La vision caricaturale de Netanyahu


Je simplifie, évidemment. C’est toujours dangereux de simplifier sa propre vision du conflit israélo-palestinien. Dans son éditorial du 7 août, le Monde conclut qu’il est urgent d’abolir le blocus de Gaza; que trois interventions militaires désastreuses d’Israël à Gaza ont montré leur inefficacité. Mais le Monde s’inquiète surtout des forces en présence. Comme d’autres (relire à ce propos les très bonnes analyses de Hubert Huertas pour Mediapart sur le sujet), il s’inquiète de la radicalisation de la classe politique israélienne, à qui répond une autre radicalisation côté palestinien (victoire du Hamas aux élections de 2006, tirs de roquette du Djihad islamique et du Hamas, etc).

Le 7 août 2014, le Premier ministre israélien a donné une interview exclusive à aux deux envoyées spéciales  de Canal+ et iTélé à Jérusalem, Laurence Haïm et Peggy Bruguière. La première a expliqué en préambule de l’interview qu’elle n’avait jamais rencontré Netanyahu, que les questions ne lui avaient jamais été envoyés avant l’itw, ni à lui ni à son entourage.

Cette précision m’a surpris. Soit notre journalisme national est à ce point discrédité qu’il est désormais nécessaire à certains de ses représentants de rappeler le B-A-BA de leur métier; soit  Laurence Haïm pense être personnellement ou professionnellement soupçonnée de je-ne-sais-quelle complaisance (*)

L’ami Bembelly se demande quoi penser de cet entretien.

Netanyahu a des formules odieuses. Certes, il regrettent la « tragédie » des victimes civiles en Palestine (Fabius a évoqué un carnage). Mais il en rejette la responsabilité sur le Hamas : 3500 roquettes tirées par le Hamas vers Israel pendant ce mois de guerre… (précisons qu’Israel ne compte que 3 victimes civiles à date…)

Netanyahu compare le tapis de bombes israéliennes au bombardement allié de Copenhague en 1944  qui détruisit notamment un hôpital pour enfants (83 morts). Ce n’est pas la première fois qu’il fait cela. Comparer les victimes civiles allemandes de 1944 avec les palestiniennes de 2014 est aussi crétin que d’assimiler Israel à l’Etat nazi.

Nous avons tous en tête ces comparaisons historiques. Certaines éclairent, d’autres embrouillent. Celle-là est de la seconde catégorie.

Les bombardements alliés sur des villes allemandes n’ont certes pas été jugées « juridiquement » comme des crimes de guerre.  Mais Netanyahu ose ajouter à propos de son exemple de 1944: « ce n’était pas un crime de guerre, ce n’était pas un massacre, c’était une tragédie terrible de guerre qui va avec toute action légitime. « .

Quel est le rapport entre des bombardements alliés en plein conflit mondial avec les forces de l’Axe, et une intervention militaire visant à détruire des forces militaires du Hamas et du Djihad islamique palestiniens dont les victimes israéliennes civiles se comptent, jusqu’à preuve du contraire, sur les doigts d’une main ou deux ?

Netanyahu reprend cette comparaison historique avec le second conflit mondial à d’autres moments.

Autre point essentiel de son argumentation: il ne se considère pas en guerre contre un Etat (ou un peuple), mais contre des « terroristes« . Il élargit la « légitime défense » d’Israel au Proche et Moyen Orient.

Je le rejoins sur un point, pour vite ensuite m’en écarter: oui, le Proche et Moyen Orient s’embrase à nouveau sous le coup de forces qui se réclament d’un Islam radical terrifiant. Mais Netanyahu néglige les luttes d’influence, les Etats qui agissent dans l’ombre, et les divisions de l’Islam.

Et, comme d’autres, il se complait dans une vision qui est contre-productive. Il aurait fallu refuser cette vision caricaturale de l’Islam ; privilégier une analyse politique et sociale de la situation en Palestine; et valoriser tout ce qui renforce l’autonomie économique palestinienne.

C’est sans doute trop tard pour cette classe politique-là.

Inch Allah.

