Après Hollande, on fait quoi ?


L’avez vous entendu, cette question ?

Contre celles et ceux qui s’interrogent ou molestent l’actuelle équipe, nous entendons cette question pointée assez rapidement: « Mais quand Hollande aura perdu, que se passera-t-il ? »

Je vais vous livrer quelques conseils, personnels, subjectifs, provisoires.

1. On ne règle les problèmes qu’à fur et à mesure qu’ils se présentent. En l’état, personne ne sait à quoi ressemblera 2017. Donc c’est encore bien le moment d’exprimer ce à quoi on croit.

2. Hollande s’est métamorphosé en Schröder. Evitons nous l’épilogue Gazprom.

3. Le réflexe du vote utile est mort, décédé, enterré. Vous pouvez penser le contraire mais les élections les plus locales et proches qui existent – les municipales – ont eu lieu. L’électorat de gauche a déserté les urnes. A bon entendeur…

4. Si Hollande n’exerce aucune espèce de différence socio-économique avec l’équipe d’avant, à quoi bon ? Répétons: à quoi bon ?

5. Nous avons un scoop: il y avait des gens humainement bien dans l’équipe de Sarkozy. Ce n’est pas vraiment le sujet. Cette période de France fut indigne.

6. La droite est en vrac. L’UMP peut gagner par défaut comme Hollande en 2012. La crise de régime est plus grave qu’on ne le croit, mais comment l’explique-t-on ?

125 réflexions sur “ Après Hollande, on fait quoi ? ”

  1. point 6 : je vais être obligé de faire un copié-colle de mon commentaire sur le billet précédent…

  2. En 2017 il est surtout à craindre que c’est le FN qui sera présent, comment 2002 et là on nous bassinera, pour le « sursaut républicain ».
    La question ne se poserait pas de « après Hollande on fait quoi ? » c’est surtout que les français, par leur vote, fassent entrer une nouvelle politique et arrêter de jouer une fois PS une fois droite. Il y a une autre Gauche qui ne demande qu’à faire ses preuves et surtout à appliquer ses propositions

    1. Ce qui me mine le plus dans cette histoire de vote utile et de « gauche » ce sont les électeurs qui continuent de dire qu’ils sont dégoûtes de la gauche (en laissant penser que le PS c’est la gauche à lui tout seul) en faisant abstraction du FG et qu’ils vont voter Lepen par dépit. Et il est malheureusement très courant d’avoir à lire pareille débilité. Moi quand la gauche n’est pas assez à gauche je vote plus à gauche, eux vont voter carrément à l’extrême droite en pensant être devenus révolutionnaires.
      Moi ce sera vote utile (c’est à dire FRONT DE GAUCHE) au premier tour et si les éternels supporter PS n’ont toujours pas compris que la vraie gauche ne commence qu’à partir du FRONT DE GAUCHE et bien j’irai à la pêche au second tour et tant pis si Lepen passe. Ce sera de la faute de ceux qui ne veulent rien savoir ni comprendre et qui l’apprendront à leurs dépends. ARAMIS

      1. Salut Aramis, j’ai été voir la video discours de JML, il est très bon, c’est vrai.
        un peu de flou dans la VIème comme candidat,

        mais moi je veut la sortie de l’Europe, c’est pas un caprice, c’est juste que deux gouvernements étrangers (Bruxelles + Otan) en plus d’un Français c’est trop.

        Le slogan du FG pour 2017 : Sortons déjà de l’Europe !
        et rassembler les forces nécessaires pour rétablir la souveraineté du peuple (dont les électeurs FN font partie).

        1. N’attendez pas des miracles de ce slogan qui a rapporté 0.33% des voix à Gérard Schivardi en 2007 et 0.56% des voix à François Asselineau en 2014.

          1. JMF,

            je sais, mais Dupont Aignan a fait près de 4 %. et si deux partis ayant fait 30 % au premier tout sortent le même thème, et bien on verra qui gagnera.

            En tant qu’anarchiste je ne m’intéresse pas aux étiquettes et encore moins au partis, ou personne. Ce que je vois c’est que l’UE c’est la misère insitutionnalisée et depuis 1991 la guerre par l’OTAN.

            Et plein de gens sont contre; ça va du FG, passe par la gauche PS, certains Centristes écolos, Les gaulistes UMP, les résistants, les souverainistes dissidents et les cathos. L’ensemble est majoritaire
            et c’est ce qu’à sorti Michel Onfray hier au GJ (jai pas vu).

            Et si ça rejoint les théses soi-disant portées par le FN, je m’en fiche.

            1. Ils sont contre quand il s’agit de dénoncer grave.

              Mais ce qu’on constate depuis 91 disons, c’est aucun mouvement concret ni pour changer les choses de l’intérieur ni pour penser réellement comment la France sans l’UE et l’UE sans la France pourraient se porter mieux.

              C’est un peu même le scénario que les anglais qui sont dans l’UE uniquement pour tout bloquer. Mais chez les anglais au moins il y a une cohérence, car ils ont déjà obtenus ce qu’ils voulaient (le marché commun). En France, l’UE est juste l’un des deux bouc émissaire réflexes, l’autre étant les étrangers.

              1. Pas pour moi, il ne s’agit pas de bouc émissaires et bien sur surement pas pour les érangers .
                Que nous apporte l’Europe aujourd’hui ?
                la prospérité ? le progrès ? la justice ? la Liberté ? la Fraternité ? l’Egalité ? Une lumière ? un idéal ? un espoir ?
                Rien sauf une doctrine asservissante obligatoire, enrichissant les plus riches, dressant les pauvres contre les plus pauvres, laminant toutes les petites entreprises, formatant nos esprits, réduisant et uniformisant les cultures.
                L’Euope c’est la paix ? discutable dans l’après-guerre immédiat, pendant 45 ans une paix appelée guerre froide ? et quand cette guerre se gagne sans guerre ? Zoub la Boom l’Otan nous en sert une contre la Serbie, puis le Kosovo, puis l’Irak 1 et 2 et l’Afghanistan, Somalie, Lybie, et on a raté la Syrie de peu.
                mais ils veulent, ces chiens, nous envoyer en Ukraine défendre « leurs » oligarques pourris associés au fils de Joe Binden sur du gaz de schiste dans le Donbass.

                Mensonges, fausses promesses tromperies c’est ça l’UE.

                1. Je n’avais pas dit qu’il n’y avait personne pour critiquer l’UE, je ne suis pas aveugle et sourd, rassurez-vous.

                  Ce que j’ai dit c’est que quand il s’agissait soit d’en sortir soit de la changer de l’intérieur, là oui, il n’y avait plus personne. Tout le monde critique le status-quo mais personne ne fait rien pour en changer. C’était d’ailleurs le paradoxe déjà en 2005.

        2. Je pense que çà vient d’une veille histoire de gauche prétendue anti européenne, comme on l’entend souvent dans la bouche des pro Maastricht et plus récemment par l’amalgame puanat émanant du bloc des ouiouistes prétendant jouer les « partageux » hypocrites en 2005 avec cette cochonnerie de TCE; La gauche (la vraie) est en principe pour un meilleur parage, tandis que l’Europe qui continue de se dessiner actuellement avec des équipes libérales, est celle du business affairiste grande pourvoyeuses de dumping social. Si on peut renverser la table un bonne fois et en faire une Europe des peuples solidaires et en paix, ce sera tours préférable et, bien entendu, si cette « utopie » s’avérait définitivement impossible à constituer sous cette décennie, il ne restera plus qu’à en sortir au plus vite, pour au moins limiter les dégâts sociaux et sociétaux. aux peuple de se réveiller et d’œuvrer (voter pour la varie gauche de leur pays) pour une Europe sociale et solidaire, sinon ce ne sera plus la peine d’y souscrire. ARAMIS.

