Hong-Kong, en révolte


La péninsule a été rattachée à la Chine continentale en 1997. Un récent voyage familial m’a permis de voir combien Hong-Kong était à part. Et pas vraiment.

La ville est en révolte, « soft » mais ferme, parce que la Chine a décidé que l’élection au suffrage universel de l’executif se ferait désormais parmi des candidats choisis par l’Etat central. Un simulacre de démocratie.

« Dear President Obama,

We, the democracy-loving people living in the US and other parts of the world, urge you to press the Chinese Government to honor its promise of democratic elections to the Hong Kong citizenry.

Beijing’s recent decision ruled out a democratic election of the HK Chief Executive, which has made large-scale peaceful protests in Hong Kong inevitable. Given Beijing’s records, we fear a second Tiananmen Massacre will happen in Hong Kong. We believe that the US has the responsibility to prevent such bloody tragedies from happening. We hereby strongly appeal to the U.S. government to make it clear to the Beijing authorities that any effort to crackdown peaceful demonstrations by force will be strongly opposed and severely punished.

Mais à HK, n’imaginez pas vivre libre et critiquer durement.

HK

2 réflexions sur “ Hong-Kong, en révolte ”

  1. On va un peu jouer sur les mots : Hong-Kong n’ a pas été rattachée à la Chine, en 1997, mais rétrocédée, en vertu d’accords fort anciens . Une présence Britannique plus que centenaire, avec un intermède Japonais de 1942 à 1945, , ainsi que des triades très puissantes, expliquent en partie, le caractère de cette révolte .

  2. On va un peu jouer sur les mots : Hong-Kong n’a pas été rattachée à la Chine en 1997, mais rétrocédée .
    Une présence Britannique de plus de 150 ans et des triades puissantes expliquent, en partie, la révolte actuelle .

Les commentaires sont fermés.