Dire Non


C’est le dernier bouquin d’Edwy Plenel.

Il mérite plusieurs chroniques. En voici une première.

La lecture de cet ouvrage est l’occasion de revisiter quelques désaccords.

On pourrait refaire le match. Dès les premières heures du quinquennat Hollande, Edwy Plenel, et Mediapart  tout entier, se sont attachés à brocarder violemment Manuel Valls. Nous avons cru qu’il fallait au contraire « laisser sa chance au produit », que l’homme participerait à l’aventure collective hollandaise, mais aussi normaliserait des sujets qui étaient devenus les fers de lance de l’instrumentalisation politique extrême-droitiste de Sarkofrance – nommément l’immigration et la sécurité.

Deux ans plus tard, Mediapart avait raison. Ou plutôt, nous faisons aussi le constat que Manuel Valls a échoué sur ces deux terrains. Et qu’il n’est du coup plus que la caricature qu’on faisait de lui en mai 2012. Mais je reste dubitatif, et parfois en rage, contre la tactique initiale de l’opposition d’alors, qui consista à adopter une posture ultra-clivante.

Si « l’équipe » socialiste dans son ensemble a perdu la confiance des Français, ce n’est pas grâce au travail de conviction de son opposition de gauche mais à cause de son propre échec.

—–

Le chapitre sur l’identité est essentiel. Oui, « la France est un pays d’origine étrangère ». Plenel multiplie là encore les références et les rappels. Mais il explique la montée du racisme et de la xénophobie depuis 30 ans par « l’inconscient toujours enfoui du rapport colonial, y compris au sein de la gauche française« .  Pour lui, nous Français n’avons jamais digéré la fin de notre Empire. Notre décolonisation s’est faite dans la douleur, la quasi-guerre civile, les excès et le drame. Cette incapacité collective à « dénouer » pacifiquement les fils de la colonisation dans les années 50-60 expliquerait le ressenti xénophobe d’aujourd’hui.

Plenel néglige l’impact de l’Islam. L’Islam, quand il s’exprime de façon radicale, transporte une image de la femme plus terrifiante pour les laïcs (et l’athée que je suis) que les pires clichés de l’extrémisme juif ou catholique. Plus d’un siècle après la loi de 1905, nous pensions en avoir (presque) fini avec l’irruption du religion dans notre vie politique. Le mariage pour tous a montré que les réacs religieux sont plus vivaces qu’avant.  Il n’empêche que les réactions anti-Islam rallient aussi des laïcards de gauche, parfois avec excès.

 

 

37 réflexions sur “ Dire Non ”

  1. À propos de l’Islam, il faudrait nuancer ton propos à la lumière des faits et des instrumentalisation. L’Islam intégriste avant d’être désigné problème numéro 1 n’existait pour ainsi dire quasiment pas. En tout cas pas plus que le catholicisme fou furieux, les évangéliques barrés et les juifs ultra. Bref, il était comme tout le monde et il était le dernier souci des banlieue. Et puis un jour on a décidé que les 3 petits voiles qui se battaient péniblement en duel dans Paris était LE PROBLÈME D’INTÉGRATION NUMÉRO 1, L’ATTEINTE TOTALE À NOTRE LAÏCITÉ. Au moment où on se contrebalançait allégrement des fou furieux suscités. Bref, soudain, parce qu’on avait ce vieux fond raciste enfoui mais indicible (parce qu’un peu trop ouvertement raciste) on a lancé (et créé) la bataille culturelle. Si on peut pas trouver que « le bruit et l’odeur » alors on pourra dire que « quand même ils mettent des voiles sur les femmes »… Et hop soudain, parce que ça se passe TOUJOURS comme ça, on les a incité à se radicaliser. Puisqu’il était clair qu’aussi français soient ils ils ne seraient jamais tout à fait partie prenante de notre république (12 controles par jours, ghettoïsation etc.) et que maintenant on s’en prenait à leur religion, ils allaient nous donner raison.

    Répète mille fois à quelqu’un qu’il ne vaut rien, il finira par te donner raison.
    Bref, ta nuance islamique in fine pourrait bien renforcer le point de vue de Plenel.

