Abouzar, 3 ans, rescapé


Vous est-il arrivé de pleurer à la simple lecture d’une information ?

« La vie d’Abouzar Ahmad, pas encore trois ans, a basculé le jeudi 20 mars 2014 vers 20h30. Quatre tueurs talibans ont fait irruption dans le restaurant de l’hôtel Serena à Kaboul, où il se trouvait avec son père Sardar, sa mère Homaira, son frère Omar, 5 ans, et sa sœur Nilofar, 6 ans. Il sera le seul survivant de l’attaque au sein de la famille. »

Sur le blog des coulisses de l’AFP, que j’ai récemment découvert, il y avait cet article sur ce petit garçon, fils d’un journaliste afghan exécuté avec sa famille (sauf Abouzar), il y a 10 jours.

La guerre frappe, tue, déchire ou mutile.

On s’arrête.

5 réflexions sur “ Abouzar, 3 ans, rescapé ”

  1. Que dire ? que les talibans sont des enfoirés ? on le sait; et qu’ont fait tous ces militaires là-bas ? Qu’ont-ils réglés ?

  2. La guerre. Une horreur inventée par l’homme pour marquer sa domination. Aujourd’hui, on prétend faire la guerre pour apporter la paix. Mais à quel prix ? Il n’empêche qu’à défaut d’agir, il est devenu impossible de se taire sur la vie [la mort] inacceptable imposée dans certains pays.

  3. j’ai posté y a 2 jours (manif pour tous, l’enfant/autre blog) une histoire qui m’a bcp touché (ma génération, moi jeune et papa) et me touche encore.. la junte Argentine, leur propre jeunesse (les mots me manquent) 30 000 disparus, 500 bébés enlevés..
    une histoire que l’on peut encore appréhender, Maradona, Platini (copa del mundo, Buenos Aires, 78) sauf J Cruijff, triple ballon d’or hollandais (mon fils naissait à A’dam)
    la jeune-mère assassinée.. les bébés ont grandit.. élevés par qui (on sait leur profession) .. je m’arrête là,
    bon dimanche

Les commentaires sont fermés.