Mélenchon, bordel de merde.


Jean-Luc Mélenchon n’a pas donné suite à l’invitation élyséenne pour discuter de la réforme territoriale.

Ai-je bien compris ?

« De Jean-Christophe Cambadélis pour le PS, qui ouvre le bal, à Marine Le Pen, qui fermera la marche, en passant par François Bayrou ou Jean-François Copé, tous sont attendus. A l’exception de Jean-Luc Mélenchon, qui a préféré une réunion publique sur les européennes aux ors de l’Elysée… » (Source: le Parisien)

Si j’ai bien compris, l’attitude est d’une bêtise politique.

Bien sûr, il y a plus sérieux, plus grave que la réforme territoriale. Mais faudrait-il ignorer les sujets politiques qui n’entrent pas dans le cadre politique forcément étroit des quelques thématiques prioritaires ?

Bien sûr, le Parti de Gauche sera représenté, mais pourquoi donc éviter cette occasion de rencontre Hollande.

Bien sûr, il y a plus grave, plus sérieux que cette attitude.

Plus globalement, peut-on penser que la gauche est divisée sur la réforme territoriale ? Peut-être puisqu’il y a beaucoup d’élus de gauche qui ont à perdre ou ne sont pas convaincus. Le Front de gauche défend-il le statu quo ? Non. Alors pourquoi ne pas s’y engager pleinement ? Est-ce contradictoire avec la campagne européenne ?

Rater l’occasion d’un tête à tête avec Hollande consiste à s’éviter un moment symbolique et politique. Car le face à face avec un adversaire, surtout quand il fut proche, est une épreuve.

Bref, cette bévue volontaire – pardonnez l’expression à l’encontre du Maximo leader d’un parti pour qui j’ai voté – est incompréhensible, triste, et contre-productive.

La gauche est paraît-il en miettes.

Mélenchon, par ce geste qu’il croit symbolique, se trompe de cible, de combat et d’orientation.

Bien sûr, on ne peut résumer l’action politique à ces épiphénomènes. Il y avait hier un joyeux débat sur Mediapart, en « live », entre quelques figures de gauche à propos des élections européennes. Les commentaires filaient bon train sur Twitter. La chose n’a pas dépassé le cercle des initiés, une poignée de milliers. Mais ces échanges au long cours laissent davantage de temps pour se faire aux idées.

Et l’on put constater, au-delà des arguments de fond sur lesquels il faudra revenir, que nos figures politiques, même (et surtout) à gauche, adorent sur-jouer les indignations et les oppositions.

On y reviendra.

A bon entendeur.

 

47 réflexions sur “ Mélenchon, bordel de merde. ”

  1. Peut-être pense t-il comme beaucoup de français que la réforme territoriale n’aura pas lieu ou alors à la marge de la marge. Ce qui est plus que probable lorsqu’on connaît l’appétit des élus de tout poil pour les sinécures et les prébendes. En tout cas ça ne prend certainement pas le chemin du big bang ainsi qu’on a pu le lire avec gourmandise dans le canard enchaîné d’hier.

  2. Je me trompe peut-être en posant cette question mais, cette réforme est-elle à ce point urgente ? cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas en débattre…mais est-ce bien le moment ?

    1. C’est une des rares réformes qui combinerait les économies indispensables (structures inutiles et qui coûtent cher) avec une plus grande efficacité, il n’y en a pas tant que ça !

      1. @ EE
        et bien je suis entièrement d’accord avec vos propos.

        mais il faut dire que pour le PdG rogner sur le jacobinisme ou statisme (celui de JLM comme celui du PCF) c’est aller contre le centralisme démocratique, la Marseillaise et le sens de l’Histoire.