    1. J’ai vu la radicalisation de l’Islam très modéré d’Asie après les invasions d’Afghanistan et Irak, merci à GWB et à l’Otan.
      Je peux comprendre l’interdiction du voile dans les écoles (là où la république affirme sa laïcité) je ne peux l’approuver dans les rues et lieux publiques notament sortie d’école; c’est une marque d’intolérance, de racisme en fait.
      Et la justification « défense des droits de la femme » est d’une hypocrisie sans nom mais « normale » chez les pharisiens.

  2. D’accord sur les trois points : Valls, la décolonisation et les dérives islamistes.
    Dans la dernière phrase,  » souvent avec excès » serait plus juste.

    Bobiyé.

  3. Valls, avant même d’être ministre, prônait le changement de nom du PS . Déjà, ça rend méfiant . A peine ministre, il a chaussé les bottes des ministres de l’intérieur du tandem Sarkozy/Fillon, en particulier sur les Roms . Sarkozy avait fermé Sangatte, créant un bordel sans nom à Calais et dans ses environs . Valls n’a rien fait pour corriger le tir . Et ce ne sont que quelques errements parmi beaucoup d’autres .
    Quand à FH et au P.S . , ce sont eux, et eux seuls qui ont généré les propos du FdeG et de l’extrême-gauche, en signant, sans barguigner, le TSCG, qu’ils pretendaient renégocier . C’était le point de départ de tout le reste et que ce soit Médiapart, le PdeG, voir le PCF, ils n’ont rien fait d’autre que d’annoncer les dérives futures de FH et de ses gouvernements . Je ne vois pas ce qu’il y avait de clivant là dedans . Il suffit d’entendre le silence assourdis-
    sant de l’opposition ( en lambeaux, je le concède, mais quand même ).
    En ce qui concerne la décolonisation mal vécue, Plenel n’a pas tort : le socle du FN, ce sont les rapatriés d’Algérie et leurs descendants .
    En ce qui concerne l’Islam, le dossier du « Diplo » du mois e juillet tord le cou à pas mal d’idées reçues .

  4. Il me semble assez vain de traiter l’identité et ses tensions sans la relier à l’économique.

    Ce qui se produit depuis 30 ans, c’est une contre-révolution néolibérale, une modification du partage de la valeur ajoutée au profit des actionnaires et la révolution informatique qui a supprimé la nécessité de millions d’emplois. Tous ces éléments convergent pour créer un chômage structurel de masse.

    Car le racisme n’est pas une opinion, mais (bien souvent) l’expression de conditions sociales dont la sécurité est absente.

    Pendant les Trente Glorieuses (jusqu’en 1973 disons), la bourgeoisie française, craignant une révolution communiste, a cédé aux pressions visant à mettre en place une économie de plein-emploi basée sur le crédit facile et l’inflation de longue durée. Suivant le vieux principe selon lequel il vaut mieux donner un peu que tout perdre, elle a supporté l’opposition d’une classe ouvrière syndiquée et active. Il n’y a aucun racisme dans le fait de remarquer que l’immigration a été utilisée par le patronat pour diviser les travailleurs français en les mettant en concurrence avec des travailleurs dépolitisés et parfois à peine alphabétisés (voir sur le sujet l’excellent roman de Robert Linhart, L’établi). Mais tout cela ne posait finalement guère de problèmes dans un contexte d’ascension sociale et de plein-emploi.

    Si le débat sur l’immigration est aujourd’hui empoissonné, c’est parce que l’extrême-droite monopolise le thème. Mais ça ne change pas le fait que l’arrivée de nouveaux travailleurs corvéables et peu qualifiés nuit aux classes populaires et que l’accroissement de la concurrence en période de chômage de masse engendre fatalement des conflits.

    Si, depuis ces trente dernières années, le coût de l’immigration (concurrence accrue, hausse de la demande de logements, etc.), avait été compensé par des transferts depuis les plus fortunés vers les classes populaires, je ne pense pas que le FN dépasserait les 10%.

    Je ne crois donc pas que Mr. Plenel voit juste en pointant la difficile décolonisation. Quel pourcentage de la population a connu cet événement ? C’est une explication trop intellectualiste.