          1. Aramis, une Europe sociale et solidaire ?
            manifestment c’est pas pour demain, la seule façon d’avoir une chance que ça arrive un jour, mais pas trop tard, please, c’est de commencer par casser cette construction à but strictemment lucratifs, anti-démocratique, ultralibérale, bureaucratique, aux discours orwellien sussurés par les banques et lobbyistes, les groupes multinationaux et la compétitivité sans limites sur les bas salaires (façon Bangla Desh).
            Tous ces grisâtres à plat ventre devant Wall Street et en train de nous mettre le Traité TransAtlantique profond.
            Sans parler de leur politique étrangère d’expansion pour ramasser plus de miséreux dans leur toile d’araignée et tout ça sous le haut patronage de l’Otan.

            Ma position vis à vis du FG est claire: Mettez vos actes en accord avec vos discours.

            Sortez nous de l’Union Européenne

            c’est pas un slogan électoraliste, c’est la condition sine qua non à un programme de justice sociale.

  3. Il faut poser ces questions au 13 % des Français qui font encore confiance aux politiques …

    « …Une nouvelle fois, l’écart entre les Français et la classe politique se creuse et ne cesse de croître. «Nous atteignons des niveaux vertigineux que nous n’avons jamais connus», constate Pascal Perrineau en avouant sa surprise.

    Le directeur du centre de recherche politique de Sciences Po associé au CNRS cite un exemple éloquent: «87 % des Français considèrent que les responsables politiques se préoccupent peu ou pas du tout des gens comme eux…. »

    http://www.lefigaro.fr/politique/2014/01/13/01002-20140113ARTFIG00369-francais-et-politique-la-confiance-se-degrade-nettement-selon-le-cevipof.php

    1. C’est bien là le problème : qu’un type comme Perrineau soit surpris de la désaffection des Français vis à vis des politiques . C’est phénoménal d’être décalé à ce point

    2. ça pose une question fondamentale, celle du consensus social, du »vivre ensemble »…on cite souvent les pays nordiques ( que je connais un tout petit peu),le consensus social y est très fort..

      1. Franchement Castor, vous ne trouvez pas les Français particulièrement consensuels ?

        Moi oui, car les classes moyennes et ouvrières prennent en pleine figure depuis 2007 le tournant libéral , et pourtant, ils continuent à avancer.

        Les vacances pour la plupart se passent dans leur famille,
        ils économisent, travaillent (quand il le peuvent) dans des conditions de stress très difficile (lorsque j’aurai le courage je sortirai une étude sur le sujet, que j’ai lue il y a peu). Pourtant, ils avancent.

        Jusqu’à quand ? voilà la question.

        Parce que subir sans en voir les effets positifs ça ne peut pas durer longtemps.

        Surtout lorsqu’ils lisent avec consternation que les quelques effets positifs qui existent profitent aux actionnaires et non pas à l’investissement.

        1. Massu (Général des forces françaises stationnées en allemagne) à Baden Baden, en 68, quand de Gaulle était venu le consulter pour savoir s’il pouvait tirer dans les jambes des manifestants : « Avec tout le respect que je vous dois mon général, si j’étais à votre place je ne ferai pas çà.Car, si on a coutume de dire que les français sont des veaux, je vous ferai humblement remarquer que notre histoire nous a démontré que blessés, ils peuvent devenir des lions. » ARAMIS

        2. Tout dépend de ce qu’on entend par « avancer »… Si avancer c’est se taire et bosser en silence devant cette politique pourrie, c’est les français avancent (du moins jusqu’à ce qu’ils n’aient plus de boulot), moi je préfère stopper et faire front comme je l’ai fait durant ces 49 dernières années, depuis que je sois entré sur le marché du travail à 14 ans.Jusqu’où avanceront-ils ? ARAMIS

    3. 87% + 13% font bien 100%. Donc, ceux qui ne sont pas pour sont contre. mais quel peut bien être le profil des 13% de ceux qui font confiance à cette escroquerie ? La réponse est déjà contenue dans la question. ARAMIS pour le fun : http://t.co/GVDEfaq4jU

      1. J’ai écouté Mélenchon hier, son discours est très structuré ce qui laisse peu de place aux « journalistes » qui veulent le faire tomber dans la caricature.

        CEPENDANT, si tu pouvais lui dire de toujours garder son calme, il passerait 20 fois mieux. C’est vrai, beaucoup de Français ne peuvent pas imaginer un « colérique » dans un poste clé en politique.

        C’est ainsi, ce d’autant plus que lorsqu’il était au gouvernement, il gardait parfaitement son self control

        1. Il n’est pas plus colérique que les journaleux mesquins qui l’interviewe en vue de l’énerver . Les français ont bien supporté le très menaçant Sarko et le tout mou Hollande, tous deux menteurs invétérés, alors … Là il prend du recul et ceux qui se plaignaient de sa causticité, se plaignent de ne plus le voir assez. Faudrait savoir ce que l’on veut., sinon on va encore avoir droit à psychorigide mollasson couché à quatre pattes devant les marchés et prêt à envoyer la troupe aux 4 coins de la planète pour donner le change, à nos frais et en nous enjoignant de nous serrer la ceinture. ARAMIS

          1. Si tu t’énerves aussi, on n’a pas le derrière sorti des ronces …

            Je t’assure que son impact est beaucoup plus fort lorsqu’il parle
            cal-me-ment.

            C’est un homme particulièrement doué pour tous genres d’interventions (discours, interviews etc.) c’est quand même stupide de gâcher le tableau par son tempérament.

            Quant aux journalistes, crois moi, personne mieux que le téléspectateur peut juger de leur comportement … et il n’est pas particulièrement bien perçu.

            1. Mais je ne m’énerve pas, je cause… quant au « téléspectateur » je lui préfère l’objectivité du combatif d’internet sur les réseaux sociaux, certainement moins pollué par les imbécillités gnangnan des jeux télévisés visant à décérébrer encore un peu plus des meutes de « citoyens » dépourvus d’esprit critique et de connaissance historique, pour laisser la place aux publicistes comme Séguéla, qui voudrait justement qu’on interdise le Net aux populations, la voyant comme la pire invention de l’homme. Ce n’est pas encore à 100% génial, mais c’est déjà plus démocratique et éducatif que la télé. MELENCHON et les partis du FRONT DE GAUCHE font leur chemin. Il n’y aura certainement pas de grand soir, mais sans doute un de ces beaux petits matins comme celui d’un certain Mai ou d’un autre Juillet. Je suis confiant. ARAMIS

        2. Et si les journalistes lui posaient les bonnes questions ? Et si les journalistes n’essayaient pas « de l’isoler » , et si…. et si…. et je serais triviale ; et si ma tante en avit on l’appellerait mon oncle, et si mon oncle en avait on l’appellerait charette… Voilà en fait vous êtes sur la ligne des journalistes qui itw Jean-Luc

          1. Si les militants du PG ont ce type d’argument, je comprends pourquoi sa côte chute🙂

            1. Je ne suis pas au PG et je ne suis pas une afficionada de Jean Luc. Mais je sais reconnaître quand il y a « de l’ abus journalistique »

            2. Il est vrai que promouvoir les techniques de communication avalisées par le spectacle, pour assurer sa conservation, aura été d’une folle efficacité en terme d’impact pour Hollande malgré la profusion de médias relayant sa « pédagogie » depuis 2 ans😉

              Cette assurance consistant à affirmer que le consensus libéral, voire néolibéral, de plus en plus violemment anti-social par la voix de Valls par exemple, ne devrait recevoir pour réponse s’il veut être efficace que la soumission à ses mœurs me fascinera toujours chez la gauche ne remettant en cause tout cadre que mollement, au mieux.

