Pourquoi mon animal est un être sensible


L’indifférence parfois mortifaire que l’espèce humaine accorde à l’immense espèce animale mérite quelques corrections.

Notre chaton catalan vient de se faire crever un abcès provoqué par une vilaine morsure d’un de ses congénères du coin. Les chats sauvages sont… sauvages.

Antibiotiques, traitement et liberté retrouvée.

Le chaton sort de chez le véto alors que j’apprends que la France reconnait (enfin) aux animaux la qualité d' »êtres sensibles ».

Les animaux seront désormais considérés en France comme des « êtres vivants doués de sensibilité ». La commission des lois de l’Assemblée nationale leur a reconnu cette qualité,alors que jusqu’à maintenant le code civil les considère comme « des biens meubles ». (source)

En écrivant ces lignes, je regarde ce chaton qui veut sortir, la tête un peu rasée, l’oeil encore gonflé, l’envie de vivre et de courir.

Merci donc pour lui, et tous les autres.

 

36 réflexions sur “ Pourquoi mon animal est un être sensible ”

  1. C’est bien, enfin, ce changement !
    De toute façon, j’ai toujours désigné Croisepattes (le nom de mon Chien) par « Mon Ami Canin ».
    J’ai eu un Ami Félidé aussi, jadis, du doux nom de Camisole parce que considéré comme fou par mon véto qui voulais l’euthanasier. J’ai dit non, il a vécu quelques année avec moi ou moi avec lui c’est selon.

    Une bonne chose que la disparition de cette loi débile.

    Longue route à à ton Ami félidé,…

    Une bonne chose.

  2. C’est dramatique que l’on soit obligés de légiférer sur ce genre de conneries alors qu’il est évident que les animais sont des êtres humains comme les autres.

    Cette première partie de commentaire était pour Didier Goux. Je recommence.

    C’est lamentable que l’on soit obligés de légiférer sur ce genre de connerie tant il est évident que les animaux sont des machins doués de raison et qu’il faut couper les couilles aux connards qui leur font du mal gratuitement.

    Encore une fois, la gauche aurait pu s’abstenir de légiférer sur ce genre de connerie.

    1. Eh bien non, désolé, les animaux sont totalement dénué de raison. Même la notion de « sensibilité » me paraît hautement discutable. On tombe là dans un anthropomorphisme assez niais, me semble-t-il.

      Quant aux chats, ce sont de véritables tueurs sadiques, des nazis à moustaches, qui ne valent pas la corde pour les pendre.

      1. @ Didiergoux,

        Meuh non, c’est pas discutable. C’est simple.

        Un « être vivant doué de sensibilité » ça veut dire:

        – Que les animaux ont un système nerveux complet (donc un système nerveux central, le cerveau, et/ou périphérique, les nerfs) qui leur permet d’accomplir certaines opérations, du plus simple, comme rapporter la baballe, au plus complexe, comme résoudre un problème, et qu’ils peuvent ressentir de la souffrance et du plaisir (essayez de marcher sur la queue d’un tigre, par exemple, et vous verrez bien comment il réagit);

        – Que les animaux sont capables de relations intersubjectives: soit avec des personnes humaines, soit avec d’autres animaux. Ici, la loi constate simplement que l’animal n’interagit pas seulement avec son environnement naturel, l’écosystème où il vit à l’état sauvage, mais aussi avec l’environnement que l’homme a pu créer pour lui et avec lui.

        Rien de terriblement révolutionnaire donc, à une nuance près: cette future loi crée une nouvelle catégorie de sujet de droits. Jusqu’à présent, il n’en existe qu’une seule: la personne humaine. Là, on vient de créer une nouvelle catégorie: être vivant doué de sensibilité.

        Mais les animaux ne sont pas des personnes. Et ils restent soumis au régime juridique des biens corporels, sans être eux-mêmes des objets, ce qu’ils étaient auparavant (des meubles ou des immeubles). Ils sont donc susceptibles d’appropriation. Le droit de propriété comprenant l’usus, le fructus et l’abusus, il reste possible d’exploiter un animal, d’en tirer des fruits et de le détruire, sous réserve des lois spéciales qui en assurent la protection.

        Vous voyez: c’est pas un truc de fou, cette loi. C’est juste le truc que vous détestez le plus au monde: un progrès, dans un monde moderne.

