitaires eux-mêmes. Les services publics cessèrent d’être la propriété privée des créatures du gouvernement central. Non seulement l’administration municipale, mais toute l’initiative jusqu’alors exercée par l’État fut remise aux mains de la Commune.  »

    Karl Marx – La guerre civile en France (1871)

Les commentaires sont fermés.