    1. Appouvé par le Comité Makhno en partenariat avec Malatesta et Durruti.

      La fixation sur le FN est le mauvais alibi des gouvernements ratés et objectivement le meilleur préservatif du Système, par sa tactique banalisation-provocation (Papa-Fifille).

      1. C’était pour répondre à la décolonisation ratée citée par Plenel . Il faut avoir vu les rapatriés d’Algérie en 1962 ( comme je les ai vu ) , pour comprendre qu’ils n’ont jamais accepté la perte coloniale et formé le socle du FN, puisque des Tixier-Vignancourt et JMLP, poussaient à la roue de la colère .
        Ca ne remet pas en cause l’analyse de Jonathan sur l’exploitation de l’immigration car il faut aussi avoir vu la queue à l’embauche chez Citroen, alors quai de Javel, par exemple, pour en saisir toute la dureté

  5. trop fort pour moi ce coup ci, le bouquin…

    moi qui croyais que le racisme c’était un problème de différence…….si en plus, faut remonter à la colonisation…….
    j’aurais vu le démarrage de cette affaire à l’époque de la tour de babel, …mais bon…

    le plus compliqué à comprendre dans la religion, c’est le fait que des hommes se tirent la bourre pour un type ( parce qu’il paraît que nous sommes à son image ) que personne n’a jamais vu…….
    ensuite chacun s’est fait une petite histoire perso et ça a fait des best sellers…….pour un même mot, on peut voir diverses interprétations,….je ne sais pas si c’est bien d’être trop intelligent, ça complique tout….

    je suis d’accord que quand on est laïc et apolitique, franchement on gagne du temps à l’apéro

    je n’ai pas bien compris ce que vient faire valls dans ces grands sujets de philosophie et de métaphysique…..à mon humble avis pour résoudre les problèmes, il doit humer un sondage et il applique une décision dans le sens du vent………je ne le vois pas personnellement allumer une bougie….

    je dis NON en masse à tout ça……et pis c’est tout

    1. De nos jours les racistes sont plutôt islamophobes ou antisémites . Ils n’en sont pas à jeter des cailloux aux asiatiques parce que ceux-ci ne leur font pas d’ombre . J’ai idée qu’on mélange un peu tout .

      1. pourtant les asiatiques, c’était les colonies aussi, aie, le livre à monsieur Plenel va nécessiter une ristourne

  6. « La France est un pays d’origine étrangère ». Mais putain, ca ne veut rien dire! Ou alors on part du postulat que la planète Terre est d’origine extra-terreste et on accepte l’idée que le premier alien venu vienne faire la loi chez nous; en dépit de notre histoire, de notre patrimoine, nos principes, nos traditions, notre volonté, nos lois (la laïcité, par exemple).

    Sur l’identité et le racisme, pareil, toujours les mêmes conneries.
    Les pays scandinaves, les pays de l’est n’ont pas eu de colonies. Les scandinaves commencent pourtant à rejeter l’immigration africaine et musulmane. Ce rejet est le fruit de leur courte et difficile expérience de cohabitation avec ces peuples.
    Certains pays d’Europe de l’est ont du subir le colonialisme ottoman (croyez que les turcs ont des problèmes inconscients de mémoire enfouie?). Allez demander aux bulgares et aux hongrois ce qu’ils pensent des turcs et de l’islam. Allez demander aux turcs ce qu’ils pensent des arméniens ou des juifs. Voulez qu’on parle du sort des chrétiens d’orient?

    Et puis c’est quoi cette histoire d’inconscient enfoui, c’est quoi cette psychanalyse à deux balles?. On lui demande pourquoi il a une moustache Plenel, on lui demande s’il s’est fait croquer l’anus par un castor quand il était petit en colo? Ce type ignore totalement les réalités organiques de son espèce, ou alors c’est un idéologue.

    1. Mon commentaire n’est pas passé? Peut-être un petit problème technique, ou alors l’a t-on trouvé impoli?

      1. Votre message est bien publié, ça m’est aussi arrivé d’être dans la boîte à spam.

        Personnellement je n’ai pas trouvé votre commentaire impoli, juste hystérisant, mais intéressant néanmoins, révélateur d’une époque.

