Patrick Sébastien, au-delà du ridicule.


L’humoriste, employeur d’intermittents pour une émission de télévision diffusée samedi soir sur le service public, s’est autorisé une déclaration improbable, quelque part vers 23h30 samedi dernier.

Sur le coup, je n’ai pas voulu m’y arrêté. Puis, je me suis demandé. Mais comment donc pouvait-il justifier d’embaucher des intermittents du spectacle pour une émission de télévision comme celle-là ?

31 réflexions sur “ Patrick Sébastien, au-delà du ridicule. ”

  1. Il me semble que P. Sébastien est son propre producteur et donc paye via sa boîte de production Magic TV l’ensemble des personnes qui gravitent autours de cette émission.

    Si des intermittents sont sollicité c’est bien France Téloche qui en profite mais pas directement Sébastien et il s’agit surtout de technicien (son, lumière, scène décor). Les artistes émargent via des cachets payés par Magic TV.

    Il me semble qu’il en avait parlé chez Ardisson, expliquant pourquoi ses émissions cartonnées sur le long terme, ayant toute liberté vis à vis de F2 puisqu’il y joue ses propres billes.

    Bien sur, à vérifier, ce milieu étant tellement peuplé de requins…

    Concernant son interpellation de son « ami » François, j’ai trouvé ça plutôt cocasse. Sébastien étant très populaire, ça doit bien faire chier à l’élysée.😉

    1. J’ai oublié qu’il investissait en amont (production) et se faisait payer (en aval) par FTV !

      Reste à savoir le cote-part intermittent usités par l’un et l’autre et donc : qui intermitte qui et comment et avec quoi en fonction de selon…

      Un gros bordel quoi !

  2. le problème des intermittents c’est pas l’indemnisation de chômage , c’est la façon de travailler des patrons du spectacle et assimilé
    on a même vu des standardistes d’Inter dans un passé pas si lointain que ça bénéficier de ce régime

  3. C’est à cause de gens comme lui…que les gens font l’amalgame entre des employeurs qui profitent de ce système (peut-être n’est ce pas son cas…)….et les intermittents eux mêmes dont la moyenne des revenus est faible…..le pire est qu’on est en train de nous convaincre qu’ils font partie des privilégiés qui plomberaient les comptes du chômage….par un système d’indemnisation « très avantageux »…..ce n’est pas lui qui est avantageux mais le régime général qui ne l’est pas !

    1. + 1000
      Il est d’ailleurs particulièrement énervant de lire la couverture de « Valeurs actuelles « , apostrophant les  » privilégiés » que seraient les intermittents et les cheminots . J’attends avec impatience le moment où des magazines de ce genre titreront sur les privilèges des nantis . Je risque d’attendre trrrrrrès longtemps .
      Qui plus est, comment peut-on qualifier d’avantageux des systèmes qui
      ne remplacent pas un emploi décemment rémunéré et, surtout, pérenne

      1. @ Alain bobards
        Il y aurait tant à dire sur la couverture médiatique de la grève des cheminots….seuls les grincheux avaient la parole devant les caméras….les mêmes qui se plaindront quand l’ouverture à la concurrence n’améliorera en rien les prix ni la qualité des services….bien sûr que la grève c’est ch…nt…mais peut on imaginer que les cheminots grévistes aient perdu plusieurs jours de salaire, juste pour le plaisir de s’opposer !

        1. J’ai entendu dire que les cheminots grévistes disposaient d’une caisse leur permettant de toucher 75 euros par jours de grève. Pas si perdant que ça au final si c’est avéré…

          Ne pas confondre le combats des intermittents et celui des cheminots. Ça n’a rien à voir.

          Cordialement,

          1. En effet, il serait bon de ne pas confondre les deux. Si les cheminots sont parfaitement protégés, contrairement aux salariés du privés qui produisent des richesses, ils servent au moins à quelque chose, puisque, jusqu’à plus ample informé, beaucoup de gens prennent le train. Les intermittents, en revanche, sont de purs parasites, dont personne, à part les rédacteurs en chef de Marianne ou du Nouvel Observateur, n’ont rien à foutre.

            Une fois de plus, donc, nous sommes d’accord, ma poule : ne mélangeons pas tout.

            1. Production de richesses par les salariés du privé ? Vrai et consommé par les salariés du publique et du privé . Les uns comme les autres font marcher le commerce, alors vaudrait mieux arrêter de baver sur le publique en encensant le privé ( dont les salariés rament comme des malades pour obtenir des évolutions salariales positives )

              1. D’aucuns sont très peu renseignés sur le Public. Ils devraient savoir que depuis les années 80/90 moultes secteurs publics sont passés au Privé. J’en veux pour exemple France Télécom qui est devenu Orange, l’annuaire téléphonique qui est devenu 118218 & 118712 (vous savez la musique énervante et la pub complètement con). La Poste qui est devenue La Banque Postale et où les embauches se font en CDD ou CDI,. N’est-ce pas d’ailleurs par les banques que cela a commencé ? le Crédit Lyonnais pour ne citer que lui.
                On a vu ce que ça a donné : suppression de postes avec licenciements à la clé.
                Même les mairies s’y sont mises au Privé : les repas scolaires,notamment.
                …… et ce n’est pas terminé!
                Aujourd’hui aucun salarié -qu’il soit du Privé ou du Public- n’est à l’abri.
                les Hauts Fonctionnaires, eux, peuvent continuer à faire des conneries, à avoir des gamelles aux fesses, ils ne seront jamais inquiétés parce qu’ils ont de bonnes vestes reversibles, une bonne protection face « aux intempéries »

          2. @ Ervé
            Je ne voulais pas faire une comparaison entre les deux « combats »….mais parler surtout de la couverture des medias et leurs raccourcis tellement confortables….qui ne servent qu’à stigmatiser et évitent de réfléchir….

