Alors, l’Ecosse ?


Ils ont pu voter jusqu’à 23 heures pour ou contre leur indépendance.
J’ai pensé que l’indépendance pouvait raffermir un sentiment d’appartenance collective pour un peuple déboussolé comme d’autres par ce qui nous tombe d’ailleurs. J’ai rencontré le matin même un Ecossais qui m’a dit que l’indépendance était un choix affectif, mais que le maintien du rattachement au Royaume Uni était une affaire de raison.

Je ne suis pas Ecossais, et sans doute moins Français qu’Européen.

Alors, l’Ecosse ?

Finalement l’Ecosse a voté NON à l’indépendance, et largement. On se réjouira de ce réflexe solidaire.

IMG_0656.JPG

52 réflexions sur “ Alors, l’Ecosse ? ”

  1. On notera la similitude avec le Québec, où le rationnel l’a emporté ( à deux reprises ) sur l’affectif .

    Au-delà, on se félicitera de ce coup d’arrêt à une tendance européenne ( Catalogne, Lombardie, Corse, etc. ) , qui cherche à casser et à fragmenter les Etats pour rendre plus puissante la Commission Européenne .

    1. sauf que je ne comprends pas sa dernière phrase :  » substituer des régionalismes à des nationalismes ne fait qu’exprimer la permanence de la nation.. »

      1. dans le cadre d’un état fédéral qui constituerait l’aboutissement de l’intégration européenne ( hypothèse à laquelle je ne crois pas ni, a fortiori, à celle d’un état unitaire)

      2. Cela veut dire le remplacement de l’ Etat-nation (construction politique) par la mini-nation ethnique , aux pouvoirs beaucoup plus localisés et limités .

        1. si j’ai bien compris l’article , son auteur dit quasiment le contraire de ce que vous dites dans votre 1er post…mais bon , je ne voudrais pas saturer ce fil.

  2.  » Finalement l’Ecosse a voté NON à l’indépendance, et largement. On se réjouira de ce réflexe solidaire.  »

    Réflexe solidaire ?!!

    L’une des raisons pour lesquelles les indépendantistes écossais voulaient l’indépendance de leur pays – véritable bastion historique du Labour – est qu’ils sont justement attachés à une solidarité incarnée par les services publics que les différents gouvernements conservateurs de Thatcher jusqu’à Cameron aujourd’hui n’ont eu de cesse depuis Londres de mettre à mal et de s’efforcer de détruire, suivis en cela par ceux du New Labour.

    D’autre part, les écossais et les anglais sont deux peuples complètement différents, l’un celte (scots), l’autre germanique (angles et saxons), comme les français et les algériens pouvaient l’être au moment des colonies. Comment ne pas comprendre que les écossais souhaitent ne plus vivre sous domination anglaise et décider eux-mêmes directement et démocratiquement de ce qui les concernent ?!
    Sans parler du fait qu’écossais et anglais ne s’apprécient pas particulièrement : ils m’est souvent arrivé d’entendre des propos pour le moins peu amènes tenus par des anglais à l’égard des écossais, qui me disaient clairement qu’ils préféreraient eux aussi une séparation des deux nations (il est vrai que cela faisait suite aux gouvernements de Blair et Brown qui sont tous deux écossais).

    C’est surtout une victoire de la peur (attisée par les partisans du non qui bénéficiaient du support de tous les médias à l’exception seulement du Herald Sunday et du Guardian qui lui faisait entendre les deux côtés) sur l’espoir.