        Pas non plus si nouveau néanmoins, pensez à la façon dont été accueillis en France les espagnols, les italiens, les polonais et bien d’autres encore avant eux.

        1. Ce qui est révélateur d’une époque, c’est la volonté de psychanalyser (« juste hystérisant » / je ne vous cache pas que je trouve la situation un peu tendue aujourd’hui dans mon pays. Vous non? tout va bien?) tout discours ne rentrant pas dans la petite cathéchèse de l’humanisme bien pensant. C’est ce que l’on fait souvent lorsque l’on n’a pas d’arguments à opposer à ses contradicteurs.

          Ce qui est révélateur d’une époque, c’est de vouloir en permanence comparer l’immigration européenne du XXème s à celle que nous subissons aujourd’hui, alors qu’il a été démontré, de nombreuses fois, qu’elles n’ont rien de comparable (les uns étant culturellement, éthniquement et religieusement proches, les autres non; immigration de travail d’un côté contre regroupement familial de l’autre; assimilation pour les premiers contre non intégration des autres (quand ce n’est pas un refus pur et simple); flux migratoires incomparables en densité; situation économique du pays d’accueil différente, etc.).
          Signe d’un aveuglement, d’une ignorance des faits voire d’une mauvaise foi, dans le pire des cas.

          De nombreux immigrés espagnols, après la guerre 36-39, ont étés accueillis dans des camps de refugiés, à la frontière française. Le long du littoral, ils ont été parqués dans des camps entourés de barbelés. Leurs conditions avaient tout à envier aux conditions d’accueil (accompagnement juridique, associations de défense des immigrés, logement, santé, éducation etc.) que connaissent les immigrés aujourd’hui. Ils n’ont jamais pourtant trouvé prétexte pour critiquer la terre d’accueil qu’ils venaient de trouver et crier au racisme des autochtones.

          Une partie de l’immigration du sud-est asiatique est liée à l’histoire coloniale française (comme les africains). Elle s’est produite suite à une guerre de décolonisation plutôt sale et sanglante, Dien-Bien-Phu (tout comme la décolonisation en Algérie). Les conditions dans lesquelles, certaines de ces populations ont été amenées à quitter leur terre natale (boat-people) ont été pour le moins traumatisantes et n’ont rien à voir avec le confort d’un visa pour la France entre les deux rives de la Méditerranée. Croyez-vous que ces gens ont étés logés au Ritz lorsqu’ils sont arrivés ici? Non. Ils ont connu, pour certains, des camps d’accueil, de l’habitat précaire, en périphérie. Leur culture, leur religion, leur ethnie était différente. Ils n’ont pourtant jamais revendiqué quelque privilège communautaire ou statut identitaire. Ils ont trimé comme des âmes en peine et que je sache, n’ont jamais eu à souffrir d’un quelconque racisme ou rejet massif de la part de la population qui les a accueilli. Pourquoi à votre avis?

          Il n’est pas interdit d’en tirer deux-trois conclusions; ce que ce pays n’est pas capable de faire pour un tas de raisons. Des types comme Plenel ne sont qu’une parmi les multiples causes du blocage communautaire lié à l’immigration africaine et musulmane en Europe aujourd’hui.

              1. De rien ! Ça m’amuse toujours de voir des connards d’extrême droite intervenir dans les commentaires des blogs de gauche en essayant de faire croire qu’ils ne sont pas d’extrême droite.

                1. Moi ce qui m’amuse, c’est de voir des rigolos, comme toi , se faire traiter de racistes et de réacs sur des blogs de gauche et venir s’acheter une conscience ou pseudo-respectabilité en insultant un peu partout d’autres types qu’il qualifie à son tour de réacs ou d’extrême droite.

                  Arrête de boire, ça t’évitera de répéter en boucle les mêmes conneries.

                  Je te laisse le dernier lancer de crottes, cela semble à ta portée.