            3. Mais sa cote ne chute pas, justement ; Où avez-vous pris çà ? Il y a plus de nouvelles inscriptions au PG que de départs. Ce qui n’est pas vraiment le cas des autres partis dits « argumentés » comme l’UMP et le PS qui dévissent littéralement. doivent-ils s’amender et faire plus véhéments? ARAMIS

            4. Evidemment, c’est plus policé avec PERRINEAU qui fait tant de pub au FN avec ses airs de ne pas y toucher; en amalgamant la « gauche perdante » en tant que »politologue », bien sûr, bien sûr. ARAMIS…

    4. Ce n’est pas difficile de sortir une telle statistique, il suffit d’aller dans la rue pour entendre les mécontents

      1. Vrai.
        Mais quand c’est Perrineau qui l’écrit, ça « imprime »🙂

        1. Non, ça n’imprime pas!!! Encore un exemple de l’incompétence des journalistes qui préfèrent tendre le micro à des politiques qui font 0,000…% plutôt que faire leur travail et donner la parole à ceux qui ont des choses à dire et non des évidences

  4. Pourquoi ne pas tenter quelque chose  » pendant Hollande  » ? En 2015, il y a les régionales . C’est là qu’un sursaut d’électeurs conscients de l’intéret général, motivés par une gauche soucieuse de ce même intéret genéral, (et, si possible, peu sensibles à une com’ débile ) serait le bienvenu .

  5. Hors sujet, mais je n’peux y résister : Valls annonçant la démission de son gouvernement pendant que F.H; se faisait rincer à l’ile de Sein : qui c’est le vrai chef, hummmm?

    1. Le vrai chef est Gattaz qui a applaudi -avec le MEDEF- Valls à Jouy-en-Josas (beau coin, c’est sûr ce n’est pas les 4000)

        1. Pépère : sous sous-chef derrière Valls et GATTAZ. Comme on dit chez les verts : « il vaut mieux ,désormais, le jouer placé »… ARAMIS

  6. A quoi bon ?

    Osons une réponse. L’école ? Oui, ça fait une différence et ce n’est pas accessoire. La baisse de fiscalité pour les plus bas revenus ? Ce n’est pas tout à fait accessoire en ces temps de disette pour ceux qui ont la « chance » d’être concerné. Un morceau de la loi sur le logement ? La réforme de la justice ? Là aussi, il y en a que ça va concerner et qui sont de ce peuple des laisser-pour-compte, ce peuple dont on aime tant se réclamer à gauche.

    Je n’aime pas cette gauche qui gouverne aujourd’hui, mais je me dis que ce serait finalement assez bourgeois finalement que de me satisfaire d’un « à quoi bon ? », de laisser la droite revenir, en m’abritant bien confortablement (tel Aramis) derrière le bouclier du « ce sera leur faute », et de feindre de ne pas voir que cela fera quand même une grosse différence ne serait-ce que pour un seul. Oui, ne serait-ce que pour un seul !

    Oui, finalement, c’est un comportement très petit bourgeois que de célébrer à tout vent sa sublime radicalité de gauche et, parce qu’on s’aperçoit que l’on demeure minoritaire, de refuser d’assumer sa responsabilité, de feindre d’ignorer que cela ferait quand même une différence, pour le peuple, pour certains parmi tous, que ce soit Le Pen, Sarkozy ou Hollande.

    A quoi bon ?!

    Peut-être parce que dans la défaite (si défaite il devait y avoir), il est toujours mieux d’éviter le renoncement et son cortège de débâcles. Quand même !

    1. Lorsque les deux 1er ministres successifs vont faire allégeance au MEDEF, lors de son université d’été ( lequel MEDEF, soit dit en passanr, représente péniblement 20% du patronnat français ), lorsque le nouveau ministre du budget remet purement et simplement en cause les 35 heures, qu’après l’ANI ( on n’entend plus guère la CFDT, ces temps-ci ), on envisage de remettre en cause les seuils sociaux et la liste n’est pas exhaustive, je ne vois guère ce que la droite pourrait faire de pire . Du reste, à part flinguer les personnes, l’UMP ne la ramène pas sur le sujet .

    2. Je ne pense pas -et ce serait faire injure- que les français qui ont, vont, manifestent se considèrent comme bourgeois.

      1. Il m’arrive de croiser des gus sur le Net qui se revendiquent bourgeois parce qu’ils en ont déduit que le simple fait d’habiter dans un bourg faisait d’eux des bourgeois. Du coup ils se sentent solidaires de la haute bourgeoisie d’affaire, comme un petit patron paumé défendant les grosses légumes du CAC 40. La lutte des classes ? Connaissent pas… Il va être grand temps de replacer les mots dans leurs vraies cases. Par exemple libéral du siècle des Lumières et libéral affairiste à la sauce mondialiste, il faut leur dire que çà n’a rien à voir… ARAMIS

        1. Cela étant en 2010 aux manifs retraites, etc, il y avait des gens de condition « aisée » qui manifestaient également. Etaient-ils bourgeois ? En tout cas ils étaient là avec nous parce que leurs retraites en prenaient un coup comme pour nous

          1. Ce qui comptent c’est ce qu’ils ont dans la tête. On peut être relativement bien sapé et être ouvrier. mon fils de 43 ans roule bien en Mercedes cabriolet tout en étant un simple routier. Bon, il ne l’a pas achetée neuve et n’est pas sûr de pouvoir la conserver, mais vu de loin çà fait bourge et pourtant il ne manque pas de manifester pour réclamer son dû. Nous avons bien que le patronat voudrait bien nous renvoyer au temps de l’ouvrier en sabot et en bleu de chauffe, mais çà c’est une autre histoire. Et comme chantait Jacques BREL : « Les bourgeois… » ARAMIS

    3. La dialectique eristique, dernier subterfuge du PS

      Pas sur que ça suffise.

      1. Vu comment les théories sur les inversions de courbes explosent en plein vol, les faits étant têtus et largement connus de tous, cette dialectique finit très concrètement par détourner l’auditeur.

        Le PS l’a mise en œuvre durant 3 décennies avec l’Europe sociale dont il affirmait vouloir l’émergence, c’est aujourd’hui l’heure du bilan.

    4. Dedalus,
      Tu n’aimes pas cette gauche qui gouverne, comme moi. Peut être moins que moi. Mais quand même. Il faut répéter, encore et encore, que cela ne va pas. Car sinon, ils vont croire que cela va. La posture irresponsable du « je-m’en-lève-les-mains » est effectivement facile, mais je ne crois pas que la radicalité de gauche que j’étais le premier à critiquer après mai 2012 soit aujourd’hui criticable. Pour une raison simple, Hollande. Il est parti ailleurs. Laissons le voler de ses propres ailes, seul et fragile. Il ne sera plus là en 2018.

      1. Il faut dire que ça ne va pas, avec à la fois force et mesure – force, pour que cela s’entende, et mesure pour ne pas insulter l’avenir, conscient des rapports de force qui s’imposent à nous ou qui pourraient, encore, s’imposer à nous.

        Par ailleurs, j’ai une vraie tendresse pour la radicalité. C’est de la radicalité pour elle-même, la radicalité surdouée et son beau reflet qu’on contemple dans le miroir, dont je me méfie.

        Amitiés

  7. Cher Juan,
    Il vous reste, nous reste, deux ans et quelques pour convaincre Hollande de sortir la France de l’Union Européenne.
    restons dans l’euro et l’Otan (termporairement) pour ne pas se faire trop d’enemis et garder ça comme menace.
    c’est un peu ce que j’attendais du FG, rien vu venir.

    Tout le reste est pipeau: l’UE interdisant tout ce que les USA ne rendent pas obligatoire, et réciproquement.

    Qu’il le fasse et il a une chance d’être réelu.