          3. Pour qu’il y ai caisse noire, il faudrait 1) des fonds occultes ( versés par qui , ) 2) une gestion permettant la répartition de cette caisse noire .
            J’ai suffisament milité dans le syndicalisme pour dire que ce genre d’affirmation est plus que sujette à caution, d’autant que, dans le cas présent, seul deux syndicats appelaient à la grève J’imagine la tête des autres .
            On ne mélange pas les combats, mais il y en a marre de parler de « privilègiés » lorsqu’il s’agit de salariés quels qu’ils soient et en bavant d’admiration devant les nantis

            1. 1 – J’ai bien écrit « j’ai entendu dire »
              2 – Jamais je n’ai taxé les grévistes de « privilégiés »
              3 – « Baver devant les nantis » ne fait pas partie de mon code génétique.

              1. En général, il vaut mieux vérifier ce qu’on a « entendu dire « . Ca évite de se faire allumer d’une part et, d’autre part, d’apporter de l’eau au moulin de ceux qui aboient sur les soi-disants privilégiés .

              2. D’ailleurs on devrait demander à certains journalistes….si tous les avantages liés à une profession doivent être considérés comme des privilèges…..ou d’une manière plus directe font-ils partie des privilégiés….ils diraient surement non à juste titre mais çà leur donnerait à réfléchir sur leurs propos souvent stigmatisant …

  4. heu… j’ai pas tout compris ? Dans cette émission, il y a à chaque émission des intermittents du spectacle qui sont embauchés et chaque fois des différents… tout simplement parce qu’on ne peut pas dans ce genre d’émission présenter toujours les mêmes. Quel est le problème Juan ? Je comprends donc qu’il les défende et je ne vois pas où est le ridicule là-dedans. En même temps il les défend et il défend le droit à son émission d’exister.

    Ou alors je suis à la masse et n’ai pas compris votre discours ni le sien LOL

    1. Patrick Sebastien a une émission hebdo et depuis des années sur FTV. Pourquoi ne pas embaucher à temps partiel mais en CDD ou en CDI ses techniciens ?

      1. Je parlais plutôt des artistes en disant cela, mais à y réfléchir, je n’ai connu autrefois aucune TV qui engageait des intermittents sur le plan technique, sauf pour remplacements ou d’urgence, car c’est ingérable sur le plan technique un technicien qui ne connaît pas le plateau, l’émission, etc…

        Alors peut-être que les choses ont changé, mais en principe les techniciens sont engagés en fixe par la TV et sont mis à dispositions des producteurs d’émissions, ce ne sont pas eux qui les engagent.

        1. Avant ça s’appelait SFP et les salariés étaient embauchés par contrat CDI. Je crois que c’est sous Giscard ou Mitterrand qu’il y a eu fermeture et les salariés licenciés. C’était un vivier de machinistes, décorateurs, costumières, etc, etc et qui créaient, fabriquaient.
          Patrick Sébastien reprend en général toujours les mêmes et oui il pourrait les embaucher.
          Il faut arrêter avec les rumeurs que les cheminots ou les salariés de la RATP ont une caisse noire. Il faut aller discuter avec eux , ce sont les premiers concernés (mais pas avec des syndicats larbins).
          Chaque grève par qui que ce soit menée a un dénominateur commun : les conditions de travail, les salaires,….. alors oui on peut les réunir

  5. prendre, rogner, piquer, chiper, squeezer.. au bas de l’échelle est un réflexe (gourmandise) séculaire
    rab: mettre une baffe au-passage (?!)
    pourtant pas besoin, inutil de se-baisser
    .. sans déconner
    – t’as vu ma vessie ? elle éclaire

    tu ne veux pas bosser pour Bygmalion ? (son, éclairage, vidéo..) « ben non, ils sont déjà 3 (!) salariés »

    ps, à force de dire, dénoncer mon absence de ‘conscience politique’.. va falloir que ça change ! (trop de ‘Juan blog’ n’est pas assez)

    les/des « excès » à dénoncer
    ah wouais !!
    visez bien (politicos and co) et frappez fort !
    vive le sport (nickel Sylvie)

  6. Sinon, évidemment, il est bien facile de taper sur Patrick Sébastien (pour qui qui je n’ai pas le moindre élan de sympathie, dois-je le dire) qui, depuis environ trente ans, fait effectivement travailler des gens.

    Il est naturellement plus valorisant, je suppose, de mettre en avant je ne sais quel clown de rue qui parcourt pendant trois mois d’été les terrasses de bistrot de la Côte, pour ensuite vire tranquille sans rien foutre pendant les neuf mois restants.

    (Et ne me dites pas que je je raconte n’importe quoi : j’en ai un tout près de moi !)

    1. didiergoux , beurk ! j’ai du mal à ne pas rendre , votre rancœur vous submerge . Votre post de 20H40 :  » salariés du privé qui produisent des richesses……..les intermittents sont de purs parasites  » . Et vous , à part votre prose , êtes-vous vraiment plus utile ? et , par conséquence posible de votre mépris , quand vous aurez la châtelaine de Montretout et ses sbires pour faire le ménage que vous semblez appeler de vos vœux ? , reverrons-nous refleurir les autodafés culturels et autres purges comminatoires qui pourrons vous faire dire  » enfin plus de parasites chez moi !  » ? C’est un choix de société sinon de vie . Tout de même , un grand merci de me donner l’occasion de mépriser un réac fleurant bon le populisme à la mode .

Les commentaires sont fermés.