  3. Ne serions-nous pas sensés parler des élections européennes et de leurs enjeux plutôt que de la réforme territoriale qui apparaît tout d’un coup d’une folle urgence… Ça sent la diversion à plein nez… En plus je trouve cet article un peu de mauvaise foi. Ça n’est pas comme si le Front de gauche n’était pas représenté…

  4. Mais non, il n’a pas refusé de rencontrer pépère, il n’était pas disponible et c’est Martine BILLARD qui le remplace. Pourquoi ? Y aurait lèse majesté ? La réponse est là :

    1. Mais non c’est là.

      JEAN-LUC MELENCHON n’a pas le temps d’aller écouter pépère s’esbaudir sur sa réforme. Son planning étant surchargé et puis Martine BILLARD est la co présidente du Parti de Gauche. C’est un mauvais procès qui lui est fait. Comme d’habitude. ARAMIS

  5. On peut déplorer sa décision, c’est sa décision.
    Perso (je ne suis pas un politique), j’aime assez le face à face avec mes adversaires (ou détracteurs), un instant jouissif, des clics et des cl…

    Si d’aventure j’étais invité à Matignon (par exemple), je ne dirais pas non, dire les choses en face😉

  6. Hollande se fout de l’avis de Mélenchon et celui-ci le sait parfaitement , alors pourquoi aller le voir ! Cette réforme territoriale est d’abord voulue par Bruxelles et Hollande ne fera qu’obéir , comme d’habitude .
    Agrandir les régions tout en supprimant les départements est un non sens absolu et pour une fois je suis d’accord avec l’analyse de Juppé .

  7. Si tu n’avais pas encore compris qu’à part réécrire à sa sauce l’histoire de la Révolution française et pomper comme il l’avait fait en 2004, l’argumentaire d’Attac, Méluche est nul sur tous les sujets et tout particulièrement en droit public … Comment être étonné qu’il se garde bien d’aller se faire démasquer à l’Elysée dans cette réunion de concertation ?

    1. Se faire démasquer à l’Elysée : Quelle drôlerie ! Aller à cette réunion de concertation ou en certification de con pour se faire démasquer, alors que c’est justement une invitation à un bal masqué, madame ! PDR. ARAMIS

          1. En Enstein? C’est d’un banal. Vous avez vraiment des goûts de provinciaux, j’vous jure.

            1. Et moi qui croyais vous remonter un peu avec voter QI de dame pipi sachant réciter par cœur tous les articles pompeux qu’elle lit dans le FIGARO laissé par ses clients esquintés de la prostate, sans en comprendre le moindre mot. C’est à se désolé d’être bon camarade. ARAMIS

              1. Je vous imagine mal en bon camarade, je dois dire.

                Pas une question de QI, notez bien. Mon imagination va simplement pas jusque là.

                    1. Je vous pardonne, ce n’est pas votre faute après tout si vous êtes fada. Le principal c’est que n’en souffriez pas ! PDR. ARAMIS

  8. C’est terrible ; dès qu’il s’agit « d’une femme » (la Co Présidente du F.G. Martine BILLARD), ça pose problème… « bordel de merde ».🙂

  9. @Aramis : J’entends, j’entends bien que pour Méluche et ses fans, tous les politiques – ceux qui sont au gouvernement de Gauche – sont des pitres ou tous les autres sont des dérangés. Le seul qui ait une sûreté de jugement, dans cette situation, ne peut être que Méluche !!!!!
    La surestimation de soi est un trait caractéristique de la paranoïa. Quelle triste fin.

    1. et pépère 1er l terreur de la haute finance qui fait tout pour copier Sarkolito 1er et sa politique de merde, ce n’est justement de la surestimation de soi ? D’autant que s’il termine son premier et unique quinquennat sans encombre, ce sera déjà un exploit à ses yeux… C’est mieux que si c’était pire, mais quand pire que si c’était « Méluche ». ARAMIS

  10. Dernièrement, je lisais un commentaire où on disait que Mélenchon se donnait trop d’importance (et il y en a ici même qui vont encore dans ce sens), qu’il usurpait la place de porte-parole du PG (et du FDG), qu’il fallait faire de la place à Martine Billard, qui est son égale… Aujourd’hui, voici Martine Billard, co-présidente du PG, qui va rencontrer le président, et on fustige Mélenchon de ne pas y être allé lui-même.

