La théorie du genre, la vraie. A Puteaux

Il y a un mythe, celui d’une théorie selon laquelle garçons et filles ne savent rien de leur sexe sans qu’on leur enseigne s’ils « doivent » être garçons ou filles ou vice versa.

Le second mythe de nos jours est que cette théorie serait enseignée/ aurait dû être enseignée dans nos écoles. L’ancien gouvernement Ayrault ne cherchait qu’à tester comment apprendre l’égalité des droits entre femmes et hommes, rien de plus, rien de moins.

Il y a quelque chose qui n’est pas un mythe mais une réalité: une théorie mise en pratique des milliers de fois et cette fois-ci encore selon laquelle il faut « typer » les garçons et les filles dans des clichés dès le plus jeune âge: des couleurs, des attitudes, des pratiques. Il faut les enfermer, les contraindre, les discipliner sur les clichés les plus crétins.

Un exemple ridicule et local fut fourni par la mairie de Puteaux.

« Pour 2014, 4.500 écoliers putéoliens se sont vus distribuer des sacs très genrés : les filles ont eu le droit à un cartable rose vif tandis qu’un modèle bleu a été préféré pour les garçons. Un cadeau a également été glissé dans chaque cartable : un kit de création de bijoux pour les filles et un lot de construction de robots pour les garçons. » (source: RTL)

7774054545_la-mairie-de-puteaux-a-offert-des-cartables-roses-pour-les-ecolieres-et-bleus-pour-les-ecoliers

Sans commentaire

Publicités

Quand Marianne publie nos doléances

… En l’occurrence, celle d’un aimable commentateur de ce blog ou de Marianne, me semble-t-il.

L’hebdo avait choisi d’ouvrir ses colonnes aux doléances des électeurs déçus ou pas de Francois Hollande.

Et voici donc l’une d’entre elles.

IMG_0493.JPG

Discussion sur Najat avec un sarkozyste

Je me suis retrouvé récemment à discuter de la nomination de Najat Vallaud-Belkacem lors d’un dîner en ville (en l’occurrence, nous n’étions pas en ville, et l’assistance était composée d’amis voisins). L’un des convives que je connaissais mal raille la nouvelle ministre de l’Education.

Lui: « Elle est doctrinaire, l’image même de la bien-pensance »

Moi: « Qu’y-a-t-il de doctrinaire chez elle ? »

Lui: « Elle n’accepte pas le débat »

Moi: « Elle a une ligne directrice, l’égalité des droits entre femmes et hommes, c’est ça qui te change »

Lui: « Je te dis, elle n’accepte aucun débat, elle est doctrinaire »

Moi: « Mais de quoi doit-on débattre sur l’égalité des droits ? Plus ou moins de droits pour les femmes ? »

Et lui d’embrayer sur l’homo-parentalité et les lois de la nature, la PMA et l’ordre juste des choses. Alors que nous nous quittions, il confia involontairement qu’il n’avait pas voté Hollande en 2012.

Je m’en étais douté.

Najat Vallaud-Belkacem fait l’objet d’une campagne assez ignoble, comme Christiane Taubira en son temps. Permettez-moi de juger que le déluge de critiques qui tombent sur elle sont d’abord l’expression d’un racisme et d’un machisme à peine refoulés. Pourquoi une telle affirmation ? Simplement parce que ce ne sont pas les actions ministérielles précédentes de Mme Vallaud-Belkacem pour l’égalité des droits qui méritent une telle rage.