Pourquoi la réforme territoriale m’emmerde


Je devrais m’y intéresser. La réforme territoriale, si elle réussit, sera l’un des réformes les plus importantes de ce quinquennat.

« Dimanche, l’Élysée n’avait pas encore fixé définitivement les modalités. Mais mardi François Hollande devrait annoncer que la France comptera bientôt deux fois moins de régions qu’aujourd’hui. Selon son projet de réforme, l’Hexagone, qui compte 22 régions métropolitaines, ne devrait compter plus que douze super-régions. Ce chiffre sur lequel travaillait samedi le chef de l’État, selon leJDD, devrait faire l’objet, mi-juin, d’un projet de loi incluant le report des élections régionales. » (source: le Figaro)

Lundi 2 juin, François Hollande a une nouvelle fois et un peu plus personnalisé la réforme. Il a laissé savoir qu’il s’était concerté pendant le WE avec Manuel Valls. Il a laissé dévoiler lesquelles des 12 super-régions il entendait créer. Il a « cloturé » la concertation intra-gouvernementale. Place aux soubresauts parlementaires, aux éructations médiatiques, à l’action des lobbies.

D’autres blogueuses et blogueurs parleront mieux que moi de cette réforme qui est importante. EELV a rappelé une partie de l’essentiel:

« Une grande incertitude demeure sur les aspects démocratiques : modes de décision des futurs territoires, consultation ou non des collectivités concernées et pas uniquement les régions, consultation ou non des citoyens ? Renforce-t-on la proportionnelle ? Le suffrage universel direct ? Profiter de cette réforme pour renforcer la démocratie et la représentativité des élus et non pour consolider des fiefs territoriaux imprenables, telle doit être la philosophie de cette réforme. »

Le Parti de gauche a choisi un autre et curieux angle d’attaque: la suppression des départements supprimerait un fondement de la Révolution. Fichtre ! Et il ajoute, prématurément, qu’il s’agirait de supprimer des services publics.

« La suppression des départements remettrait en cause l’organisation républicaine issue de la Révolution et reviendrait à poursuivre le démantèlement des services publics, à éloigner un peu plus les citoyens des lieux de décision et à aggraver les inégalités entre territoires. »

Je n’adhère pas à cette dernière accusation. On verra bien. Il est évident que les départements portent aujourd’hui des services publics dont il faudra surveiller le sort.

Mon propos est ailleurs.

Mais voyez-vous, comme hier sous Sarkozy, nous avons chacun le droit de choisir les sujets qui méritent notre intérêt. Et celui-ci m’intéresse moins que d’autres, plus essentiels à mes yeux pour la période que nous traversons.

Comment allons-nous réduire la précarité de ce pays  ? Comment sortirons-nous plus riches et solidaires de cette période ?

Voici la question qui me préoccupe. Elle est au moins plus importante que cette réforme précipitée.

 

39 réflexions sur “ Pourquoi la réforme territoriale m’emmerde ”

  1. La réforme n’est pas précipitée. Ça fait deux ans que je fais des billets sur le sujet !

    C’est un des éléments qui pourra nous aider à sortir de la précarité (pas tout seul…) en concentrant l’action économique au plus près du terrain mais aussi en torpillant des baronnies. Ma seule crainte est qu’Hollande se couche…

    1. ah ! si toi aussi tu doutes ! … mon qualificatif de « précipité » résume imparfaitement: Hollande a précipité son propre calendrier, mais cela des plombes qu’on attend

      1. Perso, je ne comprends absolument pas ce choix de réforme. C’est quelque chose qui va faire naître des oppositions très fortes, pour un gain minime en efficacité (et je suis généreux).
        Hollande avait la possibilité de laisser la réforme Sarkozy sur les conseiller territoriaux aller à son terme: pourquoi ne l’a-t-il pas fait? Il aurait pu renvoyer les opposants à la décision du président précédent.
        De plus, en tant qu’originaire de certaines des provinces fusionnées, je suis très dubitatifs sur les potentiels effets sur ces territoires reculés. Je suis convaincu que le Limousin ou le sud de l’Auvergne ont tout à perdre à ce genre de fusion: ces coins seront marginalisés et abandonnés par les nouveaux pouvoirs régionaux.