    Damned if you do, damned if you don’t. Encore que je sois tout à fait conscient que le reproche d’être trop en avant, et celui d’avoir « cédé sa place » pour cette rencontre ne vient pas toujours des mêmes personnes. Pas toujours.

    1. Et oui ce sont des mauvais de mauvaise foi qui n’aiment que les mauvais de mauvaise foi, qui leur ressemble. ARAMIS

  11. Si l’on écoute ses explications, l’intéressé lui-même ne décrit pas du tout son absence comme un « geste symbolique », mais prend la peine de s’excuser :

    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/05/12/le-toc-du-president/#article3

    « Jeudi prochain, je suis invité à l’Elysée avec ma co-présidente, Martine Billard. François Hollande souhaite connaître notre approche de son projet de réforme territoriale. Malheureusement, le président de la République ne peut changer l’ordre de ses entrevues, ce que je comprends fort bien et ne lui tiens nulle rigueur. De mon côté, je ne puis non plus me dédire des engagements pris pour la campagne européenne. Il se trouve que je suis annoncé à la réunion publique d’Ondres. Et auparavant je suis à Tarbes. Pas question de détruire le travail militant accompli et en cours pour réussir ces deux moments. Je suis certain que le président qui a été aussi un militant politique dans le passé comprendra et excusera mon absence. De toute façon, il n’aura pas l’occasion de s’ennuyer puisque ma co-présidente lui dira tout ce que nous aurons décidé, d’ici là, de lui faire connaître sur le sujet. »

    A ma connaissance, le PG est le seul parti à avoir un binôme paritaire à la tête de l’exécutif, en vertu de son combat pour la stricte égalité politique. Mais bien sûr, il est toujours possible qu’il se trompe de cible, de combat ou d’orientation.

  12. Ne sommes nous pas tombés (pas tous) dans le piège d’une petite phrase extraite du Parisien….justement ces petites phrases que nous n’aimons pas….celles qui nous font démarrer au quart de tour (moi la première)….!!

  13. je viens d’apprendre que Mélenchon était co président, dans ce cas où est le problème ? pour une fois ce serait même presque bien cette forme de délégation, putain….

    JUAN, par contre beaucoup, plus sérieux est la réforme territoriale en question pour au moins deux grosses raisons :

    1° l’accélération dans un projet qui est un énorme morceau qui ne doit pas être traité à la légère, or vouloir le régler plus vite fait penser à une obéissance aveugle à des préceptes venus de l’UE qui ne devrait rien avoir à faire dans notre soupe …bordel de merde..

    2° parce qu’il faut vraiment regarder la composition des budgets, les compétences et surtout la composition du territoire français.

    la lecture des budgets n’est pas si technique que ça à aborder puisqu’un budget se compose en recettes/dépenses de fonctionnement et d’investissement…

    si ces cons là font n’importe quoi, vous pouvez mettre plusieurs cierges à cramer d’urgence parce que les dégâts vont être considérables à un moment de crise de l’emploi et des investissements .

    si vous avez du temps, penchez vous là dessus. J’ai écouté Mélenchon quelques minutes à ce sujet et il n’a pas tout à fait tort sur certains points…

  14. Mélenchon ? On commence à avoir l’habitude de ses caprices pour faire parler de lui ! Bientôt il ne représentera plus que ses péroraisons et on dira : Mélenchon ? C’est qui ?

