Il paraît que le Front de gauche a gagné les élections


Je n’ai pas osé faire un billet sur le coup. Le coup, dimanche soir, était trop rude. En plus, j’ai voté Front de gauche. Ne me remerciez pas, ne m’injuriez pas, on s’en fiche. Je dit cela parce que j’ai regardé avec espoir les résultats de dimanche.

Et là, bandes de cons… Quelle surprise… ou pas.

1. C’est bien le Front national qui a récupéré la victoire.

2. Il y a des gens au FDG, haut placés ou pas, qui pensent que c’est un complot médiatique. Comme une survivance des vieux réflexes du PS des années 80-90 sur le vote utile et le front républicain.

3. Statistiquement, le FDG a obtenu beaucoup plus d’élus dès le premier tour, beaucoup plus de mairies dès le premier tour que le Front national. Un édifiant tableau est circule ici ou là.

4. Le Front de gauche est un front faible. Le PCF et le PG ne sont pas alliés dans toutes les villes, on le sait depuis longtemps. C’est peut-être triste, mais c’est ainsi.

5. N’en déplaisent aux complotistes, aux grincheux, et aux autres, j’ai tendance à croire qu’un FN en tête à Perpignan – 100.000 habitants, a plus de valeur, de signification, de poids politiques, qu’un FDG qui remporte la mairie de Châteldon (770 habitants, très belle commune) dès le  premier tour. Le FN avait 59 élus dès le premier tour des municipales de 2008. Il en a 473 après ce premier tour de 2014. Quelle est la progression du Front de gauche, qui incorpore quand même le communisme municipal dans nombre de communes ?

6. Je n’ai personnellement vu aucune « percée de la gauche » dimanche dernier. Gauche d’opposition et gauche de gouvernement réunies ont PERDU DES VOIX et DES SIEGES. Faut-il encore le répéter ?

La gauche – toute la gauche – a perdu dimanche. Le PS est (enfin) sidéré. Pas sûr que cela suffise. Les écologistes sont passés à côté d’une catastrophe, nous verrons aux Européennes. Et le Front de gauche mériterait quelque piqure d’humilité et de lucidité s’il espère un jour nous convaincre.

Certains sont heureusement lucides.

La gauche contre gauche, vrauche contre groite, Drauche contre Friche, tout cela ne mène à rien sauf à la blonde Marine.

 

27 réflexions sur “ Il paraît que le Front de gauche a gagné les élections ”

  1. le délicat exercice de la prise de recul, sans nier la réalité des choses. Ta conclusion est très juste, si ILS ne changent pas à la fin c’est la tru^^^^^ qui gagne. On va me dire que c’est le coup classique, mais là c’est diffèrent la France moisie enfle, et manifestement (malgré les dénis de 2 trolls dans twitter), les électeurs DES gauches sont en partie et en nombre restés chez eux , pendant qu’une partie votait moisi pour se venger de l’un ou de l’autre.
    Il parait que c’est la faute à la TV : j’aimerai bien que cette masse de gens avec avis certifié en acier trempé aillent voir ces gens, ces abstentionnistes et leur disent en face ce qu’ils écrivent en 140car dans twitter, facebook ou leurs blogs souvent de bonne foi : « mais vous êtes cons les gens a vous faire piloter par la TV » qu’on rigole, et on les filmera tiens…

    Un peu d’humilité, d’écoute et de retenue serait nécessaire. Pendant ce temps des fonds vautour vont faire des procès aux nations de l’UE pour profiter encore plus sur les dettes, pendant ce temps 2 millions d’espagnols manifestent à 99,999999% dans le calme. Et vous allez voir, la trui^^^^^ est capable d’arriver à exploiter ces deux événements…

  2. Je suis comme toi, Juan. Un peu soufflée par le défaut de compréhension de tout cela que je continue à entendre dans les commentaires à gauche, qu’elle soit du milieu ou du bord….

  3. Il est quand même symbolique que le Front de Gauche ait emporté la mairie de Chateldon. En effet, cette ville eût jadis comme maire un certain Pierre LAVAL…………..Les temps ont heureusement changé…..