        Enfin, quitte à faire une réforme impossible, pourquoi Hollande ne s’est pas lancé dans la réforme « à la piketty » du système fiscal: les gains potentiels étaient bien plus importants, et les oppositions n’auraient pas été plus tranchées que ce qu’elles seront pour cette réforme territoriale.

        En ce qui me concerne, mon analyse désormais est que le PS non seulement va perdre les régionales, mais très sûrement les présidentielles de 2017, et ce, que la réforme passe ou non.

  2. « Comment allons-nous réduire la précarité de ce pays ? »
    Entre autres : en reconnaissant la vraie pénibilité au travail, qui donnerait droit à une retraite avant 60 ans, sans attendre d’être handicapé.
    L’embauche de jeunes préalablement formés, en remplacement des départs.

    1. Oui, ce serait la première bonne idée à mettre en place. La pénibilité et l’âge de la retraite en rapport.

  3. Je suis en parfait accord avec Solanden, quel soulagement se serait ..

  4. Cette réforme ne va peut-être pas résoudre les problèmes du pays, mais elle a le mérite d’exister (il est plus que temps de s’attaquer au problème du millefeuille territorial), et puis, la Normandie va être réunifiée, enfin ! Une aberration historique de résolue, c’est déjà ça de pris.

    1. Tout a fait d’accord pour s’attaquer au millefeuille territorial si cela génère des économies et pour cela c’est bien au niveau des communes qu’il est nécessaire de le faire. Dès que des communes se regroupent pour former un degré d’intercommunalité à quoi bon garder son petit personnel communal administratifs et techniques… sa petite clientèle électorale… son conseil municipal,.. c’est gentil tout ça mais ça sert plus à rien dès lors que les que les décisions se prennent au niveau de l’intercommunalité, l’intendance doit suivre évidemment mais c’est loin d’être le cas. Pourtant ya de quoi faire à cet échelon avant de s’attaquer aux régions. S’il n’y avait que, je garderais les régions, favoriseraient l’efficacité économique au niveau intercommunale et supprimerai tous les conseils généraux. Seulement, je ne suis pas commissaires européens et encore moins Président d’une République totalement soumise, pauvre et écervelée.

  5. La Révolution a créé les départements pour « casser » les régions historiques et permettre l’émergence d’un pouvoir étatique.
    J’ai peur que la création de régions puissantes (la « landerisation » de la France) n’entame une démarche inverse.

  6. Sais pas pourquoi, mais ça me fait plutôt l’effet du « diviser pour mieux régner »

    Plus la division est grande d’importance, moins les élus locaux ont du pouvoir.

    En ce sens là, je rejoindrais plutôt Mélenchon. Le problème pour moi est la division en général. Moins de coûts, moins de paperasses, moins de fonctionnaires, moins de tout, c’est certain. Mais moins de pouvoir pour le peuple, c’est pas sûr. A moins qu’il n’y ait plus qu’un seul organisme pour toute la France, contre lequel pourraient se retourner tous les français.

    C’est un choix, une autre vision, celle du futur probablement, peut-être plus efficace que la dispersion, mais pas dans une division telle qu’elle est suggérée ici, laissant moins de pouvoir à tous.

    Il faut choisir. Soit on reste dans des petites structures avec un moyen de pression, soit on choisit d’être dans une structure nationale. Mais l’entre-deux n’apportera rien de plus à mon avis, si ce n’est quelques économies au détriment des droits locaux et du peuple.

    Je vois chaque jour les problèmes que cela pose en Suisse d’avoir des Cantons qui ont tous leur propres lois, différentes, néanmoins soumises finalement à une loi fédérale, qui elle est soumise aux droits de l’homme. C’est une spirale infernale qui oblige tous ceux qui veulent se défendre à des années de procédure sur le plan cantonal, puis sur le plan fédéral, puis sur le plan des droits de l’homme. C’est invivable, et ne permet pas à personne de se défendre.

    J’imagine qu’une loi nationale serait plus facile à défendre, parce que le peuple de tout un pays pourrait y participer. Ou alors il faut rester dans des petites structures qui permettent de se défendre sur le plan local.

    Peut-être que j’ai tort, je ne sais pas. En tous cas, il faut y réfléchir. Nous perdons à chaque moment quelques mètres vers une sorte de mondialisation, qui ne sera pas telle que nous l’avons voulue. Alors défendre les petites structures ou pas ?