    1. G rare menvussa : Le plus grand tort de Mélenchon à vos yeux je crois, c’est que vous ne l’aimiez pas quoiqu’il dise ou fasse. Sacré argument de poids . Souvent je me demande à quoi peut bien ressembler le candidat ou la candidate de ceux que MELENCHON dérange. Dans votre cas c’est la blondasse Lepen ? Non ? ou alors juste vous ! ARAMIS

  15. pour finir d’évoquer la réforme territoriale, les gains à trouver semblent infimes par rapport aux budgets globaux remués mais pas tant que ça.

    en grattant on arrive rapidement à l’os et cela risque donc de toucher des points essentiels…

    en fonctionnement, l’emploi : (départements)

    1° les recrutements des dernières années ont été subordonnés aux transferts de compétences laissés par l’état (voirie, colléges, social), il y a bien quelques excès mais est il bien opportun de faire des charrettes de recalés à plus de 10 % de chômage

    2° les emplois d’avenir ont été mis en place et les premiers pourvoyeurs sont les assoc et les collectivités locales, faut il se tirer une balle dans le pied à un moment où les jeunes dérouillent sur le marché du travail autant que les vieux ?

    3° les autres dépenses sont de l’ordre du social, le département étant devenu le « maitre d’ouvrage central » (handicap, APA, séniors, insertion/RSA, etc…) elles ne cessent d’augmenter et il n’est pas sûr que cette compétence reportée à la région (par exemple) qui va elle même enfler puisse provoquer des économies d’échelle..

    sans parler évidemment de l’amélioration constatable du domaine de la précarité, la population qui rajeunit (rire) et des pauvres qui ont disparu de France…

    4) les autres dépenses « contraintes » sont celles des investissements (voirie, bâtiment, entretien etc…). Ce sont les entreprises locales qui vont être heureuses de voir diminuer les marchés publics….déjà que…bref, encore des charrettes de virés en prévision…mais il faut dire que les fermetures de petites boites ne font pas de bruit ….ouf…..

    5° il ne fera pas bon habiter dans certaines campagnes de notre pauvre pays…c’est bien connu que dès qu’un PC s’éloigne d’un point et est chargé de coordonner un plus grand territoire, seuls les points importants (ou les seconds serviles) sont bien servis……..je déconne ? lisez l’histoire des intercommunalités….et de l’UE ça aide à comprendre

    bref, on dira ce qu’on voudra mais ça devrait nous interpeler quelque part dans nos vécus cette histoire…il a des « coûts à tuer » sans aucun doute mais « achtung bicyclette jules et pompe à vélo »……50 milliards quand c’est tendu….je veux voir ça…

    bordel de merde…..

  16. et enfin le clou du spectacle qu’il ne faut pas hésiter à rabâcher surtout quand ça devient franchement con…

    le CICE et le « pacte de responsabilité » (rires) va injecter 35 patates (1 patate = 1 milliard) dans le business des internationales principalement . Or les meilleurs rapports font état de 300 000 emplois tout mouillés (sans que rien ne soit jamais confirmé à l’avenir…mais bref).

    admettons que ce soit bon……., ça fait l’emploi à 100 000 euros pièce…un emploi public de base c’est 25 000 euros environ, c’est à dire que le privé va pomper le prix de 4 emplois publics ou territorial…..

    faut quand même se poser des questions, Mélenchon ou pas….il y a un blème quel que soit le sens ou l’angle par lequel on aborde ces sujets….

  17. ah j’oubliais, j’ai trouvé un tableau synoptique des compétences des communes, départements et régions, il existe effectivement des recouvrements de haut de chapitre (en encore) mais pas autant qu’on ne le dit, en tout cas ce n’est pas trop le problème par rapport aux enjeux de gains et on peut en débattre…

  18. bref Mélenchon n’est pas aimé, certes, mais ça n’a aucune importance par rapport à la manip en prévision et surtout il pointe bien les problèmes

    et je ne suis pas du tout mélenchonistes…ni socialiste ne rien un iste d’ailleurs…