  4. Dans l’ordre établi des choses entre gens « raisonnables », la résistance est toujours quelque chose de dérangeant et ceux qui s’en revendiquent, des emmerdeurs patentés aux yeux de ceux ne voient pas de mal au système tel qu’il prétend rester et perdurer. Tout dépend du vécu servant à se situer exactement dans ce mixeur à pensées qu’est la politique et à partir de là, saisir avec précision les risques encourus par telle ou telle autre gestion politique.
    Comme un monarchiste évaluant mal les besoins d’un paysan crevant de faim en 1789, s’étonnant qu’il puisse en venir à courir devant la mitraille, le neutron actuel se demande à quoi peut bien servir ce chahut créé par un parti se revendiquant de gauche, alors que le gouvernement s’en revendique également.
    Les bisbilles ne pouvant de ce fait qu’être minimes voyons. Certes le président HOLLANDE en sublimant le patronat et la haute finance (i am not dangerouse) s’est conduit comme ce Héros de Pétain prétendant faire don de sa personne à la France en allant accueillir Hitler les bras ouverts à MONTOIRE pour une franche collaboration, mais il le fit (après tout) en pensant à respecter les nouvelles directives européennes sous l’impulsion de l’Allemagne, comme 72 ans plus tôt.

    Comment en vouloir à cet homme qui n’avait fait que ce qu »il put, avec les cartes qui étaient entre ses mains, et pourquoi donc en vouloir à celui qui fait de même 72 ans plus tard ?

    Oui, tout dépend de comment on vit la vie politique actuelle et ce qu’on risque d’en subir, selon sa position sociale. C’est sans doute pour çà que j’ai toujours eu l’impression d’être un résistant (oui, je vois déjà rire mister Arié, ce grand adaptateur migratoire de situation) et de lutter face aux CRS en 68 en tant qu’ouvrier ayant 3 années d’usine dans les pattes, face aux CRS en 73 en tant que docker pour éviter que ne soit (déjà) délocalisée une grosse boite sur Rouen, au quotidien pour éviter que notre statut hérité de 1947 ,ne vole en éclat (et qui finira par exploser sous la législature socialiste), en 95 quand je me levait de bonne heure pour aller traquer le jaune avec mon neveu gréviste à la SNCF, au lieu d’aller sagement à mes cours de secrétariat/bureautique liés à un reclassement professionnel,puis en créant ma propre assos pour aider mes congénères de galère à défendre leurs droits.

    C’est vrai çà : pourquoi ? Pourquoi voter MELENCHON et ne pas continuer à voter sagement socialo, même si on s’aperçoit de plus en plus que lesdits socialos nous la mettent bien profond depuis trente ans à coups de « pédagogie » vaseline ? Hein,! Pourquoi prendre des risques au lieu de se contenter des miettes en la fermant chacun dans son coin? Comme cette timide résistance qui faisait rire les collabos avérés et douter les incertains voyant là un combat perdu d’avance à un contre 10 milles, d’autant que le fameux héros de Verdun avait bien accepter de collaborer, lui, alors pourquoi ?

    Le FN a mis 33 ans pour être là où il est , à force de gommer les tares de ses origines. Le FRONT DE GAUCHE, fort de la mémoire de nos aînés ayant permis d’établir les directives du CNR (que s’emploient à détruire les ultralibéraux UMP et PS aux ordres de l’Europe du fric) progresse suffisamment pour que le peuple de gauche voit enfin surgir une coalition de gauche réelle, auquel il ne manquera pas de souscrite rapidement, au grand dam des tenants libéraux actuels des fenestrons médiatiques qui commencent à pétocher avec juste raison. Le balancier trentenaire et le front Républicain qui lui servait d’élan autant que de paravent, c’est terminé !

    LES RÉSISTANTS SONT DES EMPÊCHEURS DE TOURNER EN ROND… Ne dormez plus braves gens, tout est grave !