    1. Et Merkel qui réclame des réformes plus structurelles à la France!!!! qu’elle se penche sur le mécontentement des allemands qui commencent à gronder

      1. A croire que Merkel est obsédée par le besoin de faire oublier qu’elle est née en RDA .

        1. On se reveille, les français ! Merkel, d’une part, n’est pas à l’Allemagne ce que Hollande est à la France, et d’autre part, elle n’est pas seule en Allemagne.

          Merkel ‘est pas chef d’Etat mais de gouvernement, et son gouvernement est une coalition. Et elle n’est pas seule à dire que la France doit ere réformée.

          Tombez pas dans le piege de la haine personnalisée.

          1. Oh merci !!!! ce que nous disons c’est que l’Allemagne n’est pas au mieux de sa formre économique mais Merkel donne des ordres à la France

  8. APRES HOLLANDE ? Pour éviter le renoncement c’est très simple : inverser le fameux vote utile. C’est à dire que ce ne sont plus les électeurs des autres formations qui voteront directement PS, mais au contraire, les électeurs PS qui devront voter dès le premier tour vers le FRONT DE GAUCHE. Sinon ? qu’ils aillent se faire voir pour le second tour. Tout est là : http://t.co/GVDEfaq4jU ARAMIS

    1. « Qu’ils aillent se faire voir » ! Voilà, tout est dit. On peut le dire autrement, plus précisément : « Je suis tellement radicalement de gauche que si le peuple ne voit pas comme je suis beau et comme j’ai raison, je l’envoie se faire voir chez Sarkozy ou chez Le Pen. C’est dire comme je suis de gauche et combien je lui veux du bien, au peuple, ce peuple dont je réclame les suffrages et qui persistent à me les refuser, incompréhensiblement… »

      1. C’est exactement çà et je ne suis pas le seul à le penser et à le dire ouvertement. Çà fait trente ans qu’on nous lanterne avec le vote utile au bénéfice du PS qu se droitise à chaque échéance, alors y a basta ! Nous étions plus de 4 millions à la présidentielle de 2012 et sans nous Hollande était dans les choux. Merci du remerciement. Nous serons sans doute le double dès le premier tour de 2017 et il serait « peut-être » temps de penser dès maintenant à inverser le processus, au lieu de continuer à pinailler en recommençant à blabalter (genre Dédalus) pour renvoyer (encore) au fameux vote utile dédié une fois de plus aux bourgeois solfériniens. Nous méritons les élus que nous avons. Vous aurez été au moins prévenus : les électeurs FRONT DE GAUCHE du premier tour ne voteront pas pour le PS au second tour de 2017, tenez-vous le pour dit, ils ont bien compris la leçon de 2012. ARAMIS

        1. Exactement nous avons eu le « vote républicain » en 2002 (où j’ai mis deux bulletins barrés) et en 2017 le même scéna se profile à l’horizon (où je ferai la même chose).

          1. Deux bulletins barrés ? C’était toi ? Moi j’en avais mis deux PQ! Quand j’entends que Hollande compte faire peur avec Lepen pour repasser les doigts dans le nez en copiant Chirac, je m’en veux d’avoir voté Chirac pour faire barrage à Lepen, vu le résultat. Ce coup-là, je laisse pisser le mérinos, à moins (bien sûr) que les moutons PS votent en force pour la vraie gauche dèsle premier tour, sinon « couic » ! ARAMIS

      2. OUI tout est dit !!!! les français en ont assez de se faire balader ? et bien qu’ils changent leur vote en votant FDG pour une autre politique

      3. dedalus , le propre de votre argument est qu’il est renversable :  » je suis tellement radicalement social libéral que si le peuple……..je l’envoie se faire voir chez X , Y ou Z . C’est dire comme je suis rose libéral etc…etc… . Cela dit , l’effet miroir dont vous vous méfiez est applicable à tous à la différence près qu’il me semble plus difficile à un socialiste sincère de se voir honnêtement en un reflet acceptable dans le miroir solférinien sans avoir conscience , dans son for intérieur , de la trahison de son parti ce qui n’est pas le cas de la gauche dite radicale . Je ne voudrais pas être à la place de ce  » socialiste  » , je m’enfuirais en courant !

        1. Très bien vu. Comme je l’ai titré dans une de mes nouvelles vieille de 15 ans : « vacherie de miroir » (Un hui clos où un collabo découvre qu’il a envoyé son jumeau, perdu de vue à la naissance, dans les mains des nazis). « Les miroirs feraient mieux de réfléchir avant de renvoyer les images » Jean COCTEAU.

  9.  » les électeurs FRONT DE GAUCHE du premier tour ne voteront pas pour le PS au second tour de 2017, tenez-vous le pour dit, ils ont bien compris  »

    ouais ,forcément, ils voteront Marine

    1. NON les électeurs du FRONT DE GAUCHE ne voteront pas Marine, ce n’est pas très intelligent de faire croire cela

        1. Vous ne vous êtes pas aperçu que le FN a repris les discours du FDG ??? On défend un programme qui n’a rien à voir avec celui des socialistes

        2. C’est comme l’idée libérale qui ne libère que le possédant au détriment des droits du plus humble ? Un truc de profiteur dissimulé sous un vernis de liberté. N’est-ce pas plutôt l’UMP qui fait du pied à Lepen sous la table en ce moment ? ARAMIS

        3. Le P.L. , ne pourriez-vous pas vous abstenir de donner des leçons de bienséance telle que celle de votre post précédent à propos de la haine…personnalisée…ou pas
          ? : en faisant l’amalgame osé , presque insultant dans le fond , car totalement antinomique entre 2 courants tels que le FDG et le FN , vous reprenez l’antienne de la doxa libérale…haineuse…et votre dessein est peut-être d’essayer d’affaiblir le FDG en l’assimilant à un parti de fond fasciste . Jusqu’alors , Il ne me venait pas à l’esprit d’oser considérer que le libéralisme ultra ou classique pourrait être fascisant et , pourtant , grâce à vous , il m’effleure que çà ne lui serait pas incompatible sinon étranger , voyez la démonstration à suivre éclatante et évidemment contestée par les libéraux bon teint qui ne sont pas à une contradiction prêt . Le lien suivant est une vidéo que vous avez peut-être vue mais , la lecture de l’ouvrage de l’auteure est encore + édifiante . Vous allez probablement prétendre qu’il ne s’agit pas là de libéralisme et pourtant , c’est le libéralisme pragmatique rêvé par certains jusqu’à l’ultime inhumanité et qui ne s’encombrent par de vernis civilisationnels  » rien pour vous , tout pour ma gueule car je suis puissamment libérè  » ! Ce sont de dangereux prédateurs sans foi ni loi autre que leur individualisme exacerbé et qui pourraient s’illustrer dans le TAFTA : https://www.youtube.com/watch?v=gl3H7nHEHNg

        4. PARISIEN LIBERAL

          PARISIEN LIBERAL

           » pourtant, les deux Fronts, de Gauche et National, défendent le meme programme souverainiste, nationaliste et socialiste………. »

          Ahhh, enfin un chercheur en absurdie politique, un jeteur de concept à la louche, un amateur de rassemblement des extrèmes des deux FRONTS répertoriés, de gauche et de droite.

          C’est une technique éprouvée qui fonctionne très bien à notre époque de comm et de zapping, à la seule condition de ne pas laisser l’autre reprendre ses esprits.
          La technique poussée à son comble par un sarkozy triomphant, consiste à dire n’importe quelle connerie, à condition de vite voler vers une autre et ainsi de suite. Le concept du moulin à vent politique était né.

          Je vais vous amuser avec le TROISIEME FRONT alias « FRONT REPUBLICAIN » qui prône le LIBERALISME et qui rassemble lui, la majorité des élites en vain qui se succèdent au pouvoir alternativement depuis quelques décennies..

          prenons le concept de LIBERALISME actualisé XXI eme siècle « financier » ou « décomplexé » qui prône un monde sans état sous prétexte que ce dernier peut gêner le fonctionnement exemplaire et optima du marché dans un monde de concurrence libre et non faussée………

          Le libéralisme des faits est au libéralisme théorique, ce qu’était le skaï au cuir dans les années 60. Ayant bien pris soin de s’organiser, ce libéralisme de pacotille dévoyé a de nombreuses pudeurs de communication qu’il est bon de dénoncer à travers quelques symboles de haute facture (si je puis dire).

