Le coup de gueule de ma femme


Juan: « On n’est pas gâté. Putain, merde, mais quelle génération… »

Olive : « Tu préfères être en Italie »

Juan: « … »

 

 

 

6 réflexions sur “ Le coup de gueule de ma femme ”

  1. Ils deviennent nos ennemis alors qu’avant ils s’appelaient camarades. Nous perdons à cause d’eux, parce que nous sommes resté jeunes trop longtemps. À les laisser faire, les voilà tyrans.

    Parce que j’étais quelqu’un avant, ils aimeraient que je ne sois plus personne et voudraient me voir plier, me morfondre dans l’anonymat.

    Parce que j’étais quelqu’un avant, je savais lever le poing et dire non, refuser.

    Parce que j’étais quelqu’un avant, je le resterai !

    .-extrait de la poésie :  » Des rêves en pointillés  » . En corollaire , les excès de style poétique sont à l’aune de la caricature littéraire : essentiellement signifiants, car sans barrière de l’interdit , donc pardonnez-lui…

  2. rassurez votre femme, on y va comme en Italie, elle aura droit aussi à l’Espagne, l’Irlande, le portugal…….

    le tout sur le même programme. Félicitez la de ma part, sa manière d’exprimer les choses est très claire

  3. y a pas mal de temps (15/20aine d’années) j’entendais qql fois les italiens dire: « vous les français vous avez une mauvaise odeur sous le nez ».. et j’y retourne souvent (que le gaulois est râleur on le sait)
    conclusion (sans moralité): nous, on n’a pas changé
    (bien sûr Juan, il y a aussi une part de personnalité; on aime bien se blâmer, gourmander)

Les commentaires sont fermés.