    MELENCHON ? OUI MAIS POURQUOI ? VA SAVOIR… ARAMIS

    http://ort-res-2011.e-monsite.com/pages/l-organisation-des-resistants/

  5. Comme le dit le bas d’article de ton dernier lien : « peut-être faudrait-il s’attacher à comparer ce qui est comparable ?

    « Aucune percée significative des listes autonomes »
    Peut-être faudrait-il s’attacher à comparer ce qui est comparable (scrutins municipaux), parce que les situations ont évolué depuis la dernière mandature.
    Au premier tour 2008, le PCF autonome faisait une moyenne nationale de 2,62%, l’EXG faisait 1,8%, les Verts 1,19%. Le PG n’existait pas. Le FdG n’existait pas.
    Au premier tour 2014, les 600 listes FdG autonomes du PS (où figure au moins le PG) font au premier tour une moyenne nationale de 11,42%. Les 82 listes communes PG/EELV font une moyenne nationale de 15,32%

  6. Voici l’analyse du socialiste Gérard FILOCHE :

    Battre la droite
    et changer de cap !
    Le résultat du premier tour des élections municipales est une sanction, un avertissement, une alerte !

    C’est un 21 avril municipal. La sanction infligée aux candidats PS ou aux listes communes dirigées par des socialistes est forte. Elle est le résultat d’un abstentionnisme important à gauche signe d’un désaveu massif de la politique menée par le gouvernement, sans que la droite ne fasse le plus souvent plus de suffrages qu’en 2008. La bonne résistance des écologistes, du Parti communiste ou des listes front de gauche témoigne aussi que ce désaveu concerne d’abord le gouvernement à direction socialiste et les dirigeants majoritaires du premier parti de la gauche.

    Le vote FN doit être analysé de près
    Il y a ce qui relève de son installation dans la vie politique française depuis 30 ans, il y a ce qui renvoie au discrédit de la droite et à la radicalisation de son électorat. Mais il y a aussi un vote FN dans des villes de gauche, dans des quartiers populaires, qui témoigne de quelque chose de plus grave. Le pire n’est jamais sûr car cet électorat frontiste est hétérogène. Il nous faut démasquer les impostures de l’extrême droite notamment au plan économique et social. Sans réponse politique claire à gauche, cette situation peut néanmoins se cristalliser.

    Une double urgence
    Pour éviter la catastrophe, il faut battre la droite et l’extrême droite au 2e tour et il faut changer de cap gouvernemental à partir d’un pacte majoritaire à gauche. Ces deux exigences ne suivent pas le même rythme. Il faut remobiliser la gauche abstentionniste pour le second tour car avec la gauche on peut être déçu ou se sentir trahi mais avec la droite et le FN, on aura tout ce qu’on ne veut pas.

    Le changement de cap est la réponse de fond. Il ne s’agit pas seulement de remaniement ou de changement de premier ministre comme le chantent les médias depuis des mois. Les résultats du premier tour montrent une attente profonde de changement. Bien plus que le remaniement ce qui est en jeu ce sont des signaux clairs du retour au discours du Bourget, ce sont des mesures simples sur les salaires, l’emploi plutôt que les allègements d’impôts ou de cotisations pour les grosses entreprises qui continuent à goinfrer leurs actionnaires de milliards de dividendes. Pour le changement, il est encore temps !

    ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

    S’il le dit, çà doit être vrai !

  7. « j’ai tendance à croire qu’un FN en tête à Perpignan – 100.000 habitants, a plus de valeur, de signification, de poids politiques, qu’un FDG qui remporte la mairie de Châteldon (770 habitants, très belle commune) dès le premier tour. Le FN avait 59 élus dès le premier tour des municipales de 2008. Il en a 473 après ce premier tour de 2014 »

    Nanterre Gennevilliers restent dans le giron c’est une belle victoire FDG Avec la Russie et la Crimée, les communistes auraient pu prendre une belle déculottée mais ils passent encore et gagnent des points. Pas si mal vu les rapports entre Laurent et Melenchon pas fichus de s’unir alors que le PS ouvrait un boulevard avec ses promesses non tenues. Un vrai Front de Gauche aurait crée la surprise mais vu la cacophonie et les coups du PS dans les villes communistes, ils s’en sortent mieux que je ne l’aurais pensé.

