Le jour où François Hollande a oublié les femmes


Donc pour Manuel Valls, les femmes sont un sujet sanitaire.

Une broutille.

 

Le droit des femmes ne relève pas du ministère des « affaires sociales et de la santé »

Le premier gouvernement formé sous François Hollande par Jean-Marc Ayrault comprenait un ministère de plein exercice sur le droit des femmes. Puis, le premier gouvernement formé par Manuel Valls avait déjà élargi les compétences du ministère. La question des femmes se trouvait alors associée aux sport, à la ville et à la jeunesse. Aujourd’hui le droit des femmes relève d’un secrétariat d’état dans le giron du ministère des affaires sociales et de santé.EELV dénonce ce recul, rappelle qu’il s’agissait d’une promesse de campagne du candidat Hollande… Le droit des femmes n’est pas une patate chaude que l’on se refile parce qu’on ne sait pas trop où le positionner…C’est par ailleurs un message pour le moins ambigu qu’adresse Manuel Valls sur la question du droit des femmes : d’un côté Najat Vallaud Belkacem est nommée ministre de l’éducation nationale et c’est la première femme à occuper ce poste, d’un autre la question du droit des femmes est reléguée dans un ministère très large, noyée dans d’autres problématiques liées peu ou prou aux conditions de vie et de santé.

Le droit des femmes mérite mieux que cela et les mouvements récents contre les abécédaires de l’égalité ou encore l’avortement (qui a regagné en vigueur suite au débat parlementaire espagnol) rappellent combien en ce domaine des batailles peuvent être gagnées mais combien aussi la lutte doit être incessante.

Julien Bayou et Sandrine Rousseau, porte-parole nationaux.

14 réflexions sur “ Le jour où François Hollande a oublié les femmes ”

  1. Les droits des femmes, c’est comme la politique de la ville : on baratine puis on oublie, parce que, dans le système libéral qui nous régit, c’est un sujet mineur . Aaaaaah, par contre, pour parler et agir pognon …!

  2. Tient, en parlant pognon et hors sujet : Emmanuel Macron est surnommé par certains  » le Mozart de la finance  » . Il a eut un prédécesseur pour ce qualificatif, Jean François Hénin, président d’Altus finances et, à ce titre, un de ceux qui ont largement participé au coulage du Crédit Lyonnais, avant d’être viré par Pierrelevade, auprès le naufrage .
    A la place du cher Emmanuel, je ferais attention à mes fesses .

    1. Le Mozart de la finance dissimule surtout un Wagner martial à l’égard des acquis sociaux, version Chevauchée des VallsKyries…

  3. A propos : Najat Vallaud- Belkacem ne s’est appelée Claudine Dupont que par la bouche de Ségolène Royal, laquelle, par ce propos, lui conseillait d’assumer son sexe et ses origines, pour le plus grand bien de sa carrière .

  4. Pour s’étonner que les femmes puissent relever de la santé, il faut n’avoir jamais attrapé de véroleries en commerçant avec ces dames ! Dont certaines, et pas les plus désagréables d’ailleurs, sont largement aussi plombées qu’une roulotte de romanos.

  5. Pour faire bref, il semble qu’en dehors des intérêts exclusifs de la caste des hommes blancs du monde de la finances, Hollande ait tout oublié…

  6. déjà ça coince avec ‘droit de la femme’, comme bcp de nous.. question de civilisation ou de très grande patience

    même pas rêveur; oui des batailles.. viser bien, frapper fort: pas fun le programme.. lutter pour des personnes ‘comme nous’, pareil ! à notre même côtés, mêmes emmerdes.. mères, frangines

    ah les traditions, épaisse la couenne.. mais ça fond, d’abord la permission (après l’esclave ?) de lire et écrire,
    eh oui, l’homme tout à son loisir: taquiner son voisin, le et se distraire, lui (re) piquer son Hélène (tagada voilà les Dalton) il lui fallait qql’un -‘conjointe’ est plus récent ?- pour tarauder le fut du canon

    le Capital ? il s’agit bien (aussi) de lui, fait mieux que s’adapter: il a un (2,3..) coup d’avance

Les commentaires sont fermés.