  3. En tout, le minou catalan n’a pas de chance. Heureusement pour lui qu’il est dans une bonne famille.

  4. oui bon Nicolas y a des lois qui datent, au pif de 1934 (fraiche date) et qui nous font bien bidonner.. après consternation et l’éventuelle condamnation. Enfin, mieux vaut tard,
    allez une anecdote (elle est d’hier) j’ai lu une posteuse sur le site de l’Obs.. traiter ses lecteurs de ‘blaireaux de gauche’ (moi aussi, il y a des contradictions qui m’échappent/rien dans l’improbable oxymore) je répondais « animal nuisible ? mais fidèle ! »
    Aujourd’hui je dirais: « bonne nouvelle ! » à part ça, désolé c’est mes chats que je préfère.. x miaoow

    1. Le PS est au plus bas dans les sondages et légifère sur des conneries. Tes chats sont sûrement très bien mais la loi permettait déjà de juger les cons qui font du mal aux chats.

      Elle permet aussi aux gens de n’avoir plus d’espoir et de constater que le parti au pouvoir fait des conneries à défaut de s’occuper du pouvoir d’achat, du chômage,…

      1. @ Nicolas,

        C’est sûr qu’un esprit chagrin pourra toujours reprocher au PS de faire trop dans le sociétal et pas assez dans le social.

        Mais d’un autre côté, c’est pas parce qu’on traverse une crise économique que le parlement doit s’abstenir de légiférer sur les autres sujets, qui existent bel et bien, qui font toujours partie de notre réalité et de notre présent, et qui doivent donc être traités.

        The show must go on, comme on dit.

        A la limite, l’argument est dangereux: interdire au parlement de légiférer sur tout autre sujet que la crise économique revient à restreindre son champ de compétence: vous prenez l’article 34 de la constitution et vous l’abrogez, quoi. Techniquement parlant, ça s’appelle une dictature. Même Marine Le Pen n’en rêve pas.

        Faut savoir si la crise économique est une épreuve qui renforce nos réflexes de démocrate, ou si elle les affaiblit.

        Cet argument (le PS fait trop de sociétal, pas assez de social) est compréhensible, mais à force de le répéter à tout propos, on installe l’idée que nos institutions doivent cesser de fonctionner normalement, comme si un état d’urgence économique devait nous forcer à instaurer une sorte de loi martiale économique: tout pour la lutte contre la crise, rien pour le reste.

        Eh ben non: le reste a aussi son importance.

  5. trop fort le lien, les films félins ! ça réveille même un législateur..
    j’ai tjs aimé cette expression.. l’homme et l’animal: un partenariat

  6. reste plus qu’à faire la même chose pour les pauvres, les chômeurs de longue durée, les vieux à faible retraites, les gosses qui n’ont pas à bouffer et tous ceux qui vont finir par y laisser des plumes au nom de la dette et de la dépense publique (si plumes donc pas félidés) ……

    il serait bien que la législation libérale reconnaisse aussi comme « êtres vivants doués de sensibilité » autre chose que les bénéfices, le réseau bancaire et financier…..

    Je me demandais d’ailleurs si la main d’œuvre, dont on sait qu’elle devient une variable d’ajustement un peu partout, ne va pas finir par être rangée comme « bien meuble » un de ces jours…

    restez calme et buvez frais, ça n’arrivera jamais, dieu merci (si je puis dire)…..

    misère et peau de banane

  7. Le parlement coûte aux contribuables la modique somme de 1,5 millions d ‘euros par jour !! Que les animaux soient reconnus comme êtres vivants , prouve que nos dirigeants sont des arriérés , nous , nous le savions depuis longtemps . Il existe des lois qui les protègent , même des lois conseillant de les assassiner avec délicatesse pour les mettre dans nos assiettes .
    Comme dit dans un commentaire , la misère frappe , la faim , la peur du lendemain … et nos nantis de la république légifèrent sur les animaux !!! serions nous moins important à leurs yeux ?

    1. Les défenseurs des animaux sont souvent aussi virulents pour défendre les droits des humains les plus faibles, ceux qui ne peuvent s’exprimer. L’un n’empèche pas l’autre et Alain Bougrain Dubourg le rappelait fort justement hier sur France Info (on doit pouvoir trouver ça sur le site de la radio …).
      Il n’y a pas de plus ou de moins important….
      Groupe chasse à l’assemblée : 150 députés
      Groupe protection animale : la moitié….