          LE FIGARO : journal ouvertement libéral qui défend les thèses du capitalisme financier le plus éclatant et qui se trouve être le premier suceur de fond public pour survivre au nom de la pluralité de l’information (n’est ce pas drôle pour un journal qui utilise de l’encre à la grande gloire de la pensée unique ?)

          DASSAULT libéral ultra propriétaire, fils de, ………….pourfend l’assistanat, vitupère contre la régulation et la redistribution de l’état, lui qui perpétue la fortune de son père grâce aux commandes exclusives de ce même état …
          (je passe le fait qu’il ait pu développer un avion ultra spohistiqué dont les ventesà l’étranger peuvent se compter par un enfant dès la 1ere année de maternelle……

          UMP ; structure associative libérale qui prône le moins d’état, la fin de l’assistanat, la politique de ruissellement (on arrose le capital pour qu’il ruisselle dans dans le public)
          Cette structure endettée à 5 fois son chiffre d’affaire du fait « d’étourderies » répétitives de ses dirigeants, lance une souscription publique de 11 millions dont 66 % seront financés par l’état. Déjà là ? il est de notoriété publique que ce sont les banques qui la soutiennent aujourd’hui à bout de bras, là où une entreprise « normale » serait obligatoirement déclarée en faillite avec les mêmes structures de compte….

          CONCURRENCE LIBRE ET NON FAUSSEE ; le comble du concept est la vente des autoroutes au privé. Depuis cet exercice de haute volée au nom de la concurrence, j’ai cherché vaiement, je l’avoue, de faire jouer la concurrence en empruntant une autoroute parallèle ………….je cherche encore, si vos pouvez m’aider……..

          D’autres thèmes drôles peuvent être développés : LA FLEXSECURITE – L’ENTREPRENEUR DU CAC RISQUOPHILE – LA FINANCE RESPONSABLE – l’UE DEMOCRATIQUE – LA PRIVATISATION DES BENEFICES ET LA MUTUALISATION DES PERTES (simultanément) – CICE ou PACTE ……………………

          A vous lire, on pourrait croire que vous faites profession de dentiste, comme eux vous posez des amalgames, voulez vous nous faire croire à l’adage populaire qui dit « menteur comme un arracheur de dent « ?

          Desproges que vous avez dû apprécier disait « si ce sont les meilleurs qui partent les premiers, que penser des éjaculateurs précoces » ?

          1. Ce à quoi on peut ajouter qu’un tel libéralisme, instituant un état de guerre économique et sociale permanent (donc une course constante à la précarisation), et se faisant au détriment et contre la volonté des citoyens qu’il entend assujettir à ses seuls intérêts, a absolument besoin pour imposer et maintenir sa domination d’un état fort disposant d’une force de répression importante mise à son service pour empêcher toute contestation ou remise en cause. D’où le soutien inconditionnel des chefs d’entreprise ou possédants aux régimes fascistes, autoritaires ou policiers.

    2. Non , ils voteront une seconde fois Front de gauche et ce sont ceux qui ne l’auront pas fait au premier tour qui auront préparé la voie royale au FN. Vu la politique droitière de pépère, vous ne pourrez plus prétendre que voter PS serait encore voter à gauche, comme en 2012. CQFD. ARAMIS

    3. Vu les conneries qu’empilent les maires du FN dans les villes qu’ils ont conquit aux municipales, je ne serais pas aussi affirmatif sur les chances de Marion Anne Perrine

      1. Oui, c’est assez marrant finalement, on dirait que Hollande et Lepen se concurrencent pour décourager les hypothétiques électeurs qui en auraient encore envie. Qu’ils continuent ainsi et le gros des troupes pourrait bien ne plus choisir entre la vraie droite et la vraie gauche. comme ils viennent de subir une politique de droite depuis 2002,ils devraient (en principe) comprendre où est leur intérêt, c’est à dire celui du plus grand nombre : le FRONT DE GAUCHE. ARAMIS

    4. Marine LePen élue ? je me marre, c’est la fin de la Vème.

      parce que pour les députés, elle va les trouver où ses candidats ?
      déjà pour les municipales il y a eut du déchet.
      Quelques transfugent UMPistes décomplexés ? faudraient qu’ils aient la vue encore plus courte.

      Le parti vainqueur des législatives sera forcément minoritaire, ça va pas être triste pour former un gouvernement.

  10. Je sais bien qu’il n’est jamais agréable de se découvrir cocu. Mais enfin, à un moment, il faut se reprendre en main, mes bons amis et arrêter soit de chouiner soit de faire la grosse voix.

    Ce peuple dont vous vous gargarisez a finalement compris ce qu’était la gauche : un mirage doublé d’une bonne conscience à toute épreuve. Et, élection après élection, il vous dit clairement ce qu’il en pense. Hollande et Valls font ce qu’ont fait bien avant eux les partis de gauche d’un grand nombre de pays : ils tentent de maintenir debout quelques pans de murs au milieu des ruines et de consolider ce qui n’est pas encore à terre. Libre à vous de vous bricoler des maquettes « 3 D » pour vous faire croire que vos vieilles idées et votre passé glorieux sont toujours debout.

    1. Didier Goux qui glose sur les « vieilles idées » et la nostalgie d’un « passé glorieux », c’est assez savoureux…

  11. avant après hollande

    il y a 3 ans à tirer, et 3 ans avec un chômage au plus haut, une économie en déflation, une UE emplie de technos pourris jusqu’à l’os par les lobbies, des banques au bord de la ruine arrosées de liquidité pour le grand casino, à l’exception de l’économie réelle, une smala d’abrutis politiques de tout bord qui vont se faire reluire chez les puissants pour assurer leur avenir

    c’est pas jouer de faire des pronostics….

    bon annez admettons ; si hollande/valls continuent comme ça, on aura droit à un coup de droite…qui fera pareil en couleur

    jusqu’au pète final…

    c’eeest le pèèèèèèèèèèètttte finnnnnnnaaaaaaaaaaaaaalleu

    sauf venue extraterrestres ……………

    1. SAUF QU’ILS NE TIENDRONS PAS ENCORE 33 mois comme çà. Il restait encore 4 ans à de Gaulle (qui était autre chose que Hollande comme concurrent) en 68 et çà ne l’a pas empêcher de se prendre une gamelle… Ce qu’il faut maintenant c’est un bon mais 68 en mieux et au niveau européen, disons en novembre 2014, juste pile poil en plein milieu du quinquennat de pépère, celui-là même prétendait dire la vérité dans son bouquin de 2006, quand il préconisait le référendum en milieu de quinquennat. Et ben, y a plus qu’à ! ARAMIS

      1. claude carron

        je me pose des questions quant aux réactions de mes concitoyens dans l’ensemble. Quand j’ai vu la quète de l’UMP recueillir 11 millions suite à une connerie majestueuse des dirigeants et un plantage organisé à la limite de l’escroquerie ( je n’ai pas suivi s’il y a un verdict) …., je m’interroge …

        quand je vois les gens désirer sarko, fillon, valls, et d’autres de second plan… et tout le bordel..je m’interroge..

        je m’interroge sur les appels au « front républicain » à chaque scrutin, convaincu que je suis que le FN ne sortira jamais vainqueur in fine …au pire on verra toujours celui qui sera en face à 80- 90 %…suite à des manifs….

        je m’interroge sur le fait que Mélenchon (ou la gauche de a gauche toute entière) ne pose pas le problème de l’UE, de l’euro sur évalué qui cause la dépression industrielle actuelle de la France…(entre autre)

        mais je ne me pose plus de question sur la gente politique en général de dégénérés qui confondent intérêt général et particulier, pantouflage public et privé sur les mêmes secteurs d’activité et qui se partagent joyeusement les mêmes conseillers et experts qui se plantent depuis des décennies…..

