Leurs chères études


apld

J’ai lu cela.

Suppression des aides au logement pour les étudiants non boursiers ? L’UNEF s’inquiète d’une mesure qui représenterait une attaque en règle contre les jeunes

Le 13 avril 2014,

Le gouvernement travaille actuellement sur les prévisions budgétaires qui devraient aboutir à une économie de 50 milliards d’euros sur les dépenses publiques. Parmi les sujets mis sur la table, la suppression pure et simple des aides au logement pour les étudiants non-boursiers est proposée par Bercy. Une mesure semblable avait déjà été proposée par le gouvernement en 2010, avant une retraite en rase campagne sous la pression des étudiants.

L’UNEF rappelle son opposition à toute remise en cause du caractère universelle des aides au logement, condition indispensable pour que les jeunes accèdent à un logement autonome.

Supprimer les APL et les ALS aux non-boursiers : le droit au logement des étudiants est remis en cause

Selon l’Observatoire des Loyers de l’Agglomération Parisienne (OLAP), le loyer est compris en moyenne entre 670€ par mois à Paris et 380€ par mois en régions pour un logement de petite surface, dans le parc locatif privé. Le paiement du loyer est déjà le premier poste des dépenses des étudiants et représente la moitié de leur budget.

La mesure d’économie présentée revient à supprimer, pour 550 000 étudiants allocataires, une aide entre 150€ et 200€ par mois. En supprimant brutalement un tiers de leur revenu, cette mesure empêchera des jeunes de rester dans leur logement, et donc de poursuivre leurs études dans l’enseignement supérieur.« 

Puis j’ai pensé à cela.

 

 

 

MISE A JOUR LUNDI 14 AVRIL 2014 – 19h15: « La suppression des APL pour les non boursiers n’a jamais été envisagée. Notre gouvernement a pour priorité d’investir sur la jeunesse et sûrement pas de la précariser » a déclaré Najat Vallaud-Belkacem.

8 réflexions sur “ Leurs chères études ”

  1. Et les étudiants devront s’endetter et rembourser pendant des années…..les banques vont se frotter les mains…..
    Mais puisqu’on vous dit qu’il ne s’agit pas d’austérité mais d’économies !!!!!!!!!!

  2. Il faut quand même se rappeler , lors de la campagne de 2012 , que Hollande avait soi-disant deux objectifs : les jeunes et l’éducation !
    Par contre , lors de cette campagne , avait-il annoncé qu’il donnerait sans contreparties quelques dizaines de milliards aux entreprises ?
    Les prochaines claques ne seront pas volées .

  3. Sylvie a raison : ce genre de combine conduit tout droit les étudiants à s »endetter avant leur entrée dans la vie active comme aux US . Ce pays s’américanise à la vitesse grand V . Manque plus que le GMT et la boucle sera bouclée .

  4. bien joué Elie.. oui Sylvie: Picsou et Gripsou se disputent l’affection de nos gamins, nos mômes.. leur avenir (et donc le notre !)

  5. D’accord avec Sylvie 75 : cela va mener au surendettement, avant d’être entré dans le monde du travail, qu’il faudra rembourser dès son premier salaire. Ou ce sera peut-être ça : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1186515-prostitution-etudiante-je-suis-escort-depuis-que-j-ai-18-ans-et-je-vais-bien-merci.html il y aura bien des vieux dégueux pour faire croire que c’est une excellente solution, puisque cette jeune fille s’en porte bien. Ou alors, fin des études et petits boulots aléatoires payés en dessous du SMIC, tel que préconisé en ce moment. 😡

  6. Du coup, Geneviève Fiorasso, la secrétaire d’état aux universités vient de sortir les aérofreins et de remiser cette arnaque aux oubliettes ( du moins temporairement ) . Rappelez-moi le nom du rigolo de président et son gouvernement de bras cassés , qui utilisaient cette technique dite « de coup tordu », avant de faire marche arrière et de refaire le coup plus discrètement .

Les commentaires sont fermés.