    1. Oui mais pour çà, encore aurait-il fallut que les têtes de gondoles du FG soient à l’unisson et s’en tiennent à ce qui avait été dit au départ de la mise en place de la coalition. MELENCHON n’a pas varié d’un iota, lui. C’est bien la faute à celui qui a souhaité néanmoins continuer ses petites tambouilles d’arrières cuisines électorales avec le PS. ARAMIS…

  8. (j’ai vraiment pas de tête..) merci Sophia, vexilophile et balcon plein sud, je vais y accrocher celui d’Ukraine

  9. Les résultats « mitigés » sont « liés en grande partie au mode de scrutin », selon Pierre Laurent. En effet, avec près de 7 %, rapportés aux 577 sièges que compte l’Assemblée, le Front de gauche, si la proportionnelle était appliquée, pourrait prétendre à une quarantaine de sièges. Or, les projections à l’issue du premier tour ne lui en attribuent que 11 à 17. « Un nombre d’élus qui serait trop éloigné de notre influence réelle poserait un problème à toute la gauche, à toutes celles et à tous ceux qui veulent réussir le changement », avait prévenu Pierre Laurent à la veille du vote.

  10. Comme le dit Filoche….le changement que nous attendons n’est pas celui des membres de ce gouvernement….mais bel et bien de la politique menée…..!

  11. mon balcon, petit, supporte la présence (la somme?) de 4 drapeaux
    qu’importe l’allégorie, ils sont en tissus (cousus et en color !) se voient de loin
    .. à Noël (le machin païen/comme moi) pour les enfants et voisins, j’mets des étoiles et des rennes (je crois) qui clignotent.. clignotent.. clignotent..
    depuis l’temps /qu’on s’connait, mais vous l’aviez compris
    je suis Anarchiste
    vieux certes (t’en connais d’autres ?) je vote depuis qu’une Femme a eu /l’audace ? de se présenter dans ce pays.. le mien et aussi hébergeur (et moi de me marier ?)
    depuis: je n’arrête pas (de voter) (non-stop)
    à gauche, à gauche ou alors à gauche

    pas besoin de rappeler mon étourderie ni ma loyauté (nobody’s perfect) sectaire dans une autre vie, je préfère la rétho que les maths (y a pas foto) quand aurez vous fini vos comptes…
    mes goûts, mes valeurs (…) mes odeurs.. se voient de loin

    ps, « cé où papa ?! » / « tais toi » je déconne (taquin) je suis bien meilleur dans l’bizoox (qu’avec des rames)

  12. “Il paraît que le Front de gauche a gagné les élections”

    Ah bon, Content de l’apprendre, les municipales sont donc terminées ?

    Après cette grande nouvelle, « on fait quoi  » ?

    Ah oui, le Président, que j’ai fait élire « en votant contre Sarkozy » va faire un remaniement…

    Mon Grand-père, un ancien paysan, ne changeait pas son cheval lorsque l’essieu de sa charrette était cassé…
    Eh : Pas cons les paysans!

    Oui un peu hors sujet ; mais c’est écrit : « lâchez-vous…  » ;-))

  13. Puisque le Front de Gauche affirme qu’il est content des résultats, c’est l’essentiel, non?
    Et qui aurait l’esprit assez tordu pour ne pas croire que sa satisfaction est sincère?

    1. Attendez les résultats du second tour avant de vous foutre du FdeG . Au fait, le MRC, combien de divi… élus ?

  14. le front de gauche………….le front républicain………

    pas de doute, vite aux tranchées…!!!!

  15.  » Les chaines de télévision ont voté Front national :

    Parmi la myriade d’organismes qui composent l’Etat français, il y a en un qui s’appelle le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Parmi les tâches de ce conseil, l’écoute des chaînes de télévision afin de mesurer l’équité dans la distribution des temps de parole aux principaux partis politiques. En période électorale, le Conseil est particulièrement attentif.