  7. Le redécoupage administratif…manœuvre de diversion ? Imitation du modèle allemand ? Volonté du président de laisser son nom dans l’Histoire en traçant de (belles ?) lignes sur la carte du pays ? Tout ça en même temps ?

    1. Tout est dans la manière, ou plutot dans le respect ou non des identités culturelles, historiques et géographiques.
      Par exemple La Bretagne dont la capitale est Nantes (Loire Atlantique), Balzac avait écrit sur le sujet, mais Nantes c’est aussi le désenclavement d’une région excentrée et son lien avec le Grand Sud-Ouest.

      L’addition de ces identités plus ou moins fortes régionales font justement partie de la fondation de l’idée Nation France. Une idée confiquée et dévoyée qui a construit cette UE vassale des USA, au mépris des peuples et au risques de guerres accru.

      Je suis pour cette régionalisation (bien que tout à fait parisien d’origine), pour la suppression des départements, des cantons et de quelques autres strates administratives.

      Elie Arié, éternel statiste souverainiste est là en phase avec le discours jacobin de JML et du conservatisme des potentats multiples locaux.

    2. @Johnathan R. Razorback

      Exactement. Ce à quoi ont peu aussi ajouter la promotion de l’aristocratie politique passant ainsi du statut de baron/baronne à celui de duc/duchesse ; ainsi que le déshumanisation, l’artificialisation et la mise en concurrence des entités territoriales afin d’imposer plus facilement et de manière irréversible le règne absolu du libéralisme économique.

  8. Le découpage de la France en « landers » est nouvelle atteinte à l’intégrité territoriale de la France soit le fédéralisme européen au service du régionalisme. C’est tout un pan de l’Histoire qui s’écroule. Cela va jazzer dans les rangs de la gauche jacobine jusqu’à la vieille garde gaulliste. Une vrai honte, la dernière marche du déclin de la France. A ce tarif là autant mettre l’ïle de France à égalité avec les autres régions. Ainsi plus besoin de pouvoir exécutif et/ou législatif, déjà que ces instances ne servent qu’à appliquer les directives d’obscurs commissaires ou bien emmerder les français sur la petite politique des bandes cyclables en passant par le droit de fumer voir ce qu’il faut penser de manière bon teint. La totale avec l’accord des français qui dès qu’ils défendent un peu cette idée « France » ne sont même plus caractérisés de chauvins, de franchouillards… mais de fachos. Qu’est-ce que le régionalisme si ce n’est que du nationalisme d’un étage inférieur? La France est morte sur l’autel de la construction européenne tant chéri par elle même comme un petit bébé que la France a vu naître pour en faire un monstre bureaucratique au-dessus des Nations. En avant vers le « Volapük » sans broncher, la honte!

  9. Franchement Hollande doit s’emmerder à l’Elysée, pourquoi cette précipitation ? Pour faire plaisir à Bruxelles ? à Merkel ?

  10. Tout simplement …..est ce le moment de mobiliser toute l’énergie sur cette réforme ? Pourquoi cette hâte ?

  11. Et on aurait pas pu demander son avis au peuple ? Il est trop timoré ? Tu parles d’un socialiste démocrate…

    1. Il se doute bien que si il y a référendum, il se fait envoyer dans le mur….et par ses copains également. On a eu Dati avec les fermetures de tribunaux, maintenant on a Hollande pour la suppression de régions… toujours à copier la droite

  12. Une telle réforme n’a de sens que si elle vise à atteindre une masse critique dans le domaine économique.Cela suppose de bien définir les compétences ,notamment en allégeant celles de gestion stricte ( les ATOS dans les lycées par ex…) C’était peut être l’intention du Général De GAULLE en 69…Il faut dire aussi que le fameux mille feuilles administratif est le fruit de réformes successives , de gauche (en 82 notamment) et de droite.L’histoire connaît parfois d’étranges effets de balancier.

  13. A partir du moment ou aucune région n’est dépecée et que la réforme se fait par unions elle ne peut être que bénéfique pour ceux qui pensent qu’il était temps de s’attaquer au mille feuille des pouvoirs locaux.

    Tout aussi urgent me parait une réforme qui régissent les rapports entre les partis politiques et grands médias et qui nous éviterait cette tartine (de 2 tranches de pain rassis) politique à la confiture Grands Médias UMPS (je ne vote absolument pas FN).

