Radio France, ma maison.


Comme pour nombre de Français, Radio France est un peu ma famille. Par une curieuse évolution, je l’ai délaissée. Quand on me demande pourquoi, j’appelle cela « l’effet Patrick Cohen« .

Ce n’est pas bien de personnaliser ainsi ses rancœurs. D’autant plus que Patrick Cohen est un bon journaliste qui prépare des interviews avec soin. Mais l’absence totale et absolue d’une parole contestataire, de gauche, dans la chronique de notre actualité matinale a fini par m’éloigner. Je n’en peux plus de me réveiller avec Dominique Seux, puis d’embrayer à peine 20 minutes plus tard avec un autre éditorialiste des Echos. Du coup, l’insomnie devient presque un bonheur puisqu’elle me rapproche de la tranche d’avant, animée par Charline Vanhoenecker, déjà célébrée dans ces colonnes.

 

Il n’y aucune raison de Patrick Cohen change sa ligne éditoriale, ni même qu’il s’ouvre un peu. Sa tranche matinale est la plus écoutée de France.

Il y a quelques temps, j’ai eu l’occasion de rendre visite à un journaliste de Radio France. Il bossait pour France Culture. La station est plus clémente avec les voix discordantes dans des tranches matinales, même si Brice Couturier a une trop de voix. Dans les derniers sondages d’audience publiés cette semaine, France Culture égale son propre record d’audience – plus de 1 million d’auditeurs.

20140412-164541.jpg

Cette visite dans les coulisses de la Maison de la Radio m’a rappelé ce film de Nicolas Philibert , sorti il y a un, presque passé inaperçu. Radio France incarne quelque chose de plus grand que les tribulations de Patrick Cohen.

En visitant ce jour-là les couloirs de cette maison, je ne me suis souvenu que cette maison était aussi la mienne, n’en déplaise aux actuels occupants.

Et puis, chaque matin d’insomnie, on peut écouter Charline Vanhoenacker.

Merci à elle, et à tous les autres.

 

6 réflexions sur “ Radio France, ma maison. ”

  1. j’ai regardé avec plaisir et intérêt le reportage (canal+) sur la maison. J’ai aperçu une vielle copine (oui, la plupart sont vieilles, enfin celles rencontrées dans ma jeunesse) Doudou à France Culture; mais n’ai pas vu Titine (Fr. Info) aussi ancienne, même fun et même époque, mais rencontré à Washington (Georgetown U)
    voilà, les présentations sont faites
    j’ai connu F.Inter juste avant elles (elles mêmes ignorant leur carrière) je me régalais, jeune provincial à-la-Capitale (yes !) de Rambuteau à Levallois Perret (casa/boulot) dans ma 4L (pas sûr que ce soit la mienne) de F.I.P !
    (France Inter Paris) .. « k’est-ce que tu branles Popol.. bld Sébastopol.. »
    de sa voix hôtesse de l’air.. me donna le goût au voyage ? (peut-être)
    Musique. Et de la bonne (enfin, celle qui me plait)

    depuis.. 94.4 (ici en hte-Savoie) fidèle (what else)
    les chats, la gauche.. ça en fait des points communs.. faudrait (peut-être) ne pas trop exagérer..
    nâon, je déconne.. Valls va nous remettre tout-ça d’accord.. je redéconne !
    France Inter je t’adore !

  2. faudrait peut être faire revenir Claude Villers, Jean Garetto, Pierre Codou et Saint Granier ? peut être aussi Philippe Val pourrait-il tenir tous les rôles …avec Patrick Fons comme animateur ?

  3. C’est amusant : c’est la raison exactement inverse (toujours et éternellement à gôche, et odieusement anti-Sarkozste ces dernières années) qui m’a fait déserter la station à laquelle j’étais fidèle et accroc depuis 20 ans. La cure de désintox’, ça fait du bien, aussi.

  4. Excellente Charline Vanhoenacker ! Je l’écoute souvent, et puis elle a cette tonalité de voix qui vous fait momentanément oublier la morosité ambiante…

    La maison ronde, souvenirs d’enregistrements…

    ***

  5. Patrick Cohen est insupportable et maintenant je suis branchée sur RMC là il y a vrai débat sans concession

  6. ps, pas de pub ! (alors ça.. ça me plait !) un ton, une culture, reportage de rue, d’opinion.. tellement à dire..
    France Inter ! (peut-être suis-je sectaire.. je me pose la question, oui-oui)

Les commentaires sont fermés.