 

 

(*) j’apprécie beaucoup Laurence Haïm

33 réflexions sur “ La vision caricaturale de Netanyahu ”

  1. Je garde le « (*) j’apprécie beaucoup Laurence Haïm », Moi aussi. Elle a fait montre d’une retenue exemplaire tout au long de ce conflit dans ses différents messages (sur twitter entre autres).

    Sur Netanyahu, il a inventé un nouveau « point Godwin » avec ses comparaisons approximatives et, ce « service après-guerre » a raté sa cible, à mon avis…

    M’enfin, je simplifie….

    1. A la différence des journalistes, les blogueurs politiques – depuis longtemps – rappellent « d’où » ils écrivent.😉

  2. Puisque B. Netanyahu fait dans la comparaison avec la Seconde Guerre Mondiale – on aurait d’ailleurs pu à ce propos lui rétorquer que les nazis pratiquaient eux aussi le bombardement des populations civiles, comme à Guernica et au Ghetto de Varsovie – il aurait été intéressant de lui demander son point de vue sur les propos de Moshe Feiglin, porte parole de la Knesset et lui aussi membre du Likoud, qui dans une lettre qu’il lui a personnellement adressé, appelle à concentrer la population Palestinienne dans des camps…

    « Israeli official calls for concentration camps in Gaza and ‘the conquest of the entire Gaza Strip, and annihilation of all fighting forces and their supporters’. »

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-2715466/Israeli-official-calls-concentration-camps-Gaza-conquest-entire-Gaza-Strip-annihilation-fighting-forces-supporters.html

  3. Je rappelle qu’en français le nom du Premier ministre israélien s’écrit Netanyahou. Pour la bonne raison que nous n’avons aucune raison de nous aligner sur l’idiome des Anglo-Saxons, à moins de vouloir affirmer clairement notre dépendance culturelle. De même écrira-t-on Irak et non Iraq, Quatar plutôt que Qatar, etc.

    Mais quelque chose me dit qu’il s’agit encore là d’un combat perdu d’avance…

    1. Didier, on s’en fout!
      Par respect (toujours, même en cas de désaccord) , on l’écrit dans la langue qu’il utilise le plus à l’international, en Anglais, point.
      Voilà.

      1. ma mémé préférait (j’en suis sûr) Cowête plutôt que Koweit
        big deal

      2. Qu’est-ce que le « respect » vient foutre dans cette histoire ?

        Mais si l’on tient vraiment à respecter quelque chose ou quelqu’un, autant ce soit la langue française.

        1. salut Didier, sans jouer sur les mots ‘tenir’, chose et personne, alors encore moins considérer un improbable accent, une orthographe aléatoire, une tendance (j’ose culture..) up to date (no date de péremption)

          il s’agit bien de respect c’est ça.. je dirais, zappant sa nécessité (pas d’urgence) ou réciprocité, d’abord l’exprimer (ça arrive.. en même temps que la patience) et surtout, at last but not the least (dernier mais épais) d’être compris !
          n’est-ce pas là l’essentiel de sa fonction.. bonne journée

  4. Un petit retour en arrière ?
    Le nombre de roquettes tirées vers Israel était passé de 200 environ par mois à 5.
    La Hamas avait signé un accord avec le Fatha pour gouverner en bonne intelligence la Palestine.
    Ça, c’était avant l’assassinat des 3 gamins par une bande de bargeots dont il n’est pas prouvé qu’ils avaient quelque chose à voir avec le Hamas.
    Netanyahou a fait monter la sauce sur cette affaire en faisant croire qu’ils étaient vivants et en reportant la responsabilité sur le Hamas.
    A partir de là, la suite est évidente.
    Netanyahou ne cherchait qu’un prétexte à relancer la bagarre avec la Hamas car il ne veut pas d’une paix basée sur 2 états. Et toutes ses explications sont du cynisme pur.
    Je crois que le seul moyen d’obtenir la paix basée sur 2 états est de l’imposer aux deux (3 ?) parties avec une force d’interposition et la mise en place d’une économie viable pour l’ensemble de la Palestine.
    C’est pas gagné car il faudrait que le monde occidental se mette d’accord sur ce sujet.

