La journée des sages-femmes


Nul besoin d’avoir des enfants pour comprendre l’importance des sages-femmes. Mais l’expérience personnelle de la naissance de sa progéniture est en général immémorable.

Ce lundi 5 mai leur est consacré.

Leur situation est mal connue, mal entendue. Divers blogueuses/rs s’en sont fait l’écho. La semaine dernière, la ministre de la santé Marisol Touraine a encore expliqué que les sages femmes n’auront pas la revalorisation statutaire qu’elles réclament.

Le billet le plus complet est tout récent. Il émane de Politistution, aka Kropotkine, un camarade de jeu pendant le quinquennat précédent qui a ponctué notre chronique de montages videos sur l’actualité sarkozyenne toujours à point.

Vous le saviez, vous, que les sages-femmes étaient  en grève illimitée depuis presque 7 mois ? Non ? Avouez-le… En même temps, vous n’êtes pas le seul dans ce cas et vous êtes largement pardonnables : très peu de médias continuent de relayer l’information, et pour cause : une sage-femme en grève reste une femme au travail et niveau « image », cela n’est pas très vendeur.

Lire la suite.

Voici une video sur l’une des manifestations de décembre dernier.

Mais il y avait des mouvements à peu près partout en France.

Et même des videos très drôles dans leur rage.

 

3 réflexions sur “ La journée des sages-femmes ”

  1. Marisol Touraine est une technocrate entourée de comptables . De plus, sage-femme, c’est une profession où la grève n’est qu’un mot, profession oblige . Et si, ce qu’à Dieu ne plaise, certaines, à bout de patience, envahissaient le bureau de la ministre, les médias hurleraient à « la violence », quand bien même cette action n’engendrerait pas le moindre mal . Certaines professions médicales ne sont pas aidées, c’est le moins qu’on puisse dire : sages-femmes, infirmières, aides-soignantes . Curieusement, lorsque les médecins libéraux pleurent misère, on satisfait leurs revendications quasiment illico-presto .
    Encore une fois, cherchez l’erreur .

  2. toutes leurs propositions méritent d’obtenir une réponse ; sauf peut-être pantoufler, entrer dans le privé, ce qui serait un recul pour beaucoup qui n’ont pas les moyens 

  3. Marisol Tourrrrrraine ?
    Ah oui, je crois bien ce serait pas elle qui pour boucher le trou de la Sécul voulait une vraie compétition sur le prix des médocs en pharmacie…. sa solution proposée pour donc réduire les prix des médacs c’était de permettre à Leclerc, Carrefour, Auchan et consorts de vendre des méducs.
    moi j’aurai plutot pensé à tout simplement laisser n’importe quel(le) apothicaire ayant obtenu son diplôme d’ouvrir où il veut son drug store, y’a des bleds qu’en ont carrément plus.
    trop simple, trop facile ? bien sur et pourquoi pas les charges de notaires (simple capa de droit nécessaire), les docteurs aussi et même des étrangers pendant que vous y êtes.

    alors les sages femmes, ça serait vraiment pas social.
    pour les mecs.

Les commentaires sont fermés.