    Moi qui envisageait de demander l’asile politique à l’Ecosse, c’est fichu… ; )

    Quelques lectures intéressantes et significatives sur le sujet :

     » Scots voting no to independence would be an astonishing act of self-harm.
    England is dysfunctional, corrupt and vastly unequal. Who on earth would want to be tied to such a country?  » George Monbiot
    http://www.theguardian.com/commentisfree/2014/sep/02/scots-independence-england-scotland

     » A yes vote in Scotland would unleash the most dangerous thing of all : hope.
    Independence would carry the potential to galvanise progressive movements across the rest of the UK.  » George Monbiot
    http://www.theguardian.com/commentisfree/2014/sep/09/yes-vote-in-scotland-most-dangerous-thing-of-all-hope

     » Scottish nationalism and British nationalism aren’t the same.
    Some on the left seem to think voting against the Westminster status quo is an act of class betrayal. This is plainly not true.  » Billy Bragg
    http://www.theguardian.com/commentisfree/2014/sep/16/scottish-nationalism-british-westminster-class

  3. Si les régionalismes se développent, ne serait-ce pas parce que l’Union Economique, tellement bancale, avec des Etats impuissants parce que liés par des traités qu’ils se refusent à renégocier, est considérée, par les citoyens, comme une immense tromperie ?
    Je précise « Union Economique  » . Parce que l’Union Européenne n’existe pas .

    1. C’est tout à fait évident, et je note, sans surprise, que Juan se sent plus « européen » que Français.
      Européen ça veut dire Atlantiste, sujet soumis à l’Uktr-libéralisme, à l’Otan, au FMI, aux USA en bref. Une déclaration sarkozy-compatible.
      L’ami Juan va avoir un peu de mal à nous faire croire à sa sincérité Front de Gauche.

      L’agent de conservation Elie Arié, nous pontifie les éléments de langage fournis par les Main Stream Media.

      Choisir la dépendance procure donc ce lâche soulagement chez les Immobilistes Agités.

      1. Affirmation gratuite, et frisant le ridicule. On peut très bien être Européen, au sens où l’entend Juan, tout en étant contre l’ultralibéralisme, l’OTAN et autres bidules. Bref, on peut être pour une autre Europe.

        Il me semble d’ailleurs que le FDG, ou plus précisément le PG prône une autre Europe, et, s’il est impossible d’en prendre le chemin avec les autres membres de la CE, une sortie de cette CE.

        1. On peut tous être pour une autre Europe, merci
          et pour ça il faut commencer par ne pas accepter ce que l’Europe telle qu’elle est fait aujourd’hui.
          Vous êtes péremptoirement nigaud, désolé:
           » l’ultralibéralisme, l’OTAN et autres bidules… »
          mais justement votre EU se résume à ça, en attendant le TIIP et l’austérité mortifère pour tous et le chômage et les encore plus bas salaires et pensions.
          Sur le duplex de clown entre Kiev et Bruxelles justement la Gauche PG et Siriza ont refusé et sont sortis.
          Farage (UKIP) qui veut un référendum sur l’Europe accuse clairement l’UE de totale incompétence sur la crise en Ukraine.
          A noter Libéraux et Sociaux-traitres, + EELV sont resté et on applaudi.

          1. « On peut tous être pour une autre Europe, merci
            et pour ça il faut commencer par ne pas accepter ce que l’Europe telle qu’elle est fait aujourd’hui. »

            C’est l’évidence même. Ceux qui sont pour une autre Europe le sont précisément par qu’ils trouvent la présente et ce qu’elle fait inacceptables.

            Bon, comme c’est de la sincérité de Juan que vous doutez, je lui laisserai le soin de la défendre, s’il l’envie lui en prend.

            Salut et fraternité.

            1. m’en fous (même pas) ch’uis (aussi) sentimental: l’Europe j’l’aime.. et pis reculer -je pense à la boite de vitesse d’une auto- y a qu’un seul rapport (ça fait lèche, preu)
              pas dit borné non plus..