  5. Quand est-ce que itele diffusera une interview complaisante d’un dirigeant du Hamas par une journaliste franco-palestinienne ?

    1. cette interview n’est pas complaisante car justement Netanyahu explicite exactement sa vision des choses, ce qui était le but me semble-t-il. Une interview n’est pas une joute.

  6. Le problème est que B. Netanyahu, du fait de son idéologie que l’on peut qualifier d’extrême-droite, mais aussi par stratégie politicienne, n’a jamais réellement voulu la paix, n’a jamais recherché une solution pacifique et juste à travers le dialogue avec ceux qui au sein des autorités palestiniennes le souhaitaient et y étaient prêts. Au contraire, il n’a toujours eu de cesse d’user d’une rhétorique et de moyens agressifs, humiliants et bellicistes, le tout avec force cynisme. Et cela est amplifié par la nécessité pour lui d’épouser la dérive extrême-droitière en forme de cercle vicieux de la société Israélienne (à laquelle il contribue lui-même grandement) et de composer avec les partis encore plus extrémistes qui participent à la coalition au pouvoir qu’il dirige mais avec lesquels il est en forte concurrence.

  7. Pourquoi Netanyahou se gènerait-il, puisque les Américains ne font rien pour calmer ses ardeurs . Mieux, il les envoie sur les roses, écoute le secrétaire d’Etat aux affaires étrangères J.Kerry, sans réaction d’iceux .
    Ces mêmes Américians qui vocifèrent dès que Poutine lèvent un sourcil .
    On vit dans un drôle de monde

  8. C’est pourtant simple à comprendre .
    La paix passe obligatoirement par la création d’un état palestinien .
    Or , Israël n’en veut pas .
    Alors , soit la communauté internationale a le courage de lui tordre le bras pour l’imposer , en garantissant également sa sécurité en contrepartie , soit les massacres continueront pendant des décennies .
    Tout autre discours n’a pas grand intérêt et ne fait que repousser tous les problèmes de la région .

  9. y a qqls minutes, un pote à la case, on parlait de Camus (Albert)
    juste pour dire: dans les années 50, 60.. qu’est-ce qu’ils se prenaient le choux avec le soviet

      1.  » Israel vs Israel is a 2010 documentary on the Israeli-Palestinian conflict by Swedish freelance journalist and filmmaker Terje Carlsson about Israeli peace activists.

        The film portrays four Israelis struggling against the military occupation of the Palestinian territories: Jonathan Pollak from Anarchists Against the Wall, Yehuda Shaul from Breaking the Silence, Ronny Perlmann from Machsom Watch and Arik Ascherman from Rabbis for Human Rights. « 

  10. « La paix passe obligatoirement par la création d’un état palestinien . »

    Qu’en savez-vous ? Vous avez des informations ultra-confidentielles ou vous faites ça au doigt mouillé ?

    1. « vous faites ça au doigt mouillé ? »
      Non , simplement aux nombres d’enfants palestiniens coupés en deux .

        1. Et à partir de combien d’enfants coupés en deux la création d’un État palestinien est-elle :

          1) possible,

          2) probable,

          3) certaine ?

        1. gaffe quand même (no souci: zéro conseil) tu sais que le neurone, pour tout le monde pareil, s’use, se barre et ne revient pas.
          Aucune astuce pour son économie (sorry) mais l’ânerie favorise le gaspi..
          non je déconne, y en a plein qu’ont fait de vieux os (Blanche Neige et ses copains ?)

          franchement, faudra bien les mettre qql’part hein.. ici on a déjà Schumacher (j’m’égare ?)
          pour Dieu no inquiétude: il est partout chez lui

  11. @didiergoux tu le fais exprès ou c’est naturel ?

    Je suis étonnée que personne de la Communauté Internationale ne relève la comparaison que fait Netanyahu avec les nazis, alors que lorsque certains en manifs le comparent à Hitler se font conspuer

Les commentaires sont fermés.