  14. il faut s’y intéresser au premier chef car c’est la prochaine grosse connerie qui démarre à cette époque de crise

    beaucoup y voient des économies d’échelle, ce qui est peu probable. Pour c’en rendre compte il faut se pencher attentivement sur les éléments de budgets des régions et des départements pour s’en rendre compte assez vite

    Un budget c’est du fonctionnement et de l’investissment

    les budgets de fonctionnement sont fortement contraints :

    – Les départements sont devenus les fers de lance de l’action sociale (dépendance, handicap, personnes âgées, RSA…etc), la voirie;…….compétences originelles ou obtenues par transfert de compétences d’état…

    – Les régions idem avec la formation, les lycées l’aide économique

    1° Il va donc falloir gratter sur l’emploi….charrettes de chômeurs supplémentaires, là où les retraites seront prises plus tard et où les collectivités ont été pourvoyeuses principales des contrats d’avenir……et des entrées sur le marché du travail toujours aussi vaillantes d’une France qui se reproduit….

    application plus con en ce moment tu meurs…..

    ou 2° il va falloir économiser sur les dépenses…….sociales, de formation, d’entretien divers….

    1. Salut à toi,
      serais tu un tantinet conservateur ?
      il ne s’agit pas de supprimer des compétences, mais de les répartir différemment, géographiquement et en termes de contenu.
      Au niveau des emplois, cela renvoie simplement à une gestion prévisionnelle (départs à la retraite, mutations,départs volontaires, recrutements…).Il y a entre les échelons concernés ( communes, communautés de communes, départements, régions …) une réelle fluidité qui peut d’ailleurs s’étendre à l’ETAT.Tout cela se gère très bien avec une certaine expérience et du recul, le processus de décentralisation a été enclenché en 1982.

      1. Salut beau gosse

        ne confond pas conservatisme avec compréhension assez fine par profession des processus de réorganisation….

        1) toi que je connais avisé, tu devrais te pencher sur les effets de fusion dans le secteur privé dont les mécanismes sont à peu près identiques..

        dans 1 cas sur 2, la tentative fait flop…..ou ploc (comme tu veux

        2) regarde aussi la composition des budgets des entités incriminées bien au peigne fin…

        3) tu ‘es pas en zone rurale…tant mieux

        4) regarde l’histoire des compositions de communauté de communes, urbaines et tout le bordel …et prend de quoi rire ….jaune..

        en réalité, individuellement je m’en fous, le changement est ma vie professionnelle….

        par contre si nos dirigeants ont décidé de nous suicider collectivement par connerie pure et fuite en avant, j’ai un souci…et je pense vraiment que nous sommes dans ce cadre.

    2. Le problème avec les cons c’est qu’on arrive pas à les arrêter lorsqu’ils ont pris leur vitesse de croisière.

  15. grattez sur les dépenses d’investissements….

    adieu de nombreux marchés publics, au revoir les entreprises qui bouffaient grâce à eux

    parce que la deuxième source de gain est l’investissement et les charges associées…

    allez créer des monstres regroupant deux régions (bourgogne, franche comté par exemple) c’est le renforcement de la concurrence entre territoires ruraux et urbains, ça existe aujourd’hui avec 22 régions…

    les économies d’échelle pour traiter les mêmes sujets ne sont pas aussi évidentes
    1° soit le personnel restant abat plus de boulot et donc va au plus facile
    2° soit il y a transfert sur des entités subalternes comme les communautés de communes et il va falloir transférer…

    sinon là encore …charrettes de charges humaines…

    les entreprises auront moins de boulot ….mais bon, elles auront du CICE et du « pacte « …..

  16. le tout au pas de charge qui faire encore un sac de noeud (au mieux ) ou une usine à gaz (au pire)..

    on a vu les effets de la RGPP (quand on s’y intéresse, ça fait comique) …..

    un exemple pour rire ; les armées…

    pour aller vite 35 000 militaires ont été viré …euh reclassés et la masse salariale a augmenté de 1.5 milliards d’euros…

    c’est y pas drôle

    si vous êtes sceptiques (comme la fosse) je vous engage à lire le dernier rapport de 2013 sur les collectivités locales, ça se lit sans aspirine et c’est tout expliqué….

    je me demande si les truffes du sommet ne sont pas en train de péter un câble ..

    oui parce qu’il existe un rapport récent qui explique très bien que la France n’a pas de problème de dépenses mais de recettes qu’elle ne va pas chercher…..