          1. « ethniquement proches » ? Quelle expression. cette conception raciale qui ne dit pas sont mot est à mon sens une aberration. les « blocages communautaires » sont un hochet de diversion sociale.

            1. Bon, le taulier tolère des expressions divergentes sur son blog, je ne vais pas en abuser et me taper plus que ça l’incruste chez lui.

              Pour le reste, oui, une conception qui dit son nom (peut-on nier qu’il est plus aisé de s’intégrer à un peuple lorsque l’on appartient à son ethnie majoritaire? je ne pense pas qu’il existe un immigré pour contredire ce fait), sans être pour autant unidimensionnelle. Lorsque j’évoque notre culture, nos traditions, nos lois etc. ce n’est pas pour le décorum.

              1. Dites Anton, vous ne pouvez pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Vous êtiez prêt à sauter sur votre chaise comme un cabri en criant « je suis pas raciste / je suis pas raciste » si j’avais expliqué votre commentaire par la xénophobie, je ne l’ai pas fait et vous râlez quand même. Désolé, mais associer du mépris à la notion d’humanisme, c’est bien révélateur d’une époque. C’était d’ailleurs un leitmotiv de la sarkofrance.

                Je vais vous raconter un truc qui m’a choqué quand je suis allé au Canada : dans chaque grande ville que j’ai visité (Toronto Ottawa Montréal Québec), on y trouve un musée de l’immigration extrêmement bien foutu. La France elle, pourtant la patrie des musées par excellence, ne connait pas l’histoire de sa population.

                Allez vous renseigner sur ce qu’il s’est passé en 1893 à Aigues-Mortes avec « immigrés européens venus pour travailler, culturellement, ethniquement et religieusement proches »

                http://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_des_Italiens_d'Aigues-Mortes

                L’autre partie de votre argumentaire est de dire que les immigrés doivent s’arracher de leurs racines, travailler dur, supporter tout et surtout ne pas la ramener.

                C’est une façon de voir. D’autres pays réfléchissent autrement et se demandent comment accueillir la population qui est chez elle afin de profiter des talents qui viennent de partout. C’est ce qui explique le succès de la Silicon Valley, ou en Europe du Luxembourg. Le ponpon est atteint par l’état du Vatican : 100% d’immigrés ! Et pourtant c’est un pays qui tient le coup !

                1. Mouais, la ronde des peuples qui se tiennent par la main, se font des clins d’oeils complices et des bisous dans le cou et font douze fois le tour de la planète dans une farandole arc en ciel…
                  Arrêtez un peu, ce n’est pas faire insulte à l’humanité que d’accepter de voir comme elle est. C’est le contraire qui est totalement irresponsable.
                  Donc oui, désaccord entre utopistes et réalistes. Pour paraphraser l’autre antiquité dégoulinante, les utopistes n’ont pas le monopole de l’humanisme, ou alors c’est qu’ils se comportent comme des petits curés.

                  « comment accueillir la population qui est chez elle afin de profiter des talents qui viennent de partout »
                  + la Silicon Valley, le Luxembourg, le Vatican…

                  Z’êtes sérieux-là? Z’avez vu la gueule de vos talents? Je n’insiste pas.

                  1. Non, vous avez rejeté l’humanisme, ça c’est votre problème, mais si c’était suffisant pour être dans le camp des réalistes, ça se saurait depuis le temps qu’on nous présente ce faux dilemme par excellence.

                    Faites une recherche google sur « immigration : jusqu’à quel point êtes vous un crétin ? »

                    1. (allez, un p’ti dernier pour la route…)

                      Des gens décident que d’autres ont rejeté l’humanisme… , ces gens érigent des murs -le camp du bien, le camp du mal- ces gens se comportent en petits curés de la bonne morale; ils croient au lieu de penser. Tout cela est très religieux je trouve. Enfin, si vous arrivez à vous rassurer avec ça…

                      Donc, un blogueur américain, écrivant sous le pseudo de Younotsneaky, pond un étude sur le coût de l’immigration. Et alors? Vous prenez ce qu’il dit pour argent comptant?
                      Ce même blogueur nous parle d’un autre continent, connaissant des typologies migratoires différentes des nôtres et vous jugez opportun de transposer ses conclusions à la France?
                      Ce même blogueur en arrive à nous expliquer, par exemple, « que la criminalité des migrants est inférieure à celle des nationaux ». Même le ministère de l’intérieur en France n’en est pas à ce niveau de propagande mensongère.
                      Ce même blogueur nous explique d’entrée que si l’on se rallie pas à ses conclusions on est un crétin. Bel exemple d’argumentation et d’aptitude au débat.