  19.  » ne rien un iste d’ailleurs… ça veut dire ni rien en iste…..la fatigue

  20. bétise ? Pas si sur. Même si je ne suis pas fan du personnage, ce type de réunion, dans le monde professionnel, est bien connue. Il s’agit de faire croire que l’on a participé à un processus de décision alors que tout est déjà ficelé et claveté. Bref, de signer un contrat de manière tacite. Il y a alors deux options :
    – Ne pas y aller
    – Y aller mais faire paraître ce que l’on a dit dans cette réunion.
    Melenchon a choisi la première version, sachant très bien que sa déclaration ultérieure serait tronquée par bon nombre de médias (ça ne vaut pas que pour lui d’ailleurs)
    Cela peut paraître puéril au premier abord mais se justifie avec Hollande qui fait semblant de consulter mais n’écoute que lui même et quelques conseillers lobbyistes.

  21. Il faut tout de même préciser que Martine Billard y est allée pour le FRONT de GAUCHE (coalition de 10 partis) en tant que co présidente du PARTI de GAUCHE et comme le Dit Jean-Luc MELENCHON : » C’est elle la patronne du parti » Alors je ne vois pas pourquoi on se braque sur le fait que ce ne soit pas JL Mélenchon qui y soit allé. D’habitude il énerve quand il y va, là il énerve quand ce n’est pas lui qui représente la gauche de la gauche. C’est tout de même dingue. ARAMIS

  22. Bien vu pour le lien Yoyopolo et notamment cette phrase qui ressort et qui contredit la plupart des pots hostiles à J L MELENCHON, liée àla rencntre entre Le nouveau responsable PS CAMBADELIS, la responsable des Verts COSSE et le co responsable PG et représentant du FRONT DE GAUCHE MELENCHON :

    « Cet échange était le premier entre un premier secrétaire du PS et le co-président du Front de gauche (Hollande puis Désir avaient toujours refusé de débattre avec Mélenchon). Il était également le premier entre un dirigeant socialiste et Emmanuelle Cosse, responsable nationale d’EELV, depuis le départ des écologistes du gouvernement. »

    1. Merci ARAMIS , et je rajoute une couche à propos de la  » réforme territoriale  » devant prétendument réduire le mille feuilles administratif patiemment élaboré et conservé par la technocratie . Cette  » réformette  » ne cacherait-elle pas un dessein plus vaste et ambitieux pour l’économie libérale européenne ? : http://www.youtube.com/watch?v=7CYyDF6XxF4 et : https://www.google.com/url?q=http://www.lepartidegauche.fr/actualites/edito/la-nouvelle-reforme-territoriale-une-soumission-au-diktat-europeen-28291&sa=U&ei=XDh5U6iVG4bIOYeggDg&ved=0CBMQFjAIOBQ&client=internal-uds-cse&usg=AFQjCNHKf9cOF25nmuWMm7k82IFUhKuB6Q

  23. Mélenchon s’est expliqué sur « son absence » à la réunion et comme il le dit si bien Martine Billard est co-présidente. Si les médias faisaient leur travail en toute impartialité et en toute déontologie que les journaleux se gargarisent d’avoir, ils auraient pu préciser pourquoi JLM ne participait pas. D’aucuns disent « trop de Mélenchon, tue Mélenchon », mais sitôt qu’il ne se rend pas à une réunion on le fustige. Eh les potes faut savoir!!!!
    Maintenant cette « concertation » ressemble à du « borgnotage de mohican » et je me demande si ça fera réellement les régionsde gauche pourront se compter sur les doigts d’une seule main…… mais maintenant avons-nous réellement un président de gauche ?

  24. EN TOUT CAS NOUS A LA VRAIE GAUCHE CA BOUGE DANS LE BON SENS :

    Une dynamique s’est créée »,

    La gauche radicale en passe de supplanter les Verts au Parlement européen
    Selon les sondages, le Parti de la gauche européenne, emmené par le grec Alexis Tsipras, est en forte hausse.
    LE MONDE.FR

Les commentaires sont fermés.