    Que s’est-il ainsi passé à la télévision dans les dernières semaines, entre le 10 février et le 14 mars ? Un fort déséquilibre de la parole : « Le Conseil a relevé que le traitement de l’actualité électorale au niveau national est caractérisé par le faible accès à l’antenne des représentants de l’UMP et du parti socialiste ainsi que par la persistance de la surreprésentation du Front national. »

    Pour mesurer précisément ce déséquilibre, on peut aller examiner plus en détail les différents relevés.

    Si l’on regarde les chaînes généralistes, en comptant les journaux et les magazines, on observe un déséquilibre important : le Front national bénéficie de 22 % du temps d’antenne consacré aux partis politiques sur France 2, de 29 % sur France 3, de 65 % sur France 5 et de 50 % sur Canal Plus. En comparaison, EELV a 1 % sur France 2, 5 % sur France 3 et rien sur les autres chaines. L’UMP est bien mieux traitée que le PS, et le Parti de gauche n’apparait simplement pas.  »

    http://www.reporterre.net/spip.php?article5617

  16.  » C’est une alliance inédite à gauche : écologistes et Parti de gauche sont en passe de ravir la ville de Grenoble au Parti socialiste. Dans plusieurs autres municipalités, des listes communes au Front de gauche et à Europe écologie – Les Verts réalisent des performances très correctes, malgré l’envolée de l’abstention. Une stratégie que souhaitent renforcer les deux formations lors des élections régionales de 2015. De quoi offrir une alternative crédible à la politique menée par le PS et peut-être remobiliser un électorat de gauche désenchanté.  »

     » La surprise est venue de Grenoble (157 000 habitants), où le « rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes », composé d’EELV et du Parti de gauche (PG) arrive en tête, avec 29,4 % des suffrages.  »
     » A Rennes (210 000 hab.), l’alliance entre le parti de Cécile Duflot et celui de Jean-Luc Mélenchon, avec d’autres petites formations du Front de gauche, se place en 3ème position (15 %), derrière la liste PS-PCF et l’UMP. Idem à Poitiers (90 000 hab.), où une liste « écologique, sociale, solidaire et citoyenne » […] devance, avec plus de 15 % des suffrages, le FN et les centristes de l’UDI. 23 % à Conflans-Sainte-Honorine (35 000 hab., Yvelines), 21 % à Lannion (20 000 hab., Côtes d’Armor), 18 % à Palaiseau (30 000 hab., Essonne), près de 16 % à Villeurbanne (145 000 hab., Rhône) et 14 % aux Mureaux (31 000 hab., Yvelines), 13 % aux Lilas (22 000 hab., Seine-Saint-Denis)… »
     » A Dieppe (32 000 habitants, Seine-Maritime), après avoir menacé de présenter une liste autonome davantage ancrée dans l’écologie, EELV et le PG se sont finalement ralliés au maire communiste sortant Sébastien Jumel. Résultat : 45 %, malgré la présence d’une liste rassemblant socialistes et centristes. Scénario similaire à Chevilly-Larue (18 500 habitants, Val-de-Marne), où cette autre gauche résiste tranquillement aux assauts du PS (47,5 % contre 25 %). »

    http://www.bastamag.net/Elections-3932

  17. bIEN VU YOYOPOLO : Merci / Pour la peine j’ai lâché ma petite phrase là bas/

    234
    ARAMIS dit:
    28 mars 2014 à 10h38
    Plus on avance et plus les électeurs suffisamment perspicaces voient combien le Front de Gauche est le seul à pouvoir changer durablement et en profondeur la donne à l’avantage des plus mal lotis de ce système issu du balancier fausse gauche droite dure qui nous boulottent régulièrement les avancées sociales gagnées de hautes luttes, en tournant radicalement le dos aux décisions envisagées par le CNR.. On ne lâche rien et on amplifie le mouvement en mémoire de nos anciens et pour l’avenir de nos cadets. Sans reconnaissance du passé, point de perspectives d’avenir.
    « Le droit à l’espoir est indissociable du devoir de mémoire. Sans l’un, l’avenir est vain. Sans l’autre, il demeure incertain. » Combativité et vigilance les copains. ARAMIS

  18. Bonjour Juan,

    Une question qui se posait, entre autres, était de savoir si le FdG serait un parti anti-FN: capable de le vaincre dans le face à face électoral.