        ça fait longtemps qu’un politicien pue de la gueule quand il parle, mais quand les circonstances sont défavorables ça devient très génant

        1. « ça fait longtemps qu’un politicien pue de la gueule quand il parle, » Certains, sans doute, mais pas Jean-luc MELENCHON. Alors pourquoi les gens se cantonnent-ils à voter PS en pensant voter à gauche, alors que leurs candidats puent de la gueule et transpirent le duplicité ? Ils adorent être des cocus raisonnables ? ARAMIS

          1. CLAUDECARRON

            mélenchon a des arguments intéressants, il doit suivre une ligne qui est ambigüe et en tout cas pas toujours forcément logique par rapport à ce qu’il poursuit (euro, UE..etc) comme je l’ai déjà écrit.

            Je ne sais pas pourquoi, mais je suppose que son mouvement fait attention pour ne pas entrer dans les « opportunités » du FN à qui on laisse un boulevard sur certains sujets. Comme l’écrit ou le dit Lordon, il ne faut pas laisser ce boulevard au FN (euro, UE, protectionnisme, souveraineté) parce que justement nous privons la France des seules solutions efficaces pour conduire une stratégie économique efficace pour maintenir des projets propres et adaptés à ce pays…

            ce qu’il dit est souvent logique, il est intéressant, mais tous les repentis du système
            – stilglitz,
            – un certain Naulot ex banquier central je crois,
            – un économiste du FMI qui affirme que les calculs d’application de nos politiques économiques sont faux

            disent la même chose sans qu’ils soient écouté. Il y a donc un problème.

            le problème nous le vivons dans une certaine mesure sur ces blogs. Si tu es un alternatif à la soupe libérale en vigueur, tu dois prouver sans cesse qu’autre chose est possible ; mais en prouvant et en démontrant, tu deviens inaudible parce que personne n’a envie de suivre une démonstration technique à une époque du zapping et des news seconde à l’émotion….

            voilà le problème des alternatifs et de Mélenchon………..

            sarko, morano et toute la bande de décérébrés umpiste qui éructent en permanence sur des sujets secondaires ou sur des thèmes d’incivilité font plus d’audience parce qu’il faut rester simplet pour être retenu…..

            les libéraux sont simplets…..plus c’est gros, plus ça passe…..

            1. Le peuple doit encore s’éduquer, sans doute et ce n’est pas avec ce matraquage à décérébrer qu’il va progresser das ses réflexions. En tant que responsable assos/SOCIAL (depuis 1999), j’en vois et j’en entends de sévères. Heureusement que parfois il y a la bonne surprise qui émerge d’un point où on ne l’attend jamais, sinon y aurait de quoi tout bazarder. « Quand on entend c’qu’on entend et qu’on voit c’qu’on voit, c’est pas étonnant qu’on pense c’qu’on pense » ARAMIS

      2. Tiens au fait, je n’ai pas revu mon correcteur. pourtant avec le paquet de fautes que je lâche… Quelqu’un a des nouvelles ? Pourvu qu’il ne se soit pas retrouvé coincé avec une de ses virgules suces mot. Je suis inquiet ! ARAMIS

  12. Et si « alternatives éco »( n°de septembre) posait LA question :  » la croissance peut elle revenir ? Les principaux moteurs de la croissance seraient définitivement grippés,selon l’économiste Robert Gordon »…

    1. La réponse est Non la croissance ne peut pas revenir, elle ne reviendra pas.
      En empruntant massivement depuis 30 ans (système commencé en 1974 et qui ne fait que s’accélerer) on a atteind les bonnes années 2 % de croissance.
      Valable dans à peu près tous les pays riches (ou développés si vous préférez).
      Aux limites physiques des ressources, il semblerait que la financiarisation et l’accaparement des revenus par le 0.001 %, donc, la limite du pouvoir d’achat et donc de la consommation pour 7 milliards, soit aussi une méthode pour faire durer cette « civilisation » industrielle.

      L’autre méthode c’est la guerre pour le gaz, le pétrole, les terres agricoles, etc..
      A y bien réfléchir, cà m’ a l’air aussi d’être en route.

      1. Tout dépendra encore de la volonté du peuple à ne pas se laisser embringuer dans ce genre de galère en gobant tous les bobards servant les intérêts des belliqueux affairistes. A suivre. ARAMIS

  13. ben oui, toussa.. (peux pas tous vous citer)
    1) hélas pas nouveau (depuis quand ?) absence de perspective, anticipation (gverner n’est-ce pas prévoir)
    3) récent ? sais pas; en tous cas ne j’lâche pas
    5) (tant pis pour le 4) oui j’ai apprécié « ouverture » qu’importe l’équipe au pouvoir; n’est-ce pas légitime (..) de représenter l’ensemble des français, votants, tendances..
    6) Tout-Est en-vrac je dirais; cf. #3.. je ne crois pas que/qu’on, nous à gauche (raccourci) ayons déserté..
    j’ajoute: jamais partisan d’un « ça ne me regarde pas » mais ne sais pas gérer (expliquer) la phrase: ‘on n’y peut rien’
    Bonne journée
    ps, ça non plus ne sais pas trop l’expliquer, mais je suis ‘optimiste’ et pas que de par nature (manouche autodidacte de gauche)

  14. Après Hollande ?

    Se poser cette question révèle l’incapacité qu’aura produit cette deuxième gauche – s’affirmant « réaliste », « responsable », « moderne » ou que sais-je encore – à se projeter au-delà du court terme électoral et à produire une vision d’avenir susceptible d’être partagée.

    Quand la seule question qui vaille est que reste-t-il du pouvoir politique après 30 ans de libéralisme, saupoudré parfois de social, sous la houlette de qui, comme Hollande, aura institutionnalisé à l’échelle nationale, ou européenne, sa propre insouveraineté.

    Depuis 2011, au moins, la prétendue « gauche de gouvernement » et ses nombreux courtisans auront méthodiquement pris soin de gommer les questions qui fâchent à gauche, ou au-delà, du débat public pour à chaque fois se préoccuper plus de têtes de gondole que de la dynamique imposée à long terme nous enfermant chaque plus dans le non-choix favorisant les non politiques économiques menant à une catastrophe sociale de plus en plus avérée.

    Gouverner, c’est pourtant prévoir. Et s’intéresser à l’agenda – qui a une fâcheuse tendance à s’accélérer – de qui détient concrètement le pouvoir, la nature de ce dernier étant de moins en moins politique.

    De ce côté, s’il faut être réaliste et responsable, et pas du tout archaïque comme des imbéciles osent le dire se prétendant démocrates, ce n’était, n’est, clairement pas vers les partis ayant alterné au pouvoir ces dernières décennies et affaibli consciencieusement le poids du vote de chacun – l’ayant dans les faits déjà nié – qu’il fallait se tourner en 2012, et qu’il faudra le faire en 2017.

    Le seul choix à faire aujourd’hui est : sommes-nous des citoyens maitrisant notre destin collectif humain, ou désormais simplement des homo œconomicus que l’on tente de rationaliser au point de nous confondre avec quelques indicateurs de compétitivité sur un marché ?

  15. « On ne règle les problèmes qu’à fur et à mesure qu’ils se présentent. » dis-tu Juan.