    1. Je suppose que le véto aime aussi le portefeuille du maître….il faut bien vivre !

  8. Ne nous réjouissons pas trop vite tant que cet amendement n’est pas encore passé dans les textes et devant les différentes assemblées. La commission des lois est un premier pas. Et restera aussi l’application et surtout LES ALINEAS qui continuent d’autoriser les sévices comme les combats de coqs et la corridas dans certaines régions de notre territoire.
    Rappelons que le premier ministre actuel avait déclaré qu’il ferait tout pour que la corrida reste autorisée….et que les propositions de lois de divers partis restent désespérément en attente dans les méandres de l’assemblée. Démocratie ??? hum

  9.  » l’animal est il une personne? » yves Christen…a t’il une conscience ? réponse positive bien sûr,argumentée sur plus de 500 pages par un biologiste de renom…maintenant aimez vous les araignées, les scorpions, les serpents venimeux, les scolopendres ? ont ils le droit de vivre comme les chats ? et le troupeau de vaches du paysan d’à côté dont c’est ‘l’outil de travail  » et l’entrecôte de boeuf dont vous vous régalez…devenons tous végétariens, et ce tigre qui bouffe une gazelle, et ce loup splendide qui bouffe les moutons et cette saumonée qui se régale de mouches de mai…Et ce beau chat ( j’en ai un..) qui joue cruellement avec la souris qu’il va tuer,avec l’oiseau qu’il vient d’attraper et ce magnifique faucon pèlerin qui se nourrit exclusivement d’oiseaux qu’il attaque en vol,etc…
    il est vrai aussi que j’ai entendu dire que l’homme était un loup pour l’homme…

      1. salut à toi aussi ! ça va, pour le reste l’envie reviendra peut être un jour

          1. Que répondre ? poignant! un chien ça reconnait son maître, ça veut dire qu’il SAIT qui il est, qu’il en est conscient et qu’il s’attache…à en mourir

              1. Et puis, il y a ce regard de chien fidèle dans lequel vous pouvez lire l’immensité de la confiance qu’il vous porte jusqu’à la fin du voyage, jusqu’à ce que pour l’arracher à ses souffrances vous soyez contraint de décider pour lui d’un autre voyage…
                C’était il y a une semaine, et je n’ai pas honte de dire que j’en pleure encore.

                ***

  10. C’est vrai que c’est bien mais n’y a t-il pas plus urgent à faire en matière sociale ? Ah bah oui, j’avions oublié que çà coûtait trop cher pour les copains de HOLLANDE, le social. Alors çà ou peindre la girafe… Perso j’ai une biquette naine (Pâquette) sept chats, une lapine, un cochon d’inde et un chinchilla en liberté dans la cour (il s’est échappé de sa cage il y a un mois) qui ne se tire même pas quand on s’approche, c’est dire si je suis en avance avec cette loi. Ceci dit j’ai 1500 m² de terrain et des bâtiments… Oui les animaux ont une âme et il faut vraiment avoir l’esprit formaté des « savants » du moyen âge qui certifiaient que la terre était plate (vu qu’on peut marcher dessus…), pour penser que les animaux sont dépourvus de sensibilité, voir d’intelligence pour certains spécimens. ARAMIS

  11. Bidule me semble être un rescapé à toutes les étapes de sa vie, grâce à vous qui êtes un bon père !
    Mais, vous ne nous avez pas dit s’il avait gardé des séquelles de son grave accident de l’année dernière, quand il s’était fait cogner par une voiture en votre absence ?

    ***

  12. bien lu, merci (à vous) tiens ‘Castor’ joli pseudo (oui-oui) où ais-je lu cette phrase.. « nous, les plantes carnivores, on n’a pas le droit d’être végétariennes ? » une brève de comptoir, probablement, bref,
    je laisse de côté Noé (son arche, zoo moi l’-nœud) il a laissé rentré le-moustique, pour cela il est impardonnable.
    Qui aime le moustique ? je connais la réponse (chouette !)
    ..désolé.. je me re-concentre (je m’égare vite)
    du progrès à la sensibilité.. quel serait leur point commun ? je dirais: la corde !
    tendue ou manufacturée (zut, ça marche pas) alors attendue (pendue) telle une fibre: l’affect

    c’est sûr mes chats.. j’ai dit ‘chat’, mais je suis blindé de bestioles à la casa, qui ignorent l’exclusion.. sauf quand il faut passer à table.. évidemment/naturellement (on s’comprend)
    aussi, je distingue le commensal du parasite (normal)
    donc mes poilus ne votent pas. Tant mieux !
    Hélas.. voilà, on arrive, comme d’hab, au début de l’acmé d’une contradiction..
    que va t-on/peut-on en faire.. à part les bouffer (perso, saignant et gros sel)
    une solution (rien de chimique, hein)

    juste les aimer (on se fait bien la guerre/je vous épargne qql futilité)
    – ce qu’ils m’apprennent.. à part supporter l’esclavagisme dans lequel ils me tiennent..
    leurs/mes sens et autre sensibilité appartiennent à la sphère privée
    ils m’aiment je les aiment: rien de négociable

    ps, l’article 34 tschok, m’a un peu perdu.. j’ai pas insisté. Miaoow

    1. c’est dans leur nature,aux plantes carnivores,de ne pas être végétariennes…pour une brève de comptoir, c’est plutôt bien vu

Les commentaires sont fermés.