    Les forces en présence:

    FN: 585 listes. Qualifiées au second tour: 323. Plus de la moitié, quoi. Avec quel pourcentage de voix? Vers les 18% (pourcentage des votes pour les listes qualifiées, sinon, pour l’ensemble, c’est 15%).

    FdG: 396 listes (on parle souvent de 618, mais ça regroupe l’ensemble de la gauche dite « radicale » avec le PCF et ses 160 listes, et le PG et ses 62 listes). Qualifiées au second tour: 195. Moins de la moitié, donc. Quel pourcentage des voix? En moyenne, c’est 9,32% (à comparer avec les 15% du FN).

    Résumé: le FN passe plus de la moitié de ses listes, le FdG moins de la moitié. Le FN fait 15%, le FdG moins de 10%.

    Il y en a un qui est plus costaud que l’autre, donc.

    Que donne la confrontation?

    Selon les Décodeurs, du Monde, les listes FdG battent rarement le listes FN:

    « Nous avons également regardé les communes où coexistaient une liste FN et une liste PC, PG ou FG. C’est le cas dans 214 villes. Le FN arrive devant les formations de gauche radicale dans 177 élections. Dans 37 seulement, les listes de gauche radicale font un meilleur score. »

    Donc, le FdG n’est pas une machine à vaincre le FN. Du moins au premier tour, puisqu’il ne s’agit que de résultats intermédiaires.

    Autre enseignements, mais qui n’est pas surprenant, le FdG marche mieux en terres de gauche:

    « Si on regarde les 20 villes de plus de 10 000 habitants où les listes Front de gauche, Parti communiste français ou Parti de gauche ont fait leur meilleur score, on constate que la formation de M. Mélenchon capitalise en terrain connu : huit de ces villes ont un maire sortant communiste ; cinq, un socialiste. »

    Source: les Décodeurs

    Enfin, selon la même source, quelques chiffres assez intéressants: environ 7 millions d’électeurs ont eu la possibilité de voter FN lors de ces élections. Un peu plus d’un million l’ont fait. Plus d’un électeur sur sept a donc voté FN (15%).

    Si l’ensemble de la gauche « radicale » pouvait compter sur un potentiel d’électeurs assez proche (6.400.000), seuls 685.000 ont voté pour le FdG, PG ou PCF. Un peu plus d’un électeur sur 10 a donc voté gauche radicale.

    Pour le FdG seul, le potentiel d’électeurs était de d’environ 4,8 millions. Seuls 417.000 électeurs ont voté pour le FdG lorsqu’ils en avaient la possibilité. Moins d’un électeur sur 10 a ainsi voté FdG quand il en a eu la possibilité.

    Donc:
    – Moins d’électeurs avaient la possibilité de voter FdG que FN: +2 millions de delta.
    – L’appétence de l’électorat qui a l’occasion de voter pour l’un ou pour l’autre est plus grande en faveur du FN: 1 sur 7 contre 1 sur 10. Soit, 10% contre 15%: l’appétence pour le FN est moitié plus forte que celle pour le FdG à électeur égal, si je puis dire.

    Le FdG reste donc un petit parti qui capitalise sur le vote de gauche sur les terres de gauche, et qui n’est pas une machine à conquérir des voix contre le FN. Son score électoral est honorable pour un parti de cette taille, créé récemment (2009, je crois), mais ce n’est clairement pas une machine de guerre anti-FN.

    Je trouve que c’est assez contrariant: on était en droit d’attendre du populisme de gauche qu’il aille piquer des voix au populisme de droite, mais en fait non. Le populisme de gauche fait son petit bonhomme de chemin, mais sans entraver la progression du FN. C’est un populisme qui se superpose à celui de la droite, mais sans le gêner.

    Au milieu, le PS et l’UMP se sentent de plus en plus à l’étroit.

Les commentaires sont fermés.