    Tu t’inscris donc dans ce « solutionnisme », cher aux théoriciens de la cybernétique qui préfèrent contrôler les effets plutôt que gouverner les causes, supposant « que le monde utopique des boucles de rétroaction infinies devienne si efficace qu’il transcende la politique », décrit dans ce billet sur le blog de Jorion.
    http://www.pauljorion.com/blog/2014/08/25/la-prise-de-pouvoir-par-les-donnees-et-la-mort-de-la-politique-par-evgeny-morozov/

    Une « révolution de la mesure » qui « vise à quantifier l’efficacité de divers programmes sociaux, comme si la raison d’être des filets de protection sociale que certains États fournissent était d’atteindre la perfection. »

    Inutile de préciser que le raisonnement porté par ces théoriciens est assez éloigné de la recherche sincère de l’épanouissement de l’individu, considéré par ces derniers comme son propre entrepreneur, mais vise essentiellement l’ultra-stabilité d’un régime politique, par ailleurs de plus en plus sécuritaire.

    1. Une quête de l’«ultra-stabilité» – pas du tout conservatrice, hein ! – bien symbolisée aujourd’hui par Macron, tout nouveau ministre de l’Économie, exprimant en 2013 voir la France soumise à l’« anarcho-syndicalisme » désignant donc la défense des droits sociaux comme mettant en danger.

      La question étant de savoir qui ou quoi, faisant le lien avec les normes environnementales.

      Rejoint bien Parisot affirmant que la vie elle-même est précaire… enfin celle des autres… la sienne bénéficiant du confort de la sécurité providentielle de l’État, assurant les dividendes, par exemple, bientôt jusque dans une parodie de justice avec les arbitrages privés.

  16. Après Hollande, on aura les réformes Schröder, et toute la politique qu’Hollande annonce mais ne met pas en œuvre.

    Il est extraordinaire de voir qu’on le critique pour une politique qui n’existe pas : on ignore toujours sur quoi porteront les 50 milliards d’économies annoncées sur les dépenses publiques, qui ne cessent d’augmenter, tout comme le nombre de fonctionnaires ou le déficit de la France.

    Après Hollande, vous nous ferez un blog pour regretter son départ, sur le thème :  » Lui, au moins, il disait pour se faire applaudir par le MEDEF, mais il ne faisait pas ! « 

    1. Ce genre de propos font une belle jambes aux huit millions de personnes vivants sous le seuil de pauvreté .

    2. Elie Arié, que la politique de Hollande n’existe pas ça tous ici le savent, et je pense pas mal d’autres aussi.
      le grave c’est que c’est la France qui n’ a plus de politique parce qu’elle ne peut décider de rien, pas plus que l’italie, L’Espagne, le Portugal, Chypre, la Pologne, la Roumanie, la Belgique, la Hollande, le Danemark, l’Irlande, la Lithuanie, la Slovénie, etc…
      De rien; sauf de se convertir en Paradis Fiscal, en mieux disant sur la flexibilité, sur les bas salaires, sur les hauts dividendes, sur la liberté pour les banksters et les coups de triques sur ceux qui protestent.

      Basta! Sortez nous de l’Union Européenne

    3.  » Lui, au moins, il disait pour se faire applaudir par le MEDEF, mais il ne faisait pas !  »

      Mouais, on en reparle dans deux mois🙂

      Par ailleurs, je n’oublie pas le traité TAFTA qu’il souhaitait rapidement voir signé, ni sa politique vis à vis de la Syrie et son positionnement vis à vis de la Russie.

      Il y a ceux qui approuvent cette politique étrangère et d’autres qui sont restés en accord avec la politique Française jusqu’alors appliquée.

  17. je ne cesse de m’étonner que la France et tout ce qui compte de journalistes et d’intellos relayés complaisamment par les médias, ne cesse de comparer la France et l’allemagne, on est habitué à la connerie médiatique mais parfois ça lasse….

    le plus incroyable est que beaucoup se mouillent la bouche avec les fameuses réformes de Schroeder (les intellos relayés) dans un contexte où l’allemagne a toujours joué l’export, parce qu’historiquement son industrie spécialisée en chimie, mécanique et pharmacie le permettait parce qu’elle joue le registre de la compétitivité hors coût sur des investissements massifs dans les pays émergents, là où peu peuvent être en concurrence….

    Je rappelle de plus que l’allemagne jouait sa réunification qui lui coûtait cher, déjà à l’époque les français avaient joué le franc fort pour coller à la deutchie avec les dégâts économiques dont voudront bien se souvenir ceux qui en ont bavé à l’époque (dont je suis)…..

    il suffit de regarder dans quel état sont les teutons, nous n’avons rien à leur envier.
    L’allemagne a juste l’avantage de profiter des pays comme la France qui a des dirigeants assez cons pour lui servir la soupe en gardant une monnaie qui plombe notre pays mais qui leur est bénéfique

    alors si c’est pour faire les marioles à vouloir reproduire la politique Schroeder, pourquoi ne pas aller le chercher. A quoi ça sert d’avoir des copies de pantins, si on demande à l’original de sacrifier nos vieux avec des retraites de merde et des salaires pour les actifs à faire les poubelles après une bonne journée de travail….déjà avec le SMIC en France, nous arrivons à avoir des travailleurs qui dorment dans leur voiture……

    et pour compléter le tableau puisque nous sommes maso, pourquoi ne pas reproduire la fantaisie du contrat 0 des anglais, qui vont au bout de leur folie en truandant les chiffres du chômage pour faire croire au bon peuple européen que leur farce fonctionne…..

    rien n’a encore commencé, mais on y va, parce que le terrain est libre et qu’il n’y a plus de contre pouvoir pour l’empêcher…mais surtout parce que si on veut jouer la compétitivité, il n’y a que le choix de la course au moins disant social….

    lisez E. TODD (l’invention de l’Europe) et vous comprendrez assez vite ethnologiquement pourquoi les allemands acceptent des inégalités autoritaires et pas les français….

    j’ai à peu près tout dit…je regrette que personnellement que Mélenchon s’arrête.

    Si son programme était flou sur l’UE ou l’euro, il y avait encore quelqu’un pour s’emporter et crier fort à propos des politiques de merde en vigueur……ce qui pouvait maintenir en éveil.

    il ne reste que filoche et quelques tièdes …….c’est peu…

    à force de vouloir être tout le monde, on finit par perdre sa personnalité

    1. Approuvé par le Mouvement Séparatiste Des Régions de France contre l’Europe des Super Girondins.
      Todd vraiment clair et lumineux.

      1. Oups ! erratum

        « Super Girondins » je voulais dire Super Jacobins bien sur.

  18. et je précise à ceux qui voudraient interprêter que je ne suis pas d’extrème gauche de près ou de loin, ni de l’autre côté d’ailleurs…

    juste un citoyen engagé qui sait reconnaitre une entourloupe quand il en voit une…
    et nous vivons un colossal braquage légal en règle….

    1. bonsoir Stan, tu me fais dubiter.. (de gauche à braquage) j’ai voté de Besancenot à Hollande (surtout la mère des ses enfants) mais jamais Chirac..

      1. TI SUISSE

        ne dubite pas.

        Tu as deux solutions :

        – ou tu votes pour un champion qui gagne et tu te rends compte qu’il ne sais plus comment ni pourquoi il est là, forcément parce que les tables de la religion libérale sont ailleurs….

        – ou tu votes pour un participant de seconde zone qui n’a aucune chance de passer et tu as peu de chance d’être déçu…..

        fort de ce principe, après un premier tour pour le plaisir de nommer celui que tu apprécie le plus, tu as droit à un second tour où il faut voter « utile » c’est à dire pour l’un ou contre l’autre et inversement…mais dans tous les cas, il reste deux écuries en course…UMP et PS..

        c’est mitterrand qui disait  » pour être président il faut une centaine de personnes bien placée » (ou quelque chose comme ça)

        en tout cas, il est clair que pour avoir un premier ministre dont personne n’a jamais voulu, il n’en faut qu’une bien placée….

        mais chut…

        1. Si le scrutin se faisait à la proportionnelle, il y aurait d’autres problèmes mais la représentation serait plus significative.