  4. Moi j’aurais voté oui, pour donner un coup de pied et dans la fourmillière et aussi quelque part aux rosbifs !

  5.  » BRITAIN IS FOR THE RICH
    SCOTLAND CAN BE OURS

    We can end the Tory nighmare & transform Scotland with the powers of independence.  »

     » We believe Scotland should be a people’s democracy, a society of equality, a great welfare state, a good neighbour, and pioneer a just economy.  »

    Slogans de l’organisation ‘Radical Independence’ qui illustrent combien l’aspiration des écossais à l’indépendance est une aspiration à la liberté, à la démocratie et à la solidarité.

  6. Féliciter les écossais d’avoir été pragmatiques ne les empêchera pas de reposer la question, quand le conglomérat britannique (ta mère) verra l’Europe (dont ils se disent dedans/dehors selon ce qui les arrangent) exploser et les autres gros pays (dont la France) reprendre leurs billes, excédés par la domination de garde chiourme de l’Allemagne… ARAMIS

    1. Si on décortique le vote écossais, on s’aperçoit qu’à Glasglow et dans les centres urbains, , le « oui » était archi-majoritaire, alors que, dans les campagnes, c’est plutôt le « non » qui arrivait largement en tête . On peut en déduire que le conservatisme rural et bourgeo-capitaliste a torpiller le désir d’indépendance des classes laborieuses ( je sais, ça fait pompeux, mais j’ai rien trouvé d’autre ) .
      C’est quelque choses qu’il conviendrait de travailler à éradiquer ( le conservatisme, pas les conservateurs, on veut pas la mort des animaux ), si on veut vraiment changer l’Europe .

      1. C’est bien le constat que je faisais aussi. Le désir d’indépendance des classes laborieuses ayant subi de plein fouet le tatchersime, devrait pouvoir ouvrir certains nouvelles perspectives envers une autre forme d’Europe plus solidaire et reconnaissante des désirs des peuples à pouvoir sauvegarder leurs spécificités. Sinon, l’Europe salope du fric va rapidement imploser… ARAMIS

        1. Sauf que c’est exactement le raisonnement inverse qu’on tenu la majorité des Ecossais .

          L’Ecosse, hors pétrole, est actuellement « subventionnée » par Londres. Les dépenses publiques par habitant y sont en moyenne de 1 300 livres (1 600 euros) plus élevées qu’en Angleterre. Sur cette base, le déficit de l’Etat écossais aurait été de 14 % du PIB en 2012-2013.

          Grâce aux revenus du pétrole, le déficit public retombe à 8 % du PIB, soit à peu près celui du Royaume-Uni aujourd’hui (7 %). Un niveau tout de même élevé, qui laisserait peu de marges de manœuvre budgétaires à une Ecosse devenue indépendante : elle n’aurait pas les moyens de financer un Etat-providence à la scandinave, avec un haut niveau de protection sociale, dont rêvent les indépendantistes. Et au-delà des grands discours, c’est de l’avenir de leurs retraites ou de la sécurité sociale que les Ecossais se sont inquiétés.

          1. À quoi il faut rajouter ceci : nombre d’électeurs travaillistes écossais restent écœurés par le souvenir de la politique de Margaret Thatcher et veulent aujourd’hui s’éloigner de celle de David Cameron, de plus en plus eurosceptique. « C’est justement pour dire “good-bye” à David Cameron et à sa politique qu’il faut rester dans le Royaume-Uni ! », estime l’eurodéputée travailliste écossaise Catherine Stihler. Les travaillistes, en force en Ecosse, pourraient peser aux prochaines élections, faire perdre M. Cameron, et empêcher la tenue du référendum sur le départ, ou non, du Royaume-Uni, de l’Union européenne. Car, contrairement à toi et aux conservateurs britanniques, les indépendantistes écossais sont très europhiles.

            1. Quelque chose m’échappe!!! pour se débarrasser de Cameron il faut rester dans le giron de la Perfide Albion ? Donc si je suis ce raisonnement pour se débarrasser de Hollande il faut voter pour lui ?
              AU SECOURS !!!!

