20140802-144150-52910121.jpg

Quitter le numérique


 

S’assoir.

Regarder le sol, le ciel, les arbres.

Observer le soleil qui se couche.

Oublier d’acheter son quotidien.

Ne plus entendre la radio matinale.

Lire un livre.

Ou plutôt, terminer un livre entamé il y a longtemps.

Oublier le smartphone coincé dans la poche trop étroite du short de vacances.

Tiens, il vibre à nouveau.

SarkofranceMobile

26 réflexions sur “ Quitter le numérique ”

  1. c’est quoi le bouquin inachevé ,le guide des lieux de retraite dans toutes les traditions ?

  2. Pfff, ce putain smartphone qui d’Android qui vibre tout le temps! Prend un iPhone, non un Blackberry, c’est silencieux face à la beauté de la nature…

    1. Face à la beauté de la nature, on se débarrasse absolument de ce genre de chose…

  3. j’ai tout balancé il y a quelques années (sauf pour le boulot évidemment)

    juste
    – un PC et ne savoir s’en servir qu’à minima, pour l’utilité
    – un téléphone portable perso qui ne sonne jamais (sauf les gosses )
    – pas de télé, pas de radio
    – quelques revues et quelques blogs (avec grosse limitation sur l’info internationale hors UE

    l’essentiel est consacré au vécu, à la proximité, c’est largement suffisant pour se faire une idée

  4. inconvénient, : je fais handicapé du numérique à la face du monde

    avantage : je suis mentalement prêt à faire face au moyen âge à la prochaine grosse tempête magnétique solaire

  5. « Oublier le smartphone coincé dans la poche trop étroite du short de vacances. »
    Eh oui. Il fallait soit oublier le smartphone au domicile et surtout le couper, soit mettre un autre short. Comment faisions-nous, avant ? Les nouvelles arrivaient tout pareil. Certaines, aujourd’hui, arriveraient bien avec une heure de retard, voire n’arriveraient pas du tout, que ça n’en serait que mieux, surtout pour notre bien-être. Mais le voulons-nous ?

  6. Le numérique , il faut savoir le quitter tous les jours .
    Pour ma part , pendant au moins une bonne vingtaine d’heures : aucun écran ni aucune machine numérique pour juste aérer les neurones .
    Simplement une demi-heure de France Culture le matin , une demi-heure d’info sur Fr3 , maxi une heure d’internet et parfois un film le soir .
    Les Pyrénées prennent beaucoup plus de place .

    1. dis donc camarade l’ARSENE, avec ce qui tombe comme flotte dans ton coin, tu peux boire facile quelques pastis sur la terrasse

      1. Oui , c’est vrai que parfois c’est la mousson , mais ça ne dure pas longtemps et il fait chaud .
        Tandis qu’au nord de la Loire , c’est presque l’hiver , non ?

        1. l’hiver…tu blagues là, là où je suis, j’arrive à tenir avec un pull et une parka
          😀

    1. @ Alain bobards
      Un smartmachinphone, c’est un truc que si t’en as pas un à vingt ans, t’es pas averti de la manif la plus proche, que si t’en as pas un à trente ans, tu peux pas envoyer ton CV pour trouver le boulot que tu cherches depuis dix ans, que si t’en as un à quarante ans, tu peux pas observer le soleil qui se couche, ni regarder le sol, le ciel, les arbres, ni t’asseoir tranquille parce que t’as peur qu’il se fasse mal en tombant de la poche de ton short qu’est pas faite pour… Alors imagine la galère, tu sais plus si tu dois écouter un livre, lire la radio ou passer chez le pharmacien pour acheter une boîte de ton quotidien pleine de catastrophes… mais si tu t’avises de quitter le truc en question, tu pourras même pas nous dire que tu l’as mis en mode vibreur !

      ***

      1. Mais ma bonne dame, à mon age, se mettre en mode vibreur ça relève de l’exploit . Une fois par an, et encore…si il n’y a pas trop de vent

        1. Alain , je viens de faire un tour autour du monde… de l’ile de Groix sur le JOSHUA du regretté B. Moitessier enterré au cimetière du Bono ( 56 ) où il disait que là était le paradis , lui qui à tant navigué sur toutes les mers du globe et vécu sur des motus polynésiens . Je vibre souvent avec la mer surtout sans vibromachinchose , un peu dans la philosophie de cet humaniste un peu trop mystique à mon goût mais tellement grand dans sa simplicité et sa sagesse . Dans ses heures de gloire , il a suscité un mouvement en s’adressant aux élus de terrain pour les encourager à planter des arbres fruitiers sur les bords de leurs routes communales donc accessibles gratuitement à tous . N’étais-ce pas une belle idée ? Hélas peu l’ont suivi . Probablement que certains intérêts privés ont usé de leur influence pour dissuader de cette idée généreuse d’ailleurs pas réellement gratuite car payée originellement par les contribuables… Mais pour certains , le monde est une marchandise…

  7. Mais quel oubli !!!!!!!!!!!!
    L’appareil photo, le vrai, pas celui qui sonne.
    Celui qui nous ramène de belles photos de paysages, de lieux mystérieux ou encore des fleurs étranges sans parler des petites bêtes pas toujours faciles à voir comme les cigales.
    Il est très souvent numérique et nous rend bien service sans être un intrus dans le calme et la sérénité.

  8. ça me fait penser à ce russe massacrant de « l’amérikani » technologies.. à coup de marteau (la faucille pour les Marlboro et Disney ?)

  9. Ce cas de nostalgie aiguë observé chez Juan s’ est déjà produit dans l’ Histoire .
    Peu après l’ invention de l’ imprimerie par Gutenberg , un moine ibérique nommé Juan ( quelle coïncidence ! ) a sombré dans une profonde déprime .
    Dans son journal intime , il écrit :  » à cause de tous ces livres qui nous accaparent , nous n’ aurons bientôt plus le temps de nous asseoir , de regarder le sol , le ciel , les arbres , le soleil qui se couche , d’ acheter le journal , de lire un livre …. » .
    Voilà bien qui prouve que l’ usage abusif et inconsidéré de la nostalgie peut conduire à l’ absurde …. voire même à l’ absurdité absolue , pourrions-nous surenchérir .

  10. Notre pair,
    Qui êtes à l’Ile d’Yeu,
    Que le calme règne,
    Que notre dégustation de melons soit sanctuarisée,
    Donnez-nous notre bain quotidien,
    Protégez-nous du journal,
    Et surtout ne nous soumettez pas à l’information.
    Amen

    (Avec bien sûr un large sourire)

    1. excellent.. (aussi tant mieux de l’absence de volonté terrestre et aérienne de Grand Machin.. si seulement..)

Les commentaires sont fermés.