    2. Ce ne sont pas les gens qui sont d’extrême gauche, mais les brusques (et saines) réactions rendues obligées, les conditionnant momentanément face à l’aberration et à innommable politique. La douleur vécue et une sensibilité à celle des autres rendent souvent brusque dans les mouvements. ARAMIS

  19. quoi qu’il en soit : le PS IMPLOSE… J’ai reçu de Gérard Filoche

    « Il n’est pas trop tard pour réussir le quinquennat

    Pour changer de cap :
    Congrès extraordinaire du Parti Socialiste !
    Le gouvernement Valls 1 a échoué par sa politique d’austérité. Une politique que 40 % du BN du PS avait désapprouvée, le 18 février dernier, que 100 parlementaires avaient rejetée dès avril et que plusieurs ministres viennent de condamner.

    La « panne » est évidente
    Continuer la même politique avec un gouvernement Valls 2 c’est poursuivre la chute et conduire le Parti socialiste vers les 5 %. Cette politique d’austérité a conduit la gauche au désastre des municipales, le 30 mars, et pire encore lors des européennes du 25 mai. Jamais le gouvernement Valls 1 n’aurait dû être formé sur cette orientation : il fallait tenir compte des électeurs et choisir un cap à gauche. Ce gouvernement reposait sur une tête d’épingle, il ne rassemblait ni les socialistes ni la gauche. Il n’était pas assuré d’une majorité à l’Assemblée nationale pour le budget 2015. Il était minoritaire dans le pays, dans la gauche, et largement dans le Parti socialiste.

    La crise politique maintenant ouverte est saine et salutaire si elle donne l’occasion de reprendre un cap à gauche. Mais si l’exécutif s’entête, Valls étant reconduit, à poursuivre la MÊME orientation avec une équipe encore plus étriquée, la crise politique va rebondir et l’exécutif imploser. Ne pas changer une orientation qui perd, qui est « en panne » , tous feux rouges allumés, est suicidaire.

    Gouvernement rose-rouge-vert, gauche unie !
    Le Parlement doit l’emporter sur l’exécutif, sur le gouvernement et le président. C’est une exigence démocratique. C’est aux députés de faire entendre leur voix. Le Parlement doit s’imposer : sa majorité rouge-rose-verte est issue de la victoire des législatives de mai-juin 2012. Elle a mandat pour agir à gauche et rompre avec les choix néolibéraux des dix années précédentes, alors que le président est dans une impasse. Il ne peut pas gouverner sans majorité législative et, s’il dissolvait l’Assemblée, il en serait la première victime. La droite et l’extrême-droite refuseraient toute cohabitation et auraient sans problème, avec 20 ou 30 députés PS, le rapport de forces pour imposer le départ de François Hollande.

    L’austérité doit être mise en minorité, et un gouvernement de la gauche unie doit être constitué. Il s’agit ainsi de sauver la gauche. Les parlementaires de toute la gauche doivent se réunir : ils sont légitimes. Leur travail en commun pour obtenir la formation d’un gouvernement qui respecte leur majorité, sauvera la gauche. Plus que jamais, le Parti socialiste doit réagir, débattre et affirmer ses positions de façon indépendante. Cap à gauche ou cap suicide !

    Non à la baisse du coût du travail, haussons les salaires, baissons les dividendes !
    Le Parti socialiste n’a jamais voté la politique de l’offre, la politique de baisse du coût du travail, il n’a jamais choisi la politique d’austérité. Le projet adopté par le Parti socialiste se retrouvait dans le discours du Bourget, il se retrouvait dans la campagne des législatives de mai-juin 2012, dans les attentes des électeurs de gauche. Ce n’était pas le cas de l’orientation du gouvernement Valls 1 et ce sera encore moins le cas avec le gouvernement Valls 2. L’austérité est une impasse éprouvée.

    À peine mis en place, le gouvernement de Manuel Valls 2 vient de donner deux signes forts d’un approfondissement du reniement du discours du Bourget. Un ancien Banquier d’affaire devient ministre de l’Économie et se prononce aussitôt pour la remise en cause des 35 heures. La « standing ovation » saluant Manuel Valls et sa déclaration d’amour au patronat lors de l’Université du Medef est un autre symbole de ce reniement.

    Pour un congrès du Parti socialiste, vite !
    C’est pourquoi il faut convoquer un congrès extraordinaire du Parti socialiste. Il devait avoir lieu vite. Il a été repoussé. Il doit être remis à l’ordre du jour au plus vite. Démocratie ! Les militants doivent avoir la parole, débattre et choisir. L’avenir de la gauche se joue, avant tout, au Parti socialiste. »

    Constatant que l’on avait bien raison au FRONT DE GAUCHE de gueuler et de prévenir avant 2012 (pendant que les chers électeurs voulaient une gauche « raisonnable »), je me demande ce que peut bien en penser pépère et tous les électeurs encore capables de le suivre dans ses conneries molles…ARAMIS

  20. c’est d’ailleurs fou le nombre de bouquins simples à lire, où les démonstrations alternatives sont pour le moins bien faites, dont j’aimerai connaitre le tirage

    Delaume, Chavagneux, Lordon, Les Attérrés, Stilglitz, Sapir, Piketty,
    et je n’évoque pas les blogs nombreux et solidement argumentés, chacun dans leur domaine

    qui démontrent que nous vivons une perversion du libéralisme financier très court termiste totalement incompatible avec la nécessité de réfléchir de nouvelles politiques économiques devenues nécessaires

    laissons donc le mur arriver pour revoir un futur CNR, un contrôle des banques, une reprise en main des états sur les dysfonctionnements du marché, voir le jour

  21. vous mettez dans les tuyaux de l’information une Léonarda, un mariage homo, une théorie du genre ou l’immigration (dont les démonstrations chiffrées démontrent d’ailleurs le fantasme total) et ça vous fait une crise de première bourre…..

    vous mettez dans les tuyaux le braquage des états par les banques, le MEDEF, le CAC, l’invraisemblable taux de change euro anti compétitif sur le marché mondial, une législation favorable à l’évaporation des milliards de milliards de bénéfices et de capitaux., le trading haute fréquence par des bécanes………

    et ça en touche une sans bouger l’autre …..

    voilà…..comme dirait Confucius  » …………………….!!!!! »

    1. Nom péjoratif exprimant le dégoût d’une majorité grandissante d’exploités, envers cette idéologie dédiée au dieu pognon et déniant les droits du plus grand nombre à être protéger par les lois garantissant leurs acquis. Sans plus . ARAMIS

  22. Après, on fait quoi ? C’est simple : avant tout les citoyens redeviennent les seuls maîtres de leurs vies et de leur devenir commun. Ce qui ne peut se faire qu’avec une démocratie digne de ce nom, dans laquelle les citoyens décident par et pour eux-mêmes, et exercent ainsi pleinement ce droit naturel et absolu qui leur est arbitrairement confisqué par cette petite caste qu’est l’oligarchie politico-financière dont le système actuel garantit la soumission à sa domination et l’asservissement à ses seuls intérêts.

     » tout être humain est compétent pour gérer les affaires de la société, et plus particulièrement de la communauté dont il est membre. Aucune politique n’a de légitimité démocratique si elle n’a été proposée, discutée et décidée directement par le peuple, et non par de quelconques représentants ou substituts. C’est seulement l’administration de ces directives politiques qui peut être confiée à des conseils, des commissions ou des collectifs d’individus qualifiés, éventuellement élus, qui exécuteraient le mandat populaire sous contrôle public et en rendant des comptes aux assemblées qui prennent les décisions.  »

    Murray Bookchin –  » Une Société à refaire – Vers une Ecologie de la Liberté « 

Les commentaires sont fermés.