Cet étrange silence sur Le Pen


Il se passe quelque chose d’étrange.

Dans la Grande Décomposition que nous chroniquons – passons aux majuscules pour désigner le phénomène – la résilience du fond antisémite qui nourrit notre extrême droite nationale a encore choqué les esprits quand le patriarche Le Pen a usé de cette formule – la fournée – qui fait florès dans les milieux nazis depuis leur défaite de 1945.

La plupart des commentateurs ont attaqué cette saillie nauséabonde sur deux axes: ils ont certes rappelé combien cet antisémitisme vient de loin; ils ont surtout lourdement insisté sur le « déchirement » familial entre Jean-Marie et Marine comme pour mieux louer (involontairement?) la normalisation du FN. L’ampleur médiatique de ce « psychodrame » frontiste n’a pas lassé de nous énerver et de nous surprendre.

Dans deux billets consécutifs, Guy Birenbaum a joué aux archéologues. D’abord en rappelant d’où vient cette expression « fournée », Léon Degrelle, cet ancien nazi belge qui en 1979 livrait un texte édifiant, terrifiant, impuni.

Ensuite en s’arrêtant sur cette dame blonde assise aux côtés de Jean-Marie Le Pen dans chacune de ses videos sur son blog. Une dame, amie d’enfance de Marine, qui sur sa page Facebook publiait un renvoi vers un documentaire sur Degrelle avec cette dédicace: « À celui qui fut comme un père pour moi“.

Cette affaire renforce un argument: la normalisation de la Bête est une façade.

 

7 réflexions sur “ Cet étrange silence sur Le Pen ”

  1. Je continue de penser que les bisbilles entre Marion Anne Perrine et son Jean-Marie de père montrent que le FN n’a pas changé et demeure un parti foncièrement xénophobe, raciste et ultra-nationaliste avec toutes les perversions afférentes .
    Ce qui est le plus intéressant, c’est que nos grands médias soient autant déstablisés par ces tares fondamentales, ce qui n’est guère surprenant : ils n’ont jamais fait leur job de journalistes, et depuis longtemps, s’agissant du FN .

  2. Et que le père vive encore très longtemps pour continuer à montrer ce fn sous son véritable jour.

    1. @pierrot13 +++++
      De plus je trouve l’indignation de nos médias bien maigre…..
      Comment imaginer qu’un parti organisé autour d’une dynastie échappera à son hérédité….

  3. Un silence coupable pour des fratries parfaitement connues qui ont toujours fait du lobbying pour coller une image de saints aux anciens des colonies qui ne font que reproduire en France ce qu’ils ont déjà fait ailleurs. Et ce n’est que la partie immergée de l’iceberg….

  4. Evidemment que c’est une facade. POur ma part, je pense que le meilleur moyen de lutter contre ce parti n’est pas de taper dessus de cette manière mais de le décrédibiliser politiquement et surtout ne plus avoir une société individualiste et divisée….
    Mais pour cela, il faudra que la situation s’améliore et qu’on arrête de renvoyer les citoyens les uns contre les autres. Exemple : la grève SNCF

    1. La seule solution pérenne : dissoudre le FN . C’est possible sans calculs politiques puants aux conséquences désastreuses . D’autres partis et ligues ( ex : PC ) ont été dissouts et contraints à la clandestinité en d’autres temps , donc sans pouvoir user d’une tribune républicaine si profitable aux extrêmes qui se complaisent actuellement dans l’illégalité , et qu’on ne me parle pas d’atteinte à la liberté d’expression et autres foutaises sémantiques genre État de droits etc…:
      L’article L. 212-1 du code de la sécurité intérieure

      « Sont dissous, par décret en conseil des ministres, toutes les associations ou groupements de fait :

      1° Qui provoquent à des manifestations armées dans la rue ;
      2° Ou qui présentent, par leur forme et leur organisation militaires, le caractère de groupes de combat ou de milices privées ;
      3° Ou qui ont pour but de porter atteinte à l’intégrité du territoire national ou d’attenter par la force à la forme républicaine du Gouvernement ;
      4° Ou dont l’activité tend à faire échec aux mesures concernant le rétablissement de la légalité républicaine ;
      5° Ou qui ont pour but soit de rassembler des individus ayant fait l’objet de condamnation du chef de collaboration avec l’ennemi, soit d’exalter cette collaboration ;
      6° Ou qui, soit provoquent à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, soit propagent des idées ou théories tendant à justifier ou encourager cette discrimination, cette haine ou cette violence ;
      7° Ou qui se livrent, sur le territoire français ou à partir de ce territoire, à des agissements en vue de provoquer des actes de terrorisme en France ou à l’étranger.

      Le maintien ou la reconstitution d’une association ou d’un groupement dissous en application du présent article, ou l’organisation de ce maintien ou de cette reconstitution, ainsi que l’organisation d’un groupe de combat sont réprimées dans les conditions prévues par la section 4 du chapitre Ier du titre III du livre IV du code pénal. »

  5. On peut également penser (espérer ?) une scission du FN entre les partisans historiques « musclés » (ex OAS, GUD et autres) qui représentent quelques % de l’électorat et ceux qui pensent que « Bleu Marine » peut représenter une alternative crédible. Pour ces derniers, il est impératif de se séparer des premiers pour avoir une chance d’être présent au 2nd tour en 2017. Les chances MLP de gagner la présidentielle de 2017 sont faibles et quasi nulles si elle ne fait pas le ménage à son extrême droite. D’ici à 2024, le « Fondateur » aura certainement passé l’arme (ou la gégène) à gauche. D’ici la, il est impératif de prouver que les élus FN sont sérieux, honnêtes et soucieux de l’intérêt public. Cela n’est pas gagné, mais quand on se rappelle des Médecin à Nice, des Balkany à Levallois, des Tibéri à Paris et tant d’autres porteurs de batteries de cuisine (de tous bords), réélus triomphalement, certains peuvent rêver. D’autres ont pu, être ou peuvent être réellement convaincus qu’il faut tenter l’expérience FN – ou sa version allégée – il faut suivre de près les politiques mises en œuvre dans les municipalités acquises ou à forte minorité FN (le Hollande bashing a débuté dès son élection) et si Rome ne s’est pas faite en un jour, le redressement de la France ne se fera pas en 4 ou 5 ans.

Les commentaires sont fermés.