« Nous sommes une troupe »


Tu te lèves, sans inspiration.

Mais il y a des commentaires, tu les lis, tu as envie de les lire.

Tu poursuis, il y a de la fatigue. Tu t’interroges, une fois de plus, une fois de trop. Cette aventure numérique percute encore un peu ta vie, ton emploi, tes proches.

J’éteins donc la radio, je ne lis que la « une » d’un journal. Je ne réagis plus aux commentaires. Cela ne dure qu’un temps.

Je me documente. Le livre de Mauduit, celui de Plenel, un autre encore. Je cherche à comprendre au-delà des discours.

Le jeu politique est drôle, curieux, parfois désespérant à commenter. Mais c’est insuffisant pour se motiver.

Tu arrêtes.

Mais tu vois que d’autres écrivent encore, ils reprennent la chronique de l’actualité, avec leur subjectivité, leurs envies, leurs déceptions.

Comme les commentaires sur ces colonnes, ailleurs sur les réseaux, ces écrits t’entraînent.

« Nous sommes une troupe ».

Quoiqu’il advienne.

 

 

48 réflexions sur “ « Nous sommes une troupe » ”

  1. Je n’ ai fait aucun biĺlet aujourd’hui. Je crois bien que c’est la première fois que ça arrive (tous blogs confondus et hors week-end).

  2. Ah merde !
    Ça me donne le bourdon ce billet,
    Moi qui lutte pour justement juste espérer ,
    Juste lire et croire,
    Juste comprendre l’histoire
    Qui se dessine,
    Qui me devine;
    Que je pleure et…
    …parfois en ri.

    Ah merde !
    Ne désespère pas que moi sans rire ?
    Tout tourbillonne,
    Rien n’est synchrone
    Dans nos vies,
    Des petites racailles,
    Des retrouvailles,
    Des parti-pris…
    ….sans rire.

    Ah merde !
    Et sans dent tu vois le monde comment ?
    Pas de sourires aux lèvres,
    Juste du velours autour
    Pour masquer
    Ton absence de contour
    Mais tu n’es pas vide d’âme
    Les yeux plissés
    Jusqu’aux commissures…
    …sans rire.

    Ervé

    * (désolé, j’ai le bourdon ce soir alors…)

    **(reviens quand tu veux Juan. Rien n’oblige. Tu as su participer à insuffler, normal d’être à bout de souffle.

    *** Sur http://www.leboncoincoin.fr une annonce :
    « à recaser Prix : 2 neurones »
    => https://dozoneparody.files.wordpress.com/2014/09/sarkule.jpg?w=698

          1. Un peu lourd le bourgogne…. je préfère un petit jaune du Jura….mais comme je suis pas invitée… je vous laisse entre vous🙂

            Une bonne nouvelle d’après Marianne, Sarkozy est fini….

              1. @ auroremathe…. j’ai failli ne pas oser faire cette petite remarque….mais dès qu’il s’agit de faire ripailles !!!
                Bon ciné à vous…

              2. @ auroremathe…. j’ai failli ne pas oser faire cette petite remarque….mais dès qu’il s’agit de faire ripailles !!!
                Bon ciné à vous…

                1. Ah mauis moi je me suis carément incrustée d’ailleurs Ervé a dit « Ah mais non, viendez comme vouz’êtes »! Alors …..N’empêche que ce serait sympa

    1. hello ervé (t’avais pas vu) te parlerais bien de poésie (trop tard: tu bien et mieux fais) ou de qql astre.. Mars ? pas la guerre, mais la barre et ça repart..
      basta ! j’atteins le quota (et oublié de vérifier la date de péremption ?) je dirais: « tant qu’il y aura des camarades »
      ..me fait penser F Garcia Lorca « la terre est le probable paradis perdu »,
      et les oiseaux, se cachent-ils pour mourir..

  3. j’y pensais hier ou cet aprèm (ou/alors sur ciel # 30 ?)
    « il y a un soleil » .. / ‘qu’un’ soleil ?
    flash back du w.e (manif des mœurs) suivie de qql saillie d’un non pseudo de ci ou ça, Eric Z, vrai faux nostalgique (what else) culture galvaudée, par nous of course de tant d’impéritie, gardons ‘arrogance’ etc. plein de dents cherche machin à mordre (et C à vous, de lundi) la douce mais non affable A-E Lemoine, se fit.. adjectifs aux choix

    une femme, parler de son intelligence serait, pourrait être un affront à d’autres, (ça tombe bien, ch’uis pas polémiste)
    « et si la vierge avait connu l’Ivg, on serait moins emmerdé aujourd’hui » (emprunt, bout de bio d’un camarade posteur)
    alors -ou comment- articuler sans chuchoter, téléphoner n’est pas s’épancher, dégoiser .. je tu il jaspine..
    « jasons, il en restera tjs qql’chose » ..?

    et le-du temps, qu’en fait-on ..lui ne se pose, et cela avant jusqu’à après, zéro question; plutôt une bonne nouvelle, non..
    qu’avons nous à apprendre.. trop n’est pas assez ! (too much ain’t enough)

    oui, Un soleil .. encore faut-il être pédagogue (instruire l’autre, lui apprendre et à compter /etc.)
    ‘manque pas d’air’ pourrait-on dire, mais on échapperait à l’époque.. zut, non voilà bien un truc commune à toutes

    « Lire tue.. l’ignorance et les préjugés »
    voiloù, ‘tit bout de patience, alors un adage non tronqué.. ça et bonne soirée, en attendant que ça recommence

  4. Je commente un peu
    Je ne regarde plus rien
    Un sujet me capte, je reviens, me passionne, trop parfois
    Il en est ainsi, en politique aussi
    Parfois on s’emporte, on se trompe ou on a raison trop tôt. La troupe se décompose, se recompose, sans arrêt et notre vie continue en parallèle

              1. Je propose Taillevent, à Paris, avec un menu à un prix tout à fait abordable (218 €, plus le vin , bien sûr)

  5. Restons calme ! Je n’ai pas une minute à moi pour organiser une bouffe. Si c’est un midi en semaine, c’est un mercredi et si possible à portée de métro de La Défense. Si c’est un soir en semaine, c’est évidemment préférable à la Comète. Mais je suis ouvert. Pourvu que je ne mette pas deux heures à rentrer.

    Laissons Juan faire des propositions, sachant que nous avons tous les mêmes contraintes : il y a une vie après les blogs (la famille, le boulot,…).

Les commentaires sont fermés.