Rendre sa nationalité


« j’ai une soudaine envie de rendre ma nationalité française à qui de droit. « 

C’est l’ami Bembelly qui s’y colle.

« En colère? Non, je suis juste lassé de lire ça et là des conneries et raccourcis entre football et nationalité et, j’ai envie de faire comme Gérard Depardieu le désormais Russe, personne ne l’avait emmerdé lorsqu’il avait opté pour la Russie… »

Je ne suis que Français, sans autre origine que quelques siècles de présence familiale dans ce pays. Et comme lui j’ai déjà ressenti cette curieuse impression d’avoir envie, besoin d’en sortir.

Il suffit parfois d’un Zemmour, d’une Le Pen, ou même d’un Sarko. Ou plus simplement d’un surcroît de nationalisme haineux.  La France a eut son lot de périodes où elle était honteuse. C’est même pour cela que certains déclament à voix haute et forte combien il faudrait être fier d’être né par hasard dans ce beau pays.  En général, celles et ceux qui braillent leur fierté nationale sont les mêmes qui sont devenus Français par naissance, c’est-à-dire par accident.

Bref, comment rendre sa nationalité quand vous n’avez que celle là ?

Si j’étais fils d’immigrés, je me tournerai peut-être vers celle de mes aïeux. Mon prénom Juan évoque quelques racines latines, mais lointaines.

Quand j’entends donc quelques réacs mettre en doute – comme Sarko hier – l’allégeance au drapeau à l’encontre de ceux qu’ils pensent être des enfants d’immigrés alors qu’eux même ne sont pas pour grand chose dans leur nationalité, j’enrage.

13 réflexions sur “ Rendre sa nationalité ”

  1. M’enfin Juan, nous l’avons tous rendu notre nationalité, aujourd’hui nous sommes tous Eurpéens, non ?

    et pour paraphraser le grand phare de la pensée de Botul; « demain, nous serons tous des Ukrainiens ».

  2. NON, je ne céderais pas ! pas un cm ni même un mml
    en aucun cas/

    français de cœur, culture etc.
    j’ai 2 passeports (2)
    merci pépé (y mama je suppose) et un tonton Fribourgeois pas connu mort aux Glières.. quelle idée..

  3. Légalement, on est Français par le droit du sol . Ce qui sous- entend que chaque individu né sur le sol français peut en revendiquer la nationalité . Il existe aussi quelque chose de non-écrit, qu’on appelle le droit du sang versé . Nombreux sont ceux qui rentrent dans cette définition : les anciens tirailleurs Algériens, Marocains, Tunisiens, Sénégalais ( au sens très large, puisque plutôt tirailleurs de l’AOF ), Indochinois ( si, si , il y en a eut ), sans lesquels la chère France n’aurait plus, depuis 1940, son mot à dire dans le concert de ce qu’on nomme les »grandes nations » . Aussi, les roquets du type Sarkozy ou Le Pen père et fille devraient la fermer, et prendre exemple sur les supporters Algériens qui ont décidé de réserver leurs places devant les écrans géants pour soutenir l’équipe de France face à celle d’Allemagne . Je suis certain que les supporters français n’en n’auraient pas fait autant

    1. En dehors de la naturalisation ( = devenir Français) on est Français par le droit du sol OU par le droit dit du sang (en fait, filiation) : un enfant d’un couple Français né à l’étranger est Français de naissance.

      Par ailleurs, on ne peut pas renoncer à la nationalité française si on n’en possède pas préalablement une autre: en l’acceptant, l’ Etat créerait un apatride, ce qu’il n’a pas le droit de faire.

      1. `A noter que le droit du sol a progressivement été réintroduit par des lois en 1851 puis 1889, pour répondre à des besoins croissants en travailleurs (1851) ou en futurs soldats (1889).

      2. Je parlais de sang VERSE . Ce qui voulait dire qu’un tirailleur Algérien pouvait se dire autant français ( voire plus ) qu’un milicien pétainiste .
        Inutile de citer wikipédia, Docteur : je sais lire .

        1. Pas très convaincant, l’argument du « sang versé » : pourquoi un tirailleur Algérien qui n’aurait pas eu la chance d’être blessé au combat n’aurait-il pas la même possibilité de devenir Français que celui qui aurait eu cette chance ?

          1. « Par le sang versé », c’est le titre d’un bouquin de Paul Bonnecarrère, portant sur la Légion et les troupes coloniales en Indochine . Ces mêmes troupes qui ont participé aux débarquements en Sicile et en Provence . Bref, des gens qui se sont battus pour que la France puisse avoir encore son mot à dire dans le concert des grandes Nations . Ces gens, dont les enfants et les petits enfants hérissent le poil de Marion Anne Perrine et du FN, méritent autant d’être considérés Français que les gesticulateurs d’extrême-droite, nostalgiques des colonies et du Maréchal, ni plus, ni moins

Les commentaires sont fermés.