  17. jusqu’où s’arrêteront ils ces cons là bordel de merde ……

    dans combien de temps encore pour trouver que le peuple trop nombreux coûte et qu’il faut tailler aussi dedans ?

  18. Au moment où la construction européenne est si fragile, est il justicieux de venir  » déconstruire » la France…ou alors il faudra vraiment bien expliquer et convaincre….et là….

    1. ma chère Sylvie, ce n’est pas de la déconstruction c ‘est de la lèchouille à la troïka et aux bruxellois;…

      moi ça m’énerve, je savais qu’on avait des peignes culs tout en haut mais pas des valets …..

      faudrait les arrêter…

  19. je lis ici et là que beaucoup de monde est focalisé sur l’assemblage entre alsace – lorraine ou je ne sais quoi….mais finalement c’est le moins important. Tant qu’à faire à tortiller le France pour faire plaisir aux connards de l’UE, n’importe quoi fera l’affaire…..on est bien dans le même zone que la hongrie et personne ne dit rien…

    il faut rappeler que la motivation première est essentielle (au moins officiellement) est le gain potentiel sur la dépense publique.. donc il faut parler sou sou….
    et là ça va rien gagner……….je suis prêt à parier. Il y a même des spécialistes de la question qui pensent que ça va coûter plus cher…il faudra en reparler…..

    et si par hypothèse, la vraie motivation était simplement de faire perdre les repères aux dits français…..

    pourquoi ? parce que si les espagnols,; les portugais, les irlandais se sont fait tondre à froid, mettre à poil le français est un sport un peu plus violent pour le politique local….et tant mieux….les acquis sociaux ont eu leurs morts…..

    en matière de réorganisation et de psychologie, un principe fondamental est celui d’appliquer la fameuse perte de repères ou le changement d’environnement pour faire mieux accepter « par défaut  » une nouvelle situation…

    comme on dit en région champagne (tiens elle part avec la picardie….pourquoi la gaume)………woet and see

    1. @Stanislas,
      La régionalisation sous prétexte d’allègement d’un mille feuilles dont beaucoup de ces feuilles sont collectivement utiles , ne serait-elle pas d’abord , le cheval de Troie du projet de métropolisation pondu en lousdé , à la façon du TAFTA par exemple , par les libéraux de tous bords ? : http://blogs.mediapart.fr/blog/habitus/290314/metropolisation-regionalisation-autodetermination-revolution-bourgeoise-ou-volonte-populairehttp://rupturetranquille.over-blog.com/http://www.youtube.com/watch?v=7CYyDF6XxF4

    2. Il semble bien que mon commentaire en réponse à Stanislas n’est pas passé aussi , je le réitère : Ne croyez-vous pas que la régionalisation soit en fait le cheval de Troie du projet autrement plus grave de métropolisation pondu en lousdé par les libéraux de tous bords s’alignant sur l’ U.E. ? : http://blogs.mediapart.fr/blog/habitus/290314/metropolisation-regionalisation-autodetermination-revolution-bourgeoise-ou-volonte-populairehttp://rupturetranquille.over-blog.com/ – file:///C:/Users/lionel/Documents/Le%20T%C3%A9l%C3%A9gramme%20-%20Lorient%20ville%20-%20M%C3%A9tropoles.%20L%27homme,%20le%20grand%20absent.htm

  20. Monsieur JUAN, faites un texte sur ce sujet sur M2 j’ai plein de choses à dire avec des chiffres et tout…et je ne veux pas réquisitionner vos coulisses

    j’allume une bougie de suite pour que ce sujet ne vous emmerde plus

    c’est l’avenir de la France qui est en jeu…

    vive la France traditionnelle et LIBRE, pas celle du djeunisme et du ravalement de façade siliconé réunis……….

    comme dirait mon pote CASTOR je ne suis pas conservateur mais anti « tout en même temps et vite »…..c’est un coup à tout foirer

    on n’est pas assez dans la merde ?

    au secours ils deviennent dingues

    1. Le débat s’ouvre,il va durer…donc on aura l’occasion d’en reparler…( » y’a pas le feu au lac ») .Un article intéressant de Sandra Moati dans  » alter éco » de juin, sur l’approche économique pour les collectivités…

Les commentaires sont fermés.