Diaz, l’école où tout a basculé


C’est un film inattendu, je n’attendais rien, je l’avais acheté, en solde, il y a plusieurs mois déjà sans trouver le temps de le regarder. Lors du G8 de Gênes en 2001, la police italienne a attaqué, de nuit, une école où dormaient des manifestants alter-mondialistes.

Le film n’est pas binaire.

Dans cette école s’étaient rassemblés toutes sortes de personnes, dont quelques fameux Black Blocs, ces furieux qui vont de G8 en G20 pour balancer caillasse et cocktails Molotov.

Dans cette école, la police de fit aucune  distinction, échauffée par une journée d’échauffourées. Elle a tabassé, tabassé, tabassé encore. Elle a mutilé, elle a tué, elle a blessé

93 personnes.

J’ai retrouvé cet article du Monde, 6 ans plus tard, le témoignage d’un policier présent sur les lieux. On l’identifie très clairement dans le film.

« Dans l’obscurité, j’ai vu quatre agents, deux en uniformes et deux en civil, matraquer une jeune fille, je leur ai crié d’arrêter, ils ont continué, j’ai dû les bousculer, ils m’ont insulté. (…) Je suis resté tétanisé quand j’ai vu la fille avec le crâne fendu, dans une mare de sang, il y avait des grumeaux comme des morceaux de matière grise, j’ai cru qu’elle était en train de mourir »

« Daniele Vicari s’est inspiré des témoignages des victimes pour écrire son film dont la violence laisse la bouche sèche et le souffle coupé. Lorsque des troupes de policiers sont lâchées dans une école où dorment des personnes sans défense, les choses dégénèrent à grands coups de matraque… Daniele Vicari a eu grand peine à produire son film: les chaînes de télévision ne se précipitaient pas pour lui prêter main-forte. Il a fallu la ténacité et le courage de Domenico Procacci, producteur, entre autres, de Gomorra de Matteo Garrone; pour que le film puisse trouver un financement.

Si le réalisateur déclare être resté en deçà de la vérité pour ce qui concerne les violences subies par les manifestants, le choc est suffisant pour le spectateur, sidéré d’apprendre que les responsables n’ont jamais été poursuivis. »

Caroline Vié, 20 minutes, juin 2013.

Lire un témoignage.

3 réflexions sur “ Diaz, l’école où tout a basculé ”

  1. Le G7 c’est l’ordre mondial organisé par et pour les riches sous domination US.

    n’importe qui se prétendant de gauche doit entrer en résistance contre le BAO (bloc américano occidentaliste).

    et quels que soient les déficiences (démocratiques ou droits de l’homme) de la Russie et de la Chine ou des autres BRICS, heureusement qu’eux résistent à l’Empire.
    et question démocratie en UE j’en rigole encore et Droits de l’Homme pour les USA là j’en pleure de rage.

  2. Au G8, comme au G20, G l’air d’un c… ( F.H et son européo-atlantisme gnangnan )

  3. Sans commune mesure avec DIAZ mais j’étais à la manif anti-NDDL que j’ai filmée et photographiée : Des blacks blocks à Nantes ? baratin des pro NDDL , médias y compris ( rappelez-vous de mai 68 ) . Ce film n’est pas de moi mais reflète bien la réalité non instrumentalisée . Comme beaucoup de manifs  » organisées  » par des mouvements libertaires très peu structurés et privilégiant une certaine spontanéité cela au détriment d’une expérience historique leur faisant défaut , ils se sont laissé déborder par des groupuscules violents n’ayant rien à voir avec des blacks blocks . Je les ai vu dès le début du cortège . L’offensive du GMT , s’il est adopté par solférino , aura une toute autre dimension régressive en Europe et par voie de conséquence , en France : http://www.youtube.com/watch?v=pkncWXeqvHs

Les commentaires sont fermés.