          2. L’inquiétude comme principe de gouvernement, voilà un concept quil est dynamique.
            L’inquiétude comme thème de propagande pour la conservation des privilèges. Et là BBC, Guardian, Telegraph, Cameron, Milipéde (labour) et Greg (lib dem) ont tous marché au son du fifre des orangistes.

            Elie, vous pourriez-pas une fois au moins ouvrir la fenêtre

              1. Alors pourquoi les villes ou on trouve une forte porportion de salariés ont-elle voté massivement pour le oui ?
                Vous avez une facheuse tendance à faire de votre raisonnement celui des Ecossais .

              2. Vous répétez les slogans de Cameron, la propagande absolument mensongère, surtout quand on connait un peu le niveau en UK des retraites (à partir de 67 ans), l’état du NHS (secsoc Uk largement privatisée) c’est ce délabrement social auquel les Yes voulaient échapper.
                La député labour vient de perdre son siège, comme les autres sociaux-traitres écossais.

                Essayez une fois dans votre conservatisme d’avoir une idée personnelle , juste une idée à vous.

                1.  » c’est ce délabrement social auquel les Yes voulaient échapper. »

                  Et ils ont donc voté majoritairement NON pour ça ?
                  Sont bêtes, hein ?

                   » sociaux-traitres  »

                  Un langage sentant bon l’ère stalinienne, et même léniniste, et qui suffit à vous situer.
                  Bonne révolution, bonne avant-garde éclairée , bonne dictature du prolétariat .

                  1. Devant la déferlante réactionnaire, un petit retour à des termes d(usage devenus désuets est plutot de bon ton.
                    Pour ce qui est de me situer, je rigole.

                    par contre pour vous, la postion est en haut à droite du rayon Fayots en Conserves sauce Pensée Unique.

                    1. Après les « sociaux-traîtres », voilà la « pensée unique  » : vous ne savez vous exprimer que par expressions toutes faites ? Jamais la moindre idée personnelle : pourquoi n’essayez-vous pas ? ou bien vous avez déjà essayé, puis renoncé ?

              3. Comme çà ils pourront toujours venir en France se faire soigner, tant les services publics sont désastreux par ledit tatcerisme qui continue son boulot de sape. ARAMIS

  7. Rien n’est plus faux que de croire qu’il s’agit là d’une victoire de la solidarité.
    C’est bien plutôt tout le contraire : une victoire de la peur (attisée par Londres) sur l’espoir ; de la domination et du nationalisme anglais sur l’indépendance des écossais ; d’une société de classes et d’une caste de privilégiés sur la démocratie et les citoyens ; du capitalisme sauvage et de l’utra-libéralisme sur la solidarité à laquelle les écossais sont foncièrement et historiquement attachés.

    1. Mais oui,
      le Labour, parti travailliste a ses plus gros bataillons en Ecosse.
      Ces sociaux traîtres (type PS) ont fait campagne pour le Non, pour ne pas perdre ces électeurs.
      A mon avis mauvais calcul, il y aura représaille des travailleurs trahis,; c’est que c’est rancunnier le prolo.

      moi aussi.