                      Car voyez-vous, Jean Michel Fayard, pas une étude en France et en Europe sur le coût de l’immigration (il en existe pourtant des dizaines), je dis bien pas une, n’est parvenue à faire autorité sur la question. Pas une n’est parvenue aux mêmes conclusions, ni aux mêmes chiffres. Pourquoi? Parce qu’elles entendent très souvent soutenir une idéologie, anti ou pro-immigrationniste, et non servir l’objectivité du propos abordé.

                      Vous pouvez croire ce que l’on vous raconte, sur Libé ou ailleurs, que l’immigration (après avoir bien entendu reconstruit la France et l’avoir libéré des nazis; mantra préféré des humanistes immigrationnistes), nous enrichit, qu’elle va payer votre retraite etc. Je me contente, pour ma part, d’observer autour de moi que de très nombreux immigrés ne parviennent même pas à payer la cantine de leurs gosses.
                      Nous ne voyons pas le même monde au dehors.

                    2. Antonin,

                      1. Ce n’est pas moi qui vous met dans le camp du mal, c’est vous qui en parlant d’humanisme sur un air de mépris donnez l’impression (peut-être fausse) que vous avez renoncé à toute ambition dans ce domaine.
                      2. J’ai pas bien compris en quoi la nationalité du « blogueur » (économiste en réalité) invalide son propos. Par ailleurs, Alexandre Delaigue est français si ça peut jouer en la faveur de ses dires.
                      3. « Pas une étude n’est parvenue à faire autorité » –> ça en dit beaucoup moins sur le manque de sérieux de l’étude que sur les gens qui la reçoivent, pour qui le fait que l’immigration est un problème n’est pas une hypothèse qu’on puisse soumettre à réfutation suivant la méthode scientifique classique, mais un postulat
                      4. Chez vous, les immigrés n’arrivent pas à payer leurs cantines –> Alors là, c’est gonflé! Le type d’idées dans lesquelles vous baignez étant au pouvoir depuis Pasqua à Valls en passant par Sarkozy et beaucoup d’autres, beaucoup d’immigrés sont effectivement dans une situation où ils ont du mal à payer leurs cantines. Vous parliez de réalisme, mais au lieu d’en tirer comme conclusion que cette stratégie a échoué, vous tirez parti de son inefficacité pour aller encore plus loin dans le n’importe quoi !

                      Je vais vous donner un exemple très concret : ma copine est étudiante hors union européenne, et a un visant étudiant pourri qui fait qu’elle ne peut en pratique pour financer ses études que faire des boulots pourris style macdo, ménages, … On a un super projet de faire des formations pour les particuliers qui sont à la rue niveau technologie (web, smartphones, … la liste est longue). Figurez-vous qu’à cause des gens comme vous, et des politiciens qui ont compris qu’il y a un bon fillon à faire croire qu’on est réaliste en pourrissant la vie d’une partie de la population, elle N’A PAS LE DROIT DE DONNER DES COURS aux particuliers. Vous voyez, si les gens savaient se servir de manière un peu moins bête de tout ce qui a été inventé depuis 10 ans, l’économie française s’effondrerait, c’est clair !

                    3. Antonin? Pas souvenir de vous avoir appelé Jeannot ou Michelin? Gardez vos nerfs, on discute, rien de plus.
                      1- allez, si vous voulez, on va pas y passer le réveillon.
                      2- ?? / j’aimerais bien savoir où j’ai insinué que la nationalité du bonhomme discréditait son propos… c’est son propos qui suffit amplement à le discréditer.
                      3- faîtes express? quel rapport avec ce que j’ai dit? procès d’intention.
                      4- gné? les types n’arrivent pas à payer leur cantine à cause des idées de Pasqua, Valls, Sarkozy? vous commencez sérieusement à délirer.
                      (si vous saviez à quel point je ne me sens pas représenté par ces trois guignols, mais bon, passons).
                      Enfin, si vous croyez que c’est à cause de gens comme moi que votre copine est obligée de bosser au macdo pour payer ses études… comment dire?… vaut mieux en rester là, c’est plus raisonnable.

