Quand Le Pen sera présidente


Elle s’y croit déjà.

Elle a oublié comment l’antisarkozysme a évincé Nicolas Sarkozy de l’Elysée. Elle l’a oublié. Car on réalise aujourd’hui que ce n’est pas Hollande qui a gagné, mais Sarkozy qui a perdu. Il suscitait suffisamment de rage, de haine, de rancoeur, de déception, pour se faire dégager sans peine.

Quelques sondeurs nous prédisent Le Pen en tête au premier tour, puis vainqueur au second d’une présidentielle qui n’aura lieu que dans 30 mois. C’est crétin, mais ça ambiance le militant UMP pour réactiver son réflexe bonapartiste.

Cela devait servir à stresser l’électeur déçu, pour qu’il rejoigne le vote utile. Mais cette période là est terminée.

Donc il nous reste cette possibilité politique, le face-à-face éparpillé avec Marine Le Pen.

« Et on fait quoi ? On ne fait rien ? » me demande régulièrement ma femme. Si, réponds-je.

On écrit, on débat, on cherche à convaincre.

Marine Le Pen suscite haines et de déchirures. Où la France, le rassemblement, la patrie quand c’est la haine qui vous unit ?  Son programme économique ne tient pas debout. L’entourage même de Marine Le Pen est constitué d’incapables assez incroyables. Observez avec attention les premiers de ces maires frontistes.

Tout ceci ne suffira pas, bien sûr.

Mais tout de même.

20 réflexions sur “ Quand Le Pen sera présidente ”

  1. Le parti de Marine Le Pen organisé comme une dynastie monarchique….qui donne des leçons de démocratie….çà pourrait être drôle….!
    Mais d’agiter la peur de l’extrême droite comme le fait Valls…ne suffira plus….

  2. Elle ne sera jamais en situation d’exercer le pouvoir au niveau national, ni en cas de dissolution, ni s’il advenait qu’elle l’emporte à la présidentielle , pour une raison simple elle n’aura jamais de majorité à l’assemblée nationale du fait du scrutin majoritaire à deux tours…
    Par contre , elle risque d’empêcher l’un ou l’autre camp d’avoir la majorité et donc d’obliger à un gouvernement de coalition ..d’un mal sortirait un bien ou un moindre mal?

    1. « pour une raison simple elle n’aura jamais de majorité à l’assemblée nationale du fait du scrutin majoritaire à deux tours… »

      sauf si, sur un second tour, dans une circonscription donnée, une majorité d’electeurs préfèrent le candidat FN à tout autre candidat , et ce dans une maj des 577 circo du pays!

      Attention aux raisonnements qui consistent à croire que le FN ne peut pas arriver au pouvoir à cause du SUMaj à 2 tours. Après tout, en 1993, l’archidomination du RPR a certes été accordée par les électeurs, mais aussi par le mode de scrutin.

      1. ah ça c’est sûr que si elle gagne elle gagne; ça porte un nom en logique pure,non? personnellement ,je préfère la sociologie politique pour essayer d’analyser les situations.

    2. CASTOR
      je suis d’accord avec ça, et j’y ajoute simplement la carte socio pro et démographique du vote qui ne fait pas de doute sur le fait que le FN ne sera jamais au pouvoir suprême en France..

      qu’on regarde le vote des présidentielles et ceux des européennes c’est assez évident. Mais personne n’a fait réellement le calcul ; les médias balourdent des taux en forme de zoom qui n’ont au final pas plus de signification au regard des nombres..

      sauf si les plus de 50-55 ans se mettent à voter en masse pour le FN ce qui signifie qu’ils se détourneraient vraiment du vote UMP et à moindre nombre de celui du PS…

      même à ce niveau là il y a une esbroufe monumentale qui a trouvé une résonnance amplifiée avec le vote récent l’Europe. Du coup les médias agitent l’épouvantail pour vendre du numéro ou du sondage…

    3. CASTOR

      je suis d’accord avec ça, il suffit de faire le point du vote des présidentielles et européennes en âge et en catégorie socio pro pour en être convaincu…
      le FN n’ira jamais à la magistrature suprême, c’est aussi ,net que ça..

      l’épouvantail est bien agité par la presse qui vend au numéro, grâce à l’arrivée retentissante aux européennes qui a amplifié le fantasme….
      un coup fumant qui réside dans le calcul en pourcentage

      bon il y a quand même une bonne chose. Quand les journaux vendent plus, il n’ont pas besoin de plus de subventions..

      j’ai vu aussi que tu avais sorti le site de l’observatoire des sondages. Tu as bien fait, ça montre à quel point l’esbroufe médiatique est à son comble..

      il va falloir de plus en plus d’esprit critique de nos jours pour faire le tri dans l’immensité du foutage de gueule ambiant…

      1. il faut rendre à césar…je crois bien que c’est sur ce fil que j’ai entendu parler de cet observatoire…ceci dit le « rolling » IFOP/JDD en 2012 valait son pesant de cacahuètes..

  3. Les mêmes journaleux recommencent le même stratagème qu’avant mai 2012 : faire monter Lepen pour descendre MELENCHON, en faisant peur avec les extrêmes et rabattre ainsi l’électorat craintif vers les partis libéraux (fausse gauche ou vraie droite ce sont les mêmes) acquis aux ordres de la haute finance. Le problème c’est que MELENCHON ne se trouve plus à la même place sur l’échiquier, et que le FRONT DE GAUCHE (qui n’a finalement pas explosé comme certains l’espéraient) est en train de modifier sa stratégie. ARAMIS

      1. Je parle de l’ultralibéralisme qui permet à quelques-uns de se gaver sur le dos de tous les autres avce des lois mises en place au niveau européen et rélayées au niveau national par le PS et l’UMP qui en sont les portes cierges.

        MELENCHON n’a jamais dit qu’il arrêtait la politique, vous confondez avec JOSPIN ou SARKO ou vous prenez vos rêves pour des réalités.

        Pour leurs bobards, le PS et l’UMP doivent imploser sous peu (oui, je sais, il y a longtemps que çà aurait dû) et les réseaux sociaux y auront largement contribué. ARAMIS

    1. Ce ne sont pas les « journaleux » qui font descendre Mélenchon, mais les électeurs.

  4. « It is futile to be ‘anti-Fascist’ while attempting to preserve capitalism. Fascism after all is only a development of capitalism, and the mildest democracy, so-called, is liable to turn into Fascism. »

    George Orwell

  5. En attendant, Marion Anne Perrine n’a pas conquit le siège de député d’Hénin Beaumont, que les médias lui attribuaient par avance . Si on ajoute les conneries des maires FN et le rejet par les autres partis de la droite-extrême de former un groupe avec le FN au Parlement européen,, ça relativise sérieusement des sondages à la noix

  6. Je ne comprends pas que nos billets de blogs parviennent à convaincre. Tu oublies un mot. Il n’est pas spontanément dans le vocabulaire de la gauche : agir !

Les commentaires sont fermés.