L’opposition constructive, c’est quoi ?


C’est lire ce qu’ils disent, comprendre ce qu’ils font, identifier les faiblesses qui les feront changer d’avis, imaginer les arguments qui les feront bouger de ligne; applaudir modérément l’accessoire pour mieux tacler violemment sur l’essentiel, les priver de procès d’intention quand on avance des arguments critiques; être précis dans l’opposition, éviter les amalgames qui aliènent, chercher les convergences, durcir les divergences, être lisible sur les lignes jaunes qu’ils ont franchi, être aussi lisible sur les points d’accord qui demeurent, faire comprendre que nous sommes adversaires mais pas ennemis, éviter le « jeu du poulet » c’est-à-dire les formules définitives et les zones de non-retour; vouloir un jour gagner et donc identifier à l’avance sur quels compromis.

20 réflexions sur “ L’opposition constructive, c’est quoi ? ”

  1. L’opposition constructive c’est quand tu es dans l’opposition mais que tu ne dois pas dire le contraire de la majorité (lol)

  2. L’opposition constructive (Pour qui ? Et pourquoi ?) est une erreur de com’ faite en voulant jeter des peaux de bananes sous les pieds du tenant du titre par inadvertance, pour mieux le plomber, tout en finissant par servir malgré tout à icelui…. C’est comme le coup de la ségrégation positive ou les félicitations négatives, un non sens. ARAMIS

    1. Ou le « ralentissement » de la « hausse » du chômage .

      1. Exactement : le ralentissement de la hausse du chômage, faute de pouvoir accélérer sa baisse… sacré Sapin. Comme disait Coluche : « c’est mieux que si c’était pire », c’est vrai, mais c’est quand pire que si c’était mieux ! Après le changement c’est maintenant, pépère 1 er nous sort :  » le retournement c’est pour bientôt » auquel Pierre DAC aurait pu répondre : « Monsieur à son avenir devant lui et il l’aura dans la dos à chaque fois qu’il fera demi tour. » La politique ? Un métier qu’on vous dit.

  3. Et ben, Juan, plus de week-end ? travail même le Dimanche ?

    Bon, l’opposition positive à Hollande ,? et je suis arrivé tard, récement, à m’énerver fortement, c’est d’abord avoir sa ligne politique, ses lignes rouges, que les autres ne doivent pas dépasser; les « autres » ce sont ceux qui nous gouvernent, ceux qui à défaut de me convaincre, m’ont au moins semblé avoir des qualités, des orientations acceptables et une certaine modestie personnelle, pas de mégalos vitupérants, agités, pour moi, merci.
    Je demande quand même, pas le respect des promesses électorales ou formules démagos, mais de ne pas offenser mes convictions profondes. Le capitalisme c’est les USA, la guerre c’est l’OTAN, l’Europe c’est quoi ? les spahis locaux de wall street ?
    mes enemis restent la Phinance, mes enemis restent le patronnat rentier héréditaire, les courtisans qui leur cirent les pompes, les conformistes normatifs, les élites sans morale donc sans raison d’être.

    1. Bonne question,
      il ne faut pas confondre cependant une opposition systématique (souvent mesquine) et une contestation précise et ciblée; et en ce moment à trois semaines du vote pour le Parlement de l’UE, sur fond de non-sens absolu à ses frontières, ç’est bien Ici et Maintenant.
      je peux admettre par contre le TINA sur l’économie, les besoins de sécurité, etc.. même si je n’approuve pas les mesures adoptées.

      1. Vous êtes donc capable de compromis, c’est plutôt une bonne nouvelle.

        1. Con promis ? Chose due….A chaque fois que le monde salarial accepte un « compromis » il a mal au fion juste après, c’est normal ? ARAMIS

  4. C’est se justifier par avance….puisque je vous dis que je suis de bonne foi….
    Quand les actes et les jugements ne prouvent plus rien on rajoute des adjectifs….mais çà ne garantit rien!

  5. L’opposition constructive, l’aile gauche du PS s’y essaie . Manque de bol, il y a un gouvernement et une majorité autistes . Dans ces conditions, ne reste plus que l’opposition frontale . C’est malheuruex mais c’est ainsi !

    1. @ Alan Bobards,
      je suis pas trop d’accord, le tir au pipe de la foire du Trône n’a pas connu de trèves post-coïtale, c’est humain
      mais le parler Dru et Cru me semble surtout servir à masquer le proposer Flou et Mou.
      et sur la prochaine raclette européenne programmée le FG, l’EELV et PS sont incorporés dans la recette de fondue UMP libérale, qui fait les délices de Pascal Lamy, Cohn Bendit, Bové, MAM, & consorts.

      1. Là, Charles, je n’arrive pas à comprendre le texte. Donc pour vous le PS de droite à la sauce libérale, serait plus franc du collier que le FRONT DE GAUCHE ? C’est çà que vous voulez dire ? En ce cas j’espère que vous n’êtes pas majoritaires à penser comme çà au PS..ARAMIS.

        1. @Aramis,
          Hola amigo, d’où vient cette idée que je suis PS ? j’ai été tolérant parceque sans illusions aucunes; mais trop d’alignement sur le libéralisme US, c’est trop.

          Le FG et je l’ai tjrs dit me parait indécis sur l’Euro, imprécis sur l’écologie-socialiste (notament sortie du nucléaire ou pas? définir la voie de la décroissance, etc.). A l’intérieur du FG certaines voix expriment les mêmes doutes.
          mais je reconnais à JML la lucidité et le courage de sa position sur l’Ukraine, j’ai d’ailleurs apprécié son soutien à Chavez (le Vénézuela où les USA soutiennent les anti-Maduro). Et je suis focalisé sur ces sujets comme sur le futur TransAtlanticPartenariat.
          Il y eut un temps où le PC et les « gauchistes » manifestaient contre la guerre.

  6. Ah ! D’accord, je comprends mieux là. Ceci dit, on peut encore être sincèrement socialiste, sans être amalgamé avec les solfériniens. ARAMIS

    1. de la même façon, je respire (un peu) mieux sous un gouvernement de gauche que de droite, bien que l’actuel soit particulièrement agaçant.

      mais dans le cadre de ces élections de parlementaires européens, une élection sans enjeu à part compter les camps et encore, dans le contexte belliciste de l’Otan, je suis nettement radicalisé.

Les commentaires sont fermés.