    2. G.O.
      O.K. et pour répondre à l’embrouillamini de Soubrouillard donné en lien par Arié . Je cite :  » l’UE s’est toujours voulue une terre d’accueil des régionalismes  » , foutaise : https://www.google.com/url?q=http://www.mediapart.fr/journal/international/301213/comment-le-luxembourg-sest-construit-en-trou-noir-de-la-finance-mondiale&sa=U&ei=k6AcVMf7LYfKaO-egYAP&ved=0CBMQFjAJ&client=internal-uds-cse&usg=AFQjCNFnahANqvLQbZhGTNplLUbOOQM6Ag . Et + loin :  » les régionalistes ont envie d’Europe , d’accueillir en son sein , etc… et ,pour preuve la visibilité du minuscule Luxembourg  » , évidemment : https://www.google.com/url?q=http://www.mediapart.fr/journal/international/301213/comment-le-luxembourg-sest-construit-en-trou-noir-de-la-finance-mondiale&sa=U&ei=o6ccVPSUFMjTaJn8gaAJ&ved=0CBMQFjAJ&client=internal-uds-cse&usg=AFQjCNENLOxL7UkN5NG1gFk2TBCpWYv4kA . Et pour enfoncer le clou : https://www.google.com/url?q=http://blogs.mediapart.fr/blog/habitus/290314/metropolisation-regionalisation-autodetermination-revolution-bourgeoise-ou-volonte-populaire&sa=U&ei=sakcVIaEJ8-XarDcgOAN&ved=0CBAQFjAHOB4&client=internal-uds-cse&usg=AFQjCNFi7JkzeNNKwRS6DVxJVTi5hgWfKw . Et , pour finir , une petite anecdote vécue : Il y a une trentaine d’années , nous avions fait un voyage en visitant les superbes côtes du Querry et du Connémara . Nous nous étions arrêtés dans une baie du Querry regorgeant de superbes huitres , quel étonnement ! c’est alors qu’un vieux s’est approché en nous interpellant : vous êtes Français ? et la conversation s’est engagée ou il apparaissait que cet Anglais installé de longue date dans la région nous a expliqué pourquoi les Irlandais ne mangeaient pas de coquillages et très peu de poissons maritimes : parce que en vertu de très vieilles lois et répressions , les  » biftecks  » avaient interdit l’accès et l’usage des produits de la mer aux autochtones…. c’était alors devenu une seconde nature , si l’on peut dire . Depuis , cela a heureusement changé…

  8. JUAN au secours de l’ultralibéralisme Européen… Étrange… Et si les écossais avaient été plus heureux indépendants ? Je rappelle qu’ils sont passés par le vote et la démocratie sans aucune violence et avec acceptation tranquille du scrutin… Il n’y aurais donc de mondialisme politique qu’avec un mondialisme ultra libéral d’asservissement des peuples ? Ainsi on pourra enfin déclencher le grand soir ?
    Inventer son ennemi pour pouvoir le combattre…

    1. bonjour Barbara, oui bien été cette votation, pas dit l’enjeu ou résultat, alors le déroulement,
      pas la même lecture, mais pourquoi pas.. pas lu de la même manière (façon) interprétation etc. aussi de « asservissement » des peuples -par l’Europe, donc/par ex. (et le grand soir, n’est-ce pas une sorte d’Arlésienne.. qu’importe)
      bien exposés tes propos, mais nous ne serions pas à l’abri de nos émotions.. (« affectif-raison »)
      le matin même.. Quel pied est nécessaire (utilisé) pour accéder au wc, café.. je blague, mais qql image en réponse à une question limpide (indépendance or not) aux sentiments variés, variables.. (concomitant, no standard)
      nous ne sommes pas écossais -je veux dire: pas concerné, ce qui n’a rien à voir d’avec ‘solidarité’- eux même m’ont semblé (intéressé ! 84,6% de participation) hésitants, influençables, pour la plupart (expliq/preuve: les sondages yo-yo)
      – 44,7 yes, 55,3 no /si ‘oui’, alors été appliqué mars 2016

      anecdote, vexillologiste (collec. drapeaux) l’Européen est punaisé sur une porte de la case, je sors le Français dans qql occase

      1. Pour l’instant ce n’est rien. Comme avant le Big bang…

        Mais pour ne pas tout à fait botter en touche, on pourrait déjà imaginer le concept d’une réelle démocratie… Réapprendre l’éthique aux dirigeants politiques…
        Etc……………………………….
        La 5éme comporte environ 34 pages – 89 articles (sans compter les sous articles…).
        Une Assemblée Constituante aura pour charge d’y travailler en prenant en compte les aspirations des citoyens tout en confrontant les réelles données économiques du Pays. Pour cela, il faudrait aussi cesser de brader les bijoux de famille… Un Etat doit pouvoir se donner des moyens de financement au lieu d’ajouter de l’impôt à l’impôt.