                    4. Anton, je n’avais pas votre commentaire (et donc votre nom) sous les yeux en rédigeant le mien, on arrive à la limite de niveaux de réponses de WordPress.

                      Vous vous dédouanez en disant que vous ne vous reconnaissez pas dans la clique de politiciens qui ont voté les lois dont les gens comme ma copine subissent les conséquences à chaque fois qu’ils vont en Préfecture.

                      Je suis sûr que les écologistes des années 70 ne se reconnaîtraient pas non plus dans la charte de l’environnement de Hulot/Chirac. Mais concrètement c’est ce genre de conséquences qu’ont eu leur agit-prop, pas ce que eux avaient prévu.

                      Et de la même manière, les conséquences de l’agit-prop des gens qui font croire qu’il y a un système de vase communiquants entre l’immigration et le chômage, c’est les lois sur l’immigration de Pasqua, Sarkozy & co, et surtout la situation pourrie très concrète qu’on voit au jour le jour dans les préfectures. Encore faut-il la connaître cette réalité là.

                    5. Non, je ne me dédouane pas puisque j’exprime clairement des idées bien plus radicales que celles de la clique dont vous me parlez. Ces types là n’ont absolument rien fait, ne serait-ce que pour freiner l’invasion migratoire que nous subissons.

                      Je ne dis pas que l’immigration est problématique par nature (vos raccourcis sont inopérants, ils nous font perdre du temps), je dis que l’immigration musulmane et subsaharienne de masse est une catastrophe (culturelle, sociale, économique, etc.) pour la France et pour l’Europe.

                      Enfin, pardonnez moi mais qu’est-ce que votre copine vient foutre dans le sujet de discussion? Devrait-on aller à l’encontre de l’intérêt général au prétexte que votre intérêt particulier serait compromis? C’est votre intérêt particulier qui conditionne votre position morale et politique sur le sujet? Vous aussi, privilégiez des formes de solidarités tribales au détriment du plus grand nombre? Typiquement le genre d’exigences communautaires qui semblent anodines mais qui mises bout à bout finissent par pourrir toute idée de bien commun.

                    6. Ce que vient faire ma copine là dedans, c’est qu’elle met du concret et de connaissance du terrain dans cette affaire.

                      Admettons pour les besoins de la discussion que ce soit l’immigration « musulmane et subsaharienne » qui soit « le problème ».

                      Entre les politiciens moins radicaux mais qui font passer des vrais lois, et vous, c’est moins un duel qu’un duo : les premiers ne pourraient exploiter pas ce créneau du pseudo-réalisme anti-immigrés sans vous, et vous n’arriveriez pas à faire passer directement vos lois (avec la CEDH pour commencer, et au-delà les boîtes françaises qui exportent se retrouveraient dans le même genre situation que celle de l’afrique du sud de l’apertheid. Et oui, l’image d’un pays, ça compte beaucoup).

                      Le truc c’est que concrètement, quand vous allez vous allez à la préfecture, peu importe que vous veniez de les pays musulmans et subsahariens, ou bien au contraire des USA, Canada, Amérique du sud (comme ma copine) ou Asie, vous subissez tous le sort humiliant d’être à la merci de cette administration bien croquée dans les 12 travaux d’Astérix par Goscinny (« La maison qui rend fou »). ça fait bien longtemps que ça se sait dans les cercles d’expatriés que la France est un pays à éviter quand on en a les moyens. Ne viennent donc plus tous les gens brillants qui autrefois apportaient du dynamisme à ce pays. Même chose pour les enfants du pays d’ailleurs : ils émigrent à Londres, dans la Silicon Valey, … à l’inverse, les migrants qui n’ont pas le choix, ceux qui traversent des kilomètres à la nage, ce ne sont pas des simagrées qui vont les arrêter. Et surtout il y a ceux qui sont déjà là.

                      En conclusion, les gens ont des ressentiments contre l’immigration à cause des difficultés économiques, mais ils ne voient pas que les difficultés économiques sont aggravées par cette phobie de l’immigration.

                    7. Mais je n’ai pas d’à priori contre l’immigration venue du continent américain (nord ou sud). Ce sont nos politiciens (soutenus par l’antiracisme institutionnel et applaudis par une partie du grand patronat) qui ont fait le choix déplorable du « profil » migratoire que nous subissons aujourd’hui.
                      J’ai, de nombreuses fois, dans un cadre professionnel (tribunal administratif) déploré la décision de reconduite à la frontière de latino-américains alors que l’on régularisait à tour de bras des kurdes, des algériens etc.

                      C’est à nos décideurs politiques et à leurs soutiens, depuis quarante ans, que je jette la pierre. Je n’en veux pas à ces types qui « traversent des km à la nage » (avec les mains attachées dans le dos, pendant que vous y êtes…), et qui viennent pour la plupart rechercher des conditions d’existence plus dignes. Ce que je peux par contre leur reprocher, c’est qu’à peine arrivés, ils cherchent par tous les moyens à reproduire les conditions de leur ancienne servitude (soutien à une religion archaïque, mentalité clanique et tribale, machisme, faible tolérance à l’altérité, religieuse, ethnique, sexuelle etc.).

                      Puisqu’on vous abondez en anecdotes privées, j’y vais de la mienne. Ma mère, française, ayant vécu dix ans dans un pays d’Amérique Latine (j’y ai moi même passé six ans), mariée qui plus est à un latino-américain (et ouais) a galéré comme il n’est pas permis, au point d’avoir abandonné, pour obtenir la nationalité de ce pays. Même un législateur du FN serait un bisounours comparé aux textes de loi régissant l’obtention de la nationalité dans l’immense majorité des pays du monde.

                      Essayez donc avec votre « querida » de vous faire naturaliser en Algérie, en Arabie saoudite ou au Japon et on en reparle après.
                      Sérieux, jetez un œil sur les conditions d’immigration au Japon, par exemple. Renseignez vous sur leur tolérance à l’islam (ça vaut le détour). Ca n’empêche pas leurs boites d’être performantes à l’export (par contre votre truc là sur l’apartheid… pfff… soyez sérieux deux minutes).

                    8. Semblerait qu’il y ait controverse au sujet de l’islam au Japon (pas toujours le temps de vérifier toutes les sources qui se bousculent au portillon), donc ne tenez pas compte de cette ultime remarque, jusqu’à plus ample informé.

  7. et puisqu’on cause de tout ça, ce que j’observe,

    – c’est que plus on veut faire de nous des européens, des américains, des classes moyennes, des consommateurs de produits uniques

    – plus on veut étendre les frontières pour faire le village mondial européen ou américain

    bref plus on veut nous rendre lisses, égaux et indistincts et plus on voit fleurir des identifications prononcés de corporations et de revendications de différences…..bretons, alsaciens, cathos, islamistes,
    fonctionnaires, actifs, chômeurs, riches, pauvres et homos…..

    au point où : ….est extrèmiste, celui qui ne pense pas comme il faut (toujours la haine ancestrale du vrai gaucher)…..si, si il y a de bons bouquins sur l’histoire des gauchers honnis…..bon je m’égare

    par contre, à la différence des colonialistes d’une autre époque qui vendaient notre modèle aux infidèles et aux mécréants des pays lointains, l’occidental est devenu le manant qui ne comprend rien au libéralisme et à la finance…..

    les néo colonisateurs économiques veulent nous faire devenir des chinois, des émergents, des migrants, des VRP du travail moins chers….des coûteux en tout ….c’est simple dès qu’on respire, on coûte…

    au final c’est le monde à l’envers, on ne vénère plus un incréee interplanétaire, mais le veau d’or du matérialisme financier terrien…

    à ce demander qui est le laïc nouvelle version …..

Les commentaires sont fermés.