        Un détail (un souhait) : Prévoir pour un ancien Président de la République qui a eu ses comptes invalidés par le Conseil Constitutionnel l’interdiction de se représenter… De même, tout homme politique ayant fait l’objet d’une condamnation pour abus de biens sociaux, emploi fictifs, ou conflit d’intérêts etc., sera invité, après avoir le cas échéant purgé sa peine, à prendre son permis de pêche. (Interdiction définitive d’exercer tout mandat). Cela manque cruellement à la VI ème. (Ma contribution – on peut rêver non…).

          1. ah oui on peut rêver libert.. ne dit-on pas ‘vive le sport’ ? je veux dire: ça s’applique (éthique) déjà/bien aux joueurs de foot;
            la 6°? sans offense, faudrait que je pige la 5 (à part, en plus des grandes lignes exécutives)

      2. Castor ,
        Lassant , j’ai répondu dans un post précédent avec lien à l’appui . Cherchez .

  9. je pensais, mis à part le fait que, toutes réunions confondues (même les AG de club sportif hein) c’est à-la-fin que je les préfère.. dans le dernier 1/4 d’hre t’as, en very gros, la synthèse, t’échappes à x répétitions, prises de bec, du ton haut et même fort.. mais vous le savez, aussi un des mes aspects (bille politique) radical velléitaire, ti passage perso, aussi partagé, habituel, bref,

    je pensais, au début des post de cette page
    – pardon, vous l’aviez compris: « Ecosse », j’ai regardé, lurké (: appris hier.. un franglais indisposant les conservateurs de notre-culture à nous: fureté alors) j’ai été pour/contre.. et voiloù, à presque nonante % ils ont voté, chouette !
    pensais donc.. les nationalismes (etc./obligé de faire court) au début de notre Europe donc (et fin 89, un mur entre 2-blocs, cède) nous assistions, moi même un ‘no comprendo’ de circonstance (d’époque) les croyant (espérant ?) tels un vague et souvenir rejoignant la poubelle des perdants..
    voir une Yougo se fragmenter.. vous connaissez la suite (peut-être un mauvais exemple ?) chacun voulant s’accaparer le-bout (un suffira) de sa propre (?) existence

    frileux le bonhomme ? on pourrait le croire (perso) peut-être n’a t-il pas eu le temps, alors trop tôt, de voler de ses ailes astiquées, décrassées..
    alors que maintenant.. les contentieux (pas dit cimetières ?) par-ci par là, même les présidents, dirigeants des-riches, ont changé (élections ou tour de passe-passe/ Russie, Chine)

    tiens, l’Europe.. (qu’est-ce qu’elle fout là ?)
    vive la suisse libre, n’oubliez pas de voter et de passer une bonne soirée !

  10. @libert et yoyopolo
    tout d’abord avant le big bang il n’y avait pas rien , c’est une idée fausse, ( voir à ce propos l’excellent « discours sur l’origine de l’univers » d’Etienne KLEIN ), pour la VIème par contre je constate qu’il n’y a pas grand chose, on quitte , pour l’instant, la 5ème pour du vide…pour ma part, j’ai lu le dernier « politis « dont la couverture est la suivante  » en finir avec la cinquième République », le pb c’est que les dispositions les plus discutées de la 5éme ( vote bloqué, ainsi que fameux 49.3)seraient conservées, au nom d’une nécessaire stabilité gouvernementale ( éviter les errements de la 4éme)..alors je ne vois pas bien , en l’état actuel de la réflexion , de différence notable avec ce qui se passe actuellement.

    1. yoyopolo
      j’ai quand même mis votre lien sur ma barre personnelle pour suivre, au moins un certain temps..

Les commentaires sont fermés.